Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Scandale djihadiste à Condé-sur-Sarthe

    michael-chiolo-600x432.jpg

    Faut-il revenir sur les actes ignobles qui se sont récemment déroulés à la prison de Condé-sur-Sarthe ?

    Oui, je le pense.

    On connaît l’essentiel des faits.

    Je vais néanmoins, pour ceux qui les ignoreraient encore, les récapituler.

    Un certain Michaël Chiolo, criminel qui s’est converti à l’islam en prison et qui purge une peine de trente ans de prison pour l’assassinat de Roger Tall, rescapé du camp de concentration de Dachau, a agressé et blessé gravement deux gardiens de l’établissement dans lequel il est incarcéré.

    Il était, à ce moment, dans ce qui s’appelle dans le langage aseptisé du ministère de la Justice une « unité de vie familiale », au sein de laquelle il avait passé la nuit avec sa femme, qui a été tuée par la police lorsqu’elle a donné l’assaut aux fins d’arrêter l’assassin.

    L’ensemble de scandales que contiennent les faits que je viens de résumer est accablant, pour la France en général, et pour le gouvernement actuel en particulier (les précédents gouvernements ne valaient pas mieux, je m’empresse de le dire).

    La conversion du criminel en prison ne fait que confirmer, une fois encore, ce qui devrait être dit haut et fort : la religion musulmane est très dominante dans les prisons françaises, des imams autoproclamés s’ajoutent aux imams tout court et y font des conversions fréquentes.

    À l’époque où l’État islamique existait, les prisons françaises étaient aussi des lieux de recrutement et des détenus libérés rejoignaient souvent les rangs des djihadistes.

    On imagine aisément ce qui se passera lorsque des djihadistes « français » reviendront de Syrie, et on imagine aussi ce qui se passera quand des djihadistes aujourd’hui incarcérés seront libérés.

    Qu’un assassin ne soit pas condamné à davantage que trente ans de prison montre qu’on attache peu de prix à la vie humaine dans le système judiciaire français.

    Le rétablissement de la peine de mort me semblerait la moindre des choses ou, au minimum, une peine de perpétuité réelle.

    Infliger trente ans de prison à un assassin signifie que justice n’est pas rendue.

    L’existence d’« unités de vie familiale » (en fait, de baisodromes) adoucit l’incarcération et la punition jusqu’à les annuler partiellement.

    Et quand on voit le confort de ces lieux, on ne peut qu’être révolté.

    Des sans-abris qui n’ont commis aucun acte criminel s’en contenteraient aisément et pourraient même en rêver.

    Laisser entrer une femme intégralement voilée dans une prison, lorsqu’elle rend visite à un assassin, devrait imposer une fouille très stricte (à mes yeux la femme intégralement voilée d’un assassin ne devrait pas du tout entrer dans une prison de toute façon).

    Ne pas imposer une fouille très stricte à une femme intégralement voilée est une violation extrêmement grave des règles les plus élémentaires de sécurité en milieu carcéral et met en danger la vie des gardiens.

    Il y a eu deux blessés, il aurait pu y avoir des morts.

    La femme a été tuée, ce sont les risques du djihad.

    Avoir donné accès à une « unité de vie familiale » à un assassin musulman condamné dont on connaissait parfaitement les intentions djihadistes (il s’était entretenu avec le djihadiste du marché de Noël de Strasbourg) et avoir permis à sa femme, qui n’ignorait rien des intentions djihadistes de l’assassin qu’elle rejoignait (et dont on pouvait aisément présumer qu’elle était la complice), relève à mes yeux de la complicité de tentative de meurtre.

    Les explications données par Madame Belloubet, ministre de la Justice sont consternantes et médiocres.

    Des gardiens se sont mis en grève immédiatement après les faits.

    C’est vraiment le moins qu’ils aient pu faire.

    La prison de Condé-sur-Sarthe est l’une des deux prisons les plus sécurisées de France.

    On peut se demander ce qu’est une prison moins sécurisée !

    On peut supposer que, lorsque l’assassin aura trouvé une autre femme, il pourra se rendre avec elle dans une « unité de vie familiale ».

    Y aura-t-il un jour un Président et un gouvernement qui remettront de l’ordre en France avant qu’il ne soit absolument et définitivement trop tard ?

    N’est-il pas d’ores et déjà absolument et définitivement trop tard ?

    Je laisse, avec rage et consternation, ces questions sans réponse.

    Guy Milliere

    Tribune reprise de les4verites.com

    https://fr.novopress.info/

  • Age des immigrés : les tests osseux sont conformes mais encore faut-il s’y conformer…

    Age des immigrés : les tests osseux sont conformes mais encore faut-il s’y conformer…

    Le Conseil constitutionnel a déclaré conforme à la Constitution les conditions d’examens radiologiques osseux aux fins de détermination de l’âge, telles que définies dans la loi de 2016 relative à la protection de l’enfant (Décision n° 2018-768 QPC du 21 mars 2019).

    Nous pourrions dire “enfin” : nous allons pouvoir montrer qu’un certain nombre d’immigrés qui se déclarent mineurs sont bels et bien majeurs.

    A ceci près que le Conseil valide une loi qui dit :

    Les examens radiologiques osseux aux fins de détermination de l’âge, en l’absence de documents d’identité valables et lorsque l’âge allégué n’est pas vraisemblable, ne peuvent être réalisés que sur décision de l’autorité judiciaire et après recueil de l’accord de l’intéressé.

    Comment fait-on lorsque la personne ne veut pas donner son accord pour réaliser ce test ?

    https://www.lesalonbeige.fr/age-des-immigres-les-tests-osseux-sont-conformes-mais-encore-faut-il-sy-conformer/

  • La proportionnelle provoquerait-elle le chaos ?

    Hemicycle_assemblee_nationale-845x475.jpg

    Les participants au débat de mercredi soir, sur BFM TV, ont beaucoup parlé de la proportionnelle. Marine Le Pen exige, notamment, son instauration, car elle s’estime maltraitée par le scrutin majoritaire.

    Mais observons ce qui se passerait si la proportionnelle était effectivement mise en place, en se basant sur les sondages pour les prochaines européennes. En mettant un seuil de 5 %, pour 400 députés, LREM-MoDem (23 %) aurait 110 députés, RN (20 %) 96, LR (13,5 %) 65, écologistes (8,5 %) 41, LFI (8 %) 38, PS (5,5 %) 26, Debout la France (5 %) 24.

    Si on appliquait la proportionnelle sans effet de seuil, il faudrait 0,25 % pour avoir un député. LREM-MoDem aurait 92 députés, RN 80, LR 53, écolos 34, LFI 32, PS 22, Debout la France 20, les communistes 14, UDI-Agir 12, Lutte ouvrière et le NPA 6 chacun, les patriotes et UPR chacun 4, et le reste serait distribué à des micro-partis allant de l’extrême droite à l’extrême gauche.

    Dans les deux cas, aucune majorité ne serait possible. En fait, il y a trois blocs, qui ne sont même pas unis. Avec un seuil à 5 %, le bloc de gauche (LFI, PS, écolos) aurait 105 députés (mais un contrat de gouvernement entre le PS et LFI est utopique), celui du centre 110 et l’union de toutes les droites 185 (mais une telle coalition verrait la moitié des députés LR s’enfuir).

    Seule une combinaison hétéroclite LREM, LR, PS pourrait se mettre en place, avec 201 députés ; elle ne durerait pas longtemps car des députés feraient vite défection. En l’absence de majorité claire, par lassitude, le parti ayant le plus de députés obtiendrait le droit de former un gouvernement minoritaire (serait-ce LREM ou le RN avec des députés DLF et LR ?). Les projets de loi seraient votés au coup par coup. L’élaboration du budget donnerait lieu à des empoignades. De nouvelles élections comme en Espagne seraient vite organisées. On peut même imaginer qu’un gouvernement démissionnaire gère pendant des années le pays, comme l’a été la Belgique pendant un an et demi.

    La Constitution de la Ve République est, en fait, parlementaire (comme le prouvent les épisodes de cohabitation). Les présidents de la Ve République ont exactement les mêmes prérogatives que ceux de la IIIe ; seule différence, l’article 16 qui, en cas de crise grave, donne les pleins pouvoirs au Président pour un temps limité et sous le contrôle du Conseil constitutionnel (il aurait été utile en 1940). Seul l’usage a fait des présidents de la IIIe République des ectoplasmes et ceux de la Ve le centre du pouvoir s’ils ont la majorité au Parlement.

    On peut, aussi, accorder une prime au vainqueur comme en Espagne ou en Grèce. Il faudrait qu’elle soit au moins de 25 %. Dans ce cas, avec un seuil à 5 %, LREM aurait 182 députés, RN 72, LR 49, écologistes 30, LFI 29, PS 20 et DLF 18. Une majorité problématique LREM, gauche, LR serait possible. De même, si RN dépasse LREM, Marine le Pen a une petite chance de gouverner, mais avec des alliés qui se montreraient vite indociles, car les programmes de LR et RN sont incompatibles pour l’économie. En outre, cette prime de 25 % est équivalente au scrutin majoritaire pur ou au scrutin majoritaire avec une petite dose de proportionnelle, vu qu’elle donne une grosse prime au vainqueur.

    Madame Le Pen se plaint du scrutin majoritaire, mais c’est pourtant celui où elle a le plus de chances d’accéder au pouvoir. Si le RN gagne encore 5 % des voix (ce qui est à sa portée), il pourrait avoir, alors, la majorité à lui tout seul par le scrutin majoritaire.

    Christian de Moliner

    http://www.bvoltaire.fr/la-proportionnelle-provoquerait-elle-le-chaos/