Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Élections : l'enfumage continue

6a00d8341c715453ef0263e9537908200b-320wiDès le soir du deuxième tour, ce 28 juin, on pouvait entrevoir la manœuvre, grosse comme une maison. Mais il pouvait sembler un peu osé d'en anticiper complètement le développement. Hélas, dans un pays où les gouvernants nous prennent de plus en plus pour des jambons, la réalité, une fois encore, dépasse la fiction.

Première imposture, la Convention citoyenne porte de mieux en mieux son nom. Il est vrai que le régime républicain en France a été fondé, en septembre 1792, par une assemblée élue par 11,9 % des électeurs, un peu plus, soyons honnêtes, que pour l'Assemblée Législative en 1791, où la participation avait été de 10,2 %. Ces records d'abstention sont encore loin d'être dépassés. Mais on s'en rapproche et on conçoit qu'en l'honneur des grands ancêtres on appelle à nouveau Convention une réunion privée de représentativité.

Efficacement manipulé et longuement travaillé par de soi-disant experts non-contradictoires, l'échantillon artificiel des 150 néo-conventionnels s'est donc rallié à un programme prévisible, étrangement ressemblant à un projet issu de l'idéologie de la délicieuse et souriante Greta Thunberg.

Mais il ne suffit pas seulement d'intimider la pseudo-Convention, il faut également faire pression sur les assemblées délibératives qui détiennent encore, en théorie, le pouvoir législatif.

Cette pression sera double : d'abord on nous assène l'hypothèse de quelques ajouts de principe dans la Constitution. De modestes modifications, toutes petites en apparence, mais dont l'adoption même aura été mise en scène, nimbée d'emphase au point de l'emporter de façon péremptoire sur toute critique rétrospective. L'invention du mot "écocide", – un néologisme particulièrement disqualifiant, – est en elle-même significative. Le progressisme n'accepte jamais d'être remis en cause, tel le message de Mahomet supposé "le sceau de la Prophétie" : revenir en arrière relève du blasphème – au moins jusqu'à ce que le système lui-même s'écroule.

Ensuite, et c'est là où l'enfumage électoral devient indispensable, il convient de permettre aux médias de dire n'importe quoi à propos des résultats, de les limiter à quelques grandes villes, et d'affirmer qu'il s'agit de la vox populi.

De toute évidence la prétendue vague verte, très modeste en réalité, n'est qu'un phénomène ne dépassant guère 7 ou 8 % de l'opinion. Elle ne constitue guère qu'une nouvelle phase du "dégagisme" qui s'est portée, en partie, sur le vote illusoire Macron au premier tour de 2017, puis sur les Gilets jaunes en 2018, ou sur la liste RN aux européennes, et maintenant, dans quelques grandes villes, sur certains listes de gauche effectivement "verdies" par l'adjonction de cette composante de l'extrême gauche. Mais si la gauche s'est élargie à sa dimension "écologiste" elle est loin d'avoir gagné partout et pas nécessairement sous cette forme.

On se demandait au soir du scrutin pourquoi le ministre de l'Intérieur, contrairement à la tradition, parlait si tôt et n'effectuait aucune synthèse du résultat, n'évoquant que les quantité de gel hydro alcoolique et autres prestations méritoires de l'administration, etc.

Il s'agissait en fait de passer aux médias le relais de l'enfumage.

Ainsi le président allait pouvoir passer à autre chose qu'à la prise en compte de l'esprit de la Constitution : ou bien le chef de l'État, désavoué par le peuple s'en va, ce que fit De Gaulle en 1969, ou bien il laisse le pouvoir au Premier ministre, que dans la lettre de la loi constitutionnelle de 1958 il ne peut pas contraindre à démissionner, ce qui donna aussi en 1986 la pratique de la cohabitation.

Mais de tels scénarios supposeraient que l'on accepte la démocratie, c'est-à-dire le pouvoir souverain du peuple.

Ni l'idéologie écologiste ni la technocratie relookée, pseudo-moderniste, celle du "monde nouveau", n'acceptent une telle hypothèse. Pour la fustiger on a même inventé un doublon jargonnant : on parle donc de "populisme" un mot qui veut dire exactement la même chose, le pouvoir du peuple.

J'insiste aussi sur un point : le premier parti de France est de plus en plus celui des abstentionnistes. ; or, il a été alimenté volens nolens par le matraquage terrifiant, de mars à juin, des messages quotidiens du Dr Salomon. Les vieux enfants sages, ceux qui traversent dans les clous, ont été dissuadés de voter, laissant ainsi la majorité à ceux qui ne respectaient pas le confinement, confirmant un vieux chant révolutionnaire "la rue appartient à celui y descend".

JG Malliarakis

https://www.insolent.fr/2020/06/elections-lenfumage-continue.html

Écrire un commentaire

Optionnel