Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les droites et le nouveau gouvernement

6a00d8341c715453ef0263e9550338200b-320wiLa petite opération de ravalement gouvernemental donne lieu à une avalanche de commentaires. La place des "laïcs", des "hommes de réseaux", des "amis de Xavier Bertrand", autant d'expressions qui permettent d'éviter les gros mots. Personne n'entend attaquer trop frontalement la bienfaisance philosophique qui structure le régime républicain. Depuis la victoire des radicaux socialistes en 1902 et celle de Mitterrand en 1981, on appelle cela la gauche

On a pourtant étrangement insisté, à l'occasion du passage de témoin – on hésite écrire de faux témoins – sur la qualité d'hommes de "droite" qui aurait caractérisé Édouard Philippe en 2017 puis son successeur Castex en 2020. Au rebours en effet de l'idéologie fondatrice de la cinquième république, on communique en effet de plus en plus en France sur l’existence d'une droite.

Rappelons à ce sujet que ce mot n'appartenait pas au vocabulaire de référence du fondateur lequel raisonnait essentiellement en terme de rassemblement. Cette appellation se retrouve d'ailleurs dans le seul parti qu'il n'ait jamais constitué lui-même, le RPF de 1947. On chercherait vainement sous sa plume pourtant féconde une réfutation du marxisme en tant que tel, ni même une franche condamnation du stalinisme, tout au plus parlera-t-il du régime affreux de l'Union soviétique alors qu'il justifie de nouer avec elle en 1944 une belle et bonne alliance. A ses adversaires intérieurs du parti communiste français il reproche leur séparatisme. De 1954, date à laquelle, selon l'expression de l'homme de Colombey "le rassemblement était devenu une débandade", à 1977, quand le RPR fut fondé à Égletons où Jacques Chirac se revendique d'un "travaillisme à la française", aucun parti d'obédience gaulliste n'a jamais utilisé le mot "droite".

Il faut attendre Sarkozy pour voir apparaître franchement le concept.

Il est désormais devenu courant et personne ne semble contester vraiment dans les rangs du parti continuateur LR. Reste qu'entre temps était apparue l'UMP, union pour la majorité présidentielle de 2002, créée dans la foulée de la victoire ambiguë d'une coalition hétéroclite dirigée contre la présence au second tour de Jean-Marie Le Pen. Le nouveau parti était supposé fusionner, ou plutôt agréger autour de l'épine dorsale chiraquienne les restes du giscardisme, du centrisme et même ceux de l'éphémère démocratie libérale revendus par l'intermédiaire Raffarin qu'on nomma Premier ministre.

Or, pour apprécier l'ensemble de ces évolutions, on doit observer qu'il existe en regard, de façon massive et même grandissante au sein de l'électorat des aspirations constitutives de diverses clientèles "de droite".

Nos vaseux communicants et autres sondeurs, si prompts et si empressés à se tromper eux-mêmes, si habiles à induire le grand public en erreur, ne s'y méprennent pas sur ce point.

Dès les travaux de Deutsch Lindon et Weill[1]de 1966, et les premières critiques de la Bipolarisation institutionnelle qui semblait caractéristique dans les débuts de la cinquième république, il apparaissait de façon parfaitement claire, avec un demi siècle d'avance qu'il existait un "marché", une demande de droite au moins au départ, et depuis les années 1980 de plus en plus forte d'un grand parti non pas travailliste mais conservateur en France.

Faut-il dès lors accuser de "tromperie sur la marchandise" tous les hommes politiques qui s'emploient depuis lors à répondre à cette demande par une offre plus ou moins inadaptée à cette demande ?

Une telle accusation se révèle en partie naïve.

Cette rhétorique des dénonciations réciproques de la "fausse droite" et de "l'extrême droite" a commencé à poindre en effet dans les années 1990. Elle se trouvait dans les propos et sous la plume de "nationaux" qui, 20 ans plus tôt, avaient eu pourtant l'intuition volontariste, aussi bien chez les frères ennemis du FN et du PFN, d'une "droite nationale et populaire", voire au plan philosophique une "nouvelle droite", etc... Ils n'avaient rassemblé au départ qu'un nombre très limité de suffrages. La première poussée électorale s'était produite, à la faveur de l'ère Mitterrand, aux élections européennes de 1984.

Ce n'est qu'à partir de 1990, et sur la base d'un montage provocateur, pourtant assez grossièrement fabriqué à Carpentras par une officine liée aux renseignements généraux, qu'il est devenu constant, et obligatoire, d'ostraciser de façon définitive toute notion d'union des droites.

Et 30 ans plus tard cela dure encore.

Et tant que cela durera, la nécessaire reconstruction de la France attendra.

JG Malliarakis  

Apostilles

[1] Deutsch, Lindon et Weill, "Les Familles politiques en France"  1966, 128 pages Editions de Minuit

https://www.insolent.fr/2020/07/les-droites-et-le-nouveau-gouvernement.html

Les commentaires sont fermés.