Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Écoles de production : l’avenir de l’enseignement pro ?

Les écoles de production pourraient-elles redynamiser l'enseignement professionnel et le sortir du marasme ? C'est une question qui a du sens, à l'heure où nombre d'entre nous espèrent une réindustrialisation de notre pays, annoncée du bout des lèvres par une classe politique frileuse et peu encline à assumer la responsabilité des erreurs qu'elle commet depuis cinquante ans.

Écoles de production : c'est quoi ?

Mais connaissez-vous les écoles de production ? On en parle peu, car elles ont la chance de ne pas être totalement dans le giron de l'Éducation nationale mais de dépendre aussi du ministère du Travail, avec un ancrage territorial fort. Adossées à une entreprise industrielle - enfin, aux rares qui restent en France -, elles reçoivent quelques subventions de l'État mais sont essentiellement de gestion privée et tirent une partie de leurs revenus des recettes générées par l'activité de production. Ce qui est intéressant, c'est surtout l'esprit dans lequel la formation des jeunes est envisagée.

Un emploi durable dans les six mois suivant la sortie d'école

L'approche pédagogique est axée sur l'apprentissage par le travail en équipe et la responsabilisation des élèves. En plus des cours théoriques, les élèves y apprennent un métier en situation réelle, en fabriquant des produits pour des entreprises locales, que ce soit dans le domaine du bois, de la métallurgie, de la confection textile, de la restauration ou de l'hôtellerie. Les entreprises sont ravies de pouvoir compter sur de jeunes travailleurs bien formés et motivés. Et les parents, quant à eux, sont rassurés car 80 % de ces jeunes, souvent en situation de décrochage scolaire ou de fragilité, trouvent un emploi durable dans les six mois suivant leur sortie d'une école de production. De loin, cela ressemble un peu à ce que semblent proposer les CFA, mais de ce côté-là, on peine à trouver des statistiques d'emploi et la rumeur publique fait courir le bruit que beaucoup de lycées professionnels et de CFA sont plus des mouroirs pour les ambitions des élèves que de véritables tremplins pour leur formation.

Ancrage dans le réel

La force des écoles de production, c'est leur ancrage dans le réel. Les jeunes y apprennent un métier en équipe et dans une dynamique entrepreneuriale, avec un cadre structurant et un suivi personnalisé. Ils apprennent en faisant et doivent être productifs et performants assez rapidement. C'est sûrement pour toutes ces raisons qu'elles sont si peu développées en France… On en compte seulement une soixantaine sur le territoire, quand l'Allemagne et la Suisse en ont ouvert des milliers. On les présente souvent comme un système « innovant » mais, en réalité, ce n'est qu'une sorte de retour aux ateliers à l'ancienne, dont sont sorties des générations de peintres, menuisiers ou ferronniers, ceux que l'on a formés pour qu'ils construisent nos ponts et nos cathédrales.

Mais en France, le monde de l'éducation a-t-il vraiment envie de collaborer avec l'univers entrepreneurial ? Les blocages idéologiques et dogmatiques sont lourds et nombre d'enseignants devraient reprogrammer leur logiciel mental, se départir de leur méfiance viscérale vis-à-vis des entreprises et cesser de penser qu'on prostitue le savoir en l'adaptant au marché de l'emploi.

Virginie Fontcalel

https://www.bvoltaire.fr/une-prof-en-france-ecoles-de-production-lavenir-de-lenseignement-pro/

Écrire un commentaire

Optionnel