22/01/2013

L’Ukraine, l’Otan et « l’Europe de la défense »…

Evènement passé largement sous silence du fait de l’actualité au Proche-Orient, le Parlement ukrainien a enterré jeudi dernier le souhait du précédent président ukrainien, « l’ami des Américains » Viktor Iouchtchenko qui défendait l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan. 253 députés sur 450, soit les soutiens de l’actuel chef de l’Etat, Viktor Ianoukovitch, ont adopté en première lecture une loi qui, si elle évoque « la poursuite d’une coopération constructive avec l’Otan », passe à la trappe toute possibilité d’adhésion. Ce texte prône « le maintien par l’Ukraine d’une politique de non-alignement, ce qui signifie sa non participation à des unions militaro-politiques ». Une incontestable victoire pour Moscou qui voyait d’un très mauvais œil cette nouvelle « conquête » de l’Alliance atlantique à ses frontières, confirmant la manœuvre d’encerclement de la Russie menée avec constance par les Etats-Unis depuis la chute du communisme…
« Je suis sûr que (ce statut de pays non aligné,) correspond aux exigences du temps et nous allons la maintenir rigoureusement », a déclaré M. Ianoukovitch qui a opéré depuis son arrivée au pouvoir un très sensible rapprochement avec la Russie. L’opposition gravitant dans l’orbite de Washington a vivement réagi. L’ex ministre des Affaires étrangères, Boris Tarassiouk, a estimé que l’abandon de l’adhésion à l’Otan « fait (de l’Ukraine) une colonie de l’Etat voisin (la Russie)». «Ce projet de loi relève de la réalisation de la volonté du Kremlin » a estimé le député d’opposition, Ivan Zaïats. Reste qu’il est facile de répliquer à MM. Tarassiouk et Zaïats qu’il est tout aussi permis de s’interroger sur le fait de savoir « à la réalisation de quelle volonté » œuvre les partisans de l’intégration de l’Ukraine dans l’Otan…
Le texte voté par le parlement ukrainien est aussi une réponse au souhait formulé par le président russe, Dimitri Medvedev, lors de sa visite à Kiev en mai dernier, de voir l’Ukraine adhérer à l’Organisation du Traité de sécurité collective (ODKB) qui a vu le jour en juin 2009. Un groupement régional que Moscou espère utiliser comme contrepoids à l’Otan, qui est composé, outre la Russie, d’anciennes républiques soviétiques, le Belarus, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.
Si la France et l’Allemagne étaient assez clairement opposées à l’entrée de l’Ukraine au sein de l’Alliance atlantique, Viktor Ianoukovitch, à l’instar de son prédécesseur, reste favorable à l’adhésion de son pays à l’UE. Une « intégration européenne (qui) reste la priorité supérieure de notre politique extérieure » a déclaré M. Ianoukovitch.
Une Union Européenne elle-même largement sous contrôle américain, notamment via l’Otan, qui ruine l’idée même d’une « Europe de la défense » proposée par certains partisans de l’intégration européenne. Comme le note Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération et animateur du blog Secret défense, « la défense européenne ne verra pas le jour. Déjà moribonde, elle a sans doute reçu le coup de grâce avec le retour de la France dans l’organisation militaire intégrée de l’Otan, en 2009. Qui, au delà des discours, se soucie aujourd’hui de construire une Europe de la défense à Vingt-sept ? Et pour quoi faire d’ailleurs ? ». That is the question…
« Durant des années, rappelle-t-il, la France opposait défense européenne et Otan. Une posture tellement solitaire qu’il a fallu l’abandonner pour une simple raison : on ne peut construire l’Europe tout seul. Puis vint l’époque dont nous sortons progressivement : ne plus opposer défense européenne et retour dans l’Otan, mais les considérer comme les deux jambes d’une même politique. En rassurant nos alliés atlantistes, la réintégration de la France allait permettre de renforcer ce que l’on appelait jadis le pilier européen de l’Alliance. Nous en sommes loin. En matière militaire, l’Europe ne peut être que la somme des capacités et des volontés nationales. Que voit-on ? De nouvelles réductions des budgets, et donc des moyens, dans tous les pays: Italie, Allemagne, Espagne, Grèce, Royaume-Uni et bien sûr France. Difficile pour Paris de se poser en donneur de leçons alors que la loi de programmation militaire va être amputée de plusieurs milliards (…) ».
« Rentrer dans l’Otan pour faire avancer l’Europe. Seuls les naïfs y croyaient vraiment » poursuit M. Merchet qui évoque pour finir le cas de notre actuel ministre de la Défense, Hervé Morin, qui « appartient à une famille politique, les centristes de Jean Lecanuet, partisans du fédéralisme européen et de l’atlantisme ». « Une famille qui ne s’est jamais ralliée que du bout des lèvres, et sur le tard, à la politique gaullienne d’indépendance nationale et de dissuasion nucléaire. Les choses sont plus complexes avec l’UMP, qui est, pour partie, l’héritière de la famille gaulliste. En principe » conclut-il. Personne n’ignore en effet que cette notion d’indépendance nationale, attachée effectivement dans l’inconscient collectif à l’héritage gaulliste, a été depuis longtemps jetée aux orties par la droite mondialiste.
http://www.gollnisch.com

Les commentaires sont fermés.