Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2016

On nous cache tout, on nous dit rien?

Selon la formule consacrée « les grands de ce monde » sont  ce vendredi à Jérusalem pour les obsèques d’une figure, d’un des pères fondateurs de de l’Etat d’Israêl, l’ancien président et Premier ministre Shimon Peres, décédé dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 93 ans. François Hollande et Nicolas Sarkozy sont tous deux présents à cette cérémonie. Les deux hommes ont rencontré plusieurs fois M.Peres. MM. Sarkozy et Peres avaient notamment lancé en 2010,  à l’initiative de de la fondation France-Israël, une « Maison commune Europe-Israël ». Prix Nobel de la paix en 1994, M. Peres, qui suscitait la défiance de nombreux Israéliens, était auréolé par les accords d’Oslo dont il fut l’un des initiateurs. Accords qui esquissaient timidement les bases d’une autonomie politique palestinienne et faisaient espérer une solution pacifique à l’affrontement israélo-palestinien. « Malgré Oslo et la conversion à la paix de cet ancien faucon, les Palestiniens ont une image bien plus sombre de lui, en instigateur de la colonisation juive et en homme de guerre et de l’occupation. Ainsi était-il Premier ministre quand l’aviation israélienne a bombardé le village libanais de Cana, tuant 106 civils en avril 1996 » a rappelé Le Parisien.

Le site communautaire musulman Oumma.com, via un communiqué d’Europalestine, a été plus cinglant encore en insistant sur sa participation à « des coalitions gouvernementales avec des criminels assumés, comme le terroriste du groupe Stern Yitzhak Shamir devenu Premier ministre dans les années 1980, ou le tristement célèbre Ariel Sharon lors de la terrible vague de répression du peuple palestinien (plusieurs milliers de morts) au début des années 2000. Jamais hostile à la colonisation des territoires palestiniens, malgré des légendes sur ce point diffusées à l’international, Peres a bien servi jusqu’à ses derniers jours, dans une astucieuse répartition des rôles, en vendant une image floue de  colombe, tandis que ses collègues (Netanyahou, Lieberman, etc) revendiquent leur rôle de brutes. »

Un portrait  de Shimon Peres,  qui prononça une allocution officielle devant le Parlement européenen 2013 pour demander que le  Hezbollah pro iranien soit placé sur la liste des organisations terroristes, avait dressé un réquisitoire implacable contre l’Iran et  rejeté toutes les critiques sur la politique de colonisation de la Cisjordanie, qui n’était pas partagé majoritairement sous nos latitudes. C’est d’ailleurs lors de la seconde édition de la conférence organisée sous l’égide de Shimon Peres, Facing Tomorrow, qui se déroula en octobre 2009 en Israël,  que Javier Solana, ex secrétaire général de l’OTAN, ancien Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne,  avait déclaré:  « Israël permettez-moi de le dire, est un membre de l’Union européenne sans être membre de ses institutions ».

En matière de surenchère, Donald Trump ,  certes en campagne électorale, a franchi une étape dimanche dernier, dans l’espoir (?) d’attirer à lui les votes des juifs américains qui lui seraient pour l’instant plutôt hostiles. Un vote communautaire  moins important que celui des latinos, mais qui pèse dans un  Etat clé (swing state) comme la Floride et sa ville de Miami, qui peut faire basculer l’élection.

Ainsi,  lors de sa rencontre le 25 septembre à son domicile new yorkais avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, la veille de son premier débat  avec Hillary Clinton (qui fut moins saignant qu’attendu), M. Trump a déclaré que « Jérusalem (était) la capitale éternelle du peuple juif depuis plus de trois mille ans ». Les États-Unis reconnaîtront Jérusalem comme la capitale indivisible de l’État d’Israël, non reconnue comme telle par la communauté internationale, si il devient président a-t-il promis.

Une déclaration retentissante qui na pas été relayée par nos médias avec la même force que les habituelles accusations de  racisme, de sexisme,  de démagogie, d’amateurisme qui sont faites au candidat populiste.

Aux Etats-Unis, l’état d’esprit n’est pas forcément le même chez les électeurs. Le site Cyceon a relayé ainsi les propos du sergent Leo Dunson, un « noir américain, » « vétéran de l’U.S. Army », « multi-décoré qui fut déployé en Irak dans une unité de combat »,  » un artiste musical et un écrivain vivant à Las Vegas ». « Lui et beaucoup d’autres ont expliqué à Cyceon ce qui a été ignoré par les médias jusqu’à maintenant : beaucoup de Noirs Américains vont voter pour Donald Trump parce qu’ils veulent un emploi, ils veulent prospérer, ils veulent vivre comme n’importe quel autre Américain et participer pleinement au mode de vie américain. Ils sont fâchés d’être réduits à des problématiques comme la criminalité et l’Etat-providence et s’affirment de plus en plus en désaccord avec la façon dont les Démocrates les voient. »

Trump dit-il, « a juré de détruire l’Etat Islamique (EI), et même de travailler à réparer les relations avec la Russie. De l’autre côté, Hillary Clinton veut augmenter les impôts ou les maintenir comme ils sont, veut plus de régulation sur les entreprises et les industries qui luttent déjà – comme l’industrie minière du charbon – et elle est aussi tentée d’emprunter de l’argent à dépenser pour nous sortir du trou dans lequel nous sommes. C’est grosso modo son programme économique. En matière de sécurité, tout ce que vous voyez dans le monde aujourd’hui est essentiellement la conséquence de la politique étrangère d’Hillary Clinton : Libye, Egypte, Syrie, Irak, Iran. Hillary a eu une main dans tout cela, je crois personnellement qu’elle avait de bonnes intentions, mais je pense que les décisions qu’elle a prises causent un chaos inutile. »

Le site d’E&R relayait dernièrement l’article d’Ignacio Ramonet , ancien directeur du très à gauche Monde diplomatique, fondateur d’Attac. Il fustige le réactionnaire Trump, » raciste, populacier, manichéen et réductionniste qui sollicite les plus bas instincts de certaines catégories sociales ». Mais il évoque aussi sur le blogue de son association Mémoire des Luttes,  « Les 7 propositions de Donald Trump que les grands médias nous cachent« . Les sept raisons dit-il de la véritable hostilité dont Trump est vicitme de la part du mcirocosme politico-médiatique.

« En premier lieu, les journalistes ne lui pardonnent pas ses attaques frontales contre le pouvoir médiatique. Ils lui reprochent d’encourager régulièrement son public à huer les médias malhonnêtes (…). Une autre cause des attaques médiatiques contre Trump : sa dénonciation de la globalisation économique qu’il tient pour responsable de la destruction des classes moyennes (…). »  Trump note-t-il encore, » est un fervent protectionniste. Il propose d’augmenter les taxes sur tous les produits importés. Et se dit prêt, s’il arrive au pouvoir, à établir des droits de douanes de 40% sur les produits chinois (…). Partisan du Brexit, il a déclaré que, s’il était élu, il ferait sortir les Etats-Unis de l’Accord de libre échange nord-américain (ALENA). Il s’est également attaqué au Traité Trans-Pacifique (TPP) et a confirmé que, une fois élu, il retirerait les Etats-Unis de l’accord (…). Evidemment, s’il est élu, il stopperait aussi les négociations en cours avec l’Union européenne. Il va même plus loin : Nous allons renégocier ou sortir de l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Ces accords commerciaux sont un désastre. » Il est aussi rappelle Bruno Gollnisch,  opposé au Marché transatlantique que combat le FN.

Quatrième  raison de ce tir de barrage contre l’atypique candidat républicain, « son refus des réductions budgétaires néolibérales en matière de sécurité sociale. De nombreux électeurs républicains victimes de la crise économique, et tous ceux qui ont plus de 65 ans, ont besoin de la Social Security (retraite) et du Medicare (assurance maladie) mis en place par le président Barack Obama que les autres dirigeants républicains veulent supprimer. Trump a promis ne pas revenir sur ces avancées sociales. Il a aussi promis de diminuer les prix des médicaments, d’aider à régler les problèmes des SDF, de réformer la fiscalité des petits contribuables, et de supprimer un impôt fédéral qui touche 73 millions de foyers modestes. »

Trump dénonce aussi « l’arrogance de Wall Street«, « propose également d’augmenter de manière significative les impôts des traders spécialisés dans les hedge funds (fonds spéculatifs) qui gagnent des fortunes. Il promet le rétablissement de la loi Glass-Steagall (votée en 1933 pendant la Dépression et abrogée en 1999 par William Clinton), qui séparait la banque traditionnelle de la banque d’affaires pour éviter que celle-ci puisse mettre en péril l’épargne populaire par des investissements à haut risque. Evidemment, l’ensemble du secteur financier est vent debout contre Trump et s’oppose au rétablissement de cette loi. »

« En matière de politique internationale, Trump s’est fait fort de trouver des terrains d’entente à la fois avec la Russie et avec la Chine. Il veut notamment signer une alliance avec Vladimir Poutine et la Russie pour combattre efficacement l’organisation Etat islamique (Daesh) même si pour l’établir Washington doit accepter l’annexion de la Crimée par Moscou. »

« Enfin, Trump estime qu’avec son énorme dette souveraine, l’Amérique n’a plus les moyens d’une politique étrangère interventionniste tous azimuts (…) , il veut changer l’OTANIl n’y aura plus – affirme-t-il – de garantie d’une protection automatique des Etats-Unis envers les pays membres de l’OTAN. »

Autant de raisons qui expliquent qu’un Sarkozy, qu’un Juppé, que l’ensemble des ténors du PS  affichent  leur préférence pour  la candidate démocrate, là ou Marine Le Pen a justement expliqué que,  « Pour l’intérêt de la France, « c’est tout sauf Hillary Clinton! »

http://gollnisch.com/2016/09/30/on-nous-cache-tout-on-nou...

Les commentaires sont fermés.