Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2016

Les Européens n’ont pas à subir les bidonvilles – par Gabriel Florent

Source : Les Identitaires – « Les Européens n’ont pas à subir les bidonvilles « 

Il paraîtrait que les camps de clandestins qui, après Calais et Grande-Synthe, vont se multiplier sur l’ensemble du territoire Français, sont destinés à durer. Qu’ils sont inévitables. Qu’il faut nous habituer à vivre avec et même les prendre en compte dans le développement de nos villes.
La Jungle, futur quartier calaisien ? Avec ses bars branchés, son restaurant, ses mosquées ? C’est inévitable, on vous dit ! Impossible de l’empêcher, alors autant l’organiser. Le gérer. Pour que ça se passe au mieux.
Mais les populations autochtones pendant ce temps ? Qui leur demande leur avis ? Qui se soucie de leurs intérêts ?

Personne, assurément. Car l’intérêt des Européens, c’est bien de voir ces camps démantelés et leurs occupants expulsés. Regardons plus en détail.

S’il faut gérer et organiser les camps de migrants clandestins, il faut fournir aux occupants de ces camps un certain nombre de services élémentaires : eau courante, chaude et froide ; tout-à-l’égout ; électricité ; accès aux infrastructures de santé. Bref, des investissements importants, et un coût de fonctionnement conséquent.
Or, les clandestins peuplant ces camps sont, chacun le sait, des gens miséreux. Ils n’ont aucun revenu, leur épargne éventuelle a été siphonnée par les passeurs, leur famille ne peut leur envoyer d’aide financière. Sauf rares exceptions, ils n’ont pas de compétences à haute valeur ajoutée, et ne pourront au mieux occuper que des emplois précaires et très mal payés.
Bref, l’ensemble de la facture sera à la charge des pouvoirs publics, c’est-à-dire des Européens, qui paieront soit en voyant leurs impôts augmenter, soit en subissant une baisse de la qualité des services publics et des prestations sociales.

Les camps de clandestins sont également une problématique en termes de sécurité publique. Cyrille Hanappe le dit lui-même : si la police n’y est pas présente, les mafias s’y développent. Ce qu’il ne précise pas par contre, c’est que les migrants clandestins sont une population où le crime organisé peut opérer comme un poisson dans l’eau.
Les migrants clandestins sont des déracinés. Ils ont traversés des milliers de kilomètres, sont coupés de leurs familles, de leurs amis, de l’ensemble des structures sociales qu’ils connaissaient et où ils s’inséraient naturellement. Arrivés en Europe, la seule structure qu’ils connaissent est le groupe criminel qui les aura transportés. Ils vont donc, naturellement, avoir tendance à se tourner vers ces groupes criminels pour leur vie quotidienne. Les pouvoirs publics, sauf à consentir des investissements encore plus massifs, ne pourront pas concurrencer efficacement le niveau d’encadrement des groupes criminels.
Il suffirait que la police se déploie dans ces camps pour empêcher les mafias d’agir ? Voilà une vision bien naïve de la chose. Peu importe la présence policière au sein des camps, celle-ci sera de la pure poudre aux yeux. Coupés de la population environnante, étrangers aux us et coutumes des migrants clandestins, ne parlant pas la même langue que ces derniers, les policiers seront condamnés à patrouiller sans rien comprendre. Ils ne pourront qu’effleurer l’écume de ce qui se passe dans le camp, sans être en mesure d’empêcher mafieux et gangsters de prospérer dans l’ombre.
Ces camps seront donc de véritables havres de paix pour les mafias. Enracinées, protégées par la population, invisibles aux yeux des forces de l’ordre, elles pourront prospérer et se répandre dans les régions environnantes.

Quand aux moyens policiers détournés pour assurer l’ordre à l’intérieur des camps, ils manqueront cruellement aux populations autochtones des régions concernées. Car en plus des mafias et des groupes criminels, les clandestins eux-mêmes causeront de l’insécurité supplémentaire à une Europe qui n’en avait vraiment pas besoin.
Dans leur immense majorité, les migrants clandestins sont des hommes seuls. Sans travail, ils n’ont pas grand-chose à faire de la journée et vont donc traîner dans les rues des villes environnantes. Sans argent, ils ne consommeront pas, ou très peu, et n’apporteront aucune plus-value aux commerces locaux. Par contre, ces regroupements d’hommes seuls aux coutumes et pratiques étrangères créeront un sentiment d’insécurité qui fera fuir les touristes et incitera les locaux à rentrer directement chez eux après le travail sans s’attarder dans l’espace public.
Les migrants clandestins passeront leurs journées dans les rues des villes et villages environnant. Ils seront entourés de maisons périurbaines laissées sans surveillance, les deux occupants travaillant pendant la journée. Peu importe les moyens policiers engagés, les clandestins n’auront aucune difficulté à pénétrer dans ces maisons pour voler ce qu’ils y trouveront.
Ces hommes seuls venant de pays où le rapport aux femmes est radicalement différent de l’Europe, ils auront tendance à se comporter avec les Européennes de façon inappropriée (dans le meilleur des cas). Le harcèlement de rue, déjà un fléau dans les grandes villes occupées par la racaille, deviendra le quotidien des femmes vivant à proximité des camps. Il est même à craindre une multiplication des agressions sexuelles, voire des viols : n’oublions pas Cologne ! Mais sans doute les associations d’aide aux clandestins nous expliqueront que les victimes exagèrent…

Et ne parlons pas du risque terroriste… L’Etat Islamique a largement annoncé qu’il avait envoyé des centaines de ses opérateurs parmi les flux migratoires, avec pour but de commettre des attentats en Europe. Qu’est-ce qui garantit aux Européens que les migrants clandestins qui s’installent dans ces camps ne sont pas des terroristes prêts à frapper dès que l’ordre leur viendra de Syrie ? Ou même qu’il n’y a pas, parmi ces migrants clandestins, d’individus qui décideront un jour, tout seul, de se racheter leur conduite auprès d’Allah en livrant le djihad contre l’infidèle ?
Il ne s’agit pas, loin sans faut, d’un fantasme ou d’une exagération. Le Pakistanais Riaz Khan Ahmadzai, qui a blessé cinq personnes à la hachette dans un train de Wurtzbourg (Allemagne) avant d’être abattu par la police, était un demandeur d’asile. Mohammad Daleel, le Syrien auteur de l’attentat-suicide d’Ansbach, en Allemagne, était un migrant. Tarek Belgacem, le terroriste tunisien qui a attaqué le commissariat de la Goutte d’Or et a été tué par les policiers en faction, était un migrant. Mohammad al-Mahmod et Ahmad al-Mohammad, kamikazes du Stade de France le soir du 13 novembre 2015, étaient des migrants entrés en Europe par la Grèce.

Et c’est cette situation qu’on voudrait imposer aux Européens ? Sans leur demander leur avis, sans les consulter, on devrait les faire payer, rogner leur qualité de vie, mettre leur sécurité en danger ? Et tout ça pour quoi ? Au nom de quoi les Européens seraient obligés d’accueillir des gens à qui ils ne doivent rien, avec qui ils ne partagent rien, et qui n’ont rien à leur apporter ? Parce qu’il ne serait pas possible de faire autrement ?
La vérité c’est qu’il y a une solution aux problèmes causés par la présence massive de migrants clandestins sur le sol européen : il s’agit de les expulser.

Gabriel Florent
Directeur national – Les Identitaires

http://fr.novopress.info/200952/les-europeens-nont-pas-a-...

Les commentaires sont fermés.