Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2016

Ni angélisme, ni fatalisme

État d’urgence ou pas, les bandes criminelles des banlieues n’entendent pas céder un pouce des territoires perdus de la république qu’elles contrôlent pour y exercer leurs trafics et leurs exactions. Samedi à Viry-Châtillon (Essonne) dans la cité de La Grande Borne, classée par antiphrase Zone de sécurité prioritaire (ZSP), deux policiers ont été grièvement brûlés par un cocktail Molotov -l’un d’eux, un jeune homme de 28 ans, se trouve entre la vie et la mort- lors de l’attaque de leur véhicule par  une quinzaine de racailles. Nous le savons, la carte de France des cités sensibles,  le gouvernement en répertoriait plus de 750 il y a vingt ans, le site du ministère de la Ville pointait 1500 quartiers prioritaires en 2014,  est tout simplement celle de l’immigration de peuplement. Le JDD nous révèle lui dans son dernier numéro « la carte de France de la radicalisation islamique »,  d’après des informations obtenues du ministère de l’Intérieur et du parquet de Paris.

« La carte de France de la radicalisation islamique met en lumière huit départements concernés par plus de 300 signalements chacun » rapporte le JDD mais « aucun n’est épargné par le phénomène, les signalements affluent de toutes les parties du territoire. Les plus gros contingents de radicalisés se recrutent dans les zones urbaines (la région parisienne, le Nord, le Rhône, l’arc méditerranéen),  des zones à forte densité, d’anciens bassins industriels, foyers traditionnels d’immigration », précise l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat).

Les services de police et de renseignement français ciblent environ 15.000 individus susceptibles de constituer une menace terroriste,  2000 seraient liés à des filières djihadistes, 4000 susceptibles de passer à l’acte en France. La plupart des radicalisés ont entre 18 et 25 ans; 18% sont mineurs…

Un contexte qui permet de comprendre d’autant mieux les inquiétudes, la levée de boucliers des Français habitant les communes concernées par les ordres du gouvernement de disperser les migrants économiques, les potentiels terroristes infiltrés, et autres immigrés clandestins de la jungle de Calais. Celle-ci devrait être démantelée dès la semaine prochaine. Une simple première vague d’installation dans des Centres d’accueil et d’orientation (CAO) de onze régions note Bruno Gollnisch, puisque les députés PS et LR au Parlement européen (à l’exception de Brice Hortefeux qui s’est abstenuont voté pour l’accueil de 30 000  migrants supplémentaires.

« Depuis des mois »,  rapporte L’Express, « les préfets cherchent des places d’hébergement. Et devant l’urgence, la pédagogie est un peu passée à la trappe. Les maires sont entre deux feux, d’un côté l’Etat ne nous donne aucun moyen de refuser, de l’autre une population hostile « , explique Michel Maisonnette, édile divers droite de Valfleury ( Loire) ». Le Front National a pris la tête de la fronde contre la multiplication des petits Calais et le lancement de sa charte Ma Commune sans migrants. Et le magazine de citer les propos de Frédéric Boccaletti, secrétaire départemental FN du Var, dont l’opinion et partagée par la majorité de nos compatriotes: « Des Français dorment dans la rue alors que l’on va loger des migrants qui ne repartiront jamais, il faut les expulser, ce sont des lâches, ils ont laissé leur femme et leurs enfants dans des pays en guerre ».

Français qui ne sont jamais consultés sur cette politique d’immigration massive par les partis du Système quand ils sont au pouvoir. Français qui doivent donc impérativement se saisir des déterminantes échéances électorales de 2017 pour faire entendre la voix de la résistance et inverser ce processus mortifère.

Philippe de Villiers l’a affirmé de nouveau dans les colonnes du Figaro,  « la France est en train de mourir, elle s’effondre de l’intérieur. Elle devient une société multiculturelle. Nous allons devoir affronter la guerre que nous ne voulons pas nommer. Et la classe politique va connaître le chaos. »  « Les fautes sont trop lourdes. L’imputation sera terrible. Comment les élites mondialisées pourraient-elles en effet s’exonérer de leur responsabilité devant l’histoire, d’avoir installé chez nous, depuis les années soixante-dix, une colonisation à rebours, préparant ainsi les prodromes d’une nouvelle guerre de religion inouïe depuis le XVIème siècle. »

Alors quid de l’avenir? Georges Bernanos l’écrivait finement dans Les grands cimetières sous la lune,« l’optimiste est un imbécile heureux, le pessimiste est un imbécile malheureux. » Le FN rappelle Bruno Gollnisch a évité tout au long de son histoire, le double écueil  de l’angélisme et du fatalisme.  Certes, il est déjà très tard, mais nous estimons,  contrairement peut-être au créateur du Puy-du-Fou, que la situation est encore réversible et que le pire peut être évité. Pour peu que les Français nous accordent leur confiance.

http://gollnisch.com/2016/10/10/ni-angelisme-ni-fatalisme/

Les commentaires sont fermés.