Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2016

Le cirque imposé à Calais doit quitter la ville

L'effet sur l'opinion publique de ce camp de Calais, organisé, si l'on ose dire, en 2015 par les communicants qui nous gouvernent, commençait à s'émousser. On l'avait appelé très vite jungle dans l'espoir sans doute qu'un Rudyard Kipling de notre temps viendrait en écrire le livre. Las, si en France on aime beaucoup son auteur, celui-ci méprisait profondément nos concitoyens, au point de conseiller: "si tu vas chasser le tigre, évite de le faire en compagnie des Français". Il fallait en finir avant que ce scandale développe ses ultimes conséquences, se retournant de plus en plus contre les principaux responsables.

Ce 24 octobre le pouvoir avait convoqué quelque 800 journalistes du monde entier afin de couvrir dignement cet épisode indigne. On savait pourtant dès le départ qu'il ne changera rien, quant au fond de l'affaire, à des flux migratoires. Ceux-ci, dissimulés sous le couvert abusif du droit d'asile et de la convention de 1951 relative aux réfugiés, ne doivent rien aux malheurs du tiers-monde, mais tout au contraire aux généreuses prospérités de l'occident et aux lâchetés de ses dirigeants en Europe.

Le ministre de l'Intérieur, lui-même absent d'une scène pilotée à distance, comme la chirurgie moderne sait aujourd'hui à le faire entre New York et Paris, était parvenu à programmer, dans plus de 400 recoins les plus reculés de notre bel Hexagone, la dissémination des métastases.

Les oncologues savent et le public ne l'ignore guère : en pratique lorsqu'est atteint un tel nombre d'organes la maladie n'est plus opérable. Mieux vaut s'investir dans la prière.

Autrefois lecteur attentif de "l'Enquête sur la Monarchie", livre suivi comme chacun devrait le savoir d'une "Campagne royaliste au Figaro", mais aussi de "Si le coup de force est possible", je m'empresse d'avouer être resté sceptique quant aux conclusions de cette démonstration brillante.

Elle aboutissait en effet à ce qu'il ne fallait pas démontrer. Elle agrée, sans en examiner le fondement, la candidature au titre de roi, d'une branche dynastique plus funeste encore que celle des Napoléonides. Si l'on ne croyait pas à la part d'hérédité, si on doutait de la sagesse populaire aux yeux de laquelle les chines ne font pas des chats, l’observation de ces spécimens suffirait à nous guérir de toutes les bourdieuseries et autres théories du genre. En effet, la descendance du mari de la princesse Palatine, du Régent et de Philippe Égalité, etc. par haine de ses aînés, et pour l'avènement des régimes affreux dans lesquels nous croupissons, a fait plus en Europe que tous les carbonari, juste bons eux-mêmes à agrémenter de crème fraîche les plats de tagliatelles.

Or, dans le vieux grimoire maurrassien, et s'il n'en était qu'un, un chapitre mérite encore qu'on le parcoure : la réponse de Paul Bourget. Je me permets ici de le résumer en une phrase : contre la dictature il souligne que "la chirurgie n'est pas une santé". Or, là aussi, on doit recourir à la sagesse historique des Anciens Romains : ils avaient institué cette dignité diffamée, à titre obligatoirement provisoire, précisément pour pouvoir revenir à la santé.

On peut se demander aujourd'hui si tout cela ne ressemble pas à la situation actuelle d'une Europe affligée aujourd'hui du Liberum veto qui paralysa le royaume de Pologne et le mit à mort au XVIIIe siècle, pour le grand profit des tsars de Moscou. Il faut parfois, de toute évidence, accepter de recourir à un passage sur le billard et à un petit moment de convalescence. Il apparaît de façon plausible que telle soit la situation du continent.

Il se trouve malencontreusement qu'une erreur de recrutement a confié le bistouri aux mains inexpertes plus maladroit des anesthésistes.

Les seuls actes de gouvernement auxquels se livre, depuis 2012, le président le plus nul des cinq républiques que nous avons subies, sont des opérations "com". Leur inconvénient tient ce que, malgré tous les artifices de court terme qu'elles comportent, on finit assez vite par en découvrir les effets.

Une à une les ruses de Hollande tombent donc à l'eau. Ses plaisanteries, ses lapsus volontaires tel "les Américains vont élire une présidente", ses frasques même ne font plus rire personne. Le clown doit retourner à son école du cirque. Il n'aurait jamais dû la quitter.

JG Malliarakis

http://www.insolent.fr/

Les commentaires sont fermés.