Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2017

La panique!

Marine tenait hier soir à Marseille sa dernière réunion publique avant le premier tour. D’un appel à la mobilisation l’autre,  celui  contre la candidate du FN se poursuit de plus belle. Dans le registre basiquement antinational,  on a pu lire la tribune  de Jean-François Dérec sur le site cornaqué par Anne Sinclair, Un très médiocre comique, engagé un temps dans une émission de Laurent Ruquier, dans lequel il empile les outrances sur le FN sous le prétexte de dissuader son « neveu » de voter Marine. Parrain de Sos racisme, mettant souvent en avant  son origine juive polonaise comme gage de sa bonne foi , le piètre  Dérec  n’en fut pas moins condamné en octobre 2012, par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir traité un vigile de « sale nègre ». Quand on monte au cocotier pour  accuser la FN de racisme, la moindre des choses est d’avoir la culotte propre… n’est-ce pas Jean-François ? A l’autre bout de la chaîne, c’est l’ambassadeur  de France aux Etats-Unis, Gérard Araud, auparavant en poste en Israël et à l’Onu, qui  dit tout le mal qu’il pense du FN dans Libération.  M. Araud qui s’était  déjà  ridiculisé par un tweet intempestif  déplorant l’élection de Donald Trump, « prendra sa retraite d’ici cet été » mais  son «  nom circule pour devenir conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron ». Dans le quotidien de Patrick Drahi,  M. Araud  apporte comme de juste son soutien  à son homologue, le tout aussi controversé  Thierry Dana, ambassadeur du Japon ayant fait part lui aussi de son antifrontisme  - la réponse que lui a adressé Bruno Gollnisch, qui a beaucoup circulé, a fait les délices  de nombreux diplomates en poste en Asie…

« Depuis un café  huppé » de Manhattan où il est questionné, Gérard Araud débite surtout les mêmes poncifs, mille fois ressassés, les mêmes approximations et lieux communs sur le FN, l’Europe, les vertus de la démocratie libérale bruxelloise et de l’exode de nos jeunes diplômés vers la Silicon Valley. Hors-sol, coupé des réalités françaises  jusqu’à la caricature, M. Araud semble en effet posséder  toutes les « qualités » pour devenir conseiller de M. Macron, si par malheur pour le rayonnement de la France et le devenir des Français ce dernier était élu le 7 mai prochain.

Dans Le Monde, le niveau de l’analyse reste toujours aussi pathétique sous la plume de  la dénommée Deborah Gutermann-Jacquet,  qui entend lever le voile ou arracher le masque du FN de Marine Le Pen. Psychanalyste lacanienne de son état, spécialiste de l’étude des genres (sic), collaboratrice comme il se doit du site de l’escroc intellectuel  BHL, La règle du jeu, Mme Gutterman-Jacquet, à défaut de profondeur,  ne fait pas  dans la finesse  mais dans la cuistrerie et le verbiage creux. « Rouge à gauche, bleu à droite, et bleu marine à l’extrême droite. Bleu marine, c’est bleu foncé, manière maligne de recouvrir le triste brun du fascisme. D’autant plus maligne que le mouvement de dédiabolisation repose sur la dissimulation du patronyme derrière l’exhibition du prénom, et l’association d’une redondance qui fait signe : l’ajout du bleu au Marine. » Mieux vaut en rire qu’en pleurer ! La prose de la brave Déborah est bien évidemment  encensée sur le site  régional  du  groupuscule d’extrême gauche Scalp qui se félicitait de  « l’appel des 500 psychanalystes à voter  contre Marine Le Pen et le parti de la haine », lors d’un forum organisé le 8 avril par l’Association de la cause freudienne (sic) qui a réuni… une  demi-douzaine de profs barbus, un punk à chien égaré, et une poignée de militants associatifs très,  très  fatigués… Le même raout dans une version plus médiatico-branchouille,  s’est déroulé mardi soir à Paris devant là aussi, un très maigre public.

Plus classiquement, est-il rapporté aujourd’hui, pour le dernier conseil des ministres avant le premier tour, François Hollande a exhorté ses ministres à « se battre jusqu’à dimanche contre nos adversaires », en l’espèce Marine Le Pen,  François Fillon  et Jean-Luc Mélenchon… mais avec comme toujours une mention spéciale pour  la candidate national. Le plus impopulaire des présidents de la cinquième république a  demandé à ses derniers fidèles, comme il le fit au profit de Jacques Chirac face à Jean-Marie Le Pen en 2002,  à «  appeler à voter sans barguigner pour le candidat qui sera face à Marine Le Pen, quel qu’il soit ».

La gauche hollywoodienne suit elle aussi avec attention la présidentielle en France et prodigue ses conseils aux Français, ce qui s’avère souvent contre-productif. Après Madonna,  l’humoriste John Oliver (last week tonight)  sur la chaîne HBO,  c’est au tour de la  chanteuse  de variétés  sur le retour,  Cher,  d’exprimer toute la subtilité de sa réflexion politique sur twitter :   « À tout le monde : si le Front national, parti nazi et négationniste, et Marine Le Pan (sic) devient présidente, nous sommes baisés ! Ne dites pas que c’est juste la France, faites des recherches sur Google ! » On touche le fond ?

Dans la même veine les acteurs  Danny Glover et Mark Ruffalo,  la scénariste et féministe Eve Ensler (à qui on doit l’inénarrable pièce  Les monologues du vagin) ont signé une pétition en faveur du vote Mélenchon  sur le site Move On. « Nous demandons aux progressistes français de s’unir au premier tour afin de garantir qu’un candidat progressiste passe au second tour, pour que les électeurs français n’aient pas à choisir entre le libéralisme des entreprises et le populisme xénophobe ».

S’il est du dernier chic pour une partie de  la gauche bobo qui se pince le nez devant les salauds de pauvres et autres patriotes qui plébiscitent le  FN,  de voter pour le candidat socialo-trotskyste, il y a des soutiens moins glamour que d’autres. Outre les membres du show-biz cités plus haut,  le linguiste et philosophe libertaire  Noam Chomsky a également signé cette pétition  en faveur de M. Mélenchon.  Antisioniste militant, pro-palestinien,  il s’est prononcé également   contre la fin des persécutions dont est victime le  lanceur d’alerte  Edward Snowden, – comme Bruno Gollnisch et Jean-Luc Mélenchon notamment  qui souhaitent que  lui soit  accordé l’asile politique en France– mais aussi contre la loi liberticide Fabius-Gayssot.  Pas de quoi affoler outre mesure les sourcilleux gardiens  du dogme  tous ceux qui misent  sur le Tout sauf Marine .  Un cri de ralliement qui du  PS aux loges, de Bruxelles à Wall Street, de Mélenchon au Medef, s’apparente à un cri de panique.  Avec une fureur qui en dit long sur la peur des « élites » de se faire botter les fesses par la France d’en bas.

https://gollnisch.com/2017/04/20/la-panique/

Écrire un commentaire