Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2017

Législatives: les surprises des investitures d’En Marche

Si selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico les trois quarts des Français jugent positivement le profil des candidats de La République en Marche, ce n’est pas le cas de tout le monde. Dès hier soir François Bayrou a manifesté son mécontentement pour ne pas dire sa colère. L’accord conclu entre le MoDem et En marche n’aurait pas été respecté. Selon le maire de Pau, il prévoyait un quart des circonscriptions pour le MoDem.

Il y a ceux qui se sont retrouvés candidats avec l’étiquette En Marche sans l’avoir demandé. Ainsi Mourad Boudjellal, le président du Rugby club toulonnais. Contacté par franceinfo, La République en marche a reconnu « une petite erreur matérielle », provoquée par « un mauvais copier-coller ». Il y a aussi Stéphane Saint-André, député PRG sortant du Pas-de-Calais. L’élu dit pourtant avoir refusé l’investiture. Et encore François Pupponi, député socialiste sortant du Val-d’Oise, désigné candidat EM alors qu’il a déjà été investi par le Parti socialiste, toujours selon les informations de franceinfo.

Autre surprise, autre source de mécontentement, en Bretagne cette fois. Selon Ouest-France, Jean-Yves Le Drian, ex-ministre de la Défense, soutien d’Emmanuel Macron et président du conseil régional de Bretagne n’était pas au courant de l’investiture de Gaspard Gantzer dans la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine, celle de Rennes-Nord.

Si Jean-Yves Le Drian ne s’est pas exprimé publiquement, le 1ervice-président de la région, Loïg Chesnais-Girard, dénonce un « parachutage ».

Pour rappel, Gaspard Gantzer, énarque de la promotion Léopold Sédar Senghor (celle d’Emmanuel Macron) est un très proche collaborateur de François Hollande : conseiller chargé des relations avec la presse, chef du pôle communication à la présidence de la République.

Après l’investiture qui ne passe pas, celle qui est retirée aussitôt après avoir été attribuée. Cela concerne le député MoDem sortant de La Réunion, Thierry Robert. L’homme été condamné en 2016 pour diffamation et, révèle L’Express, il est actuellement visé par au moins trois enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Saint-Pierre entre janvier et mars 2017.

L’une porte sur des soupçons d’emploi fictif liés à l’embauche d’un ancien assistant parlementaire, une autre vise des soupçons de harcèlement sexuel sur une ancienne employée et une dernière concerne un dossier de favoritisme sur l’attribution d’un marché public.

Thierry Robert n’aura été condidat En Marche que quelques heures puisque le mouvement l’a rayé de sa liste dans la soirée. Cela fait donc un MoDem de moins alors que François Bayrou trouve qu’il n’y en a pas assez et convoque en urgence un Bureau politique ce soir.

http://www.bvoltaire.fr/actu/legislatives-les-surprises-d...

Les commentaires sont fermés.