Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2017

Bienvenue dans la post-démocratie !

La campagne présidentielle aura vu le débat confisqué par la finance, les médias, la justice. En parallèle, le contrôle social notamment sur internet n’a jamais été aussi fort. Bienvenue en post-démocratie, un régime où l’on donne la parole au peuple, du moment qu’il dit ce qu’on attend de lui.

La plus folle des campagnes, titrions-nous avec une certaine indulgence en février dernier. Alors que la France vit une crise politique, économique, identitaire sans précédent, jamais en effet campagne électorale n'aura-t-elle été aussi marquée par le hold-up des médias, des politiciens, des juges et des grandes entreprises - bref, du Système que nous évoquions dans notre dossier de mi-mars dernier. Système qui au nom de ses intérêts, aura confisqué le débat public à coups de candidats promus comme on fait pour une marque de lessive 2.0. Il y avait aussi les indésirables, stigmatisés dans des campagnes de presse matraquant des arguments complaisamment « fuites » par des juges partisans, le tout avec le soutien financier de grandes entreprises à la manœuvre pour imposer leur agenda supranational et libéral ou libertaire pour faire passer la pilule.

Ajoutez à cela l'Europe qui dépouille nos dirigeants de l'essentiel de leurs prérogatives et vous comprendrez que nous ne vivons plus la politique que comme un simulacre. Dans notre « démocratie », les médias centraux sont les gardiens du consensus et tentent de faire taire les voix dissonantes à coups d'accusations de « fake news » et de gloses sur « la post-vérité ».

La campagne d'Emmanuel Macron aura été à ce titre un cas d'école parfait jusqu'à la caricature. Se présentant devant le peuple, il n'est en fait que le VRP des intérêts de l'oligarchie contre ce même peuple. Et si les puissances de l'argent ont toujours entretenu des liens incestueux avec le pouvoir politique, jamais sans doute cela n'a été à ce point.

Son programme semble lui être dicté par le MEDEF et ses principaux soutiens sont, dès le début, des chefs d'entreprise, tel Laurent Bigorne, qui dirige l'Institut Montaigne, une très influente officine patronale elle hébergea En Marche ! à son lancement. Citons encore Marc Simoncini, PDG de Meetic ou encore Frédéric Mazzella, PDG de Blablacar. L'assouplissement (euphémisme) du droit social, l'uberisation de la société semblent tout droit sortis de leurs rêves les plus fous. Pas sûr en revanche qu'il corresponde aux intérêts des électeurs, qui sont toutefois sommés d'adhérer à ce programme de « progrès ».

L'électeur n'a de toute façon guère le choix, puisque les principales mesures économiques de Macron reprennent textuellement les recommandations de la Commission européenne, ce qui a au moins le mérite de la clarté. En effet, près de 80 % des textes législatifs votés en France sont la transcription du droit communautaire en droit français. Autant le dire ce ne sont plus les élus du peuple qui décident des grandes orientations qui les concernent. Et quand on connaît le processus de décision des instances bruxelloises, soumis à la pression constante de lobbies industriels et financiers, on se rend compte que la boucle est bouclée.

Hormis les candidats qui préconisent la sortie de l'UE, les prétendants à l'Elysée sont donc pour le moins hypocrites quand ils prétendent incarner le « changement », mais les apparences sont sauves et le bon peuple est prié de se mobiliser pour la grande échéance électorale.

Quand le marketing remplace le débat d'idées

Une mobilisation qui se fait d'ailleurs de plus en plus sous influence numérique. Si l’on connaît depuis longtemps la puissance du marketing sur Internet et l'impact des réseaux sociaux sur la vie des consommateurs, l'utilisation massive de ces outils dans le champ politique est plus récente. Information, pétitions en ligne, budget ou rédaction de loi participative pour le côté citoyen, ciblage des électeurs, actions de marketing pour les candidats, les « civic techs » ont le vent en poupe.

Là encore, Macron en fournit un exemple abouti en important en France des méthodes qui ont fait leurs preuves pour Obama en 2012. Avec ses milliers de « marcheurs », il a recueilli des dizaines de milliers de témoignages enregistrés puis passés dans les moulinettes du « Big data », le traitement de masse de l'information.

Proxem, son prestataire, a ainsi pu non seulement identifier les problèmes concrets que se posent les gens, par catégorie et bassin de population, mais aussi les mots avec lesquels ils expriment leurs préoccupations. Facile alors pour Macron de parler à Quimper avec les mots des pêcheurs et de créer une identification à la « marque ». Facile aussi de présenter un programme aux allures consensuelles, qui semble ratisser aussi bien à droite qu'à gauche, ou plutôt ni à droite ni à gauche, la post-démocratie postulant l'existence d'une vérité politique objective, hors du champ de l'opinion, bref, le gouvernement des experts.

Les médias traditionnels sont d'ailleurs aussi fervents partisans de cette « vérité objective », qu'ils défendent jalousement contre leurs concurrents alternatifs, coupables de ne pas distiller à longueur de colonnes la pensée unique. Autrefois contre-pouvoir, ils sont en effet maintenant des rouages essentiels de celui-ci, rouages soigneusement huilés à coups de subventions et surtout d'argent privé. La majorité des médias est désormais entre les mains de huit grands groupes industriels et financiers, pour qui ils sont de naturels débouchés publicitaires, mais surtout de formidables outils d'influence.

« Quand les journalistes m'emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ils me foutent la paix », se vantait Xavier Niel, le richissime patron de Free. Avec son concurrent Patrick Drahi, à la tête de SFR, ces deux tycoons des télécoms détiennent ou ont des participations significatives dans Le Monde, L'Obs, Télérama, L'Express, Libération, L'Expansion, RMC, BFMTV, etc.

Autant de titres qui ont apporté leur soutien plus ou moins visible au candidat En Marche ! Plus de cinquante Une dans la presse écrite (L'Obs mettant encore Macron en tête de gondole la semaine précédant le 1er tour !), sans parler de ses apparitions télévisuelles vantant sa jeunesse, son dynamisme, sa « vision ». Niel et Drahi n'auront pas tellement eu à forcer leurs employés, d'ailleurs, tant Macron est en ligne avec l'idéologie dominante qu'ils défendent tous peu ou prou européisme, libéralisme, attentisme, immigrationnisme, « progressisme » social... En matière de diversité, on aura fait mieux, mais là encore, la post-démocratie s'accommode très bien des 50 nuances de gris de cette forme de pluralité de l'information.

La loi confisquée par les juges

Le traitement médiatique des affaires pendant la campagne aura été particulièrement révélateur de ce soutien. Trafic de médailles, déclaration de patrimoine à trous, frais de bouche de Bercy... la litanie des casseroles macronniennes, sitôt sorties dans la presse, sitôt enterrées par des démentis du candidat pris pour argent comptant par nos confrères donne le vertige.

À l'inverse, pour Fillon, pas une semaine sans que Le Canard ne sorte un nouvel épisode du PenelopeGate, du CostumesGate et pourquoi pas du CaleçonsGate. Il fallait en général moins de 24 heures pour que le moindre rebondissement judiciaire aboutisse dans les médias... et là, le sens critique de nos confrères vis-à-vis de la défense était bien affûté. Même combat d'ailleurs pour Marine Le Pen et ses emplois présumés fictifs au parlement européen.

La presse n'aurait donc pu discréditer le candidat conservateur, principal obstacle entre Macron et l'Elysée et créer un bruit médiatique propre à annihiler tout débat de fond sans le concours bienveillant de la justice. Celle-ci contribue pour beaucoup à développer la postdémocratie. Les juges nourrissent la presse, bien sûr, mais surtout ils confisquent le pouvoir législatif au peuple. Toute loi votée peut être retoquée par le Conseil constitutionnel, le plus souvent au nom de la Déclaration des droits de l'homme, interprétés de manière discrétionnaire.

Et au-dessus du Conseil constitutionnel, la Cour européenne des droits de l'homme produit sa jurisprudence abondante et contraignante, qui peut invalider les lois nationales. C'est elle par exemple qui a rendu une série d'arrêts bloquant une bonne partie des reconduites de clandestins à la frontière ou qui a condamné la France pour avoir refusé de transcrire les actes de naissance d'enfants nés d'une GPA à l'étranger, pratique pourtant illégale dans notre pays.

Richard Dalleau monde&vie  27 avril 2017

Les commentaires sont fermés.