Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

La baudruche du pseudo Jupiter se dégonfle-t-elle?

C'est avec avidité, et une belle unanimité, que, dès le début de la semaine, les commentateurs de l'éphémère se sont rués sur un sondage d'opinion publié dimanche 23 juillet. Ce jour-là en effet l'AFP diffusait la nouvelle d'une baisse de 10 points, en un mois, de la cote de popularité du président Macron.

Jusque-là, les mêmes commentateurs agréés, les mêmes instituts de sondage, les mêmes observateurs de girouettes en avaient fait le roi de la montagne. Certains pensent même que leurs pronostics pendant la campagne présidentielle avaient produit un effet auto réalisateur. À force de nous dire que c'est la mode, cela devient la mode.

À vrai dire cependant, on attendait désormais avec impatience le commentaire ou l'enrobage des faits qu'en ferait le très boboïsant Castaner porte-parole du gouvernement, si habile ce 21 juillet, deux jours plus tôt à accuser le général Pierre de Villiers d’avoir été "déloyal dans sa communication" et d’avoir "mis en scène sa démission"(1)⇓ Il a donc certainement quelque chose à nous dire sur la chute vertigineuse de popularité du chef de l'État.

Que s'est-il donc passé de si négatif entre juin et juillet ?

Tout lui réussissait jusque-là nous démontrait-on.

Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il changé ?

N'a-t-on pas dans cette séquence, républicaine en diable, franchement battu tous les records du genre.

Or, les sondages ne sont en général invoqués, et approuvés, que lorsqu'ils indiquent ce que nous avons envie d'entendre. Chaque fois qu'ils donnent des résultats qui nous déplaisent, nous nous souvenons des vices logiques et scientifiques qui les décrédibilisent. Ils ne résultent certes pas d'une science exacte, mais ils nous disent quelque chose de la réalité de l'opinion.

Et dans le cas précis les faits eux-mêmes sortent de l'ordinaire ;

Le candidat Macron se réclamait d'une double appartenance inédite "et de droite et de gauche".

Le chef de l'État dont on nous assure que le monde nous l’envie, alors qu'une bonne partie de l'Europe le regarde de plus en plus comme l'objet d'une dérision naissante

La symétrie des erreurs explique en effet la généralité du désamour.

À droite, la crise ouverte par les déclarations du président contre le chef d'État-major des armées n'est ni refermée ni même dénouée. Elle ne s'est interrompue par la démission du chef d'État-major des armées que d'une manière temporaire. Il subsiste hélas d’autres dommages difficilement réparables et le ministre de la Communication est venu en apporter l'aggravation. Cela confirme une impression générale : les dépenses que l'on qualifie ordinairement de régaliennes : défense nationale, diplomatie, missions de maintien de l'ordre, administration de la justice, missions fondatrices de l'État sont devenues des parents pauvres, occultées par celles, d'invention récente, qui mobilisent la démagogie clientéliste.

À gauche, l'affaire des prestations APL, rognées de 5 euros, provoque un haut-le-cœur bien compréhensible. Elles ne relèvent pas, en principe, de l'État mais de la sécurité sociale. Versées par les caisses d'allocations familiales, ces dernières n'ont même pas été consultées, aboutissement d'un processus d'étatisation remontant au plan Juppé, à la réforme constitutionnelle de 1996 et aux ordonnances subséquentes. Cette affaire donne le sentiment plutôt écœurant que l'on cherche à faire des économies sur le dos des plus pauvres. Et elle confirme que le nouveau gouvernement représente purement et simplement la prise du pouvoir par les technocrates de Bercy, dès gens totalement coupés des réalités sociales  (2)⇓.

Au centre, beaucoup de gens imaginaient la renaissance des débats et de la vie parlementaire. C'est le contraire qui s'est produit et la séance du 25 juillet a montré à cet égard que l'on peut toujours descendre plus bas.

Le prétendu état de grâce n'était qu'un mythe. Reste à avoir désormais jusqu'où ira désormais le processus de désenchantement.

JG Malliarakis

Apostilles

  1. Et dans les colonnes du Figaro, s'il vous plaît... 
  2. cf. notre chronique du 20 juillet < a href="http://www.insolent.fr/2017/07/necessite-dune-rupture-ave...">Nécessité d'une rupture avec Bercy 

http://www.insolent.fr/

Les commentaires sont fermés.