Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2018

Arrêtez d’emmerder, d’infantiliser, de racketter les Français !

soumission.jpgOublions  les 350 000 euros qu’Edouard Philippe a pris dans nos poches de cochons de contribuables   pour louer un avion privée entre Tokyo et Paris, le Premier ministre nous veut du bien! :  « Je sais que, si nous annonçons cette mesure, je serai critiqué. Mais je sais qu’elle va sauver des vies, et je veux sauver des vies. Je comprends les arguments, et même la mauvaise humeur, mais je ne le fais pas pour augmenter les recettes de l’Etat – d’ailleurs, nous annoncerons des choses à ce sujet. Et si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j’accepte de l’être. » C’est en ces termes que M. Philippe  a justifié le souhait du gouvernement d’abaisser à 80 km/h la vitesse des automobilistes  sur les 400 000 kilomètres de notre réseau routier, départemental ou national, hors agglomération, sur lequel la vitesse maximale autorisée est de 90 km/h. Il se base sur un rapport (en date de 2014) du Conseil national sur la Sécurité routière (CNSR) qui présente cette baisse comme une solution efficace pour faire reculer la mortalité sur les routes de notre réseau secondaire. Il est rappelé que la généralisation des radars automatiques et des contrôles a entraîné ces dernières années une baisse sensible du nombre de tués dans des accidents mortels ou la vitesse  excessive était en cause. L’exemple suédois est même mis en avant avec sa limitation sur les routes à 70 km/h, sa très faible mortalité routière, ses amendes faramineuses, très dissuasives, contre l’alcool au volant,  ses automobilistes disciplinés… Mais pourquoi ne pas citer aussi le cas du Danemark,  autre pays nordique où a contrario  la vitesse maximum autorisée a été finalement relevée ces dernières années  de 10 km/h…tandis que la mortalité sur les routes baissait dans le même temps de 13%.

La ligue de défense des conducteurs  (LDCa eu beau jeu de rappeler que les résultats complets de l’expérimentation menée en France sur  l’abaissement de la vitesse à 80 km/h n’ont pas été communiqués par le gouvernement. « On sait dorénavant que cette expérimentation a été faussée dès le départ par les autorités. En effet, des aménagements de chaussées et la pose de systèmes de sécurité ont été réalisés dès le début de l’expérimentation sur les tronçons routiers choisis pour cette dernière, faussant nécessairement le test du gouvernement. »

La LDC poursuit: « la supercherie découverte, voilà l’expérimentation subitement considérée par le gouvernement comme non satisfaisante. La Délégation à la Sécurité Routière reconnaît même que la période considérée et le faible nombre de kilomètres concernés sont trop faibles et qu’une étude scientifique aurait dû durer cinq ans. Dès le début, les pseudos experts auraient donc dû savoir que l’expérimentation était faussée ! (…) Le gouvernement s’appuie même sur une estimation totalement erronée, soutenant l’idée que vitesse et mortalité routière sont liées par la règle mathématique de Nilsson  –  règle dite  du « modèle empirique agrégés du risque » citée par  le rapport de la CNSR pour en déduire, comme Edouard Philippe,  que  200 à 400 vies pourraient être sauvées chaque année sur nos routes en cas de baisse de la vitesse à 80 km/h, NDLR. Or, selon la Société de Calcul Mathématique, que la Ligue de Défense des Conducteurs avait mandatée pour la réalisation d’une contre-étude, ce modèle,  1 % de vitesse en moins, c’est 4 % de morts en moins , n’a aucun fondement scientifique. D’après l’analyse de la Société de Calcul Mathématique, non seulement de nombreux facteurs pouvant influencer le résultat ne sont pas pris en compte, mais les données sont carrément manipulées. »

Nous le savons tous, si une  vitesse non appropriée  aggrave les conséquences d’un accident,  elle n’en est pas forcément la cause et n’explique pas la stagnation du nombre de tués sur les routes, voire sa légère hausse selon les périodes concernées comparées. Les causes principales  des accidents mortels, n’importe quel professionnel,  gendarme, pompier ou personnel du Samu vous le dira par expérience,  sont  le non respect des distances  de sécurité, l’utilisation du téléphone portable au volant, la conduite sous l’emprise de l’alcool, de psychotropes, de stupéfiants et les portions de routes accidentogènes qui ne vont pas en diminuant du fait des défaillances  inquiétantes,  dans certains secteurs,  du bon entretien du réseau…

Bref rappelons cette évidence, ce n’est  pas la voiture qui tue  mais le conducteur qui la conduit et les têtes brûlées, les  racailles au volant doivent impitoyablement sanctionnées. Mais il est certes plus facile pour ces gouvernements,  forts avec les faibles et faibles avec les forts, de taper au portefeuille nos compatriotes de cette France périphérique qui seront les premières victimes financières de cette baisse de la vitesse sur le réseau secondaire. La voiture est  un outil d’autonomie, un instrument de liberté individuelle, souvent un moyen indispensable pour se rendre au travail.  Toutes choses qui justifient  dans l’esprit de nos dirigeants d’en infantiliser les propriétaires – pourquoi pas, pendant qu’on y est,   baisser la vitesse demain à   60 km/h  en ligne droite, sur  route dégagée et par beau temps? –   de les soumettre à un racket fiscal permanent et d’employer les  grands moyens pour se faire.

La tolérance zero n’est appliquée que contre l’automobiliste.  Or,  comme le notait il y a déjà dix ans la LDC, « pour poursuivre les voyous, les voleurs, les forces de l’ordre manquent de moyens et de personnel. Mais pour vous persécuter sur la route, l’Etat mobilise des brigades entières de gendarmes ».

Bruno Gollnisch qui dénonce depuis longtemps, comme Marine par ailleurs,  la persécution systématique des automobilistes, ne prône pas le laxisme, et les  sanctions contre les chauffards doivent être particulièrement exemplaires. Mais il se souvient aussi de  cet avertissement de Georges Pompidou à Jacques Chirac en 1966 qui, le moins que l’on puisse dire,  n’a pas été suivi d’effet: «Mais arrêtez donc d’emmerder les Français ! Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! Foutez-leur la paix ! Il faut libérer ce pays ! » Le Front National entend défendre l’immense majorité des gens dont le seul tort est de ne pas appliquer en permanence à la lettre des réglementations absurdes concoctées par des bureaucrates dont la principale préoccupation n’est pas la sécurité, mais le rendement financier…quoi qu’en dise aujourd’hui le Premier ministre.

https://gollnisch.com/2018/01/09/arretez-demmerder-dinfan...

Les commentaires sont fermés.