Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2018

MARINE LE PEN : « L’AFFILIATION DE CES JUGES AU SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE NE PERMET PAS LES CONDITIONS DE NEUTRALITÉ NÉCESSAIRES ! »

Dans un tweet, Marine Le Pen a mis en doute l’impartialité du juge chargé du dossier libyen de Nicolas Sarkozy, lui prêtant des accointances avec le Syndicat de la magistrature, syndicat ayant exprimé par le passé des positions politiques extrêmement fermes contre Nicolas Sarkozy et contre elle-même. Pour Marine Le Pen, il est dérangeant qu’un responsable politique tombe systématiquement sur le même juge d’instruction, surtout lorsque celui-ci soutient le Syndicat de la magistrature.

Vous avez mis en doute l’impartialité du juge s’occupant du dossier de Nicolas Sarkozy en lui prêtant une accointance avec le syndicat de la Magistrature.
Nicolas Sarkozy aura-t-il droit à un procès équitable ?

J’ai posé une nouvelle fois le problème de l’affiliation d’un certain nombre de magistrats au syndicat de la Magistrature. Ce syndicat a exprimé des positions politiques extrêmement fermes. Ce fut le cas contre Nicolas Sarkozy lors de la campagne de 2012, et contre moi lors de la dernière campagne présidentielle.
Or, certains de ces magistrats sont au pôle financier. Ils ont été positionnés à cet endroit par les politiques. Il m’apparaît que leur affiliation à ce syndicat ne permet pas de remplir les conditions de neutralité nécessaires.
Nicolas Sarkozy ou nous d’ailleurs tombons étrangement toujours sur le même juge. N’y a-t-il que trois juges d’instruction en France ?
Il me semble tout de même dérangeant qu’un responsable politique tombe systématiquement sur le même juge, surtout quand ce juge exprime un soutien au syndicat de la magistrature.

Votre mise en cause pour avoir dénoncé les agissements de l’État islamique relève-t-elle de la même logique ?

Cela obéit à une autre logique. Aucune affaire nous concernant n’a été engagée sans demande du Parquet, c’est à dire à la demande du pouvoir politique. C’est une preuve que la justice est manifestement instrumentalisée par le pouvoir politique contre l’opposition. C’est extrêmement grave. Dans cette affaire de tweet, c’est le ministre de l’Intérieur lui-même qui avait annoncé publiquement qu’il allait réclamer des poursuites contre moi.
En France, un député de l’opposition n’a pas le droit de condamner les exactions de Daech en tweetant les photos de ses exactions. Il est pour cela traîné devant un tribunal correctionnel.
Nombre de pays étrangers regardent évidemment cela avec des yeux ronds.

Comment réagissez-vous à la volonté affichée de la majorité parlementaire de vouloir réduire la parole des députés sans groupe parlementaire ?

Cela a suscité une levée de boucliers cet après-midi dans le cadre des questions au gouvernement. L’opposition, dans sa quasi-intégralité, a quitté l’hémicycle à la suite d’une réponse de la Garde des Sceaux. Elle a indiqué avec un ton péremptoire qu’ils se considéraient capables de juger du fond des amendements déposés par les députés.
Ceci est d’abord une grave violation de la séparation des pouvoirs. Cela exprime par ailleurs la volonté mainte fois réitérée de la part du gouvernement de museler l’opposition et d’agir de manière autoritaire. Il tente ainsi d’empêcher les millions de Français qui ont voté pour les députés d’opposition d’avoir une voix et d’être défendu dans l’hémicycle.
Sous d’autres républiques, ceci aurait entraîné probablement des incidents plus lourds que celui symbolique qui s’est déroulé cet après-midi.
J’espère donc que le gouvernement va reculer sur cette atteinte très lourde au droit constitutionnel des députés et plus particulièrement des députés d’opposition.

Vous sortez du congrès du Front national. Dernièrement vous avez apporté votre soutien au candidat Les Républicains des législatives à Mayotte. Maintenez-vous ce cap d’ouvrir le Front national à d’autres alliés de droite ?

J’ai surtout apporté mon soutien au candidat soutenu par Mansour Kamardine qui est un député LR ayant, sur la situation de Mayotte, un discours de lucidité et de vérité. Son discours rejoint sur beaucoup de points celui que nous tenons.
Lorsque la situation est grave et qu’il en va de l’intérêt de nos compatriotes, nous sommes capables de passer au-delà de nos étiquettes partisanes.
C’est ce que nous avions fait en Nouvelle-Calédonie lorsque nous avions appelé, lors des dernières législatives, à voter pour Monsieur Gomès. Il était alors confronté à un indépendantiste. C’est ce que j’ai cru bon de faire à Mayotte. Il me semble que l’avenir du nos compatriotes mahorais vaut mieux que les batailles de boutique.
Je note qu’un certain nombre de membres du parti Les Républicains n’arrivent eux pas à sortir de cette vision boutiquière. J’en veux pour preuve le tweet de Madame Calmels qui a rappelé qu’ils préféraient être battus plutôt que d’être élus avec les voix des électeurs du Front national. Ceci sent le Juppé à plein nez.

http://www.bvoltaire.fr/laffiliation-de-juges-syndicat-de...

Les commentaires sont fermés.