Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2018

Légion d’honneur… à géométrie variable

agora.jpgTélescopage des événements, c’est au moment ou Marine Le Pen présentait le contre-projet du Front National sur la catastrophique loi asile et immigration actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, que nous parvenait les échos  des émeutes toujours en cours dans les quartiers défrancisés  du Mirail dans l’agglomération toulousaine. Violences qui auraient été déclenchées par les velléités d’une patrouille de policiers  de faire respecter la loi. En l’espèce ils entendaient contrôler  une femme dans l’illégalité car voilée intégralement d’un niqab dans le quartier de Bellefontaine. Une zone islamisée, chariatisée,  dans lequel les barbus que l’on croise ne ressemble pas vraiment à Conchita Wurst (c’est déjà ca) mais  tolèrent de moins en moins  nos lois,  nos us et coutume, toute présence française sous quelque forme qu’elle soit. Pris à partie par une trentaine de jeunes, les policiers  ont été obligés  de faire usage de leurs  armes pour se dégager. Dés le début de soirée, et les exactions se sont  poursuivies cette nuit, plusieurs  centaines de racailles ont attaqué  les forces de l’ordre avec des  projectiles divers, des cocktails Molotov, des tirs de mortier,   incendié et  dégradé  voitures et mobilier urbain payés par les impôts des sales gaulois et même  dressé une barricade. La guérilla urbaine s’est étendue  ensuite à d’autres zones plurielles ou les autorités publiques expérimentent  les joies du  vivre-ensemble: les quartiers de la Reynerie et  de la Faourette. Pour empêcher l’incendie de se propager, la préfecture a interdit  par un arrêté et jusqu’à mercredi, l’achat et la vente au détail, l’enlèvement ou le transport de tout carburant par jerricanes, cubitainers, bidons, flacons ou récipients divers dans les points de distribution des communes de Toulouse Métropole, Portet-sur-Garonne, Vieille- Toulouse, Ramonville Saint-Agne et Labège…

Autant dire que les gros médias nationaux  ne se sont pas trop épanchés sur ces émeutes qui  arrivent  au mauvais moment pour le gouvernement mais ont abondamment relayé la procédure (confirmée par l’Elysée)  de retrait de la Légion d’honneur de Bachar el-Assad. Le président syrien décoré en 2001 par Jacques Chirac de  la plus haute distinction de cet ordre créé en 1802 par Napoléon, la grand-croix,  est, on le sait,   accusé d’avoir couvert des crimes de guerre, notamment l”utilisation à plusieurs reprises  d’armes chimiques, contre son peuple. Toutes choses qu’il dément et dont les preuves formelles  n’ont  jamais été apportées. A contrario, il est parfaitement établi  affirme Bruno Gollnisch,   que les djihadistes eux ont utilisé des armes chimiques (voir iciici ou encore ici ) notamment les islamistes du   front-al-nosra soutenus  par les occidentaux et décrits alors  par Laurent Fabius comme des miliciens faisant du bon boulot.

La remise de la Légion d’honneur  à Bachar-el Assad  s’inscrivait dans la volonté de maintenir  les liens tissés entre le France et la Syrie, déjà  à  l’époque  du père de l’actuel président syrien, Hafez el-Assad,  resté au pouvoir  de 1970 à 2000, année de son décès.  Chirac fut le seul chef d’Etat occidental  à se rendre aux obsèques d’un homme à la tête d’un pays dirigé de manière très autoritaire, décrié sous nos latitudes pour son  antisionisme et dénoncé  par   les défenseurs des droits de l’homme mais dont les qualités de diplomate  avaient même  impressionné Henry Kissinger. Etat syrien qui s’inspire de l’idéologie du nationalisme arabe laïque,  même si le chrétien syrien Michel Aflak  l’un des fondateurs en 1947 à Damas du mouvement Ba’as qui donna  naissance aux partis Baas syrien et irakien,  accusa Hafez el-Assad d’avoir trahi l’idéal baasiste qu’il voyait mieux représenté dans l’Irak de Saddam Hussein.  Mort en 1989 à Paris  le  mausolée à la mémoire de Aflak ,  aujourd’hui saccagé, fut d’ailleurs érigé  à Bagdad.

Rappelons aussi que la lutte féroce du pouvoir  syrien alaouite, de la République arabe syrienne,  contre les islamistes ne fut pas toujours dénoncée par l’Occident. Notamment la répression sanglante de l’association  des Frères musulmans (constituée en 1928)qui  sont   entrés rapidement en conflit avec les nationalistes arabes irakiens et syriens et qui  ont tenté dans les années 80 de  renverser le régime, d’assassiner Hafez el-Assad . En 1980 mais aussi et surtout  en 1982,   des milliers d’islamistes  ont été  liquidés en Syrie. Nous le notions déjà sur ce blogue en décembre 2011,  au début des opérations visant  à éliminer le gouvernement  de Bachar el-Assad,  il fut un temps  ou Alexander Haig, (éphémère) Secrétaire d’État de Ronald Reagan à la Maison Blanche, félicitait officiellement  Hafez al-Assad,  pour sa répression brutale en février 1982 d’un soulèvement organisé par des officiers membres des Frères musulmans...

Cette (longue) parenthèse étant  fermée, constatons encore que certains  se sont livrés  à un petit pointage de tous les copains  qui ont été décorés - certes cela fait  du monde - mais aussi des  salauds, et  selon les  goûts, les orientations politiques  et les appétences de chacun, la liste fluctue  énormément,    qui ont été distingués par une Légion d’honneur. A dire vrai,  des personnalistes remarquables ont été et sont toujours  décorées,  mais il faut bien  avoir en tête  qu’à peu prés 3000 personnes étaient jusqu’alors  distinguées chaque année.  Emmanuel  Macron a d’ailleurs annoncé en  novembre dernier son intention de redonner du lustre à cette décoration en en restreignant le nombre  d’environ  50% s’agissant  des décorés civils et de 10%  des décorés militaires, soit a priori  moins de 2000 par an.

Nous connaissons les personnalités les plus célèbres  qui ont  été déchues de cette décoration : le cycliste Lance Amstrong pour cause de tricheries;  le  styliste britannique John Galliano pour avoir tenu dans un lieu public et en état d’ébriété  des propos antisémites;  le producteur américain harceleur/abuseur sexuel  Harvey Weinstein (une procédure de retrait  le visant est en cours);  le très antipathique général  Paul Aussaresses qui  s’était vanté, sur un ton qui faisait froid dans le dos,  d’avoir pratiqué la torture en Algérie;  le général Noriega,  narco-trafiquant/assassin/agent double, commandant en chef des forces armées du Panama, décoré par François Mitterrand  en 1987 mais radié en 2010 après son extradition  vers la France pour  y purger un peine de dix ans de prison pour blanchiment d’argent…

D’autres s’étonnent des figures peu regardantes sur les droits de l’homme qui ont été décorées et le sont encore, quand bien même ne sont elles plus de ce monde. Et de citer  le général  Louis Marie Turreau,  génocideur  de la Vendée en 1793  (au moins 170 000 victimes)  qui conduisit les Colonnes infernales avec  le général Westermann  rasant  les villages,  fusillant les hommes, massacrant  femmes et enfants. Ou encore,   le féroce  dictateur communiste roumain, de sinistre mémoire Ceaucescu, décoré en son temps  par De Gaulle émancipant alors la France de la tutelle de  l‘Otan et voulant  mettre l’accent sur l’indépendance (en fait très relative)  de la Roumanie  vis-à-vis du grand frère soviétique.

Plus prés de nous, le remise de la Légion d’honneur par François Hollande en mars 2016 à l’un des  princes  héritiers du royaume  saoudien,  Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud, au nom de sa lutte contre le terrorisme,  avait fait grincer des dents. Evincé depuis du pouvoir par l’ascension  fulgurante de  Mohammed Ben Salmane Al Saoud,   Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud a été très critiqué du fait de l’extrême brutalité de l’intervention militaire des saoudiens dans un Yemen désormais en plein chaos sanitaire, où  les  populations civiles yéménites,  les chiites ont été  victimes de multiples et sanglantes  bavures. Mais nos alliés ont le droit de financer l’islam radical dans nos banlieues,  d’avoir la main  lourde  et même de flinguer des enfants puisqu’ils  sont dans le camp du bien,  contrairement bien sûr  à El-Assad  et  à   Vladimir Poutine (décoré par Chirac en 2006)  qui voient les fatwas s’accumuler sur leurs têtes par les  habituels donneurs de leçons à géométrie variable.

https://gollnisch.com/2018/04/17/legion-dhonneur-a-geomet...

Écrire un commentaire