Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2018

Le PCF grogne et la république fait marche arrière

6a00d8341c715453ef022ad3599420200c-320wi.jpgCe 6 juillet, L'Humanité triomphait. À l'avant-garde, ou plutôt à l'arrière-garde des intégristes de la sécurité sociale, le parti communiste pouvait se targuer d'avoir remporté une victoire. La chose semble suffisamment rare par les temps qui courent pour mériter d'être signalée

Tout le monde croit avoir affaire à un fantôme, un ectoplasme, un mauvais souvenir. On se trompe. Financièrement exsangue, L'Huma a cessé officiellement de se présenter pour l'organe central du Parti. Le PCF lui-même passe pour moribond. Son journal ne survit guère, et encore pauvrement, que par les prélèvements bancaires de sympathisants. Ils sont recrutés surtout dans les rangs de la FSU. Et contrôlée par les communistes, la Fédération syndicale dite unitaire, est devenue depuis 1993, majoritaire chez les fonctionnaires de l'Éducation nationale.

Et c'est pourtant devant cette vieille chose que la macronie a accepté, en ce début de l'été, de reculer. Il convient de ne pas trop déplaire au parti communiste et à la CGT.

Deux jours plus tôt, en effet, le 4 juillet L'Huma s'était étranglée d'indignation. En commission des Lois, il s'agissait de préparer le PLFSS cru 2018, projet de loi de financement de la sécurité sociale. Les députés macronistes avaient adopté un amendement, passé complètement inaperçu de la grosse presse. Ce texte portait le N° 694. Il émanait du rapporteur général de la commission des Affaires sociales, Olivier Véran. Médecin hospitalier, exerçant en qualité de neurologue. Ce député de l'Isère avait été élu en 2012 en tant que socialiste. Il siège, depuis 2107, au sein du groupe de La République En Marche.

Or, blasphème et transgression aux yeux du PCF, il proposait de remplacer, y compris dans la Constitution, l'expression sécurité sociale par l'appellation protection sociale.

Chez les défenseurs intégristes du prétendu modèle social français, ce changement sémantique est jugé scandaleux.

À leurs yeux, on ne doit pas toucher aux principes septuagénaires énoncés par Pierre Laroque et par Ambroise Croizat ministre communiste du travail en 1946. Cette année-là fut votée, on ne devrait jamais l'oublier, la loi qui portait le nom de cet illustre ministre du Travail et dirigeant du PCF. Elle prétendait instituer le fameux principe d'une sécurité sociale universelle. Or, on devrait se rappeler aussi que le même texte, d'intention strictement démagogique, ne fut appliqué qu'une quinzaine de jours. En juillet de la même année la loi fut d'abord appliquée puis balayée par une grève des cadres.

Sécurité sociale ? Protection sociale ? Où est la différence ?

Cette querelle de mots correspond à une séparation inacceptable aux yeux du PCF. La sécurité sociale est supposée financée exclusivement par les cotisations des assurés sociaux et, par l'intermédiaire des syndicats, la gestion du système devrait théoriquement ne dépendre que d'eux. La protection sociale marque au contraire une évolution étatiste officialisée par le plan Juppé et par les ordonnances signés de Barrot en 1995-1997. En prendre acte dans la loi et la constitution c'est avaliser ce que, depuis des années, les technocrates de Bercy désirent voir officialiser : les dépenses de Santé et les pensions de retraite sont considérés comme leur chose et demain viendra le tour des dépenses liées à la dépendance.

Voilà, dira-t-on tout de même, beaucoup de bruit pour peu de mal.

Curieusement d'ailleurs on remarquera que le PCF monte au créneau Contre une dérive sémantique qu'il pratique lui-même. Les chroniques de L’Huma, sont signées du Dr Cohen, lui-même orné du titre de responsable au sein du Parti de la commission de la protection sociale.

Le 5 juillet, Richard Ferrand, qui fait toujours office de président du groupe LaREM, tenait une conférence de presse de la majorité sur la réforme des institutions. "J’ai lu l’Humanité. J’ai bien vu, a-t-il déclaré, que l’interprétation qui en était faite ne correspondait pas à l’intention du législateur (…) Je me suis dit que, quand on est mal compris, il y a deux manières de faire. Soit critiquer les journalistes. Soit revoir sa copie afin que ne subsiste pas de malentendu."

Et le représentant du pouvoir qui ne recule pas d’annoncer l’abandon de cet amendement.

Fait significatif sous le quinquennat Macron, la majorité a donc battu piteusement en retraite devant la grogne du PCF, qui était parvenu à rallier quelques compagnons de route. Il fallait nous prévenir que la république, qui se disait en marche, prévoyait une marche arrière. En son temps, dans la langue du Grand Siècle, le duc de Saint-Simon eût qualifié cette risible reculade, de cacade.

JG Malliarakis 

À lire aussi 
→ L'Insolent du 15 mai 2018 "Place Marcel Paul" 
→ et L'Insolent du 23 novembre 2013 "Le mythe du programme du CNR"

http://www.insolent.fr/

Écrire un commentaire