Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé et médecine

  • La loi sur la PMA n’est pas encore votée que la propagande pro-GPA commence sur le service public

    La loi sur la PMA n’est pas encore votée que la propagande pro-GPA commence sur le service public

    Après l’irruption de la GPA dans le débat parlementaire avec l’adoption d’un amendement, vite rejeté suite à la contestation nationale ; après les décisions de justice favorables à la location d’utérus ; voilà la propagande pro-GPA sur le service public.

    Cela commence par un sondage (dont on ignore la question), qui estime que les Français se disent favorables à l’autorisation du recours à une mère porteuse à 68 % pour les couples hétérosexuels et à 53 % pour les homosexuels.

    Cela se poursuit avec des émissions orientées pour faire pleurer dans les chaumières, sur le thème de “c’est trop injuste”…

    Après, il y en a qui peuvent toujours se rassurer en se répétant que le gouvernement est totalement contre la GPA, que c’est la limite à ne pas franchir, etc, etc.

    Voir la fin

  • « Big Fertility » : un reportage sur le business de la GPA aux USA

    Kelly a été mère porteuse à trois reprises, dans le Dakota, un État américain où la GPA est autorisée : « À ma troisième GPA, le couple commanditaire n’était plus du tout sûr de vouloir des enfants que je portais car j’étais enceinte de deux garçons alors qu’ils avaient payé un supplément pour avoir un garçon et une fille. J’avais donc été implantée avec un garçon et une fille, mais ce sont des choses qui arrivent : la petite fille a été expulsée et l’embryon garçon s’est dédoublé, formant des jumeaux. Bref, en tout cas je devais chercher un plan B car je ne savais pas du tout, et ce jusqu’au dernier moment, si les commanditaires prendraient les bébés, et à la naissance j’ai finalement passé pas mal de temps avec eux… Je me suis rendu compte à quel point ils reconnaissaient ma voix, mais aussi celle de mon mari car lorsqu’il était présent dans la pièce, ils réagissaient, alors qu’ils ne bougeaient pas du tout lorsque le père «adoptif» était là. J’ai donc compris que même si moi je me refuse à considérer ces enfants comme les miens, eux, bien sûr, ne peuvent pas comprendre que je ne suis pas leur vraie mère. »

  • La PMA et le combat identitaire : les leçons à tirer – Clément Martin

    La démonstration de force de La Manif pour tous, le dimanche 6 octobre dernier, a rassemblé près de 600 000 personnes contre la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui. Premier constat qui s’impose : le sujet mobilise toujours les passions des opposants, dont le noyau militant est issu du monde catholique. Certes la majorité des Français semble favorable à l’ouverture de la PMA/GPA aux homosexuels. On pourrait songer que le combat de LMPT est vain, mais ce serait oublier que les masses ne font pas l’histoire : elles la subissent. C’est le premier enseignement de ces études. Ensuite, force est de constater que les catholiques peuvent encore faire trembler la capitale avec des mobilisations monstres qui dépassent, en effectifs de manifestants, les cortèges syndicaux, féministes, écologistes ou pro-clandestins qui monopolisent l’attention des journalistes.

    Tout ça pour rien ? Pour rien, non. Pour de nombreux jeunes Français attachés à réinstaurer des limites alors qu’elles sont rejetées sur tous les plans (explosion des frontières, démantèlement de tout protectionnisme, culte du libre-échange, etc.), LMPT est un rite initiatique, l’occasion d’éprouver la violence des militants d’extrême gauche ou de certains policiers, etc. Est-ce suffisant ? Non. Le combat anti-PMA/GPA s’oppose au déracinement engendré par un mode de reproduction qui exclut le foyer et la famille stable de l’équation, remplacés par un binôme de jouisseurs égoïstes comblés par des politiques en mal d’image de marque et l’industrie de la santé. C’est bien l’enjeu des racines qui est au cœur de ce combat. De la même manière que la scolarité obligatoire dès trois ans, en avançant la domination de l’Éducation nationale sur la jeunesse au détriment de la famille, conduit à « nationaliser » les enfants en les déracinant du foyer. Quant à la GPA, bien sûr, c’est l’extension à la procréation de la division industrielle des tâches, puisque mère biologique et « sociale » sont deux personnes différentes, à l’instar du donneur de sperme et du père (quand c’est un homme…). Déracinement et progrès technologique insensé, c’est-à-dire dépourvu d’une direction politique consciente au service de la grandeur et de l’indépendance d’un peuple, marchent de concert.

    Le combat anti-PMA/GPA n’est donc pas une lutte isolée mais un volet, seulement, d’un discours plus global contre l’abolition des limites en toutes choses et la soumission du politique à la technique et à l’économie. Est-ce à dire que les moyens techniques sont mauvais ? Non, à condition de rétablir la liberté politique qui consiste, parfois, pour un État, à corriger les modes éphémères en termes de moeurs et non à les subir. Des limites à l’idéologie libertaire peuvent être posées. Et cela dans tous les domaines : peut-on être identitaire et ignorer la santé physique et mentale de son peuple ? Le laisser se vautrer dans un consumérisme abêtissant ? Ou au contraire faut-il le tirer vers le haut en promouvant des exemples de vie édifiants et exaltants ? Mais pour cela, encore faut-il savoir qui nous sommes : des Français et des Européens, non des Berbères, des Pygmées ou des Ouïghours. Oui à la famille mais quel modèle de famille assure le bien commun ? Le foyer afro-musulman qui dilue la responsabilité des parents dans le tribalisme de quartier ou bien l’équilibre du couple helléno-chrétien, association équitable de deux êtres complémentaires, à l’instar de saint Joseph et Marie ou d’Hector et Andromaque ? Ce sont tous les déracinements qu’il faut combattre, toutes les théories du genre, tous les projets de savants fous : de la PMA/GPA au multiculturalisme.

    Clément Martin

    Texte repris du site de : Les Identitaires

    https://fr.novopress.info/

  • Aide médicale d’État: scandales en série à l’hôpital public

    Totem ou tabou hexagonal, l’AME bénéficie chaque année à 320.000 personnes en situation irrégulière. Elle est au cœur des discussions parlementaires, dans le cadre de la loi sur l’immigration. Derrière la volonté de solidarité, un système largement dévoyé qui autorise tous les abus.

    Dans son bureau exigu de l’hôpital public, rempli des cadeaux de patients reconnaissants, ce grand chirurgien a l’air abattu: «Je ne veux plus qu’on m’agresse ni qu’on me menace. Cela fait trente-six ans que je sers à l’hôpital. Je ne pensais pas me retrouver un jour aussi las», chuchote-t-il, l’administration ayant refusé qu’il se confie officiellement à un journaliste. Tout au long de cet entretien, mené après sa journée d’opérations, les anecdotes fusent.

    Lire la suite sur Le Figaro

    https://www.tvlibertes.com/actus/aide-medicale-detat-scandales-en-serie-a-lhopital-public

  • Dignité de l’homme : la grande braderie !

    euthanasie-3.jpg

    Les gendarmes, grâce à un tuyau venant des USA, selon Le Monde et l’AFP, ont réalisé, le mardi 15 octobre, plus d’une centaine de perquisitions à travers la France et ont saisi 130 flacons de pentobarbital, un barbiturique/anesthésique qui n’est plus autorisé pour les humains, mais qui peut être utilisé dans le cadre d’une  ou d’un suicide. Il figure même parmi les produits possibles au sein des cocktails administrés lors d’exécutions par l’administration pénitentiaire américaine. Une association, Ultime Liberté, serait dans le collimateur pour avoir fourni des conseils aux personnes qui ont commandé sur Internet leurs doses « au cas où ». Les produits étaient référencés en douanes comme des cosmétiques.

    Qui sont les clients ? Des personnes qui ne veulent pas être confrontées à des souffrances excessives lorsque se profilera la mort. Cet énoncé des motifs ne pose pas de problème ; qui veut souffrir ? S’il est vraisemblable que l’acharnement thérapeutique a reculé, ces dernières décennies, les , en France, souffrent d’un retard, d’un manque de développement honteux. La litanie des insuffisances se poursuit ici aussi : structures, personnels, formations, moyens… le refrain est connu !

    Les associations de promotion de la mort en blouse blanche continuent de réclamer le droit à l’euthanasie et au suicide assisté. Le député Jean-Louis Touraine, grand chantre du progressisme, a même confié à Libération, fin septembre, qu’une fois la loi de bioéthique passée, il déposerait de nouveau un texte sur l’aide active à mourir. Ce bon docteur en médecine semble ne pas montrer autant d’énergie ni un tel empressement pour développer les soins palliatifs.

    Bien sûr, les médias sont très compréhensifs avec ces contrebandiers en substance létales. Avec eux, une instruction à décharge suffit. Le consensus implicite entre les oligarques qui détiennent ces médias est sans doute d’alléger les charges futures des assurances dites sociales (maladies, retraites) en abrégeant la vie des bénéficiaires : ça coûte moins cher pour l’État qui paye ! Ne doutons pas que les médias nous gaveront d’histoires pleines de pathos où une mort douce sera préférable à toute autre option. Il se trouvera bien assez de politiciens progressistes pour y voir un combat sociétal porteur pour leur aura. Mais c’est l’avant-vente de la grande braderie de la dignité de l’homme. C’est aussi le chant du cygne de la médecine conçue comme un art : elle deviendra, sous peu, une simple prestation de service marchand – elle a déjà commencé, d’ailleurs.

    Peut-être que les efforts des gendarmes ne sont qu’un combat d’arrière-garde. Les promoteurs de l’utilitarisme appliqué à la vie humaine veulent toucher les dividendes de la désespérante affaire Vincent Lambert. Désabolir la peine de mort pour les faibles et les malades, désabolir l’esclavage avec les trafics de gamètes et d’enfants, et bientôt le servage des mères porteuses. Les mots ne sont pas de moi mais d’Antoine de Saint-Exupéry dans sa lettre à un général resté anonyme : « Je hais mon époque de toutes mes forces. L’homme y meurt de soif. » Qui, pour lui donner à boire ? Je vais relire le dialogue de Jésus et de la Samaritaine (Jean, chapitre IV).

    Rémy Mahoudeaux

    https://www.bvoltaire.fr/dignite-de-lhomme-la-grande-braderie/

  • LOI ALIMENTATION : UN PREMIER BILAN DÉSASTREUX

  • Projet de loi bioéthique – Quand l’Assemblée se déshonore, par Franck Deletraz

    Assemblée nationale

    Comme l’on pouvait hélas s’y attendre, les députés, faisant fi de la colère de la rue et de la manifestation « Marchons enfants » qui a rassemblé près de 75 000 opposants à la PMA sans père le 6 octobre, ont donc adopté mardi à une large majorité (359 voix contre 114 et 72 abstentions) le projet de loi bioéthique prévoyant notamment l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes. Cependant, le texte devant encore passer devant le Sénat en janvier, le combat est loin d’être perdu pour les défenseurs de l’enfance et de la famille, qui appellent à une mobilisation massive les 30 novembre et 1er décembre prochains.

    Et déjà, le lobby LGBT réclame davantage !

    Au terme de quelque 80 heures de débats, ce projet de loi de 32 articles qui, outre l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes, prévoit une réforme de la filiation et de l’accès aux origines, l’autoconservation des ovocytes ou encore la recherche sur les cellules-souches embryonnaires, est donc passé comme une lettre à la poste. « Grâce », bien entendu, aux élus LREM et MoDem, qui ont voté à l’unisson pour cette promesse de campagne de Macron visant à satisfaire le lobby gay. A la plupart des députés de gauche (PS, PCF et LFI). Mais aussi – honte à eux ! – à un certain nombre d’élus de cette droite LR qui, dès le début, a refusé de se battre bec et ongles contre ce texte qui ouvre la porte à la GPA et autres abominations. Pour preuve : dès mardi, les associations LGBT commençaient déjà à réclamer davantage. Comme Nicolas Faget, porte-parole de l’« Association des Parents et Futurs parents gays et lesbiens », qui, tout en saluant « un pas en avant », s’empressait d’ajouter que « nos familles ne sont toujours pas égales face au droit commun ». Ou encore l’inter-LGBT, qui dénonçant carrément le « non accès des hommes transgenres à la PMA » !

    Le combat continue

    Bref, on le voit, en adoptant ce texte, l’Assemblée a ouvert la porte au n’importe quoi et aux demandes les plus délirantes de la minorité LGBT. Cependant, si le gouvernement s’est montré mardi satisfait et a dit espérer voir la loi définitivement adoptée « avant l’été », l’affaire est encore loin d’être terminée. Le succès impressionnant rencontré par la mobilisation du 6 octobre dernier a en effet grandement renforcé la volonté des associations de défense de la famille de faire échec aux projets du gouvernement. Car, comme l’a déclaré Ludovine de La Rochère, cette adoption en première lecture du projet de loi bioéthique « ne signifie en aucune manière que c’est fait. Nous sommes au tout début d’un long processus qui va durer des mois ». Et déjà les associations appellent tous les Français à se mobiliser lors de leurs nouvelles grandes mobilisations, comme ce week-end d’« actions délocalisées partout en France », les 30 novembre et 1er décembre, ou encore cette deuxième manifestation nationale à Paris le 19 janvier à laquelle nous devrons tous participer.

    Franck Deletraz

    Article paru dans Présent daté du 16 octobre 2019

    https://fr.novopress.info/

  • La mobilisation ne fait que commencer

    Réservez vos dates :

  • Il faut sauver l'hôpital

    urgences-greve-.jpeg

    La romancière Marie Desplechin n’est pas vraiment notre tasse de thé. Disons plutôt que son œuvre ne correspond pas aux critères que nous recherchons en littérature. On pourrait aisément la classer du côté de la gauche bobo. Mais, à l’image de nombre de nos concitoyens, de nos frères Gaulois, on a tous été confrontés à la réalité de l’hôpital où l’on a pu constater l’extraordinaire dévouement du personnel hospitalier, du brancardier au grand patron, du chef de service aux infirmières. Or, l’Etat maltraite depuis trop longtemps cette institution où le moindre syndicaliste de la CGT serait en grève illimitée depuis longtemps. Sauf qu’à l’hôpital on ne prend pas les « usagers » en otage. Et on fait le gros dos face aux horaires infernaux, aux rémunérations aléatoires, aux conditions de travail souvent limites. C’est la raison pour laquelle on souscrit aux propos de Marie Desplechin, prononcés au CHU de la Pitié-Salpétrière à Paris devant plusieurs cadres et soignants du « collectif inter-hôpitaux » réunis en assemblée générale pour la première fois. A la différence de nos adversaires, nous ne sommes pas sectaires.  

    A lire ICI

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2019/10/13/il-faut-sauver-l-hopital-6182607.html