Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2018

Une soirée chez les Brigandes 1ère partie

Christian Ricard EuroLibertés cliquez ici

Je connais le Groupe des Brigandes depuis leur premier album. Je l’ai découvert sur YouTube. Leur insolence, leurs textes, leur charme m’a séduit tout de suite. J’ai regardé leurs entretiens sur TV Libertés, ou sur YouTube avec le contestataire Tepa. Leurs conférences sur Radio Brigande.

Leur discours à contre-courant de la bien-pensance est empreint d’intelligence, de clairvoyance et d’originalité. J’ai suivi les attaques qu’elles subissent en tant qu’êtres libres, résistants au système. L’enracinement, la recherche de la Tradition, le goût du Vrai, l’Amour de la France, le mépris de l’argent en font des ennemies déclarées de l’ordre mondial cosmopolite et marchand (OCMM). J’ai assisté à l’un de leur concert et j’ai noué une petite relation courrielle avec leur secrétaire, commentant et appréciant leur travail.

La Haine est féroce, les accuser de nationalisme et de fascisme n’était pas suffisant. Alors on les accusera d’être une secte. Dans notre société éclatée, où la famille est moquée ou détruite, les Brigandes ont reconstruit une cellule de société traditionnelle, un Clan.

Ayant une activité commune, « la musique », elles ont choisi de mettre en commun leurs ressources et leurs dépenses. Elles ont choisi un lieu commun, une belle et vaste bâtisse à la Salvetat sur Agout, (vous savez le pays de cette source pétillante du Languedoc) et les familles, car les brigandes vivent en famille avec des compagnons ou des époux et des enfants beaux et polis, tout en conservant leurs intimités, partagent les tâches du ménage, de la nourriture. Quoi de plus intelligent dans ce monde où l’économique et la consommation dominent tout, que de réduire les frais individuels en collectivisant les charges. Étrange que nos gauchistes écolo et partageux ne trouvent pas admirable cette démarche collective. Ah ! Mais cela ne s’appelle pas un kolkhoze, c’est un Clan.

Comme le Mir Russe, le clan est une réunion de familles où les décisions sont prises en commun dans l’intérêt de tous : simplement selon le bon sens.

Combien cette démarche met en danger l’Ordre cosmopolite mondial et marchand ! C’est tellement plus simple de contrôler et soumettre l’individu. Un Clan, c’est un rassemblement d’énergie, de volonté et de résistance. Inacceptable ! Alors, Haro sur le Clan !

Le 4 août dernier, un groupe d’Antifas, les mêmes animaux qu’à Notre-Dame-des-Landes (l’ex-nouveau aéroport de Nantes), sales, drogués, excités et manipulés par les tenants de l’OCMM (voir plus haut) a investi le village de la Salvetat sous le thème « les habitants de la Salvetat en ont assez des Brigandes ». Manifestation de rue, tracts, peintures à la bombe, détérioration du mobilier public, la vermine était à son aise. Comme à Nantes, comme Place de la République à Paris.

Mais ici, peu de bobos admiratifs, mais des gens de la terre, du bon sens, de la tradition. La réaction générale de la population de la Salvetat à part les témoins militants melenchonistes locaux ou choisis selon les mêmes critères, dans d’autres communes par FR3 ou le Midi (prétendu) Libre n’a pas été favorable aux crasseux. Comme cela m’a été dit cette fois librement et spontanément : « Ça bouge en ce moment à la Salvetat, oh ! pas à cause des Brigandes, mais de ces voyous venus de l’extérieur pour foutre le b… ».

Partant en vacances au Portugal, je me suis organisé un itinéraire qui passait par la Salvetat. J’ai sollicité les Brigandes pour une visite et ce fut une invitation à dîner.

J’allais entrer dans l’intimité du Clan.

L’accueil d’Antoine fut cordial et légèrement formel (il est nécessaire d’être réservé à l’accueil d’un inconnu) dans une belle pièce meublée d’un bel ensemble de fauteuils indonésiens (racistes, les Brigandes ?) en bois massif disposés en cercle, les murs décorés de tentures peintes représentant des scènes vikings, œuvre d’une Brigande qui « ne se contente pas de paroles de haine et produit de la peinture de haine » (dixit les crasseux de l’Antifa).

05-invite-Antoine-Brigandes.jpg

 

L'émission Synthèse sur Radio Libertés du 22 décembre 2016 avec Antoine, porte-parole des Brigandes cliquez là

Petit à petit, en même temps que la glace se brisait, Brigands et Brigandes nous rejoignaient. Poignées de mains et présentations. Mais deux bises sympathiques de Marianne.

Autour de bières, de Martini, de cidre ou de jus de poire, la conversation devint tout à fait amicale.

Je fis la connaissance de Joël Labruyère, le compositeur des chansons des Brigandes, mais surtout un esprit libre d’une clairvoyance de notre monde et d’une remarquable connaissance de nos traditions. Celui que les bien-pensants accusent d’être le « gourou » de la secte.

Plein de sujets furent abordés. Bien sûr à la fois sur leurs activités, les menaces qu’ils subissent, leur mode de vie, l’anniversaire de Jean-Marie Le Pen, son intelligence et sa droiture, sa reconnaissance et son émotion pour leur chanson : « Vous m’avez redonné dix ans de vie !!! ».

Nous avons devisé sur l’Histoire, la littérature, leur façon de travailler leurs albums (six albums : le Grand Remplacement en octobre 2015, France notre Terre en juin 2016, Foutez le camp ! en décembre 2016, J’élucubre à Sion en mai 2017, On a le temps de rien en octobre 2017 et Errant et Fugitif en février 2018 ; six bientôt sept en trois ans et un sous le nom des Salvetoises).

À suivre 

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Les commentaires sont fermés.