Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2018

On sera donc toujours les champions

6a00d8341c715453ef022ad38f3e5e200d-320wi.jpgChampions, sans doute. Reste quand même à savoir de quoi. Pas de la musique en tous cas, s'il s'agit comparer Jospeh Haydn à Rouget de l'Isle. Ne pensons même pas à mettre en parallèle ce qui tient lieu de politesse au Parisien pressé, pressuré, opprimé et oppressant, au comportement des gens civilisés que l’on croise dans le métro ou dans les pubs de Londres.

Il est donc revenu pour un soir le temps du pain et des jeux. Relativement discret au début de la compétition de juillet, le Président avait été omniprésent aux côtés des joueurs au lendemain de leur victoire. Certains le soupçonnaient alors de vouloir utiliser l’événement pour faire passer un message politique.[1]

Aujourd'hui où la tempête fait rage dans les eaux de la Macronie le sport spectacle redevient outil de communication, pour ne pas dire instrument de propagande.

D’ordinaire, dans la simultanéité de deux nouvelles, l'une éclipse l'autre. Elle est considérée dès lors comme la principale des deux. Cela ne s'accomplit pas toujours d'une façon rationnelle. On avait donc beaucoup moins communiqué en juillet sur le recul de la France, désormais au 7e rang des puissances économiques, que les succès de son équipe de podosphère, aux partenaires publicitaires si présents.

Revenons donc sur cette performance sportive, mais essayons aussi d'être positifs. "On" était en finale, puis "on" est les champions. Cela ne devrait-il pas suffire au bonheur du bon peuple ?

Allons ! tout ne devrait donc pas nous désespérer dans les beuglements, rarement élégants, parfois agressifs, on ne pouvait savoir pourquoi, entendus si tard dans la nuit du 15 juillet. Ne nous attardons même pas à la désolation de ces monceaux de détritus et de canettes jonchant le sol des plus belles avenues de Paris. On est en finale, les populations désormais si diverses de ce pays en phase terminale peuvent se consoler en scandant "on est les champions". Non pas champions des prélèvements obligatoires, mais champions tout court.

Champions de quoi : Champions des nostalgies coloniales, incontestablement.

Quel désaveu quand même pour les idées d’un Charles De Gaulle sur le destin de la France, et pour tous ceux qui, ne croyant pas à la mission civilisatrice, entendirent, entre 1960 et 1962, tourner la page d’un empire dont ils ne gardèrent que les confettis. Plus encore qu'en 1918 cette victoire doit sinon tout, du moins beaucoup, aux fils de nos anciennes colonies.

On peut aussi s'interroger sur la pertinence du jugement d'un Herriot lequel déclarait le 27 août 1946 : "Si nous donnions l'égalité des droits aux peuples coloniaux, nous serions la colonie de nos colonies". Ce jugement qui laisse aujourd'hui rêveur n'empêcha pas cette vieille crevure radicale-socialiste d'être attributaire d'un prix international de la paix en 1954. Le seront après lui, dans les années 1970, le grand démocrate soviétique Léonid Brejnev, l'humaniste roumain Nicolae Ceaucescu ou l'aimable dirigeant khmer rouge Heng Samrin. Pas très à droite tout ça.

On peut regretter alors qu'un tel ensemble post-colonial victorieux n'ait compté aucun originaire des beaux royaumes qui composaient jadis notre Indochine. Tant de souvenirs français y survivent, comme secrètement, d'une façon si émouvante, quand on les redécouvre au hasard d'une petite pagode, d'un vieux marché ou d'une communauté catholique. Dommage de ne voir non plus aucun fils de Madagascar qui fut pourtant la plus riche de nos terres d'Empire.

Au bout du compte, c'est cela que l'on fête, et que l'on prétend soutenir et projeter dans le futur. Que veut dire en effet ce mot de soutenir ? Vibrer avec ? À distance entre une pizza de supermarché et un litre de boisson sucrée ? En communion télévisuelle ?

Ce qui me semble le plus inquiétant ne tient donc pas à la composition d'une équipe qu'à la triste vulgarité de ceux qui prétendument la soutenir.

JG Malliarakis 

Apostilles

[1] cf. "Victoire en Coupe du monde : l’attitude de Macron divise"

http://www.insolent.fr/2018/09/on-sera-donc-toujours-les-...

Écrire un commentaire