Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Choisis ton camp camarade (catho)

caspar-david-friedrich.jpgCitant le média allemand Welt, François Sauvy notait sur twitter que «le nombre des demandes d‘asile déposées au sein de l‘UE repart à la hausse : 206.500 pour les quatre 1er mois de 2019, contre 179.000 pour la même période de 2018. »Un asile au sens large, un droit de séjour dont profitent très largement les ressortissants Turcs en France, sans toujours manifester un sens aigüe de la mesure et du respect élémentaire que notre pays d’accueil est en droit d’attendre. Lors de la rencontre vendredi entre l’équipe de France de foot et l’équipe nationale turque dans le stade de Konya en Turquie, notre hymne national a été hué par les supporters ottomans… ce qui a contraint «Emmanuel Macron a demandé à la Fédération française de football d’obtenir des sanctions auprès de l’UEFA. ». Certes, le phénomène n’est pas nouveau. On se souvient de la Marseillaise copieusement sifflée par les jeunes de Seine-Saint-Denis lors de la rencontre entre le onze tricolore et l’Algérie en 2001 au stade de France ou encore en 2007 face au Maroc… Vendredi, sur les Champs-Élysées, la victoire de la Turquie a été célébrée de nouveau dans une ambiance francophobe par un concert de klaxons et des Turcs ont encerclé l’Arc de Triomphe en agitant le drapeau de leur pays. Imagine-t-on une seule seconde des supporters Français se conduisant de la même manière au pied de la Mosquée bleue à Istanbul?

Comme à chaque fois, les gros médias et les autorités ont préféré ne pas faire état de cette provocation communautaire au pied de l’Arc de triomphe pour ne pas alimenter, au nom du vivre-ensemble, les stigmatisations. Il s’agit aussi, symétriquement, de ne pas faire état des racines chrétiennes de notre pays, de la manifestation du réveil identitaire d’une partie de notre  jeunesse en gardant un silence très pesant en cette fête de la Pentecôte sur le traditionnel pèlerinage de Chartres qui s’est déroulé cette fin de semaine. Pourtant comme l’a écrit Gabrielle Cluzel sur Boulevard Voltaire, « ils étaient encore plus nombreux que l’an passé – 14.000– à s’élancer sur les routes de Chartres. Le problème n’est pas tant que le deux poids deux mesures soit agaçant – la Marche des fiertés, avec ses 1.000 participants, a bénéficié, vendredi, à Saint-Denis, d’une couverture médiatique nationale fantastique (…) -, il n’est pas tant que les catholiques ne semblent intéresser la presse que lorsqu’ils sont éclaboussés par un scandale ou lorsqu’on peut les déclarer, au vu d’un sondage péremptoire dont on aimerait creuser la méthodologie, supplétifs dociles et vieillissants d’un pouvoir fragile…il est surtout que, de ce fait, les Français sont mal informés : la jeunesse catholique existe (…).»

Une jeunesse catholique qui ne peut pas se reconnaître dans une droite qui comme au Sénat, vient de voter l’amendement de la socialiste Laurence Rossignol qui rallonge le délai légal de l’avortement de 12 à 14 semaines. Une jeunesse qui entend plus largement rester maitre chez elle et qui constate la collusion entre la droite molle et la macronie  au nom d’une idéologie libérale commune. Le JDD a ainsi publié samedi une tribune, signée par soixante-douze maires et élus locaux de la  droite et du centre, pour la plupart des ex LR (Christophe Béchu, maire d’AngersDelphine Bürkli, maire du 9e arrondissement de ParisOlivier Carré, maire d’OrléansBrigitte Fouré, maire d’Amiens, Christophe Bouchet, maire de ToursGuillaume Delbar, maire de Roubaix, Laurent Hénart, maire de Nancy Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire d’Albi….), qui disent leur soutien à Emmanuel Macron dans l’espoir de garder leur mairie en 2022. Comme pour la présidente du Conseil régional d’Ile-de-FranceValérie Pécressec’est bien évidemment la lecture des résultats électoraux obtenus par LREM le 26 mai dans leur ville qui ont précipité leur choix.

Un ralliement gamellard, le choix en faveur de la France mondialisée,  habillé de justifications assez savoureuses au vu de la poursuite du déclin de notre pays depuis l’élection présidentielle et de l’état de sécession grandissant d’une large partie des Français vis-à-vis de ses élites. «Nous sommes de ceux qui souhaitent la réussite impérative de la France, c’est pourquoi nous voulons la réussite du président de la République et du gouvernement car rien ne se construira sur leur échec»; maires qui veulent «,prendre (leur) part à ce travail de reconstruction» écrivent-ils. «Le grand débat voulu par le président de la République» pour répondre à la crise des Gilets Jaunes «a révélé les aspirations légitimes de Français qui se sentent délaissés, éloignés, relégués. Il a également souligné le rôle pivot des maires et des élus locaux dans notre République». « Le temps n’est plus aux querelles de chapelles ou aux écuries présidentielles qui spéculent sur 2022. Le temps ne peut pas être à l’opposition systématique qui in fine alimente les extrêmes» (sic).

Maires, faut-il le noter, qui se définissent aussi souvent comme catholiques, or , comme le note durement le journaliste Kevin Bossuet (Valeurs Actuelles), qui constate plus généralement le vote macroniste dans les villes et les quartiers réputés bourgeois et/ou conservateurs, «le crédo de la bourgeoisie catholique qui a voté LREM aux élections européennes» serait plutôt «Le pognon avant le goupillon ».  «Une bourgeoisie sans valeurs, une bourgeoisie sans principes, une bourgeoisie qui a oublié ce qu’était avoir le sens du bien commun et de l’intérêt général.»

Bourgeoise, l’universitaire Charlotte Girard, membre de LFI, co-rédactrice de son programme l’Avenir en commun, certes ne l’est pas. Mais elle vient elle aussi de claquer la porte du parti mélenchoniste. Dans une longue lettre publiée sur facebook, elle prend acte de l’echec de son parti le 26 mai et explique les raisons de son départ . Pour Libération celui-ci «n’est pas réellement une surprise.» Cette « insoumise respectée des militants, des figures du mouvement et des intellectuels de la gauche radicale (…) tire la sonnette d’alarme depuis des mois. Elle n’a pas apprécié de voir les stratèges insoumis reprendre langue avec la gauche classique. Et elle a réclamé, à plusieurs reprises, une réorganisation du mouvement, qu’elle ne jugeait pas assez démocratique.»

Reste que dans sa lettre d’explication Charlote Girard montre elle aussi un certain aveuglement sur les raisons de la fronde populaire de ces derniers mois. Elle écrit ainsi que « la révolution citoyenne dépend essentiellement du succès de la jonction entre ce que le mouvement insoumis produit idéologiquement et le peuple. Sur le fond, on a touché du doigt cette rencontre quand on a réalisé que les revendications (des Gilets Jaunes, NDLR) étaient les mêmes que celles de l’Avenir en commun. Et pourtant la jonction n’a pas eu lieu.C’est ce questionnement qui gît sous les demandes de réflexion sur le fonctionnement (de LFI). »

Il est certes possible de penser avec Bruno Gollnisch et d’autres  que le virage ethno-communautariste du parti mélenchoniste, la liquidation depuis deux ans de son courantnational-souverainiste, a brouillé le message populiste qui a fait le succés de la campagne présidentielle de Mélenchon. Mais il s’agit aussi de comprendre que les revendications prioritaires, structurantes  de la France périphérique en souffrance, qui a massivement mis un bulletin RN dans l’urne quand elle ne s’est pas abstenue, sont bien plus proches des thématiques, des valeurs défendues par l’opposition nationale que de celles brandies par LFI. Là aussi les pendules ont été remises à l’heure.

https://gollnisch.com/2019/06/11/choisis-ton-camp-camarade-catho/

Commentaires

  • Plus ou moins d'accord avec ce commentaire car le RN est un parti jacobin et laÏcard, c'est le parti de Mélenchon repeint en bleu marine, la droite de valeurs, catholique et libérale (surtout pas ultramontaine et intégriste ) ne s'y reconnait pas. Heureusement Marion Maréchal l'a compris et prépare la suite.

Écrire un commentaire

Optionnel