Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Déni d’idéologie : après le gender, l’islamo-gauchisme

Déni d’idéologie : après le gender, l’islamo-gauchisme

Vu sur LeSalonBeige

Souvenez-vous : quand nous dénoncions l’idéologie du genre, le lobby LGBT et ses alliés nous riaient au nez, estimant qu’il s’agissait d’une invention. Nous leur avions mis sous les yeux toutes les preuves de leur délire : les livres pour enfants répandus dans les bibliothèques municipales, les spectacles, loisirs, tribunes, articles… Aujourd’hui, l’ONU et ses officines promeuvent les droits LGBT et proposent de dénoncer et ficher les opposants à la théorie du genre et aux droits LGBT… Un article du Monde publié hier estime même que l’écriture inclusive est héritée de la théologie protestante.

Aujourd’hui, ils nous jouent le même cinéma avec l’islamo-gauchisme, pourtant bien présent à l’université. De fait, il y a un lien entre l’idéologie du genre et l’islamo-gauchisme. C’est le nouveau racisme : le racisme anti-blanc, anti-chrétien, anti-français, dénoncé par l’Agrif.

Nicolas Beytout, le directeur du journal “L’Opinion », estime que le ministre a raison de persévérer :

[…] Sa faute ? Avoir dit tout haut ce que nombre de témoignages affirment déjà depuis des mois : dans les facs françaises, la liberté de pensée est menacée. Et elle l’est par ceux-là mêmes qui vocifèrent contre la ministre. A l’université, un courant de plus en plus puissant propose de regarder tout l’enseignement sous l’angle de la remise en cause du colonialisme, avec un prisme de races, auquel s‘ajoute la question du genre. L’intersectionnalité fait des ravages

L’intersectionnalité ?

Oui, c’est le fait d’analyser le monde et toutes les matières par le biais de la race, du genre et de la classe sociale. Ca donne un regard très partial sur les sciences et sur l’enseignement. C’est ce que dénonce Frédérique Vidal et c’est ce qu’elle veut analyser. Sauf que la Conférence des présidents d’université l’a mal pris : elle rappelle “que la recherche n’est pas responsable des maux de la société, mais qu’elle doit les analyser”.

Ce qui est parfaitement exact. Mais à condition que ceux qui enseignent les théories du genre ou de la race n’empêchent pas les autres enseignants et chercheurs de continuer à voir le monde comme ils l’entendent. Or c’est là toute la question : des facs sont en train de passer sous contrôle de ces prophètes de l’exclusion, qui commencent à interdire toute expression divergente de la leur. C’est d’ailleurs un clivage très politique, très tranché gauche-droite. La gauche, en particulier l’extrême-gauche, est souvent islamo-gauchiste : elle voit l’islam comme la religion d’une minorité opprimée par la classe et la religion dominantes. Et elle pactise souvent, sur le plan électoral, avec leurs représentants. On voit beaucoup ça chez certains maires, comme à Trappes, par exemple.  […]

Écrire un commentaire

Optionnel