Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Futures élections : bras de fer avec la « droite lâche », notamment les Sénateurs

Futures élections : bras de fer avec la « droite lâche », notamment les Sénateurs

Cet article est une tribune libre, non rédigée par la rédaction du Salon beige. Si vous souhaitez, vous aussi, publier une tribune libre, vous pouvez le faire en cliquant sur « Proposer un article » en haut de la page.

Le Salon Beige a publié cette excellente analyse des chiffres de la dernière élection.

Contrairement au résultat en nombre de députés, les votes montrent que le RN a fait une bonne campagne, en motivant les électeurs. C’est encourageant.

Certes, l’union des Droites était incomplète, sans Reconquête. La leçon sera-t-elle retenue de part et d’autre ?

Mais surtout, l’échec vient d’un autre facteur : la « lâcheté » d’une grande partie de LR.

Le mouvement courageux initié par Ciotti s’est heurté au mastodonte des (lâches et/ou traîtres) Sénateurs LR. Ensuite, (presque) toutes les personnalités LR ont suivi, y compris ceux qui commençaient à parler dans le sens de Ciotti : notamment les députés européens Céline Imart, Laurent Castillo et le général Gomart, et dans une certaine mesure FX Bellamy. On peut relire avec profit ceci. Ces LR tentés par l’union des Droites ont fini par se taire, pour la plupart.

La faute à qui ? La faute en particulier aux Sénateurs LR, en premier lieu Gérard Larcher. Un combat doit donc être mené sur ce terrain.

Aujourd’hui, il n’y a quasiment aucun RN parmi les 348 Sénateurs. Avec environ 33% des votants, le RN-Ciotti devrait avoir plus d’une centaine de Sénateurs. Peut-être plus encore, puisque le milieu rural est sur-représenté au Sénat, et que le RN fait de bons scores dans ce milieu rural. Quand il y aura 100 – 120 Sénateurs RN, Gérard Larcher et ses lâches comparses ne représenteront plus grand-chose.

Comment obtenir ces Sénateurs ?

Rappel : tous les 3 ans, les élections sénatoriales renouvellent la moitié des sièges. Donc 174 nouveaux Sénateurs en septembre 2026. Ils sont élus par des “grands électeurs” : sénateurs, députés, conseillers régionaux, départementaux, et surtout les plus nombreux : les délégués des conseillers municipaux.

Conseillers municipaux ? Les élections municipales devraient avoir lieu vers avril 2026. Donc AVANT les élections sénatoriales.

L’enjeu est donc le suivant : le bloc RN-Ciotti doit conquérir le maximum de municipalités, de toutes tailles. Cela semble possible, puisque le rejet de l’union des Droites vient plutôt des LR « bobo – grandes villes ».

Cela signifie également que nous devons nous investir dans ce combat : il y a des places à prendre, en milieu rural (maire, adjoint, conseiller municipal).

L’année 2026, c’est à la fois loin et proche.

Pour les députés français et européens, le « grand remplacement » des LR lâches par l’union des Droites est bien entamé. Il faut désormais aboutir au même résultat pour le Sénat. Ce n’est qu’à ce prix que certains LR peu courageux oseront rejoindre l’union des Droites.

Charles Rosiers, ancien chroniqueur au quotidien Présent, charles.rosiers@gmail.com

https://lesalonbeige.fr/futures-elections-bras-de-fer-avec-la-droite-lache-notamment-les-senateurs/

Écrire un commentaire

Optionnel