Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2016

Catastrophique immigration par Georges FELTIN-TRACOL

immigration-que-faire-le-gallou-via-romana-192x300.jpgPrésident de Polémia, ancien élu au Parlement européen et au conseil régional d’Île-de-France, Jean-Yves Le Gallou est aujourd’hui le principal agitateur d’idées de la mouvance identitaire et patriotique. Ce remarquable critique du monde des médiats est aussi un spécialiste du fait migratoire. Co-auteur dès 1985 de La Préférence nationale : réponse à l’immigration, il a publié ce printemps un copieux essai sur cette calamité d’ampleur inégalée dans notre histoire qu’est le déferlement des extra-Européens. Immigration : la catastrophe. Que faire ? synthétise quarante ans de recherches, de travaux et de réflexions. L’auteur rappelle qu’« en 1976, alors jeune haut fonctionnaire au ministère de l’Intérieur (p. 469) », il rédigea un premier « Bilan économique de l’immigration ». Il produisit ensuite sur le même sujet de nombreuses études. Mais il le reconnaît volontiers : toutes ses conclusions étaient finalement modérées, car « la réalité a toujours dépassé les pires diagnostics et les pires prévisions. Si j’ai péché dans mes analyses, ce n’est pas par excès mais par défaut ! (p. 469) ».

En effet, l’actuelle submersion migratoire dépasse tous les pronostics les plus sombres. Si aucune réaction énergique ne se déclenche avant la fin de ce premier quart de siècle, le continent européen changera définitivement de paysages, de coutumes, d’architecture et de… population ! Plus qu’un cri d’alarme, le nouveau livre de Jean-Yves Le Gallou sonne comme un ultime avertissement. Quelques esprits chagrins pourraient l’accuser de pratiquer un cas très particulier de réductionnisme puisqu’il considère l’immigration comme la matrice originelle de toutes les pathologies contemporaines dont nous souffrons parmi lesquelles l’islamisation qui, rappelons-le, n’est que la conséquence immédiate de ce phénomène.

Liste exhaustive des nuisances

En quarante-huit chapitres relativement brefs et didactiques, regroupés en quatre grandes parties (« La catastrophe », « Les causes majeures », « La grande trahison » et « L’esprit de résistance »), il démontre en quoi la question migratoire affecte toute notre vie quotidienne. Cela devient si vrai que les petites communes rurales abandonnées par l’État central parisien qui approuve tacitement la fermeture successive de l’école primaire, du bureau de poste, du cabinet médical, de la seule épicerie et du dernier bistrot, sont contraintes d’accueillir des masses allogènes de jeunes adultes. Une colonisation des campagnes s’opère sous nos yeux.

Très complet, ce livre n’évoque cependant pas cette autre immigration qu’est l’invasion linguistique. À l’islamisation notable des sociétés ouest-européennes s’ajoute une anglicisation/américanisation nettement perceptible dans l’absence de traduction française des titres de films, maintenant des livres, et d’enseignes commerciales. En France, soyons clairs, seules ont droit de cité la langue de François Villon et de Pierre Corneille et les langues vernaculaires (corse, breton, basque, néerlandais, alsacien, arpitan, etc.), sinon nous aurons sous peu une société halal in global english. Le phénomène commence déjà à se répandre. Combien de soi-disant restaurants « nefast food » proposent à tous leurs clients des hamburgers halal ? Le coca et la charia font bon ménage, collusion qu’on retrouve en géopolitique avec l’« Islamérique ».

Dans Le Monde (des 16 et 17 octobre 2016), Antoine Reverchon revient dans un article significativement intitulé « Rejeter les migrants, c’est refuser l’avenir » sur un colloque annuel convenu, bien-pensant et consensuel d’historiens où intervinrent de supposés « experts ». « À Blois, écrit-il, les économistes ont répété que les migrants étaient un bénéfice pour le marché du travail comme pour les budgets publics des pays d’accueil. » Cette interprétation est bien sûr fallacieuse d’autant que la « science » économique n’est pas une science, mais une magnifique charlatanerie. Jean-Yves Le Gallou démonte point par point la fausseté de leur assertion. Il en éclaire même les contradictions. « C’est parce qu’on réduit certains immigrés en esclavage et qu’on en subventionne d’autres qu’on chasse de leur emploi et de leur logement les Français des métropoles (p. 43). » Existe donc une forte aporie entre les appels incessants à toujours plus d’immigrés et une ouverture libre-échangiste quasi-illimitée. La gauche radicale n’a jamais compris que les misérables politiques de rigueur et d’austérité sont des effets indirects de l’immigration, sauvage ou non. Le parti-pris du célèbre quotidien vespéral propage un immigrationnisme carabiné courant chez les journalistes. « La classe médiatique […] prend au sérieux son rôle dans la promotion de “ l’immigration-chance-pour-la-France ”. Toute la palette de la désinformation sera utilisée pour défendre le point de vue immigrationniste : manipulation des statistiques, déformation des faits, occultation de la réalité, diabolisation – intimidation des opposants, et le bon gros bobard fabriqué. […] La croisade de l’immigrationnisme est sans pitié pour les populations autochtones (p. 250). »

La caste médiatique n’est pas la seule à encourager la submersion allogène de l’Europe. L’immonde publicité toujours en quête de parts de cerveau disponible y contribue aussi largement. C’est ce que Jean-Yves Le Gallou nomme l’« idéologie Benetton », car elle fait « la promotion d’un monde uniformément métissé (p. 269) » et ce, au moment où les dirigeants de la planète entérinent formellement la bio-diversité. Et l’ethno-diversité, alors ?

Immigration contre nature

Les Verts sont réputés pour être de zélés chantres des migrations. Or celles-ci contreviennent aux impératifs de l’écologie véritable. Les partis Verts sont aussi écologistes qu’Al Capone fut un policier infiltré au cœur de la pègre de Chicago. Jean-Yves Le Gallou souligne avec raison que « l’ouverture des frontières et l’immigration sont parfaitement contraires aux exigences écologiques (p. 87) ». L’écologiste radical finnois Penti Linkola l’admet fort bien, lui qui préconise depuis longtemps unesociété fermée décroissante intégrale et d’autodéfense. Dans les années 1990, un influent groupe écologiste californien, le Sierra Club, s’élevait contre les clandestins latinos.

Favorables aux migrants, les différentes ministresses du Logement, Cécile Duflot, puis Emmanuelle Cosse, ont la ferme intention de construire de nombreux logements sociaux avec un accès prioritaire aux « migrants ». Elles planifient malgré la COP 21 et les accords du Grenelle de l’environnement la bétonnisation criminelle des fertiles terres de France. Outre d’être identitaire, l’écologiste conséquent est hostile à toute immigration. Mieux, « dans la logique de la vulgate climatique, qui veut que l’homme ait une responsabilité dans le réchauffement climatique, l’immigration massive est un concept impossible à défendre : chaque immigrant accélère en effet le processus de réchauffement climatique d’origine humaine (p. 89) ». Par ailleurs, à une échelle plus fine, à Calais, maints délinquants clandestins piétinent les champs de culture afin de rejoindre les grands axes routiers et dévastent les zones boisées pour ériger des barrages sur l’autoroute. Il faudrait traduire dans toutes les langues « Vivre et travailler au pays » et l’appliquer sur tous les continents. A contrario, cela implique la limitation du tourisme des catégories aisées vers les pays du Sud ainsi que l’abandon définitif du tourisme comme mono-activité économique au profit d’une vision économique plus autocentrée.

Des complicités multiples

Jean-Yves Le Gallou ne cible pas que les Verts, les « pubards » et les « médiacrates ». Il s’attaque aux « bons apôtres de Big Other (p. 233) » par allusion à la belle préface de Jean Raspail à l’édition 2011 de son célèbre et visionnaire Camp des Saints écrit en 1973. Provenant du christianisme, catholique et réformé, progressiste, le DAL, la Cimade, France Terre d’asile, le Gisti, Médecins du Monde (qui se fourvoya en 1993 par une infâme campagne de presse contre l’héroïque président serbe Slobodan Milosevic) reçoivent de copieuses subventions publiques pour conduire de grandes campagnes de culpabilisation ou d’exclusion à l’encontre des Français d’origine européenne les plus pauvres ! Pour ces officines, les Autres passeront toujours devant les nôtres… La propagande « anti-raciste », profondément criminogène, finance des campagnes de racisme albophobe et attise la haine des banlieues de l’immigration.

L’auteur revient sur toutes ces complicités. « Entre 1995 et 2000, l’Église a pris des positions favorables à la régularisation des clandestins (p. 227). » Simple autorité qui rêve d’imposer à la VeRépublique le stupide gouvernement des juges, le corps judiciaire qu’il soit « européen » (Cour « européenne » des droits de l’homme), constitutionnel (Conseil constitutionnel), administratif (Conseil d’État) et pénal (Cour de Cassation), ont commis un véritable coup d’État migratoire. Leurs décisions iniques accablent les honnêtes Français, exonèrent les délinquants, voire les criminels d’origine étrangère, amoindrissent les pouvoirs exécutif et législatif et nuisent à la souveraineté nationale du peuple français.

Le constat implacable de Jean-Yves Le Gallou est parfois bien sombre. Néanmoins, il ne verse jamais dans le pessimisme d’autant qu’il propose d’excellentes solutions (il omet cependant l’indispensable révision de l’ensemble des naturalisations depuis au moins cinquante ans avec rétroactivité). Il faut au préalable « briser les tabous […et] parler ouvertement de remigration (p. 378) ». L’histoire est par ailleurs riche de départs précipités et forcés. Qu’on pense en 1945 – 1946 aux Allemands des Sudètes et d’Europe orientale ! Qu’on pense aux Pieds-noirs d’Algérie en 1962 ! Au début du XVIIe siècle, les Morisques musulmans furent définitivement chassés d’Espagne. Si la renaissance française et européenne renoue avec la politique du retour obligatoire au pays, des États et les organismes supranationaux mondialistes s’en offusqueront. Leurs rétorsions ne seraient guère efficaces à la condition toutefois que la France puisse au plus vite se démondialiser, changer de paradigme économique, abandonner le libre échange mortifère et adopter une autarcie quasi complète (la France en a les moyens). Et puis, le cas échéant, la France dispose encore d’un atout majeur : sa force de frappe nucléaire.

Le président de Polémia a donc raison de nous interpeller sur un sujet déterminant pour notre présent et notre avenir. Non seulement il faut le lire, mais il faut surtout le faire lire à tous nos proches, indécis ou qui nous jugent trop excessifs. Ces quelque cinq cents pages décrivent avec méthode notre naufrage en cours. Grâce à cette véritable somme, Jean-Yves Le Gallou montre qu’il est lui aussi un formidable « éveilleur de peuple », le peuple européen d’expression française.

Georges Feltin-Tracol

• Jean-Yves Le Gallou, Immigration : la catastrophe. Que faire ?, Via Romana, 2016, 482 p., 23 €.

http://www.europemaxima.com/catastrophique-immigration-pa...

Les commentaires sont fermés.