Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2016

La quasi-faillite de l'État se précise

On entend souvent parler du quotidien Le Monde comme d'un journal bien informé. Quand ils lui font entièrement confiance, on ne saurait en dire autant de ses lecteurs.

Ce printemps, le 25 mars, Le Monde titrait ainsi que "la France réduit ses dépenses publiques plus vite que prévu".

Cet automne, le 8 novembre, de source officielle, on pouvait au contraire prendre connaissance de la situation mensuelle du Budget de l’État. Calculé au 30 septembre 2016, le solde général d’exécution du budget de l’État s’établit à un déficit à hauteur 83 milliards d’euros, contre 74,5 milliards d’euros fin septembre 2015. L'aggravation se révèle considérable.

Travaillant à partir des données d’Eurostat, l’Institut économique Molinari a calculé, cette année encore, le jour où les États de l’Union Européenne ont dépensé toutes leurs recettes annuelles. Or, c'est aussi, à l'évidence, faussement alors même que Mme Marisol Touraine prétend avoir résorbé ce qu'on appelait autrefois le trou de la sécu. Et c'est le 9 novembre, 53 jours avant la fin de l’année, que l’administration centrale française a dépensé l’intégralité de ses ressources.

En moyenne les États européens épuisent en leurs ressources le 30 novembre, soit 31 jours avant la fin de l’année. Cet écart est lui-même en recul de 6 jours par rapport à l'an de grâce 2015. Ceci prouve que, de ce point de vue, en Europe, les choses s'améliorent grosso modo, quoiqu'on dise en général contre le fonctionnement des institutions de notre continent.

Malheureusement la trajectoire de la France tend à s'écarter de celle du reste de l'Europe. Ceci se manifeste sur le terrain de l'équilibre des finances publiques, malgré un taux record de prélèvements. Ceci se vérifie celui de la croissance économique, en raison de la suprématie écrasante de la dépense publique par rapport à la sphère privée.

Il est vrai que Paris demeure l'une des dernières capitales où la haute fonction publique professe encore le keynésianisme et où le pouvoir intellectuel demeure entre les mains du marxisme : l'intellocratie gauchisante et l'économie technocratique accaparée y ont toujours fait bon ménage.

Si l'on quantifie cet écart avec le reste de l'Europe civilisée on le mesure donc à hauteur de 22 jours en 20 cette année contre 16 jours l'année dernière.

Désormais, 53 jours par an l'État français se finance par l'émissions d'emprunts nouveaux. Cette catastrophe est grandement encouragée par la quasi-nullité des taux d'intérêts. Seuls deux pays de l'Union européenne, d'ailleurs membres de l'Eurozone, font plus mal encore que la république de Monsieur Hollande. Il s'agit de l'État grec, avec 64 jours de carence et l'État portugais avec 54 jours.

Faut-il commenter ce qu'annonce cette proximité en bas de tableau ? Malheureusement elle parle d'elle-même.

En 2007, le Premier ministre de l'époque était sollicité de soutenir de nouvelles subventions une région certes charmante, pour ne pas dire envoûtante, presqu'aussi belle que la Grèce ou le Portugal, mais dont l'économie se trouve particulièrement dépendante de l'intervention publique, comme le sont ces deux États.

En Corse, c'était un soir de fatigue, il fit alors remarquer, excédé par cette nouvelle demande, que la chose était impossible.

Et il invoqua la situation de quasi-faillite qui était déjà celle de l'État. Les directeurs de cabinet qui gouvernent ce pays sous l'apparence des ministres, qu'ils sont supposés servir, ne lui ont pas permis de réitérer cette révélation

On lui a donc beaucoup reproché d'avoir servi pendant 5 ans un chef de l'État nommé Sarkozy qui, de son côté, n'hésitait pas à laisser filer le déficit, avec pour circonstance atténuante, par rapport à François Hollande, inexcusable, la situation de crise mondiale apparue en 2008.

Au moins ce gouvernement Fillon (2007-2012) a-t-il manifesté le courage de réduire comme annoncé le nombre des fonctionnaires, sans mise à pied, en tirant parti des départs en retraite.

Au moins s'est-il employé à appliquer la Révision générale des politiques publiques. La RGPP, abandonnée dès 2012, a permis d'aboutir à 15 milliards d'économies sans disposer de la possibilité de libéraliser l'économie.

Hélas chez ceux qui se veulent les héritiers du chiraquisme on demeure encore dans l'illusion qu'on peut faire mieux avec moins comme maître Jacques promettant à l'Avare Harpagon de "faire bonne chère avec peu d'argent."

Il devient franchement temps de comprendre, y compris à droite, qu’on ne peut réduire à la fois les déficits, la dépense publique et la pression fiscale sans restreindre le périmètre de l'intervention étatique.

JG Malliarakis

http://www.insolent.fr/

Les commentaires sont fermés.