Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2016

Éditorial de L’Action Française 2944 : L’IMPOSTURE FILLON

La victoire nette et sans bavure de Fillon à la primaire de la droite est surtout le fruit d’un immense malentendu que la campagne pour la présidentielle sera loin de lever, tant est fort en France le désir de redonner à la fonction suprême un semblant de dignité.

 

Or Fillon a d’autant mieux profité du rejet des deux « favoris » qu’il a su par son attitude distante et calme donner ce signe, ce qui, de la part de l’ancien premier ministre de Sarkozy, n’était pas gagné. Passer pour un homme neuf et incarner l’espoir du relèvement quand on est un des principaux responsables du déclin du pays : du grand art !

UN MACHIAVÉLISME TRANQUILLE

C’est là que réside le principal danger : que, dans ce jeu de faux-semblant que sont les élections, les Français misent sur un homme rompu depuis quatre décennies de vie politique à tous les reniements, mais plus habile que d’autres à cacher son manque de conviction. Car Fillon n’a pas été seulement le collaborateur zélé, pour ne pas dire servile, de Sarkozy : au gré de sa carrière, il a su, d’eurosceptique, devenir européiste, de gaulliste social, libéral assumé, de souverainiste, libre-échangiste. Son rapt illégitime de l’électorat catholique de droite est la preuve supplémentaire d’un machiavélisme tranquille. Que Jean-Frédéric Poisson n’ait pas réussi à attirer sur son nom la majorité de ces électeurs, d’autant plus heureux finalement de la victoire de Fillon que celle-ci ne les mènera pas au martyre, n’a rien d’étonnant. Poisson n’est pas responsable du caractère contre-productif de sa candidature. C’est le système politique qui condamne a priori le vote de conviction au profit, dès le premier tour, d’un vote utile qui se révèle foncièrement nuisible : les voix qui se sont détournées de Poisson n’auraient pas manqué à Fillon pour être qualifié au second tour. En revanche, le score décevant de Poisson a permis à Fillon, qui avait mis dans son escarcelle l’électorat naturel du premier, à neutraliser la tentative de procès en intégrisme catholique ouvert par Juppé et amplifié par la gauche, en se débarrassant du contenu pour ne garder qu’un emballage très aseptisé, mais qui convient à une bourgeoisie qui pense que porter son catholicisme en bandoulière suffit à obtenir l’absolution.

On peut toujours se féliciter que, plus de quarante ans après la loi Veil, l’avortement soit toujours au cœur du débat — ce que favorisent les socialistes eux-mêmes en cherchant à faire adopter avant la fin février un texte orwellien sur un prétendu délit d’entrave numérique à l’IVG : il n’est malheureusement pas sûr que ce soit uniquement, comme le disait Boutang, sur le mode du remords. Mais plutôt sur celui du repoussoir. Ce qu’ont très bien compris Juppé, la gauche... et Fillon le premier ! A tel point qu’il avait pris date dès 2014 avec ses détracteurs en intégrisme catholique en faisant partie des rares députés UMP à voter la proposition de résolution socialiste faisant de l’infanticide un « droit fondamental ». Et qu’il est aujourd’hui totalement silencieux sur le délit d’entrave numérique. Reconnaissant ainsi, avec cynisme, qu’il garde ses convictions pour lui, ce qui revient à ne pas en avoir, ou que celles-ci sont incompatibles avec le Bien commun — un comble !

LE PEN RINGARDISÉE

Avec Fillon, on est obligé de convenir que l’effet de cliquet est le propre d’un électorat catholique libéral-conservateur, finalement aussi convaincu que l’électorat de gauche d’un sens de l’histoire contre lequel il est vain de lutter, mais sur le mode du regret poli censé mériter l’indulgence. L’historien François Huguenin, soutien de Fillon et qui représente cette tendance, a ainsi écrit, dans Le Figaro, à la veille du second tour de la primaire : « Quant aux questions éthiques, les catholiques et les conservateurs ne doivent pas rêver. Aucun homme politique n’a jamais arrêté une évolution sociétale et Fillon en prend acte. » Au nom du même principe, demain ce sera, sur l’ordre de l’Europe, l’adoption plénière définitivement pour tous, l’euthanasie et la GPA...

Fillon a eu par ailleurs l’habileté de paraître plus courageux, voire identitaire sur la question de l’islam que Marine Le Pen. En affirmant que ce n’est pas la liberté religieuse qui pose problème et à laquelle il faudrait s’attaquer aux dépens des chrétiens et des juifs de France, comme veut le faire le FN, mais bien l’islam radical, il a ringardisé le discours intolérant de la présidente du FN sur la laïcité, montrant ainsi qu’il visait, lui aussi, à siphonner les voix du FN, notamment catholiques, que les attaques systématiquement agressives du clan Philippot n’auraient pas encore détournées de Marine Le Pen. Un Philippot affirmant de manière obsessionnelle ce lundi matin 28 novembre sur RMC que le soutien d’une partie de l’ « électorat catholique » à Fillon pose un vrai problème de laïcité !

LES CLASSES MOYENNES BIENTÔT RUINÉES ?

Sans compter les électeurs du FN frustrés du discours mariniste peu favorable à la liberté d’entreprendre des TPE et PME et qui pourraient être tentés d’aller voir ailleurs. Pourtant, le malentendu risque de se révéler cruel aussi en matière économique et sociale. Car favoriser, comme le veut Fillon, les autoentrepreneurs, c’est nuire directement aux artisans et aux TPE. Et priver les classes moyennes de sécurité sociale, c’est ruiner les familles nombreuses qui appartiennent à ces classes, grosses consommatrices d’actes médicaux pour leurs enfants. Fillon ? Pire qu’Hollande ! Il est vrai qu’il admire Thatcher — sans la complicité active de laquelle, soit dit en passant, les travaillistes n’auraient jamais pu légaliser l’avortement en 1967 au Royaume-Uni — et ce, au moment où les conservateurs britanniques retrouvent avec Theresa May la voie de l’Etat stratège et relèvent le SMIC ! Et il veut appliquer la politique d’austérité de Merkel, alors que celle-ci commence à s’apercevoir qu’il faut renouer avec les investissements. La ringardise de Fillon, c’est là qu’il faut la dénoncer. Pas sur les questions sociétales ! Quant à sa posture pro-russe, qu’en penser puisqu’il ne propose pas la sortie de la France du commandement intégré de l’OTAN. De quelle marge de manœuvre disposera-t-il ?

Dans ce jeu d’apparence qu’est la démocratie représentative, la victoire de Fillon ne nous renseigne que sur le ras-le-bol de ses électeurs devant la situation du pays, sur un besoin manifeste de changement et d’autorité, ainsi que sur les convictions, pour une large part attiédies, d’un électorat conservateur, qui s’apprête encore une fois à être la dupe enthousiaste d’un nouveau gourou. Peu importe son passé, pourvu qu’il présente bien. Que Patrick Buisson, à ce point lucide sur Sarkozy qu’il chercha à le vendre de nouveau aux Français en 2012 comme candidat patriote, voie désormais en Fillon le porte-parole de la révolution conservatrice en cours, devrait pourtant interroger l’électeur de droite. Mais celui-ci est ainsi fait qu’il a besoin de se chercher, tous les cinq ans, un sauveur parmi ceux qui l’ont le mieux trahi. Si bien que Fillon risque bien vite d’envoyer dans les limbes une droite « hors les murs » en voie de non-constitution...

FILLON : LA DROITE CANADA DRY

Fillon, ce n’est pas seulement la droite Canada Dry : son imposture représente un vrai danger pour le pays. Malheureusement, en démocratie représentative, le souci politique n’a que peu d’importance. Il faut savoir paraître. Or, sur ce plan, Fillon a pris une longueur d’avance. Nous ignorons si Valls se sera décidé à franchir le Rubicond à l’heure où paraîtront ces lignes. Les sondages indiquent depuis des mois un second tour LR-FN ? Marine Le Pen devrait se méfier !

François Marcilhac - L’ACTION FRANÇAISE 2944

http://www.actionfrancaise.net/craf/?Editorial-de-L-Actio...

Écrire un commentaire