Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2017

Enquête : Emmanuel Macron est bien le candidat des États-Unis

Emmanuel Macron n'est pas seulement le candidat des centristes et d'une partie du Parti socialiste . pour de puissants réseaux politico-économiques, l'ancien banquier est aussi leur représentant quasi officiel à l'élection présidentielle. L'étude de la French American Foundation permet de mieux comprendre le soutien inconditionnel d'un grand nombre de média à sa candidature.

Enquête. Emmanuel Macron ne se doutait pas qu'en entrant à la French American Foundation en 2012, sa carrière connaîtrait un tel coup d'accélérateur en étant propulsé cinq ans plus tard comme l'héritier de François Hollande, lui-même Young Leader de la French American Foundation en 19%.

La French American Foundation : incubateur de la pensée atlantisme

La French American Foundation a été lancée en mai 1976 aux États-Unis, lors d'un dîner à l'ambassade de France à Washington auquel participaient le président de la République Valéry Giscard d'Estaing, le président américain Gérald Ford et l'ancien conseiller diplomatique Henry Kissinger. Cette fondation ayant deux sièges officiels (l'un à New York et l'autre à Paris) a pour but d'influencer les décideurs français (politiques, économiques, culturels) dans le sens voulu par la politique états-unienne.

Dès lors, selon un ancien recruteur de la French American Foundation, l'Américain Ezra Suleiman, son travail était de « trouver les personnes qui feraient l'opinion et seraient les dirigeants de leurs sociétés respectives » afin de les former et d'influer sur le gouvernement français, le monde économique et l'opinion publique. D'ailleurs, le programme emblématique visant à sélectionner et à former les décideurs de demain, celui des Young Leaders, « est emblématique d'une nouvelle forme de diplomatie douce : il incarne une des facettes du soft power, sans toutefois s'y restreindre » selon Leah Pisar, ancienne directrice des programmes de la French American Foundation à New York, ex-conseillère de Bill Clinton à la Maison-Blanche. Et depuis 1981 et le lancement du programme des Young Leaders, la French American Foundation a recruté avec une sélection extrêmement poussée la quasi-totalité des dirigeants des grandes entreprises françaises (Henri de Castries, soutien de François Fillon, Anne Lauvergeon, Denis Oliveraies, Hakim El Karoui, Pierre Kosciusko-Morizet...), un président de la République (François Hollande), des dizaines de ministres et de députés (Marisol Touraine, Aquilino Morelle, Arnaud Montebourg, Najat Vallaud-Belkacem, Pierre Moscovici, Alain Juppé, Valérie Pécresse, Jacques Toubon, Eric Raoult, Laurent Wauquiez...), un grand nombre de hauts fonctionnaires et de journalistes de renoms (Annick Cojean, Jean-Marie Colombani, Matthieu Croissandeau, Jean-Louis Gergorin, Bernard Guetta, Erik Izraelewicz, Laurent Joffrin...).

Ce sont au total, « 400 dirigeants français et américains issus de la politique, du monde des affaires, de la culture, de la recherche, et du secteur militaire » qui sont passés par cet incubateur de la pensée atlantiste et pro-américaine.

Macron et la French American Foundation

Recruté en tant que Young Leader en 2012 alors que cet organisme cherchait à attirer des membres de la finance, Emmanuel Macron « est actif au sein de la fondation et recommande des candidats comme potentiels Young Leaders ». En septembre 2016, il participait à un petit-déjeuner organisé par cet organisme et, lors de son voyage à New York en décembre 2016, le candidat d'En Marche ! a rencontré « une trentaine d'invités de la French American Foundation lors d'un petit-déjeuner au Links Club de l'Upper East Side ».

Voici donc les liens qu'ont pu tisser Emmanuel Macron et les dirigeants de certains média au sein de clubs d'influence

• Emmanuel Macron avec Michel Combes, n°l du groupe SFR (BFM TV, RMC).

Cette appartenance à la French American Foundation vient mette en lumière, une nouvelle fois, les liens unissant les dirigeants du groupe Alice-SFR (présidé par le milliardaire Patrick Drahi) et Emmanuel Macron. En effet, au sein 'de cette organisation, on y retrouve en tant que membre du conseil d'administration, Michel Combes (Young Leader depuis 1998), le n°l de Numericable-SFR et le n°2 d'Altice (la maison mère de l'opérateur), dont BFMTV et RMC sont les fleurons médiatiques.

Jean-Luc Allavena, administrateur d'Altice et recruteur de Macron à la French American Foundation.

Autre personnalité du groupe SFR que connaît bien Emmanuel Macron, l'ancien président de la French American Foundation (2010-2015) et actuellement le président d'honneur de cette organisation, Jean-Luc Allavena. Car ce recruteur d'Emmanuel Macron, au sein de ce groupe d'influence américain fait partie lui aussi, depuis 2014, des sept dirigeants d'Altice, en tant qu'administrateur indépendant du groupe. Pour l'anecdote, la fiche de présentation de Jean-Luc Allavena présente sur le site d'Altice est celle... de la French American Foundation.

Yannick Bolloré, le PDG d'Havas, soutien de Macron, est à la French American Foundation.

Quelques média ont évoqué la proximité de Yannick Bolloré et d'Emmanuel Macron. En effet, le fils de Vincent Bolloré (PDG du groupe Bolloré auquel le groupe Canal + appartient), était présent au premier meeting du candidat d'En marche ! en juillet 2016 à la Mutualité (Paris). « Venu par intérêt personnel » selon Médiapart, le PDG d'Havas (le premier publicitaire de France, et le sixième groupe mondialement) est lui aussi un habitué de la French American Foundation. Il était présent au diner de gala 2016 de ce puissant réseau d'influence américain.

Arnaud de Puyfontaine, président de la French American Foundation et de Vivendi.

Autre personnalité que côtoie Emmanuel Macron au sein de ce cénacle, le président du groupe Vivendi depuis 2014, mastodonte des communications internationales, Arnaud de Puyfontaine. Ce proche de Vincent Bolloré (actionnaire majoritaire de Vivendi) est désormais le président de la French American Foundation depuis 2015.

La banque Rothschild.

En 2008, recruté par François Henrot sur recommandation de Jacques Attali et de Serge Weinberg, Emmanuel Macron devient banquier d'affaires chez Rothschild & Cie. Son recruteur, François Henrot, a la double casquette, celle de bras droit de David de Rothschild à la banque d'affaires et de membre du conseil d'administration de la French-American Foundation. Il s'occupe du poste hautement sensible, depuis plusieurs années, de président du jury sélectionnant les 13 jeunes décideurs français parmi 150 postulants. Même si les informations manquent, il est probable que François Henrot ait poussé et aidé l'ambitieux Emmanuel Macron à rejoindre la French American Foundation.

En tout cas, la banque Rothschild & Cie est l'une des organisations engagées financièrement, et ce depuis plusieurs années, en tant que « membres actifs » auprès de la French American Foundation. Le patron de la banque, David de Rothschild, lauréat depuis 2008 du « Benjamin Franklin Award for Public Diplomacy » du département d'Etat américain, assiste quant à lui régulièrement, aux cérémonies de la French American Foundation.

On le voit, Emmanuel Macron est vraiment le candidat des Américains. Mais pas de l'Amérique de Donald Trump. De celle qui s'oppose à lui et lui savonne la planche par tous les moyens

Rivarol du 30 mars 2017

Les commentaires sont fermés.