Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2017

Fillon : un Trafalgar sans gloire

Existera-t-il encore des âmes candides pour défendre François l'Embrouille, au motif qu'il a affiché durant sa campagne une tonalité "catho" et droitière ? L'apparent dévot a réussi l'exploit de devenir un boulet, et de ne pas même figurer au second tour dans une élection qui, après cinq ans de chaos socialiste, était littéralement imperdable. Son obstination à se raccrocher coûte que coûte à une candidature plombée par une conduite personnelle hasardeuse, tel Bernique sur son rocher, aura eu un coût : dynamiter l'élection en la rendant confuse, puis empêcher l'alternance après le quinquennat consternant de l'homme au scooter. Fillon aura contribué au futur sacre d'un homme de gauche ami des banquiers, quant aux Républicains, incapables de le stopper, ils n'ont désormais plus que leurs yeux pour pleurer.

Fillon présentait pourtant un programme économique dense, avec, des perspectives sérieuses de réduction des déficits. La France emploie 35 % de fonctionnaires de plus que la moyenne européenne, par exemple, et l'amaigrissement s'imposerait en première intention, d'autant que les gains de productivité liés à l'informatique n'ont jamais été pris en compte par l’État obèse. À ce titre, le candidat de la droite classique - mais son aide de camp Bruno Retailleau provient de chez Philippe de Villiers - aura séduit jusqu'à certains membres de la droite nationale, pour la première fois dans toute l'histoire de la Ve république : Henry de Lesquen avait par exemple appelé à voter Fillon ; l'appel du président de Radio Courtoisie aura connu un écho notable, tout comme le soutien déclaré des membres de « Sens Commun » (ex-Manif pour tous). On note toutefois qu'Alain Juppé fit aussitôt savoir qu'en cas de gouvernance avec des membres de ce mouvement honni, il rejoindrait l'opposition - indication supplémentaire de ses inclinaisons douteuses vers le centre gauche. Le retraité Bruno Mégret avait indiqué lui aussi voter pour Fillon, suivi peu après par le mouvement créé jadis par lui, le MNR, et précédé par le Président du mouvement libéral l'ALEPS, Patrick Simon. Ces ralliements s'expliquent : le programme brejnevien du gourou Philippot ne poussait pas au vote FN, pas plus que la campagne confuse de 2017 conçue par notre génie des Carpates, copie carbone de celle de 2012. La victoire à la Pyrrhus de dimanche n'y change rien, Marine Le Pen sera battue par Macron, au terme d'un parcours terne. Le choix à droite se réduisait donc à peau de chagrin, le marginal Dupont-Aignan n'ayant pas la moindre chance - il aura d'ailleurs contribué à l'échec de Fillon par sa présence. Pour peu qu'on admette les règles de poker menteur du suffrage universel, la priorité pour beaucoup d'électeurs étant d'éloigner le vote de gauche, le bulletin Fillon leur semblait par conséquent aller de soi.

À qui la faute ?

Rappelons en préambule les faits qui sont reprochés à notre Picsou ; ils semblent graves et motivés, contrairement à ce qu'on peut lire ici ou là. Fillon a salarié son épouse Pénélope comme attachée parlementaire à plusieurs reprises. Ensuite, le suppléant de Fillon, un dénommé Marc Joulaud, a pris aimablement le relais, pour un montant proche de six mille euros par mois ! Depuis des années, au cours de multiples interviews, Pénélope a répété à l'envi qu'elle se tenait à l'écart de la vie politique et ne travaillait pas. Avec logique, le parquet financier ouvre une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, en janvier dernier. Il mettra en examen le couple infernal dans les semaines suivantes. Dans un premier temps, Fillon applaudit à tout rompre l'initiative censée le blanchir, et fait porter par le fils Lévy (son avocat) des "pièces" censées balayer les soupçons. Quinze jours plus tard, le même Levy, et son client Fillon, accusent ladite instance de forfaiture. Etrange ! En réalité, le clan de l’ex-Premier ministre s'avère incapable de produire la moindre trace tangible de travail, hormis des contrats d'embauche griffonnés ne signifiant rien en soi. Si Fillon avait produit des preuves (courriels, correspondance, actes de présence, etc.), les juges - fussent-ils des enragés de gauche - auraient classé sans suite rapidement, au risque d'encourir des recours fâcheux. L'affaire se complique avec l'emploi de deux des enfants du couple, encore étudiants. L'Harpagon sarthois avance que Marie l'a aidé à préparer un livre et que Charles a, lui, travaillé à la campagne de Sarkozy en 2007 Admettons, on observe que les deux n'ont pas été encore mis en examen contrairement à Pénélope et François. Mais il y a d'autres griefs : de mai 2012 à décembre 2013, Pénélope est salariée pour un montant global de cent mille euros environ par la Revue des Deux Mondes, comme « conseillère littéraire ». En 20 mois, elle n'aura rédigé que deux brèves notes de lecture, sous pseudonyme ! Et n'évoquons même pas la société de conseils créée par le même Fillon, dont les clients sont des amis et obligés... C'est un volet de l'affaire pouvant déboucher sur le chef de trafic d'influence, et qui risque de faire grand bruit dans les mois à venir. Reste enfin le cas, mineur, des costumes de luxe offerts par un "ami", le sulfureux avocat de la Françafrique anciennement des réseaux Pasqua - Robert Bourgi ; cet achat extravagant assombrit l'image un prétendu ascétisme du Brummel sarthois. Alors pourquoi cette défaite cuisante ? Il y a plusieurs raisons.

1/ Fillon n'a cessé de brandir comme sceptre son score écrasant aux primaires, lui donnant toute la légitimité nécessaire. Certes, on concède que cette victoire fut sans appel, mais elle relève d'un sophisme il ne fait aucun doute que les électeurs de droite, s'ils avaient connu les accusations sévères entravant de facto son envol, l'auraient placé loin derrière Juppé et Sarkozy.

2/ Les ânes qui ont conçu le mécanisme des primaires à droite ont oublié de prévoir une procédure d'empeachment ! Résultat : lorsque le roi Midas Fillon s'est transformé en Gribouille sous leurs yeux, les caciques des LR n'ont disposé d'aucun moyen légal pour le destituer, ni pour recouvrer les importants fonds versés en vue de la campagne ! S'il était évident, dès les premières révélations des Canard Enchaîné et autres Médiapart, que Fillon ne pourrait plus mener une campagne normale, nul chez ses amis n'a jamais pu le convaincre de partir  sans doute parce que c'eût été pour cet orgueilleux la reconnaissance implicite de ses péchés. Aucun dispositif légal n'a été en mesure, au fond, d'empêcher la catastrophe du 23 avril, et les passagers du Titanic LR/ UDI ont assisté à l’arrivée de l'iceberg dans un mélange résigné d'impuissance et de mélancolie, beaucoup ne faisant même plus campagne. Le battu Sarkozy, notamment, a brillé par son absence. Le candidat officiel LR/UDI, isolé, harcelé par les journalistes, dans l'incapacité d'aller vers les Français sans recevoir lazzis, enfarinades, ou concert de casseroles, aurait dû se démettre dès janvier l'honneur d'un homme c'est de se sacrifier pour une cause plus grande que lui-même, il n'a pas souscrit à cette loi d'airain, malgré sa promesse de renoncer en cas de mise en examen.

3/ « Ils sont beaucoup qui ont flatté le peuple sans l'aimer. » (William Shakespeare). Depuis trente-cinq ans la France vit en empruntant, sans jamais engager les réformes qui s'imposeraient. Les candidats élus à la présidentielle ont tous un point commun ces cyniques promettent la semaine des quatre jeudis et assurent par avance qu'il n'y aura aucun réforme douloureuse, notamment sur le sujet du sacro-saint « service public », divinité qu'il est impossible de critiquer, fût-ce à mots couverts. Environ cinq millions de Français travaillent directement ou indirectement pour l'Etat, et deux millions vivent d'allocations diverses, d'où le vote pour l'assistanat à crédit via les multiples candidats proto-marxistes. Le programme de Fillon sur la Sécurité Sociale ou l'alignement des régimes de retraites manquait pour le moins de la démagogie habituelle - celle qui assure la victoire dans la Sainte Urne.

4/ La défense de l'intéressé, changeante, floue, a dérivé jusqu'à une mauvaise foi manifeste. Au final, ses contre-arguments se sont réduits à deux concepts : le sombre complot venant de l’Élysée, et la non-faute. L'antienne « Mes amis, on veut nous faire taire ! », tout comme l'évocation d'un « cabinet noir », tendaient à suggérer une cabbale ourdie contre la droite par les spahis hollandais. Philippe Ploncard d'Assac, autre soutien inattendu et tardif de Fillon, et souvent prompt à diagnostiquer des complots, a également soutenu cette thèse. Acceptons-là pour telle : et alors ? L'accusé eût-il produit des preuves du travail effectif de son épouse qu'il était débarrassé dans l'instant des charges pesant sur lui et réduisait à néant les fameuses "intrigues" visant à sa perte. C'est précisément parce qu'il a été incapable de démonter les accusations de ses contempteurs que Fillon a chuté : cabinet noir ou pas, des preuves irréfutables du travail de Pénélope stoppaient dans l'œuf les poursuites. Quant à sa complainte abondamment conjuguée et répétée en meetings « on me reproche d'avoir fait travailler ma femme et mes enfants », elle relève du mensonge et de l'argutie il est légal d'employer des proches au Parlement. C'est la nature fictive du travail de Pénélope Fillon qui a retenu l'attention des juges, d'autant que la n'a cessé de clamer se tenir loin de la politique, depuis toujours. On peut travailler avec ses proches - le charcutier comme le boulanger en sont coutumiers -, il est en revanche abusif de se faire rémunérer par le contribuable (éternel généreux) pour un travail inexistant.

On concédera que la plupart des hommes politiques français ont mis la main dans le pot de confiture depuis des décennies, la Gueuse étant prodigue tous azimuts citons pour mémoire le cas d'Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris, mensualisée des années durant comme inspectrice du travail à temps plein, première adjointe en charge de l'urbanisme à la mairie, et conseillère régionale socialiste ! Il est techniquement impossible de cumuler les trois fonctions (à noter dame Anne était par surcroît secrétaire nationale du PS chargée de la culture). Plusieurs demandes écrites au sujet d'éventuelles traces de ce travail ont été menées par l'opposition, en vain : il a pourtant coûté à l’État plus de 600 000 euros sur dix ans et permis à notre stakhanoviste en herbe de recevoir désormais près de 8 000 euros par mois en cumulé, à l'âge peu canonique de 52 ans, et ce jusqu'à son décès !

Malgré ces prébendes à répétition, gauche et droite confondues, l'électeur cocu reconduit aimablement ceux qui le plument. Le principe du suffrage universel reste donc peu convaincant... Ce concours de téléréalité n'a, reconnaissons-le, aucun caractère de sérieux le fin lettré pèse d'un même poids que le fainéant inculte, le père de famille autant que le drogué vagabond ; quant à l'homme dont les ancêtres ont combattu à Valmy, il est mis à pied d'égalité avec le bédouin naturalisé de fraîche date.

Reste la question... Que va devenir l'étrangleur de Sablé-sur-Sarthe, fossoyeur de son camp ? Ses ennuis judiciaires iront à leur terme, la fonction présidentielle lui échappant. Vu les faits et leur gravité, le procès retentissant guette. Son avenir politique paraît sombre comme souvent dans ce domaine, les amis d'hier deviendront les ennemis de demain. Les courtisans les plus zélés se transformeront en implacables procureurs, et l'homme finira seul, errant dans les couloirs venteux de son château sarthois, avec les feuilles de paie de Pénélope pour tout viatique.

Jean BEAUMONT. Rivarol 27 avril 2017

Les commentaires sont fermés.