Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2017

Cogitons!

Membre d’une  famille salafiste,  fiché S mais titulaire d’un port d’arme (renouvelé en 2017…), le terroriste Adam Djaziri a raté de peu son attentat le 19 juin sur les Champs-Elysées, à proximité du square Marigny. Il est décédé dans sa voiture transformée en bombe roulante lorsque celle-ci  explosé au contact d’un véhicule de gendarmes qui était sa cible,   sans dommages heureusement  pour ces derniers. L’agriculteur de 47 ans poignardé à  mort  aux cris de Allah Akbar!  dimanche soir  à Laroque-Timbaut (Lot-et-Garonne), à la suite d’une altercation avec deux individus, n’a pas eu cette chance.  L’assassin était connu pour s’être radicalisé selon l’expression à la mode… Autre  victime de l’immigration, un polonais est mort ce mardi dans la nuit sur l’autoroute A 16, brûlé vif dans sa camionnette à la suite d’un accident causé par le barrage dressé à une sortie d’autoroute par des immigrés clandestins -baptisés migrants par la caste politico-médiatique. Dimanche déjà, la situation hélas est devenue tristement banale,  un routier avait été pris pour cible par des jets de projectiles par des immigrés illégaux, toujours sur l’A16.  

Si la France a besoin d’une profonde rupture avec les politiques suicidaires menées depuis des décennies, le Front National lui, va entreprendre d’ores et déjà une profonde « transformation », annoncée par Marine   au soir du 7 mai, laquelle sera évoquée dés aujourd’hui à l’occasion du Bureau Politique du FN. Lors de la  conférence de presse qu’elle a tenue hier  à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) en compagnie des nouveaux députés frontistes,  la présidente du FN a annoncé l’ouverture   de « réunions de réflexion » dans le cadre de la préparation du très important congrès  prévu  a priori en mars 2018 . « Ce débat, a dit Marine,  je vais l’organiser, je veux que nous puissions – et j’espère le faire d’ailleurs à la fin du mois de juillet — je souhaite qu’il y ait une forme de séminaire, avec des réunions de réflexion sur toute une série de sujets », les grandes lignes programmatiques, les positionnements du  FN ou encore le mode de fonctionnement  de notre Mouvement.

Le sondage Opinion Way réalisé le jour du vote du second tour  des législatives, questionnant les électeurs des principales familles politiques (FI, PS, LREM, LR-UDI, FN) peut aider, si besoin était, à cerner les préoccupations de notre électorat. Électeurs frontistes, et c’est fâcheux, qui apparaissaient, de loin,  comme les moins intéressés (à 54%) par ces législatives et de fait ils se sont en général très mal mobilisés, même si un léger sursaut a été constaté le 18 juin. Une  abstention (57,3% le 18 juin),  rappelons-le, qui fait qu’aujourd’hui, moins de 19 % du corps électoral à voté pour les candidats de LREM et du MoDem qui raflent cependant 60% des sièges. A titre de comparaison, et signe de ce déficit de légitimité qui ne cesse de se creuser,  en 2012 la majorité présidentielle de François Hollande  avait récolté 22,4% des suffrages des électeurs inscrits et 57% des députés à l’Assemblée.

Cette absence de motivation de nos électeurs pour ce scrutin - et les instances frontistes doivent aussi lucidement  en chercher les causes en eux-mêmes -  se vérifie par les chiffres. Hormis les législatives de 2007 (1 218 260 voix)  qui ont suivi la contre-performance de Jean-Marie Le Pen à la présidentielle, les législatives de 2017 enregistrent un recul assez net dans les urnes pour le FN depuis 20 ans à ce type d’élection : 3 785 383 voix en 1997, 3 139 336 en 2002, 3 532 442  en 2012, 2 954 279 cette année.

Bien sûr, la lassitude après la longue phase électorale dans laquelle baigne la France depuis les primaires de la droite et du centre , le découragement, l‘aquoibonisme peuvent expliquer ce repli. Le fait  aussi des effets du front ripoublicain, de l’ostracisme dont est victime le camp patriotique qui se vérifie par ce calcul tout simple. Ainsi, à ce scrutin  pour faire élire un député FN  il a fallu  environ 220 000 voix,  contre 59 000 voix pour un  LFI, 42 000 voix pour un LR/UDI,  27 000 voix pour un LREM/MODEM, 26 000 voix pour un PS/PRG , 25 000 voix pour un communiste…

Pour autant, des contrastes très forts apparaissent entre les régions, le FN perdant des voix de manière parfois très conséquente dans certaines mais enregistrant des progressions importantes en nombre de voix  dans d’autres  par rapport aux législatives de 2012:  la Bretagne (+22%) , les Hauts-de France(+46%), la Normandie (+57%), la Nouvelle-Aquitaine (+ 35%) et les  Pays-de-la-Loire (+ 20%) enregistrent une percée souvent impressionnante du vote frontiste

Le sondage Opinion Way précité indique aussi que la motivation du vote pour l’électeur FN est avant tout, loin devant la personnalité du candidat,  le souhait de voter pour un courant politique proche de (ses) idées (66%). Or, constate Bruno Gollnisch lesdites idées sont encore et toujours celles qui forment le noyau dur des fondamentaux de l’opposition nationale depuis trente cinq ans. Ainsi au nombre des enjeux du vote, la sécurité (55%) , son corollaire actuel la lutte contre le terrorisme (60%)  et l’immigration  (71%) restent de loin, et notamment par rapport aux sympathisants des autres familles politiques,  les priorités des priorités pour les électeurs nationaux; même si l’électorat LR-UDI (surtout LR!) reste le plus proche sur ces questions de l’électorat frontiste. Autant de sujets de réflexions qui, comme d’autres,  alimenteront  de fructueux débats,  tant il est vrai que de la confrontation des idées entre camarades unis par une même cause,  jaillit la lumière!

https://gollnisch.com/2017/06/20/cogitons/

Les commentaires sont fermés.