Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2017

RÉPONSE À THOMAS VALMENIER : MARION MARÉCHAL-LE PEN REVIENDRA TÔT OU TARD !

e2a5ca5bb91b79910da83aa7167612fa1d198274.jpg

Le titre de l’article de Thomas Valmenier « Marion Maréchal n’est pas Jeanne d’Arc, et après ? » m’a attirée et le début a confirmé ma bonne opinion. Eh oui, Marion Maréchal-Le Pen n’a pas entendu les voix de l’archange saint Michel et des saintes l’appelant à sauver la France, elle n’avait aucune mission divine et en était parfaitement consciente.

En revanche, je ne suis pas d’accord sur la suite : Thomas Valmenier répète ce que le microcosme politico-médiatique, afin de faire du comportement de Marion un élément de la crise du Front national, veut faire croire.

Or, ce n’est pas le cas : Marion Maréchal n’a nullement pensé qu’elle avait assez donné en cinq ans et, en conséquence, décidé d’abandonner définitivement la vie politique. Et, d’ailleurs, son retour à la vie privée pour un certain temps n’a rien à voir avec la crise du Front national.

Il y a déjà plus de deux ans qu’elle a annoncé ce qu’elle comptait faire, et qu’elle a très exactement fait : participer à la campagne présidentielle de sa tante Marine et lancer la candidature de celui qu’elle espérait voir lui succéder comme député, puis retourner, pour un certain temps, à la vie privée pour des raisons qu’elle exposait très clairement :
– la première étant qu’elle s’estimait insuffisamment formée intellectuellement pour le rôle politique qui pouvait être le sien : il lui fallait du temps pour reprendre des études sans négliger les devoirs que lui auraient imposés un mandat politique ;
– la deuxième était effectivement le besoin de consacrer plus de temps à sa petite fille qu’elle avait eu le sentiment de négliger ;
– la troisième étant le besoin de connaître la vie de ceux qui ne sont pas entrés en politique dès leur jeunesse pour ne plus en sortir, et donc de travailler dans le secteur privé ;
– la quatrième, enfin, étant la nécessité de montrer, par l’exemple, que l’on pouvait ne pas faire de la vie politique la totalité de son existence, et que l’on n’était pas propriétaire, à vie, de mandats et fonctions politiques. 

Mais, ayant expliqué cela, Marion Maréchal ne dissimulait pas qu’il était plus que probable qu’elle reviendrait tôt ou tard à la vie politique, mieux armée par ce qu’elle aurait fait pendant ce congé sabbatique prolongé qu’elle ne l’aurait été en restant dans la vie politique sans interruption.

Il est possible et même probable qu’elle a vécu difficilement l’époque où Florian Philippot, bien que considérablement moins populaire qu’elle au FN, l’accablait de son mépris et tentait de lui savonner toutes les planches possibles, assuré qu’il se croyait du soutien indéfectible de Mme Le Pen, même si sa politique conduisait à l’échec, comme on pouvait s’en douter des mois avant le fameux « débat », en voyant les sondages réduire régulièrement le pourcentage de voix prévu pour Mme Le Pen au premier tour de la présidentielle (à l’automne 2016, on lui attribuait jusqu’à 34-35 % des voix, mais ce pourcentage n’a cessé de baisser jusqu’aux 21 % du vote réel).

Mais si ces désagréments ont pu ajouter au soulagement qu’elle a pu ressentir après son départ, ils n’en ont pas été la cause ni l’occasion.

Et, quoi qu’en pense Thomas Valmenier, il me semble probable qu’elle s’en tiendra à son projet initial et qu’ayant suffisamment complété sa formation et ses expériences, sa fille étant d’ailleurs scolarisée et ayant moins besoin de sa présence, elle mettra à nouveau ses extraordinaires capacités au service du Front national.

Bien que n’appartenant pas à ce parti (et n’en étant même pas « sympathisante »), c’est ce que je souhaite. Il serait trop dommage que notre pays ne puisse pas bénéficier, dans l’avenir, des dons exceptionnels de Marion Maréchal et de son extraordinaire capacité de travail.

http://www.bvoltaire.fr/reponse-a-thomas-valmenier-marion...

Écrire un commentaire