Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2017

Prières de rue ? Prière de ne pas trop déranger les médias officiels !

clichy-600x348.jpg

Non qu’ils n’aient pas évoqué cette affaire. Ils en ont parlé. La question est : comment ? La manière dont la majeure partie de la presse française a rendu compte des prières de rue de Clichy, mi-novembre, dit beaucoup des difficultés intellectuelles qui la traversent. La presse ne souffre pas d’un manque de lecteurs. Son lectorat est absent car elle oublie trop souvent de parler réellement de la réalité.

Les prières de rue de Clichy : le 10 novembre 2017, l’AFP démarre en trombe et en trompe-l’œil par une dépêche : « Une centaine d’élus en écharpe ont tenté vendredi 10 novembre à Clichy (Hauts-de-Seine) d’empêcher des fidèles musulmans de faire leur prière dans la rue ». Rien de contestable, la phrase est factuelle. Elle ouvre cependant la porte à la façon dont la dépêche va être reprise par une partie des médias, dans la journée. Le verbe « empêcher » étant rapidement remplacé par le verbe en partie synonyme « perturber ». Ainsi, Le Point :

Deux heures plus tard, cette présentation est modifiée pour devenir « Clichy : une centaine d’élus se mobilisent contre les prières de rue ». On comprend que Le Point se soit trompé et ait considéré que les élus de la République sont les éléments perturbateurs, étant donné le rôle actuel des dépêches de l’AFP dans le flux accéléré des informations. La formulation de l’agence pouvait s’y prêter. Pourtant, l’AFP aurait pu aussi diffuser l’information sous une autre forme. Exemples de possibilités ?

« Clichy : au nom de la République, des élus manifestent pour demander l’interdiction de prières de rue illégales »
« Clichy : des élus de la République française laïque s’opposent aux prières de rue de militants islamistes »
« Clichy : la République dans la rue face aux prières musulmanes »
« Clichy : des élus républicains défendent la laïcité contre l’occupation illégale de la rue par des militants musulmans islamistes »

Le choix des mots par l’AFP n’est jamais anodin, il induit le choix d’une partie des médias. Toutes ces présentations étaient possibles et pouvaient dire réellement la réalité, et ainsi éviter que nombre de médias emboîtent le pas en accusant à leur tour la République de faire du mal à des croyants victimes et obligés de prier dans la rue. Victimes et qui plus est « perturbés » dans leur foi.

L’interprétation de l’expression « tenter d’empêcher » fait boule de neige

Le sens des mots « tente » et « empêcher » choisis par l’AFP a entraîné le même jour une interprétation du même ordre que celle du Point dans différents médias. Ainsi, Le Parisien pour qui les élus aussi « perturbent » la prière, ici qualifiée d’« illégale ».

Le Lab d’Europe 1 quant à lui ne lésine pas sur l’interprétation alléchante : « Des élus chantent la Marseillaise et bousculent des fidèles musulmans en pleine prière de rue à Clichy ». Dans cette formulation, la prière de rue apparaît comme normale ou légitime, en rien illégale, tandis que l’action délictueuse semble le fait des « élus » qui « bousculent ». Sans compter qu’ils chantent l’hymne national, ce qui semble une circonstance discriminatoire augmentée.

La majorité des médias relate le conflit qui oppose la mairie et une partie des musulmans de Clichy depuis bientôt 9 mois. Certains, mais pas tous, indiquent que le lieu de culte a été fermé car le loyer n’est plus payé au bailleur depuis longtemps et qu’il y a une mosquée dans Clichy, à quelques minutes à pied du lieu où la prière de rue se déroule. Un lieu choisi à dessein, près de la mairie. Aucun média n’indique cet autre fait, important puisque les événements se produisent en proche banlieue parisienne et que tout y est à deux pas : il y a 6 mosquées dans un rayon de 500 mètres autour du lieu de cette prière de rue. De ce fait, on serait tenté de demander à l’AFP ce qui « empêche » les musulmans concernés de prier ailleurs que dans la rue et au Parisien en quoi l’action des élus est perturbatrice. Il est d’ailleurs à noter que ces prières se font sereinement sous la protection des forces de l’ordre républicaine financées par les citoyens d’une France laïque.

Et ailleurs dans la presse ?

Globalement, il ressort des analyses des médias que ces prières de rue seraient une conséquence d’une situation imposée aux musulmans concernés. Ce que le maire de Clichy tente de désamorcer en expliquant sur les plateaux de télévision qu’il a toujours favorisé l’exercice du culte musulman sur sa commune. Ce qu’il parvient à démontrer sans peine. Cependant, Vendredi soir 10 novembre 2017, RTL organise un débat dans son émission On refait le monde. La présentation de l’émission est claire : les élus se sont opposés de façon « assez ferme et musclée » à des musulmans qui « prient dans la rue, comme tous les vendredis d’ailleurs », « car il n’y a pas de lieu de culte adéquat sur la commune de Clichy ». Une mosquée à quelques minutes à pied et d’autres à proximité, Bernard Poirette bien que travaillant pour l’une des principales radios hexagonales semble peu informé. Il insiste sur le fait (supposé) que les lieux de culte musulmans seraient en France faits « de clapiers et de planches ». Le débat permet ensuite à des personnalités militantes comme Rokhaya Diallo et Antonin André de développer un discours qui divise le monde contemporain entre les « victimes », ou minorités, et les représentants d’une France qui continuerait d’être coloniale. Pour madame Diallo « c’est très désagréable pour les personnes concernées de prier dans la rue et cela le deviendra encore plus avec le froid qui va arriver ». Pour elle, « il y a une instrumentalisation de la part des élus », de l’« électoralisme dans une période où les musulmans n’ont pas bonne presse ». Antonin André est d’accord, sous-entendant une ambiance islamophobe en France. Poirette conclut en entérinant le fait que l’islam est la 2e religion de France et que cela va aller crescendo « étant donnée la démographie ». Du coup, « il va falloir trouver des solutions et des lieux de culte ». Quant au Figaro, il signale que les élus de la République ont été accueillis par des jeunes maghrébins au cri de « fachos dehors ! ». Pourtant, la mosquée de Clichy, à moins de 15 minutes à pied, propose 2000 m2 d’espace et un bus gratuit pour s’y rendre, précise Le Figaro. Après avoir indiqué que la fermeture du lieu de culte découle d’un long conflit ponctué par une décision de justice, L’Obs rappelle que le 24 mars 2017 près de 2000 « fidèles » se sont réunis pour prier devant la mairie de Clichy et cite une intervention du directeur du « Collectif contre l’Islamophobie en France » sans pour autant noter que la présence forte de ce personnage est étrange, à moins de considérer que l’islamophobie est le problème qui se pose à Clichy. Pour un autre manifestant musulman, il y aurait eu « manipulation de la droite et de l’extrême droite pour stigmatiser les musulmans » et une plainte est censée être déposée.

Le fait que cet événement pose la question taboue de la place exponentielle occupée en France par un islam aux multiples facettes, dont certaines ne paraissent pas prêtes à considérer les valeurs de la République française comme légitimes, n’est pas posée. La prière de rue, ce n’est pas une manifestation religieuse extérieure ostentatoire ?

Texte repris de Ojim

https://fr.novopress.info/208468/prieres-de-rue-priere-de...

Les commentaires sont fermés.