Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2018

Syrie: les gros mensonges d’Emmanuel Macron…et « les valeurs de l’occident »

Syrie-bis.jpgPour son second entretien médiatique de la semaine, après Jean-Pierre Pernaut sur TF1, Emmanuel Macron était hier soir en direct sur BFMTV,  RMC et le site Mediapart, pour répondre depuis le Théâtre national de Chaillot à Paris  aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel. Un débat pugnace, dans lequel le chef de l’Etat,   visiblement toujours aussi pénétré de sa croyance en son talent, a fait  l’étalage de son agilité intellectuelle. Face à lui,  les  deux journalistes  ont  été parfois  assez vindicatifs, sur le  mode de ce qui pratique dans les pays anglo-saxons, la déférence étant traditionnellement plus de mise sous nos latitudes vis-à-vis de notre monarque républicain… Sur le plan symbolique il n’est pas anodin que MM.  Bourdin et Plenel aient entamé  chacune de  leurs questions par « Emmanuel Macron » et non « Monsieur le président » contrairement à l’usage établi. Une nouvelle dégradation faite  à la fonction présidentielle,  déjà abîmée par  MM. Sarkozy et Hollande ?  Reste à savoir, au-delà de l’exercice plutôt maîtrisé dans le forme par le chef de l’Etat,  si ce dernier  a convaincu nos compatriotes en colère, tous ceux  déjà déçus par le  macronisme, qui doutent des réformes  en cours, sont opposés aux  évolutions voulues et actées par la majorité présidentielle.  Car convaincre était bien  le but que c’était fixé Emmanuel Macron à travers ce grand oral, bien conscient, quoi qu’il en  dise, et comme a tenu à lui rappeler le grand démocrate Plenel, notamment sur Mediapart,   que   83% des Français n’ont pas voté pour lui  au premier tour et qu’il  a été élu au second par moins de 40% des Français de plus de 18 ans.

 Emmanuel Macron,   chef des Armées de par notre constitution,  n’était  certes pas tenu  d’organiser  un débat  préalable  avec le Parlement pour  frapper militairement  samedi la Syrie  (conjointement avec les   Etats-Unis  et le Royaume-Uni), mais cette opération militaire peut-elle se justifier, son bien fondé est-il recevable  Pour  tous ceux qui voient un peu plus loin que le bout de leur nez? Bruno Gollnisch, à l’instar des autres dirigeants du FN,  ne le pense pas.

M.  Macron a tenté de justifier la légalité internationale de cette agression… en critiquant au passages les  interventions militaires faites dans le passé  par  les neoconservateurs.  «C’est la communauté internationale qui est intervenue » le 14 avril  a-t-il affirmé sans rire malgré l’absence de mandat de l’ONU,    arguant de  la  résolution 2118 du Conseil de sécurité de l’ONU.  Celle-ci avait été  adoptée le 21 septembre 2013 , après une attaque chimique qui s’était déroulée un mois auparavant,  attribuée  (apparemment faussement)   aux forces  fidèles  la République arabe  syrienne.  A l’unanimité de ses 15 membres,  le Conseil de sécurité ,  au terme d’une décision   qui figurait en annexe de ladite résolution,  expliquait que  la Syrie était notamment  tenue d’achever l’élimination de « tous les équipements et matières liés aux armes chimiques » au cours du premier semestre 2014. Les membres du Conseil, commentant  la décision, avaient prévenu qu’en cas de non-respect par Damas  de ses obligations, des mesures pourraient être prises en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies.  Son article 42 prévoit que   le Conseil de sécurité « peut entreprendre, au moyen de forces aériennes, navales ou terrestres, toute action qu’il juge nécessaire au maintien ou au rétablissement de la paix et de la sécurité internationales.»

Ce 14 avril,Washington, Paris et  Londres   ont expliqué que leurs   frappes  étaient des  mesures de représailles   après l’attaque chimique au chlore  imputée  à l’armée  syrienne dans la ville de Douma (Ghouta orientale).  Hier soir,  le chef de l’Etat   a  précisé  que la  France n’a  « pas déclaré la guerre au régime de Bachar el-Assad »  mais qu’il avait   « obtenu des preuves – il n’a donné aucun détail sur la réalité de celles-ci, NDLR-  que des armes chimiques (avaient) été utilisées » par le gouvernement syrien. » En conséquence  de quoi « trois sites de production d’armes chimiques – désaffectés depuis longtemps, NDLR -  ont été visés par ces attaques (…). Les capacités de production d’armes chimiques ont été atteintes et détruites. Il n’y a eu aucune victime selon les dires des Syriens et des Russes. »

La porte des  discussions  est cependant  toujours ouverte a précisé la président de la république,  le dialogue  n’est pas rompu avec le Kremlin  pour  préparer «une transition durable en Syrie, en accord avec Vladimir Poutine. » « Pour construire une solution durable, il nous faut parler avec l’Iran, la Russie et la Turquie»,  a-t-il ajouté,  se félicitant au passage d’avoir « séparé les Russes des Turcs sur cette question» des frappes qui ont été approuvés par le président turc Recep Tayyip Erdogan, lequel  se souvient parfois que son pays est toujours membre de l’Otan et candidat à l’adhésion à l’Union européenne…

Le chef de l’Etat a aussi  martelé que la Russie était « complice » de Damas du fait qu’elle aurait  « construit méthodiquement l’incapacité de la communauté internationale par la voie diplomatique à empêcher l’utilisation des armes chimiques ». Accusation relevée comme c’était à  prévoir par le site RT  qui souligne que si Emmanuel Macron  « a encore accusé Moscou d’avoir impuissanté la communauté internationale», il est pourtant établi que  « le projet de résolution russe affirmant un plein soutien à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), organisme neutre de l’ONU, dans l’enquête sur le terrain, a été rejeté le 10 avril par le Conseil de sécurité. »

Moscou n’a pas manqué de souligner que ces frappes ont eu lieu quelques heures seulement avant que les inspecteurs de l’OIAC ne commencent leur travail sur le terrain. OIAC  que l’ONU fait intervenir dans les cas de suspicion d’utilisation d’armes chimiques et dont les inspecteurs sont arrivés  seulement hier  à Douma. Mais  l’OAIC était déjà en Syrie!  Et sur son site a été publié en mars 2018 le résultat de son enquête qui précise notamment que sur un des lieux attaqués le 14 avril, « il n’a pas été relevé  dans les échantillons prélevés  la présence de produits chimiques ni  observé d’activités contradictoires  avec des obligations (d’arrêt de fabrication d’armes chimiques). »

Que dire des explications de M.  Macron sinon  qu’elles s’illustrent par un grand  accommodement avec la vérité?  Hier, non sans orgueil, il  plastronnait en affirmant: «Il y a 10 jours, le président Trump disait que les Etats-Unis ont vocation à se désengager de la Syrie. Nous avons convaincu Donald Trump que c’était important de rester sur le terrain de la Syrie et nous avons réussi à la convaincre de limiter l’intervention aux armes chimiques. » Or est-il rapporté ce matin, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders,  a infligé un camouflet au  président français: « la mission américaine n’a pas changé : le président a été clair sur le fait qu’il veut que les forces américaines rentrent à la maison le plus vite possible. »

Xavier Moreau,  directeur de Stratpol, notait le 14 avril sur l’antenne de RT que  les frappes  menées par la coalition occidentale,  de type One time shot, signaient en fait  «le début et la fin de l’intervention occidentale contre l’armée de Bachar el-Assad et ses alliés russes  et iraniens, dixit le général James Mattis », secrétaire à la Défense des Etats-Unis. « C’est surtout le signe de la victoire définitive de Bachar el-Assad et de ses alliés.»

« On ne sait rien des cibles  visées.  Si  la coalition savait qu’il y avait un programme chimique clandestin syrien pourquoi l’apprend-t-on seulement aujourd’hui ? Et les sites qu’ils ont bombardé quand ont-ils été identifiés?  Dans la nuit ? On est dans le grotesque, le ridicule, cela rappelle l’opération  menée seule par Trump qui a consisté à envoyer une cinquantaine de missiles tomahawk.» M. Moreau évoque ici l’action menée en avril 2017 contre une base aérienne de l’armée syrienne à Chayrat. Une attaque annoncée comme les représailles yankees au bombardement aérien chimique imputé, là aussi sans aucune preuve aux forces gouvernementales dans la localité de Khan Cheikhoun, non encore  libérée à l’époque  de l’emprise des milices islamistes.  La preuve des attaques chimiques n’a pas apportée par la France disait encore Xavier Moreau et M. Macron a été bien incapable d’en dire plus hier soir . Nos services secrets en auraient la preuve?

 «Mais quels services secrets ? La direction du renseignement militaire ? La DGSE ? Là, en plus, on apprend que ce sont des renseignements issus des réseaux sociaux. Bien sûr que ce ne sont pas des services de renseignement. Ni la DGSE, ni la DRM [la Direction du renseignement militaire] ne se commettraient dans des choses pareilles (…).  Ce qui  a précipité la frappe,  cela a  été la révélation par Russia Today de la manipulation de la vidéo des Casques blancs -islamistes opposants à Bachar  téléguidés par  les services de renseignements britanniques, NDLR- ,  avec le témoignage des deux personnes qui ont participé malgré elles à cette vidéo. » Ce qui fait  indique-t-il, qu’il fallait agir ( rapidement militairement le 14 avril) avant que ledit  témoignage ne circule  ce qui aurait  embarrassé Emmanuel Macron  alors qu’il allait  être interrogé  le lendemain  par MM Bourdin et Plenel.

Laissons le mot de la fin à Michel Raimbaud, ex  ambassadeur de France au Soudan et en Mauritanie,  spécialiste reconnu du  Levant:
« Si elles avaient une mémoire collective, les opinions se souviendraient du sort de l’Irak, de la Somalie, de la Libye…peut-être de l’ex-Yougoslavie, voire du Yémen où destructions et massacres se poursuivent sous l’égide de l’ami stratégique imprévu qu’est le jeune Mohammed Ben Salmane, étreint avec effusion par notre ministre des affaires étrangères lorsqu’il débarque tel le Messie. Elles reverraient Colin Powell brandissant ses fioles venimeuses et chimiques pour justifier une invasion de l’Irak et son démantèlement (…).  Macron (…)  ose qualifier cette nouvelle attaque illégitime, arrogante et dépravée de  devoir moral . Devons- nous nous habituer à voir par les nuits sans lune nos dirigeants se tortiller sur leur fauteuil, le doigt sur le bouton et le petit doigt sur la couture du pantalon (…)  pour lancer leurs engins meurtriers sur la Syrie qui ne les a jamais agressés ? Quelle sinistre comédie ! Comme si 400 000 morts, 13 ou 14 millions de réfugiés, exilés ou déplacés, un pays ravagé, ne suffisaient pas à combler le sens moral de ces hautes consciences. Après sept ans de mensonges éhontés, de destructions systématiques, de méfaits innommables, peut-on vraiment dire que  le respect de l’autre  est une  valeur de l’Occident » ?

https://gollnisch.com/2018/04/16/syrie-les-gros-mensonges...

Les commentaires sont fermés.