Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En finir avec “eux”? Le bon sens de l’effort

drapeau-francais-autorise-1024x576.jpg«On arrive»!  Lors de la grande   réunion publique hier à La Mutualité  lançant la campagne du RN pour les élections européennes,  Marine  a pronostiqué d’ores et déjà que La Lettre aux Françaisqu’Emmanuel  Macron diffuse aujourd’hui ne sera pas à même d’apaiser les tensions. Car « à  ce stade de rupture avec le peuple, si Emmanuel Macron n’a pas la sagesse de changer de politique, s’il n’a pas la sagesse de se tourner à nouveau vers le peuple par une dissolution (de l’Assemblée NDLR) pour en appeler au jugement démocratique, alors l’arbitrage politique devra venir des élections européennes. Pour les électeurs l’enjeu sera clair:  il s’agira de battre Macron ! La seule force en mesure de battre Macron c’est notre liste.» «Dans le contexte de la saine révolte populaire des Gilets Jaunes, cette élection européenne du 26 mai 2019 (…) offre l’occasion de dénouer la crise politique née de l’aveuglement, de l’intransigeance, du mépris de classe, de la spoliation fiscale et de la déconnexion humaine d’un président.» «Le moment du grand basculement politique» est venu,  le moment d’en  finir avec l’inique et inefficace  système bruxellois à tuer les peuples pour y substituer « l’Alliance européenne des nations » car «c’est au peuple de décider de l’Europe qu’il souhaite, personne ne nous enlèvera ce droit! » «C’est à nous de décider qui rentre chez nous, qui y reste, et si nécessaire, qui est invité à repartir» a notamment rappelé la présidente du RN.  Et il y a en effet urgence à agir.  Sur son compte twitter, l’essayiste Olivier Marteau  confiait qu’il était « cette semaine à une réunion LREM. Un   ministre en exercice était là et a déclaré très précisément ceci: la France a récupéré 200 000 migrants d’Allemagne depuis 2015. C’est vraiment du second choix. Les Allemands nous ont envoyé tous ceux qu’elle juge incapables de s’intégrer. » Et M. Marteau de relayer  un  article du Monde qui rapporte que «Selon la préfecture d’Ile-de-France, la région a connu  une augmentation de 45 % du nombre de demandeurs d’asile  en 2018, ce qui a  saturé les centres d’hébergement ». Jordan Bardella lui l’a promis hier au nom du RN  lors de son allocution:  «Au pouvoir, nous ne dépenserons pas un seul euro pour les migrants tant que des Français dormiront encore dans la rue !»

Un peuple Français lui aussi  largement arrivé à saturation des politiques euromondialistes menées depuis des décennies. L’acte IX de la mobilisation  des Gilets Jaunes  en  a apporté une nouvelle démonstration avec un  record de mobilisation  dans de nombreuses villes de province , comme à Bordeaux notamment, aidée en cela par un président de la République qui selon certains continue de jouer, par perversité (?), maladresse (?) ou inconscience (?),  la carte de la provocation verbale. Dernier exemple en date,  vendredi à l’Elysée, lors de la dégustation  de la traditionnelle  Galettes des rois, en présence de jeunes apprentis,  Emmanuel Macron  s’est adressé  sans les  nommer,  aux Gilets Jaunes: « On n’a rien dans la vie s’il n’y a pas (d’) efforts. Beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté (…)  «Et s’il n’y a pas ce sens de l’effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l’édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son histoire, son présent et son avenir.»

Cette manière de définir  les GJ  comme des tire-au-flanc ou des assistés professionnels n’a pas manqué d’exacerber les tensions.  Sur le plateau de C dans l’air, le criminologue Alain Bauer a constaté  avec consternation la déconnexion du locataire de l’Elysée avec les Français d’en bas: «Au-delà de l’arrogance du terme, Macron n’a pas compris qui il avait en face de lui. Ceux qu’il a en face de lui sont les gens de l’effort quotidien et pas des glandeurs. Cette erreur d’analyse provoque à chaque fois une recrudescence de colère. »

Colère dont sont victimes par ricochet certains médias, les chaines d’infos en continu notamment, qui couvrent  les rassemblements de Gilets Jaunes. Médias  (pré)jugés partiaux, menteurs, tricheurs, truqueurs dans  leur couverture des événements, vendus au pouvoir, à la macronie car aux  mains de la poignée de milliardaires qui ont fait campagne pour le candidat Macron en 2017 et qui  possèdent   90 % des quotidiens nationaux,  des télévisions et radios de grande audience.  

Il est devenu ainsi très compliqué pour des journalistes de se montrer dans les rassemblements  et ils ont été victimes d’agressions physiques et verbales, parfois violentes,  comme ce fut  cette fin de semaine à Rouen. Ces violences  frappant des lampistes ont été dénoncées  comme il se doit par l’ensemble de cette corporation et notamment par Reporters sans frontières (RSF).  Secrétaire général de RSF, Christophe Deloire est pleinement dans son rôle quand il demande sur twitter « aux portes-paroles des Gilets Jaunes de dénoncer les violences croissantes contre les journalistes, qui relèvent clairement d’une logique totalitaire. Tout silence serait une forme de justification du lynchage.» Nous pouvons aussi comprendre qu’il ait été choqué, comme ses confrères,  par cette déclaration de la magistrate et ancien ministre des Affaires Européennes (2002-2004), Noelle Lenoir qui a déclaré  que    « les journalistes de LCI agressés (à Rouen)  par les GJ sont responsables de ce qu’ils subissent, mais aussi de ce qu’ils font subir aux Forces de l’ordre jour après jour. Ils ont donné à longueur d’antenne une tribune à l’édification de la violence, de la provocation au meurtre, de l’insulte et de la bêtise.»

En avril dernier, M. Deloire  expliquait que « contester aujourd’hui la légitimité du journalisme, c’est jouer avec un feu politique extrêmement dangereux . » Fort bien mais nous précisions aussi  que tronquer sur ordre, par idéologie ou autocensure,  la réalité,  la déformer  voire la passer sous silence quand celle-ci ne va pas dans le sens des puissants ou de l’histoire,  c’est aussi jouer avec un feu politique extrêmement dangereux.  

Pareillement il est aussi un peu curieux de voir Gilles Clavreul, ex préfet en charge  à l’époque de Manuel Valls de  la DILCRAH (Délégation interministérielle contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT)  se désoler de ce que « la liberté d’expression ( soit) malmenée» après les agressions de cette  fin de semaine: «qui ose se prétendre démocrate en molestant des journalistes ?» Entendons ce cri du coeur mais M. Clavreul fut aussi à la tête de ce ce  grand plan d’action à 100 millions d’euros  contre le racisme lancé en avril 2015, qui,  en synergie avec le ministre Le Roux,  visait à  aggraver  la répression de la police de la pensée, à interdire  toujours plus la liberté de pensée, de parole et de critique.

Autre exemple de ce double-langage, le journaliste  Claude Askolovitch affirmait sur twitter qu’« Il faut être le dernier des imbéciles pour attaquer au nom du peuple La  Voix du Nord, journal fondamentalement populaire. Il est temps que les représentants des Gilets Jaunes et leurs soutiens, tel le journaliste (et député) Francois Ruffin,  repoussent fascistes, haineux et crétins.» Mais quid M. Askolovitch de l’attitude de La Voix du Nord qui mène ouvertement ,  en le proclamant et en s’en vantant,  des campagnes à charge depuis des années  contre le FN,  Marine Le Pen , le maire d‘Hénin-Beaumont Steeve Briois  Il ne s’agit certainement pas pour nous de légitimer la violence,  d’empêcher la libre expression de la sensibilité politique d’une rédaction,  mais un journal fondamentalement populaire est-il dans son rôle en concentrant toutes  ses attaques haineuses et crétines  sur un mouvement qui recueillie, notamment dans le Nord, une large majorité des suffrages des catégories populaires, du monde ouvrier?

Bruno Gollnisch avait fait sensation lorsqu’il avait détruit le micro espion d’un journaliste du petit journal de l’inénarrable  Yann Barthès le 1er mai 2015. Mais cette défiance vis-à-vis des journalistes est largement partagée. Selon l’enquête annuelle du Cevipof, 88 % des Français ne font pas confiance aux partis politiques  73% des Français ne  font pas confiance aux médias, ils sont pratiquement autant  à ne pas faire confiance aux banques (70%).  Ce sondage traduit un rejet des mensonges dont les Français sont abreuvés depuis quarante ans. Cette classe politico-médiatico-bancaire est totalement  démonétisée, les Français ne sont plus dupes, toutes les belles lettres et autres  déclarations la main sur le coeur n’y changeront rien.   A fortiori quand ces mêmes médias et politiciens passent sous silence le bilan des consignes répressives  données parChristophe Castaner pour mater  les GJ,  les dissuader  de manifester: des milliers de blessés, des dizaines de femmes et d’hommes mutilés à vie (mains arrachées,  yeux crevés, mâchoires en miettes…) y compris chez des manifestants pacifiques. Cela n’excuse certainement pas qu’un journaliste isolé soit tabassé, mais  permet d’expliquer la fureur  de certains. Encore une fois, cette stratégie de la tension est initiée par ce gouvernement, là où Marine Le Pen et le RN proposent  une sortie de crise par le haut en redonnant VRAIMENT la parole au peuple souverain. 

https://gollnisch.com/2019/01/14/en-finir-avec-eux-le-bon-sens-de-leffort/

Écrire un commentaire

Optionnel