Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Michel Onfray : « Il y a de quoi s’inquiéter du retour du fascisme, mais c’est un fascisme de gauche »

Michel_Onfray_Fascisme_de_gauche-48a90.jpg

Librairie vandalisée, pièce de théâtre interdite, écoles incendiées, philosophes bâillonnés : "Il y a là de quoi s’inquiéter du retour du fascisme", écrit Michel Onfray. "Mais c’est un fascisme de gauche", précise-t-il dans son dernier texte, publié le 5 novembre 2019, et intitulé "Convergence des luttes barbares". Le voici agrémenté de quelques images et vidéos.

Un temps j’avais commencé un petit journal sous forme de notules prises sur mon iPhone intitulé Des nouvelles du Bas-Empire.
J’y ai vite renoncé parce qu’il me fallait tous les jours y noter quelque chose et que j’estimais avoir mieux faire que de m’instaurer le chroniqueur de la décadence de notre civilisation dans son menu détail : entre les grands-mères qui peuvent être des pères comme les autres et une association néerlandaise qui lutte pour le droit des animaux humains à copuler avec les animaux non humains, en passant par les écologistes qui vantent les voitures électriques qui roulent grâce aux centrales nucléaires et le perpétuel massacre de la langue française chez les journalistes des chaînes d’information continue, gloubiboulga doctrinal et sémantique des présentateurs météo compris, sans oublier l’usage idéologique des publicités qui vend le modèle maastrichtien cosmopolite, bobophile et écolâtre en plus du produit, c’était sans fin…
Je voudrais juste ici ramasser quelques remarques sur la convergence des luttes barbares qui se dessine sans contestations possible sur le seul terrain de la culture : interdiction d’une représentation théâtrale à la Sorbonne, attaque d’une librairie à Paris, destruction d’une école à Béziers, censure d’un philosophe à Science-Po et de son homologue à l’Université de Bordeaux, incendie d’une structure d’éducation populaire à Chanteloup-les-Vignes.
La gauche autoproclamée qui sacrifie si souvent au psittacisme du retour des années trente, du spectre des année noires, de l’extrême-droite sollicitée hors de propos historique comme une insulte, de Vichy et de Pétain réactivés chaque matin pour salir un interlocuteur qui ne pense pas comme elle, de la Shoah et d’Oradour-sur-Glane utilisés comme des arguments d’autorité sémantiques et rhétoriques chez les macroniens, cette gauche que je mets dans le même sac, les socialo-communistes pour parler à l’ancienne et les macrono-mélenchonistes pour donner la formule de leur dernière progéniture, se tait sur le retour de cette barbarie. Elle verbigère, ça c’est sûr, elle blablate sur les plateaux télés, évidemment, elle cause, certes, elle ne fait d’ailleurs que ça, mais dans le vide : les macroniens promettent que tout ça va bientôt changer, pourvu qu’on vote pour eux la prochaine fois, les mélenchonistes prétendent que tout ça est la faute du manque de moyens mais que ça va aussi changer, pourvu qu’on vote pour eux la prochain fois. Or l’état des lieux, c’est à eux qu’on le doit depuis des décennies ! Car Macron vient de Hollande et Mélenchon de Mitterrand, Hollande venant lui même de Mitterrand… C’est un même petit monde qui se bat pour partager un même gâteau en laissant le peuple les regarder se battre pour savoir qui l’emportera. Les gilets-jaunes furent à leur départ forts de ce refus du double-jeu de Macron et de Mélenchon. Mais, chacun à leur manière avec chacun leur méthode, ces deux-là les ont néantisés.

Lire la suite

Écrire un commentaire

Optionnel