Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2016

« La Droite hors les murs s'est trouvé en Fillon un candidat tout à fait honorable »

Entretien avec Bruno Larebière

Bruno Larebière est un analyste politique bien connu à droite, qui envoie occasionnellement des entretiens à Minute ou au site Atlantico. Dans son analyse, le moins que l'on puisse dire est qu'il ne manie pas la langue de bois !

Bruno Larebière, comment interprétez-vous le succès de François Fillon à la primaire de la droite ? Est-ce, pour le vainqueur, le résultat d'une opportunité qu'auraient saisie les électeurs, pressés de mettre au rencart deux vieilles gloires politiciennes, Sarkozy et Juppé ? Ou est-ce une lame de fond qui exprime la montée irrésistible de la droite dans le pays ?

Les scores remarquables obtenus par François Fillon aux deux tours de la primaire de la droite et du centre marquent la conjonction de ces deux éléments. Au premier tour, Fillon a clairement bénéficié d'un vote de rejet de la personne de Nicolas Sarkozy, élu en 2007 sur son énergie et sa promesse de rupture avec Mai 68, battu en 2012 et éliminé de la primaire avec un score chiraquien(1) sur son agitation permanente, son inconstance, sa dévalorisation de la fonction présidentielle et son implication dans les « affaires ».

Le second tour de la primaire, en revanche, est venu établir que si l'électorat de droite avait voulu se défaire de Nicolas Sarkozy une semaine plus tôt, François Fillon lui étant apparu, sur la base des sondages, comme le meilleur instrument pour s'en débarrasser, il ne rejetait pas l'ensemble de son œuvre, sinon son premier ministre aurait à son tour subi ses foudres. Or non seulement Fillon l'a emporté 66,5 % des suffrages face à Alain Juppé dans un climat digne de l'entre deux tours de la

présidentielle de 2002, la reductio ad hitlerum de Jean-Marie Le Pen étant juste remplacée par une reductio ad petainum de Fillon, mais je me suis livré à un petit calcul assez éclairant.

Si l'on retranche des résultats de ce scrutin les 15 % d'électeurs de gauche qui sont venus voter, soit 600 000 personnes dont on voit mal comment elles auraient pu apporter ne serait-ce qu'une part marginale de leurs suffrages à François Fillon, le triomphe tourne au plébiscite. Sur les seuls électeurs de droite - et même du centre -, François Fillon l'a emporté face à Alain Juppé avec près de 80 % des voix !

Dire, en citant Paul Claudel, que François Fillon est « sorti premier d'un concours de circonstances » est fort drôle mais je pense que cette appréciation minimise grandement que ce second tour vit s'opérer un véritable choix politique en faveur de celui qui avait déclaré entre les deux tours, sous les ovations de la foule, porter un projet « qui ne cherche ni à imiter la gauche ni à lui plaire », « un projet qui assume sa radicalité ». C'est bien celui qui a été perçu comme le « candidat de droite, porté par un peuple de droite, avec un programme pour la France », qui a triomphé de celui qui, au même moment, se flattait de pouvoir « rassembler la droite et les centres », dans une méconnaissance totale de la sociologie électorale du pays.

Je rappellerai également que, des mois durant, il nous fut expliqué que plus le corps électoral de la primaire serait large - au-delà de trois millions de participants nous disait-on -, plus la victoire d'Alain Juppé serait assurée, tandis qu'un corps électoral restreint à noyau dur assurerait le succès de Nicolas Sarkozy. Or il y a eu au moins 4,4 millions d'électeurs - sans doute plus si l'on comptabilise ceux qui n'ont voté qu'à un seul des deux tours - et Alain Juppé, le candidat chéri des médias, l'homme qui donnait à la « droite » l'assurance d'accéder à la présidence de la République quel que soit le candidat, PS ou FN, qui lui serait opposé, l'homme de la pensée consensuelle, a été laminé. Traduction : le « peuple de droite » s'est mobilisé et a voté à droite. Je ne sais pas si cette poussée de la droite est « irrésistible », elle est en revanche manifeste, et massive, dans la victoire de François Fillon.

À quelles conditions François Fillon est-il capable de rassembler la droite pour gagner non plus une primaire mais une élection au suffrage universel ? Devra-t-il faire des « concessions » et revenir à un programme de « président normal », à la Juppé ?

En mars dernier, j'expliquais dans vos colonnes qu'il existait un « boulevard à droite » pour celui ou celle qui défendrait « une ligne nationale, conservatrice et libérale : affirmation de l'autorité de l'État français, défense des valeurs traditionnelles, restauration des libertés économiques ». Celui qui tiendrait ce langage « en ayant la stature d'un homme d'Etat, avais-je ajouté, prendra une sérieuse option sur l'électorat de droite ». Bingo !

D'aucuns me diront que Fillon est dans la posture. Peut-être, mais ce n'est pas le sujet. Avant de critiquer, il faut comprendre. Et la clef de compréhension de la victoire de François Fillon à la primaire est que, dans la dernière ligne droite de la primaire, il est apparu comme le « représentant crédible » que je cherchais en vain en mars, époque où Fillon était crédité de moins de 10 % des intentions de vote.

La tentation de contraindre Fillon à faire des concessions, autrement dit à édulcorer le discours qui a fait son succès, est née dès le soir du second tour de la primaire chez ceux qui, bien obligés de se ranger derrière sa candidature, n'en gardaient pas moins l'espoir de prendre une revanche sur la dérouillée qu'ils venaient de subir. Ce sont les juppéistes qui, après avoir montré comment on perd une primaire, viennent en effet expliquer comment on gagnerait une présidentielle.

Je vais être très clair : si François Fillon fait des concessions par rapport au discours qu'il a porté durant la primaire et aux engagements qu'il a pris, il est mort. S'il affadit son discours, il est mort. S'il fait des concessions aux centristes, il est mort. Je ne parle même pas de devenir un « président normal », comme vous le dites, peut-être en allusion ironique aux années d'anormalité que nous venons de vivre.

L'élection présidentielle se gagnera à droite pour la raison principale que la France est majoritairement de droite, bien plus encore qu'elle ne l'était lorsque Nicolas Sarkozy l'a emporté, et d'une droite encore plus demandeuse d'autorité, de valeurs, d'identité et de liberté - ce dernier point est d'ailleurs central dans le discours de François Fillon.

La chance ou l'art de François Fillon est d'avoir su rassembler les droites autour de sa candidature, toutes tendances confondues. Elles se sont retrouvées dans tout ou partie de son projet alors qu'elles sont très diverses et souvent antagonistes. C'est en renforçant cette union des droites qu'il l'emportera, en convaincant du bien-fondé de son projet et en attirant sur ses positions l'électorat modéré, et certainement pas en partant à la quête de cette « majorité » qui n'existe pas et n'a même pas été capable d'assurer la victoire d'Alain Juppé. Le cœur de son électorat le quitterait aussitôt et c'en serait fini de la dynamique créée.

Faut-il selon vous un programme recentré sur l'économie et qui fasse l'impasse sur les questions de société ? Ou au contraire un programme symboliquement fort dans le domaine sociétal, à faire valoir dès les premiers mois du quinquennat ?

Les deux mon général, mais pas de manière programmatique. Je m'explique.

Depuis les 101 propositions du candidat Mitterrand en 1981, il serait de bon ton de se présenter à l'élection présidentielle avec un programme de préférence le plus détaillé possible.

Pour l'anecdote, mais je la crois significative, Bruno Le Maire a cru à cette fable. À la primaire - au premier tour donc de cette élection présidentielle à quatre tours -, il s'est présenté avec un programme, improprement baptisé « contrat présidentiel », qui faisait très exactement 1012 pages. Il y en avait pour tout le monde, jusqu'à la révision du « plan loup » à « coût constant » - authentique ! ça prenait même trois pages. Ça a fait 2,40 %.

La réalité, c'est qu'on se moque bien du programme. Emmanuel Macron l'a dit en termes crus le 1er décembre sur RTL et je partage entièrement son point de vue : « On se fout des programmes ! Ce qui importe, c'est la vision, c'est le projet. »

Les électeurs ne se prononcent pas par rapport à un programme mais par rapport : 1. à un homme (a-t-il les qualités requises pour être chef de l'État ?) ; 2. à son projet, c'est-à-dire à sa vision de la France exposée dans ses grandes orientations.

On peut même dire qu'au fil de la campagne, ces deux aspects finissent par n'en faire qu'un. Ils se mettent à former un tout par la fusion du contenant et du contenu, jusqu'à offrir au peuple, lorsque c'est réussi, la figure du monarque républicain dans toute sa plénitude, ce à quoi François Mitterrand est le dernier à être parvenu.

D'où l'importance de la campagne électorale, au cours de laquelle va s'opérer (ou pas) cette alchimie par la jonction entre l'image donnée par le candidat Fillon et la résonance de la globalité de son projet auprès de l'électorat.

Diriez-vous que François Fillon est aujourd'hui le candidat de la rupture et que c'est ce qui fait son succès ?

C'est ainsi qu'il apparaît en effet, en rupture avec l'ensemble des politiques pratiquées depuis 1981 - voire depuis l'élection de Valéry Giscard d'Estaing, qui lui a pourtant apporté son soutien.

Cela peut paraître paradoxal si l'on pense que Fillon obtint son premier ministère dans le gouvernement d'Edouard Balladur en 1993, qu'il fut à maintes reprises ministre de Jacques Chirac et qu'il fut l'unique premier ministre du quinquennat de Nicolas Sarkozy, sans parler de ses mandats parlementaires, mais c'est une erreur de croire que Fillon et Sarkozy d'une part, Valls et Hollande d'autre part, sont sur le même plan.

Autant Manuel Valls est contraint de chercher à valoriser le quinquennat de François Hollande, faute de pouvoir s'en démarquer - et faute d'avoir démissionné à temps comme sut le faire Jacques Chirac en 1976 -, autant François Fillon n'est pas tenu pour coresponsable du côté obscur - et néanmoins clinquant - du quinquennat de Nicolas Sarkozy dont on a assez dit qu'il fut une hyper-présidence, donc de la seule responsabilité du président de la République.

Avec le recul, Nicolas Sarkozy lui a même rendu service en le traitant de simple « collaborateur ». Si l'expression fut humiliante, elle l'a au final dégagé de toute obligation in solidum à l'égard des électeurs-créanciers. Et François Fillon apparaît en conséquence comme celui qui, ayant beaucoup enduré mais ayant toujours servi dignement et sans s'épancher, est un homme d'expérience bien plus qu'un homme du passé.

Plus profondément, si François Fillon apparaît aujourd'hui comme le candidat de la rupture, c'est parce que la rupture, aujourd'hui, c'est l'ordre. Pas seulement au sens de l'ordre retrouvé par le rétablissement de la sécurité publique, mais quasiment au sens d'ordre naturel des choses tel qu'on pense l'avoir connu jusqu'à la présidence de Georges Pompidou incluse.

Je note d'ailleurs que les analyses de deux personnalités aussi différentes qu'Eric Zemmour et Jean-Yves Camus convergent en cette direction. Le premier estime que le défi qui se présente à Fillon est d'être Pompidou sinon rien ; le second rattache Fillon à l'ordo-libéralisme, ce qui me paraît particulièrement juste. Son cocktail d'autorité, de conservatisme et de libéralisme fait en effet de lui un ordo-libéral.

La fameuse « ligne Buisson », dans laquelle se reconnaît depuis les Journées de Béziers la « droite hors les murs », est-elle désormais orpheline ?

Il faut arrêter de se voiler la face : elle a déjà basculé en grande partie dans le camp de Fillon, quelles que soient les déclarations de façade destinées à ménager les susceptibilités ou à se donner le temps de préparer les esprits à un ralliement ultérieur. Je ne voudrais pas désespérer Billancourt mais c'est Boulogne qui est en train de gagner le derby. À cet égard, je suis stupéfait de voir que le Front national, qui n'avait que quelques signaux à adresser pour obtenir le ralliement de représentants influents de la « droite hors les murs », prend plaisir à multiplier les prises de positions et déclarations qui en ont ruiné tout espoir. Je ne pense plus seulement à Florian Philippot, passé maître dans le sabotage de toutes les tentatives de main tendue à la droite au point qu'il faut maintenant se demander quel est son véritable but, mais aussi à Marine Le Pen elle-même.

Quand David Rachline, son directeur de campagne, signifie on ne peut plus clairement aux cadres qui ne sont pas totalement d'accord avec les positions nouvelles de Marine Le Pen sur l'avortement que personne ne les oblige à rester, cela va bien au-delà de l'affirmation de la ligne du parti.

Le message, tel qu'il a été reçu, est que c'est donc vers François Fillon qu'il faut se tourner si l'on veut avoir encore la possibilité de disposer non seulement d'une liberté de parole mais aussi de sa liberté de conscience. On en est là ! Chez Fillon, au moins, on peut dire que « philosophiquement et compte tenu de [sa] foi personnelle », on reste opposé à l’IVG, même si, politiquement, on ne reviendra pas dessus. Dans la mesure où l'on sait que chez Marine Le Pen, on ne reviendra pas non plus dessus, mais qu'au surplus on y serait tenu de réserver ses états d'âme à son confesseur, le choix est vite fait.

À défaut d'un leader issu de ses rangs ou qui défende l'entièreté de ses convictions, cette « droite hors les murs », que vous semblez craindre de voir reléguée dans un orphelinat, s'est donc trouvée en Fillon un candidat somme toute tout à fait honorable, et qui, du moins, la respecte. Deux courants se dessinent : ceux qui vont se rallier ou l'ont déjà fait, et comptent veiller de près à ce qu'il ne dévie pas de sa ligne, ayant même déjà pris des dispositions pour, espèrent-ils, l'ancrer aussi à droite que possible sur les questions majeures de l'identité et de la souveraineté ; et ceux qui, doutant qu'il ait vraiment à cœur de concrétiser les espoirs qu'il suscite mais étant encore plus rebutés par la ligne souveraino-progressiste et national-étatiste du Front national, ont décidé d'inscrire la poursuite de leur action métapolitique dans son sillage.

On peut évidemment s'étonner de ces faveurs accordées à celui qui n'a nulle intention de revenir sur le « mariage pour tous » au détriment de celle qui assure vouloir l'abroger, mais on en revient à ce que je vous disais sur l'importance de la tonalité générale du projet, qui prime sur le programme, et sur l'importance des signaux. Deux exemples de ce qui séduit cette « droite hors les murs » dans le discours de Fillon : alors que Marine Le Pen s'arc-boute sur une conception extensive de la laïcité qui en viendrait à contraindre les catholiques pour ne pas froisser les musulmans, François Fillon se refuse à durcir les règles de la laïcité au motif qu'il n'y a qu'une seule religion qui menace la France ; de même affirme-t-il que s'il faut profondément revoir la construction européenne, il n'en existe pas moins une civilisation européenne qu'il est de notre devoir de défendre, ce qui tranche là encore avec le discours de Marine Le Pen.

Le cadre que pose Fillon permet à la « droite hors les murs » d'envisager de pouvoir, sinon s'y épanouir, du moins s'y mouvoir.

Propos recueillis par Alain Hasso monde&vie 15 décembre 2016

Commentaires

Donc si j'ai bien compris, il faut voter Fillon car plus à droite que Marine.C'est bien vrai tout ça. On l'a vu à l'oeuvre pendant 5 ans de 1er ministre et 40 ans de politique.Vous vous moquez de nous M. Larebière. Pour qui roulez vous?

Écrit par : Raymond | 18/12/2016

Non, mais beaucoup de personnes à droite ne se reconnaissent pas dans le FN pour X raisons (comme R. Ménard, Ozon, Zemmour et j'en passe Buisson, s'adresse à eux quant à moi, je ne roule pour personne mais je suis pour une union de toutes les droites (les Républicains, le centre, donc Fillon ne sont pas à droite).....

Écrit par : pat | 19/12/2016

Les commentaires sont fermés.