Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2017

Gilles Richard : "l'avenir du FN me semble beaucoup moins compromis que celui de LR"

Gilles Richard, historien et spécialiste des droites, vient de publier Histoire des droites en France (1815-2017). Il répond au Figaro :

"[...] Nous vivons un moment historique troublant (il y en a eu d'autres!) parce que le clivage droite(s)-gauche(s), qui a structuré la vie politique française depuis le début du XXe siècle et qui influence encore notre vocabulaire, s'est peu à peu effacé depuis 1984 (le «tournant de la rigueur»). Faute de forces politiques à gauche capables d'imposer ce que l'on appelait la question sociale (et sans doute aussi à cause de la fin de la Guerre froide par liquéfaction de l'URSS), l'acceptation ou le rejet du capitalisme n'est plus la question centrale du débat public. Aujourd'hui, France insoumise et PCF additionnés n'ont qu'une trentaine de députés, soit bien moins encore que les gauches en 1958, année où elles atteignirent pourtant leur plus bas niveau au XXe siècle. C'est cela qui a permis en trois décennies l'émergence d'un nouveau clivage autour de la question nationale, devenue aujourd'hui la question centrale du débat public. En 1997, lors du congrès du FN à Strasbourg, Bruno Mégret l'avait déjà prédit en affirmant que désormais, la France se divisait entre «mondialistes et nationalistes». Si l'on suit mon analyse, on voit donc que la place est par définition fort réduite entre ces deux grandes familles politiques que sont les néolibéraux, thuriféraires de «la mondialisation» par nature heureuse, et les nationalistes. Sauf à vouloir à nouveau tenter de les concilier dans une même formation comme le fit Nicolas Sarkozy de 2004 à 2012, puis, moins longtemps, François Fillon. Avec le succès que l'on sait.

Dans ces conditions Les Républicains sont-ils condamnés à disparaître?

Les partis meurent lentement. Il existe même encore un parti bonapartiste! Mais sans aucun doute, LR est entré depuis les primaires dans un cycle de crises à répétition dont je vois mal ce qui pourrait l'interrompre. La répartition de ses députés entre deux groupes est une première - si l'on met à part la scission provisoire pilotée par François Fillon en 2012, dans le cadre de son opposition à Jean-François Copé. Le 4 juillet, il y aura l'épreuve du vote de confiance au gouvernement, dirigé par un ancien député de… LR. Puis les élections sénatoriales, le congrès de novembre, etc. Autant d'occasions de mettre sur la place publique des divisions qu'il faudra bien se garder de lire seulement en termes d'ambitions de tel ou tel.

Le FN est également divisé. Peut-il exploser lui aussi?

Oui, comme le montre le cas de Florian Philippot, déjà en partie sur le départ. Mais l'avenir du FN me semble beaucoup moins compromis que celui de LR. N'oublions pas que Marine Le Pen est portée par un puissant courant d'opinion comme l'ont montré les résultats du second tour de la présidentielle où elle a obtenu 10,6 millions de suffrages, soit plus du double du score de son père au second tour en 2002. Et le programme de la nouvelle équipe au pouvoir, qui va accroître encore l'intégration de la France dans une Europe néolibérale supranationale, lui ouvre un boulevard idéologique. Cela dit, il va falloir que le FN trouve les réponses adaptées à deux questions de fond. La première: comment faire vivre au quotidien un grand parti d'envergure nationale et même européenne autrement que comme une affaire de famille - une famille déchirée qui plus est. La seconde: comment incarner l'opposition à la dissolution de «l'identité nationale» dans l'Union européenne sans faire de la sortie de l'euro la condition sine qua non de tout le reste. Le «Brexit», que Theresa May est en train de négocier, montre combien l'UE est une réalité concrète incontournable et combien elle dispose de moyens pour imposer ses logiques économiques et politiques à ses adversaires. Le succès du FN dans cinq ans est à ce prix. Et donc tout sauf garanti! [...]

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Les commentaires sont fermés.