Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2017

Le mauvais spectacle des députés insoumis et LREM à l’Assemblée dégrade l’image des élus

À force de mépriser, on n’a plus eu peur de frapper.

Une députée LREM a été agressée le 30 juillet à Bagneux, sur un marché, par un homme âgé de 63 ans qui, après une vive dispute avec elle et parce qu’elle aurait eu « un sourire sarcastique », lui a porté un violent coup de poing à la tempe droite. Il a cherché à s’enfuir mais a été interpellé par plusieurs personnes témoins de l’agression. Il a été jugé en comparution immédiate à Nanterre pour violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public avec une incapacité totale de travail personnel de moins de huit jours et condamné à six mois d’emprisonnement dont cinq avec sursis.

Nathalie Kosciusko-Morizet, le 15 juin, lors de la campagne législative, avait été agressée à Paris par un passant, maire de son village.

François Fillon s’était fait enfariner à Strasbourg le 6 avril et Manuel Valls, le 17 janvier, avait été giflé à Lamballe.

Aussi différents que soient ces épisodes et leurs motivations, ils révèlent cependant une même dégradation du respect et le recours de plus en plus fréquent à des actes inqualifiables qui n’auraient pas été concevables hier.

Le climat qui, depuis des années, est systématiquement et injustement hostile à la classe politique accusée globalement de tous les péchés a créé un terreau à partir duquel des comportements erratiques se sont sentis justifiés. À force de mépriser, on n’a plus eu peur de frapper.

Pour ne m’attacher qu’à la péripétie la plus récente dont Laurianne Rossi a été victime, il est clair que, dorénavant, les députés sont devenus comme tout le monde et, donc, qu’ils sont traités par des citoyens violents, égarés ou impulsifs qui les voient comme tels et ne sont plus retenus par rien.

Je ne prétends pas qu’il serait possible d’entraver aisément ce cours néfaste de la relation politique et de restaurer des limites que le fil du temps fait s’effacer chaque jour mais, de manière certaine, on ne saurait protéger les députés dans l’espace public en banalisant leur mission et en rendant leur apparence de plus en plus ordinaire.

Le processus qui est engagé à l’Assemblée nationale – à contre-courant de celui que le président de la République a souhaité adopter pour son propre compte et celui de son équipe à l’Élysée sur le plan de la dignité, de la compétence et de l’allure – va dans le mauvais sens puisque, par facilité et démagogie, à la suite de la pression des députés de La France insoumise, il a autorisé n’importe quelle tenue. De sorte que les représentants élus de la nation, au lieu de se mettre à hauteur de l’honneur qui leur a été fait sur le plan de la forme, ont consenti à cette vulgarité qui désaccorde une charge prestigieuse avec son expression, quel que soit son registre.

Les députés ne vont plus être distingués, se distinguer. Ils seront comme tout le monde.

Plus profondément, si la fraîcheur des députés de LREM a pu, quelque temps, faire oublier leur ignorance et leur amateurisme et susciter un peu d’espérance démocratique, les récents débats ont montré, avec leurs conséquences politiques et médiatiques, que la nouveauté des expériences et l’absence de tout savoir constitutionnel et parlementaire n’étaient plus une chance mais une catastrophe. Certains continueront leur activité professionnelle. Je conçois l’avantage pour eux, mais je crains que leur formation parlementaire en pâtisse.

La perception médiocre et péjorative diffusée sur le groupe largement majoritaire n’est pas non plus sans incidence sur l’esprit public et le cerveau de citoyens obtus et simplistes.

On pourra chipoter et soutenir que tout n’est pas lié, qu’il y a des violences autonomes et des délitements indépendants, j’ai la faiblesse de penser que les unes et les autres sont unis par le lien du débridement et du laisser-aller. On se permet tout et on a bonne conscience. Parce que c’est un député. Parce qu’on est un député.

La conclusion de ces tristes séquences est que continuer à tirer le métier politique par le bas multipliera les occasions de s’émouvoir et de s’indigner face aux agressions graves ou minimes d’élus et de députés.

En revanche, l’entraîner vers le haut, arrêter net la décadence, manifestera aux citoyens concrètement, par la vision et la substance, que les députés ne sont pas n’importe qui et suscitera peut-être à nouveau un respect enfui.

Extrait de : Justice au Singulier

http://www.bvoltaire.fr/mauvais-spectacle-deputes-insoumi...

Écrire un commentaire