Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2017

De la "révolution de soie" à la révolution royaliste ?

bainville-jacques-bouquins.jpgC'est une sorte de « révolution de soie » qu'a accomplie M. Macron depuis un an et dont les effets se déroulent sous nos yeux, alors même que les oppositions qu'il s'est construites au sein du pays légal peinent à mobiliser et à se fonder concrètement, piégées par l'habileté d'un président-anguille qui sait incarner un État que d'autres n'avaient réussi qu'à fragiliser... Les échecs successifs de Mme Le Pen et de M. Mélenchon, les manifestations étiques d'une rentrée sociale si peu agitée, les querelles internes des grands partis de la défaite de 2017, l'apathie d'un corps social qui n'en revient pas d'avoir porté M. Macron au pouvoir... : tout cela concourt à cette ambiance étrange dans laquelle baigne le pays dont les élites francophones mondialisées font désormais leur port, sinon d'attache, du moins d'intérêt et de curiosité, comme d'un lieu sympathique à visiter le temps des vacances. Ambiance étrange et parfois inquiétante : j'entends de ci de là la rumeur sourde d'une colère qui tarde à s'exprimer mais qui est là, bien présente au cœur des conversations et au comptoir des bistrots, ce « parlement du peuple » cher à Balzac. 

Car, si l'optimisme semble parfois de retour dans le pays ou chez ses voisins, si le sourire enjôleur du président peut attirer la sympathie quand ses actions peinent parfois à convaincre vraiment, il reste bien que les maladies qui minent la nation dans son être et son espace pluriel depuis si longtemps sont toujours actives, aussi malicieuses soient-elles. Le chômage de masse, structurel depuis quarante ans ; l'endettement public qui fait que la France vit à crédit à partir de ce mardi 7 novembre ; le malaise du monde agricole jadis noyé sous le glyphosate qu'on lui reproche désormais d'utiliser ; le dessèchement du monde rural et de cette France des villages qui, pourtant, fondent aussi la particularité française ; l'artificialisation des terres qui ne cesse de s'étendre, véritable cancer de goudron ; les pollutions diverses et variées qui, si l'on en croit les scientifiques, entraînent chaque année le décès prématuré de 40.000 personnes dans notre pays ; la dépendance aux énergies fossiles et à l'uranium, qui nous empêche de financer correctement le passage rapide aux énergies renouvelables, en particulier marines ; la question régionale, si mal traitée par la présidence précédente, encore empreinte d'un jacobinisme tout républicain ; etc. Autant de sujets de préoccupation et de sources d'inquiétudes, voire de colères et de contestations, qui n'ont pas encore trouvé de médecine d’État digne de ce nom.

 

Si la rentrée sociale « n'a pas eu lieu », comme l'exprimait un syndicaliste il y a quelques jours, il n'est pas impossible d'imaginer que le pays réel pourrait bien se livrer à quelques jacqueries catégorielleset que le monde lycéen et étudiant pourrait avoir envie de commémorer à sa façon le « joli mois de Mai 68 », mythe facile et récupérable par (presque) tous, en particulier à la gauche du paysage politique (1).

Faut-il s'en réjouir ? Si ces révoltes possibles doivent déboucher sur les impasses des extrémismes politiques ou religieux ou, a contrario, sur le renforcement de l'oligarchie européenne et du néo-féodalisme de la « gouvernance mondiale », la réponse est, irrémédiablement, non. Mais si les révoltes, quelles qu'elles soient, peuvent ouvrir de nouveaux champs de débats et de nouveaux chantiers idéologiques, il serait bien dommage que les royalistes n'y participent pas, d'une manière ou d'une autre, non par désir (vain ?) de destruction d'un système qu'ils n'aiment guère mais bien plutôt par volonté fondatrice, reprenant cette vieille maxime de « l'imagination au pouvoir » qui n'est pas l'utopie, trop souvent meurtrière ou source d'injustice, mais la nécessité de fonder une nouvelle pratique institutionnelle à la tête de l’État comme au sein de tous les corps de la nation française...

Encore faut-il que les royalistes, loin de leurs routines doctrinales et de la communication des slogans, travaillent à penser le monde qui est et celui qui vient, qu'ils définissent ce qui est souhaitable pour le pays et son avenir, sans préjugés ni facilités, et qu'ils le fassent savoir, intelligemment, par l'action et la discussion, véritables préludes à cette « révolution royaliste » qui est, d'abord et surtout, une révolution intellectuelle et éminemment politique. Cette révolution qui peut ouvrir sur l'instauration royale, tout simplement. 

 

Notes : (1) : la rumeur a couru, un temps, que M. Macron souhaitait commémorer Mai 68 : il est vrai que le soutien affirmé et réaffirmé de Daniel Cohn-Bendit au nouveau président et à son programme européen pouvait justifier ce rappel de sa gloire passée, née sur les barricades et embellie par la « légende » urbaine...

Jean-Philippe CHAUVIN

https://nouvelle-chouannerie.com/

Écrire un commentaire