Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2018

Il y a 50 ans… Actualité révolutionnaire de la grève sauvage généralisée de Mai-Juin 1968 en France et ailleurs… par Francis COUSIN (1re partie)

« Une formation sociale ne disparaît jamais avant que soient développées toutes les forces productives qu’elle est assez large pour contenir, jamais des rapports de production nouveaux et supérieurs ne s’y substituent avant que les conditions d’existence matérielles de ces rapports soient écloses dans le sein même de la vieille société. C’est pourquoi l’humanité ne se pose jamais que des problèmes qu’elle peut résoudre, car, à y regarder de plus près, il se trouvera toujours, que le problème lui-même ne surgit que là où les conditions matérielles pour le résoudre existent déjà ou du moins sont en voie de devenir. »

Marx, Critique de l’économie politique, « Préface », 1859.

Mai 68 commémoré par le spectacle de la marchandise

ou comment ensevelir la radicalité de la lutte des classes…

Déjà cinquante-ans… Alors que des présidentielles aux législatives, le spectacle de la crise de la marchandise a rencontré de plus en plus de difficultés à embrigader durant des mois le prolétariat sur le terrain du cirque électoral, toutes les fractions politiques de la servitude généralisée, de l’extrême droite à l’extrême gauche du Capital, s’emploient aujourd’hui à une vaste opération de célébrations-occultations destinée à masquer et dénaturer l’essentiel de ce qui fit la radicalité profonde des événements pour mieux mettre en relief les simples jeux de simulation et de fausseté qui permirent la maintenance rénovée de la résignation.

Pour la pensée radicale, tirer les leçons du mouvement réel de Mai-Juin 68, c’est exclusivement contribuer à la plus grande clarification anti-économique et anti-politique possible par rapport à toutes les défigurations qui maquillent les véritables racines, développements et implications d’une telle explosion sociale. C’est présentement intervenir efficacement en tant que cohérents jalons de conscience, c’est mener une activité théorico-pratique communarde au sein de la dynamique générale du prolétariat, en regardant l’histoire de manière dialectique c’est-à-dire aux antipodes des jacasseries superficielles qui se perdent dans l’empirie surfacière et l’épiderme égocentrique.

En cette année 2018, le grand tintamarre d’insignifiance du crétinisme universitaire et médiatique de la marchandise vient faire œuvre normale de falsification autour de la commémoration des 50 ans de Mai 68 présenté évidemment comme simple révolution culturelle du Capital permettant ainsi la libération festive des mœurs adéquate à la modernisation accomplie du marché narcissique de la liberté despotique du profit.

En fait et c’est là l’essentiel, la réalité sociale est toujours hétérogène et la révolution et la contre-révolution oeuvrent toujours là sur le même terrain et c’est pourquoi la seconde parle toujours avec l’apparence des mots de la première afin de l’obscurcir, l’embrumer et la neutraliser. Mai 68, c’est donc certes l’émancipation atomistique de l’individu dans le libre-échangisme généralisé et l’américanisation forcenée de la société mais c’est aussi et d’abord le sommet d’une décennie d’insubordination sociale grossissante. Ce n’est donc pas l’agitation étudiante et le pacifisme vietnamiste arrangé qui fait là nouveauté mais le débrayage radical de millions de prolétaires à une échelle jamais atteinte. Certes, cette grève, pour massive qu’elle fut, resta contenue par tous les pouvoirs politiques et syndicaux du Capital mais un ouvrier français sur deux y a quand même activement participé d’une manière ou une autre et c’est là l’essentiel puisqu’il fut là bien visible que l’agitation sociale peut faire trembler les services secrets, la police et toutes les pègres gouvernementalistes

Lire la suite

 

Petits bourgeois pas contents organisent ateliers potager et graffitis dans les facs de Paris

 Les bloqueurs prennent leur avenir (et celui des autres) en main dans les facs "occupées" par Ingrid Riocreux

Très médiatisée, l’évacuation de la Sorbonne historique en avril dernier a donné l’impression que la situation était sous contrôle.

Mais « en Sorbonne » (ou « dans la Sorbonne-mère »), se tiennent quasi uniquement les colloques et les conférences, ainsi que les séminaires de Master et Doctorat. Peu de filières fréquentent le bâtiment dès le niveau licence. Le blocage n’était pas bon pour l’image touristique du lieu et nuisait à la réputation internationale de la noble institution. Il fut donc promptement levé au bout de quelques heures, manu militari :

Lire la suite sur Causeur

Le Samedi Politique : Division, corruption : la mort des syndicats, avec Jean-Luc Touly

La critique du Testament de Dieu de Bernard-Henry Lévy (1979)

4192036036.jpgLa critique du Testament de Dieu de Bernard-Henri Lévy par Pierre Vidal-Naquet dans Le Nouvel Observateur en juin 1979, la réponse de BHL et le commentaire de Cornelius Castoriadis
Pierre Vidal-Naquet à la rédaction du Nouvel Observateur (18 juin 1979)
Monsieur le Directeur, 
Votre publication a eu récemment l’occasion de faire écho de façon favorable au livre de Bernard-Henri Lévy, Le Testament de Dieu, publié aux Éditions Grasset dans la collection « Figures ». Je pense que votre bonne foi a été surprise. [Il suffit, en effet, de jeter un rapide coup d’œil sur ce livre pour s’apercevoir que loin d’être un ouvrage majeur de philosophie politique, il fourmille littéralement d’erreurs grossières, d’à-peu-près, de citations fausses, ou d’affirmations délirantes. Devant l’énorme tapage publicitaire dont bénéficie cet ouvrage, et indépendamment de toute question politique et notamment de la nécessaire lutte contre le totalitarisme, il importe de rétablir, dam les discussions intellectuelles, un minimum de probité.] Je n’entends pas fournir ici une liste complète des erreurs de Bernard-Henri Lévy, cela demanderait un gros volume ; je me contenterai d’une simple anthologie de « perles » dignes d’un médiocre candidat au baccalauréat. [Qu’il s’agisse d’histoire biblique, d’histoire grecque ou d’histoire contemporaine, 
Monsieur Bernard-Henri Lévy affiche, dans tous les domaines, la même consternante ignorance, la même stupéfiante outrecuidance, qu’on en juge :] Monsieur Bernard-Henri Lévy place au « 7e jour » (p. 238) de la création le péché originel. Il faut croire qu’Adam et Ève ont profité du repos du Seigneur ; mais cette précision surprendra les lecteurs de la Genèse ; 
prenant le Pirée pour un homme, il fait (p. 79) d’Halicarnasse un auteur grec ; 
de l’Antigone de Sophocle, tragédie représentée à Athènes en 442 av. J.-C. et dont l’action se passe dans la Thèbes du second millénaire, il fait une pièce qui nous informe sur Thèbes à la fin du Ve siècle (p. 87) ; c’est comme si la Phèdre de Racine était utilisée comme document sur la Crète au temps de Louis XIV ; 
il fait (p. 79) de textes qui s’échelonnent entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C. des témoignages datant du temps de la « romanité expirante » ; c’est simplement se tromper de trois ou quatre siècles ; Robespierre, qui organisa le culte de l’Être Suprême, est accusé de « mise à mort du Dieu Un et Souverain » (p. 106) ; 
un texte de Benjamin Constant (1818) et un autre de Fustel de Coulanges (1864) sont déclarés (p. 42) « à peu près contemporains » et c’est même le premier qui fait « spectaculairement écho » au second. À ce compte, on pourrait déclarer « à peu près contemporains » le J’accuse de Zola (1898) et l’Appel du 18 juin du général de Gaulle ; 
de Staline, il est dit que, « au milieu de l’année 1928, […] il lance les masses sur la Place Rouge, à l’assaut d’un parti qui l’a mis en minorité et retarde pour l’heure la procession du socialisme » (p. 23). Et cette mise en minorité et cette manifestation sont une pure invention ; 
Bernard-Henri Lévy cite (p. 278, note 49) la « déposition d’Himmler » au procès de Nuremberg. Ce dut être une déposition fantomatique, car Himmler s’est suicidé après son arrestation, par les troupes anglaises, le 23 mai 1945 ; 
II me semble que ce petit relevé suffit et qu’il est de nature à intéresser vos lecteurs. Le véritable problème n’est donc pas de « critiquer » le livre de Bernard-Henri Lévy, car il est en deçà de toute critique ; il est de se demander : 1) Comment un normalien, agrégé de philosophie selon ce que nous apprend la couverture du livre, peut-il se mépriser lui-même et mépriser ses lecteurs au point de leur infliger une pareille « science » et se comporter, pour utiliser son propre vocabulaire (pp. 78-79), comme un « bateleur analphabète » ? 2) Comment il peut se faire que, sans exercer le moindre contrôle, un éditeur, des journaux, des chaînes de télévision lancent un pareil produit, comme on lance une savonnette, sans prendre les garanties de qualité que l’on exige précisément d’une savonnette ? Est-ce cela la « Barbarie à visage humain » ? 
Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de mes sentiments les meil-leurs. 
Pierre Vidal-Naquet 
Pierre Vidal-Naquet réplique à Bernard-Henri Lévy (Le Nouvel Observateur, 25 juin 1979) 
Comme un petit élève de jadis, coiffé, injustement, du bonnet d’âne, par son instituteur, Bernard-Henri Lévy proteste, et comme on le comprend. Agrégé lui-même, et le disant bien haut, il affirme que j’aurais voulu le faire comparaître « au grand tribunal des agrégés ». Sculptant, avec l’aide des médias, sa propre statue, il affirme que j’ai écrit un « rapport de police philosophique » parce que j’ai dressé une petite anthologie de ses innombrables erreurs, anthologie que j’ai adressée à quelques journaux, non à tous, puisque je n’ai écrit, par exemple, ni au Figaro-Magazine d’Alain de Benoist et Michel Droit, ni à Minute, ni à la presse communiste. Parce que j’ai suggéré que la production intellectuelle ne devait pas relever purement et simplement de la production marchande, quelles que soient les inévitables interférences, me voilà accusé de vouloir faire établir un contrôle « sur la production des idées et leur circulation », et d’être animé d’une « rage dénonciatrice »
Il est bon pourtant d’analyser les arguments de Bernard-Henri Lévy. Il y en a de quatre types : 
L’aveu limité. Il reconnaît une « grossière erreur » : il a fait témoigner Himmler, mort, au procès de Nuremberg. Mais c’est toute sa note, p. 278, note 49, qui est un tissu d’inventions. Ne va-t-il pas jusqu’à écrire que c’était la Gestapo, non la SS, qui s’occupait des chambres à gaz ? 
Qu’est-ce que tout cela aux yeux du philosophe « hégélien » qui raisonne à l’échelle des siècles ? Et c’est ainsi que l’on peut rendre contemporains un texte de Ben¬amin Constant en 1818, et un texte de Fustel de Coulanges en 1864, faire commencer le temps de la « romanité expirante » avant même l’époque d’Auguste. Je crains que l’explication ne soit plus simple et ne s’appelle : légèreté. S’il a déclaré presque contemporain de Fustel le texte de Constant, n’est-ce pas simplement parce qu’il a lu ce texte dans une édition de 1861 ? 
Lecture faite, persiste et signe. Et c’est ainsi que Robespierre, qui fit voter, le 18 floréal an II (7 mai 1794), que « le peuple français reconnaît l’existence de l’Être Suprême et l’immortalité de l’âme » et pourfendit en termes sanglants l’athéisme et les athées, se voit taxer d’« athéisme militant ». C’est encore ainsi que Bernard-Henri Lévy invoque l’autorité de Ciliga pour la manifestation de masse que Staline aurait organisée, en 1928, contre le Parti qui l’a mis en minorité, sur la place Rouge. Aux pages indiquées (50-51) de Dix ans au pays du mensonge déconcertant, Ciliga ne dit rien de tel, et pour cause : il se fait simplement l’écho de rumeurs circulant dans les milieux troskistes sur ce qui se passerait… si Staline était mis en minorité – chose du reste, je le précise, parfaitement inconcevable. 
Je n’ai pas dit cela. Le malheur est précisément qu’il l’a dit, ou plutôt écrit. Ayant pris le Pirée pour un homme et Halicarnasse pour un nom de famille, comme on dit Chevreuse ou Saint-Simon, il croit m’apprendre qui est Denys d’Halicarnasse. Appellerait-on, en français, le romancier médiéval Chrétien de Troyes simplement : Troyes, ou le tyran Denys de Syracuse simplement : Syracuse ? Le philosophe a-t-il évoqué à propos de 1’Antigone de Sophocle, la Thèbes de la fin du Ve siècle avant Jésus-Christ – se trompant, s’il s’agit de la cité, d’un millénaire, et s’il s’agit de la pièce, de plusieurs dizaines d’années –, il fait comme s’il n’avait parlé que de la Grèce du Ve siècle. Enfin, si ce spécialiste de la Bible n’a pas parlé, pages 235-236, de la « thèse absurde » du péché originel commis « au septième jour », il en a bel et bien parlé à la page que j’ai citée, et qui est la page 238. 
Querelles de grimauds que tout cela, cuistrerie ? Mais non, Le Testament de Dieun’est pas un roman ni même un pamphlet, il se veut œuvre d’érudition et relève, à ce titre, de la critique, en gros et en détail. 
Mais il y a plus grave. Bernard-Henri Lévy a parlé à mon propos de « pure et simple falsification ». C’est une expression dure à entendre pour un historien de métier et de vocation. Soit. Voyons un peu ce que nous apprend la critique des textes. Dans Le Monde du 5 janvier 1978, Bernard-Henri Lévy accorde un entretien à Gilbert Comte. On y lit ceci, qui fut dicté comme sien par le philosophe lui-même. Il s’agit de la langue française : « Je crois que la langue française est à la fois ma plus chère maladie et ma seule patrie possible. L’asile et l’antre par excellence. L’armure et l’arme par excellence. Un des lieux, en tout cas, où je me tienne en ce monde. » Beau texte. Mais une version, sans doute, « à peu près contemporaine », puisqu’elle date du 23 décembre 1941, lui fait « spectaculairement écho ». La voici : « Même si je n’étais pas un animal essentiellement français, […] la langue française serait encore pour moi la seule patrie imaginable, l’asile et l’antre par excellence, l’armure et l’arme par excellence, le seul “lieu géométrique” où je puisse me tenir en ce monde pour y rien comprendre, y rien vouloir ou renoncer. » Il s’agit d’une lettre de Saint-John Perse (Alexis Saint-Léger-Léger) à Archibald MacLeish, et on la trouvera dans les Œuvres complètes du poète (collection de la Pléiade), page 551. « Pure et simple falsification », avez-vous dit ? 
Pierre Vidal-Naquet 
Cornelius Castoriadis, « L’industrie du vide » (Le Nouvel Observateur, 9 juillet 1979) 
Il est regrettable que la lettre de Pierre Vidal-Naquet publiée dans Le Nouvel Observateur du 18 juin 1979 (p. 42) ait été amputée de quelques passages importants : « II suffit, en effet, de jeter un rapide coup d’œil sur ce livre pour s’apercevoir que, loin d’être un ouvrage majeur de philosophie politique, il fourmille littéralement d’erreurs grossières, d’à-peu-près, de citations fausses ou d’affirmations délirantes. Devant 1’énorme tapage publicitaire dont bénéficie ce livre, et indépendamment de toute ques-tion politique et notamment de la nécessaire lutte contre le totalitarisme, il importe de rétablir, dans les discussions intellectuelles, un minimum de probité […]. Qu’il s’agisse d’histoire biblique, d’histoire grecque ou d’histoire contemporaine, M. Bernard-Henri Lévy affiche, dans tous les domaines, la même consternante ignorance, la même stupéfiante outrecuidance, qu’on en juge : […]. » 
Shmuel Trigano avait corroboré d’avance ce jugement, quant à l’histoire et l’exégèse bibliques, dans Le Monde (25 mai 1979). Il est simplement indécent de par-er à ce propos de « jeu de la cuistrerie » et de prétendre que l’on veut « censurer toute parole qui n’aurait point d’abord comparu au grand tribunal des agrégés », comme a le front de le faire quelqu’un qui occupe les médias presque autant que la « bande des quatre » et pour y produire un vide de la même qualité. Vidal-Naquet n’a pas demandé aux responsables des publications de « renforcer le contrôle sur la production des idées et leur circulation ». Il s’est dressé contre la honteuse dégradation de la fonction critique dans la France contemporaine. De cette dégradation, il est évident que les direc-teurs des publications sont aussi responsables – comme ils 1’étaient (et le restent) d’avoir, pendant des décennies, présenté ou laissé présenter comme « socialisme » et « révolution » le pouvoir totalitaire des Staline et des Mao. Mais peut-être que l’auteur, du haut de la nouvelle « éthique » qu’il veut enseigner au monde, nous dira-t-il, comme naguère les « philosophes du désir », que « la responsabilité est un concept de flic » ? Peut-être n’a-t-il qu’une notion carcérale et policière de la responsabilité ? 
Dans la « République des Lettres », il y a – il y avait avant la montée des imposteurs – des mœurs, des règles et des standards. Si quelqu’un ne les respecte pas, c’est aux autres de le rappeler à l’ordre et de mettre en garde le public. Si cela n’est pas fait, on le sait de longue date, la démagogie incontrôlée conduit à la tyrannie. Elle engendre la destruction – qui progresse devant nos yeux – des normes et des comportements effectifs, publics sociaux que présuppose la recherche en commun de la vérité. Ce dont nous sommes tous responsables, en tant que sujets politiques précisément, ce n’est pas de la vérité intemporelle, transcendantale, des mathématiques ou de la psychanalyse ; si elle existe, celle-ci est soustraite à tout risque. Ce dont nous sommes responsables, c’est de la présence effective de cette vérité dans et pour la société où nous vivons. Et c’est elle que ruinent aussi bien le totalitarisme que l’imposture publicitaire. Ne pas se dresser contre l’imposture, ne pas la dénoncer, c’est se rendre coresponsable de son éventuelle victoire. Plus insidieuse, l’imposture publicitaire n’est pas, à la longue, moins dangereuse que l’imposture totalitaire. Par des moyens différents, l’une et l’autre détruisent l’existence d’un espace public de pensée, de confrontation, de critique réciproque. La distance entre les deux, du reste, n’est pas si grande, et les procédés utilisés sont souvent les mêmes. Dans la réponse de 1’auteur, on retrouve un bon échantillonnage des procédés de la fourberie stalinienne. Pris la main dans le sac, le voleur crie au voleur. Ayant falsifié l’Ancien Testament, il accuse Vidal-Naquet de falsification à ce même propos, et à ce même propos il se refalsifie lui-même (prétendant qu’il n’a pas écrit ce qu’il a écrit et renvoyant à d’autres pages qui n’ont rien à voir). On retrouve aussi les mêmes procédés d’intimidation : voyez-vous, désormais, relever les erreurs et les falsifications d’un auteur relève de la « délation », du « rapport de police », du « caporalisme savant » et des tâches de « procureur ». (Ainsi, Marchais engueule les journalistes : « Messieurs, vous ne savez pas ce qu’est la démocratie. ») 
Ce qui importe n’est pas, évidemment, le cas de la personne, mais la question générale que Vidal-Naquet posait à la fin de sa lettre et que je reformulerai ainsi : sous quelles conditions sociologiques et anthropologiques, dans un pays de vieille et grande culture, un « auteur » peut-il se permettre d’écrire n’importe quoi, la « critique » le porter aux nues, le public le suivre docilement – et ceux qui dévoilent l’imposture, sans nullement être réduits au silence ou emprisonnés, n’avoir aucun écho effectif ? 
Question qui n’est qu’un aspect d’une autre, beaucoup plus vaste : la décomposition et la crise de la société et de la culture contemporaines. Et, bien entendu aussi, de la crise de la démocratie. Car la démocratie n’est possible que là où il y a un ethos démocratique : responsabilité, pudeur, franchise (parrésia), contrôle réciproque et conscience aiguë de ce que les enjeux publics sont aussi nos enjeux personnels à chacun. Et, sans un tel ethos, il ne peut pas y avoir non plus de « République des Lettres » mais seulement des pseudo-vérités administrées par l’État, par le clergé (monothéiste ou non), par les médias. 
Ce processus de destruction accélérée de l’espace public de pensée et de montée de l’imposture exigerait une longue analyse. Ici, je ne peux qu’indiquer et décrire briève-ment quelques-unes de ses conditions de possibilité. La première concerne les « auteurs » eux-mêmes. Il leur faut être privés du sentiment de responsabilité et de pudeur. La pudeur est, évidemment, vertu sociale et politique : sans pudeur, pas de démocratie. (Dans les Lois, Platon voyait très correctement que la démocratie athénienne avait fait des merveilles aussi longtemps que la pudeur, aidôs, y régnait.) En ces matières, l’absence de pudeur est ipso facto mépris d’autrui et du public. Il faut, en effet, un fantastique mépris de son propre métier, de la vérité certes aussi mais tout autant des lecteurs, pour inventer des faits et des citations. Il faut ce mépris du public au carré pour faire mine, lorsque ces bourdes sont relevées, de retourner l’accusation d’ignorance contre celui qui les a signalées. Et il faut une impudeur sans pareille – ou plutôt que les communistes et les fascistes nous avaient déjà exhibée – pour désigner comme « intellectuel probablement antitotalitaire » (souligné par moi ; le style de l’insinuation, qui pourrait être rétractée si les choses tournaient mal, pue L’Humanité à mille kilomètres) Pierre Vidal-Naquet, qui s’est toujours trouvé, depuis plus de vingt ans, à la première ligne des dénonciateurs du totalitarisme et a combattu la guerre d’Algérie et la torture à une époque où cela, loin de rapporter de confortables droits d’auteur, comportait des risques réels. 
Mais des individus richement pourvus de ces absences de qualités ont existé de tout temps. Généralement, ils faisaient fortune dans d’autres trafics, non dans celui des « idées ». Une autre évolution a été nécessaire, celle précisément qui a fait des « idées » un objet de trafic, des marchandises consommables une saison et que l’on jette (oublie) avec le prochain changement de mode. Cela n’a rien à voir avec une « démocratisation de la culture » pas plus que l’expansion de la télévision ne signifie « démocratisation de l’information », mais très précisément, une désinformation uni-formément orientée et administrée. 
Que l’industrie des médias fasse son profit comme elle peut, c’est, dans le système institué, logique : son affaire, c’est les affaires. Qu’elle trouve des scribes sans scrupule pour jouer ce jeu n’est pas étonnant non plus. Mais tout cela a encore une autre condition de possibilité : l’attitude du public. Les « auteurs » et leurs promoteurs fabriquent et vendent de la camelote. Mais le public l’achète – et n’y voit que de la camelote, des fast-foods. Loin de fournir un motif de consolation, cela traduit une dégradation catastrophique, et qui risque de devenir irréversible, de la relation du public à 1’écrit. Plus les gens lisent, moins ils lisent. Ils lisent les livres qu’on leur présente comme « philosophiques » comme ils lisent les romans policiers. En un sens, certes, ils n’ont pas tort. Mais, en un autre sens, ils désapprennent à lire, à réfléchir, à critiquer. Ils se mettent simplement au courant, comme l’écrivait L’Obs il y a quelques semaines, du « débat le plus chic de la saison ». 
Derrière cela, des facteurs historiquement lourds. Corruption des mécanismes mentaux par cinquante ans de mystification totalitaire : des gens qui ont si longtemps accepté l’idée que la terreur stalinienne représentait la forme la plus avancée de la démocratie n’ont pas besoin de grandes contorsions intellectuelles pour avaler l’affirmation que la démocratie athénienne (ou l’autogestion) équivaut au totalitarisme. Mais aussi la crise de l’époque, l’esprit du temps. Minable époque, qui, dans son impuissance à créer ou à reconnaître le nouveau, en est déduite à toujours resucer, remastiquer, recracher, revomir une tradition qu’elle n’est même pas capable de vraiment connaître et de vraiment faire vivre. 
(...)
Cornelius Castoriadis

Les élites trahissent la démocratie !

C-Vanneste-8mai-600x267.jpg

La démocratie est devenue le nom qui désigne un système politique où les droits des étrangers doivent l’emporter sur ce que veut le peuple et au détriment de celui-ci.

Le 8 mai 1945, le totalitarisme nazi était vaincu. Le bras de fer entre les démocraties occidentales et le totalitarisme marxiste commençait. En 1989, la chute du mur de Berlin et l’effondrement du bloc soviétique avaient soulevé l’espoir d’une victoire définitive des démocraties. Certains imaginaient que la fin de l’Histoire était en marche avec l’avènement d’un monde unipolaire faisant régner, selon le vœu de Kant, une paix perpétuelle au sein d’une humanité vouée aux échanges commerciaux et culturels encadrés par un droit unanimement reconnu. Près de trente ans après, le bilan est désolant. La démocratie comme la paix semblent en panne. Jour après jour, le voile des illusions se déchire. Deux élections viennent de se dérouler, au Liban et en Tunisie.

Les électeurs ne se sont pas bousculés : 49,2 % pour les législatives libanaises, 33,6 % pour les municipales tunisiennes. On peut se consoler en disant qu’au Liban, on élisait des députés après neuf ans de gel des élections en raison de l’insécurité, et qu’en Tunisie, ce sont les premières municipales depuis 2011 et la chute de la dictature. On peut encore se réjouir que ces deux pays, que la France a fortement marqués, soient les moins éloignés d’une démocratie à l’occidentale, et pour la Tunisie le seul à avoir maintenu les acquis politiques du printemps arabe, tempérés par le marasme économique et les actes terroristes. Il s’agit d’une bien mince consolation, lorsqu’on observe que le vainqueur en Tunisie, avec 27,5 % des voix, est Ennahdha, le parti islamiste qui est l’émanation locale des Frères musulmans. Ils offrent, dans ce pays, une vitrine présentable. En Libye ou en Syrie, ils ont le visage de la guerre, en Égypte celui du terrorisme, et la Turquie, sous leur férule, s’éloigne à grands pas de la démocratie et de l’Occident.

Au Liban, ce sont les islamistes chiites du Hezbollah qui l’ont emporté, ce qui n’a rien de rassurant. Néanmoins, à Tunis comme à Beyrouth, il y a une représentation de la diversité. Dans le premier cas, celle-ci passe par la résistance relative du parti présidentiel, avec 22,5 % des voix. Pour les chrétiens alliés pour les uns aux chiites, avec le président Aoun, pour les autres aux sunnites, avec les Forces libanaises, les résultats ont été meilleurs qu’attendu et leur permettront de conserver un rôle essentiel.

Autour de ces deux pays, et à l’exception d’Israël, ni les interventions militaires occidentales, ni les prétendues révolutions arabes n’ont changé un décor qui s’est, au contraire assombri. Les alliés des démocraties occidentales sont des monarchies féodales islamistes dont les valeurs sont aux antipodes des nôtres. Les moyens financiers gigantesques dont elles disposent leur permettent de promouvoir une conception des droits de l’homme paradoxale et d’irriguer la planète par un prosélytisme multiforme qui va de la conversion à la guerre. Cette alliance contre-nature, qui pouvait être justifiée contre le bloc communiste, perdure en soulignant l’imposture des démocraties occidentales. Les courbettes empressées de nos dirigeants convertis en VRP spécialisés dans la vente d’armes et, plus que jamais, grands lécheurs de babouches, leur volonté absurde de faire perdurer la guerre froide contre la Russie, soulèvent des doutes sur l’authenticité de leur posture.

L’Union européenne offre un étonnant spectacle où la sainte-alliance des démocrates se noue contre le populisme en mettant au ban de l’empire du Bien les États qui ont le front de résister à ses décrets. Viktor Orbán vient de gagner les élections législatives hongroises haut la main, mais c’est une commission présidée par l’ex-Premier ministre battu d’un confetti fiscalement paradisiaque qui prétend le rappeler à l’ordre et menacer de lui couper les vivres. La démocratie est devenue, pour les tenants de la pensée unique, le nom qui désigne un système politique où les droits des étrangers doivent l’emporter sur ce que veut le peuple et au détriment de celui-ci. Les défaites les plus inattendues ne s’expliquent le plus souvent que par la trahison. La trahison des élites, dénoncée à juste titre par Christopher Lasch, est la seule explication de l’état lamentable de nos démocraties.

Christian Vanneste

Tribune reprise dBoulevard Voltaire

https://fr.novopress.info/210744/les-elites-trahissent-la...

Trappes : le ministre féministe Marlène Schiappa quitte sans broncher un café interdit aux femmes

La mère Schiappa a voulu faire une escapade « romantique » (avec une escorte de 80 policiers…) dans la ville envahie de Trappes. Face au mœurs étrangères, elle tolère tout. Par contre, face au « patriarcat blanc », elle est féroce. Vu dans le Canard Enchaîné :

trappes.jpg

http://www.contre-info.com/trappes-le-ministre-feministe-...

Le ministère de la Justice publie une circulaire contre les Identitaires

6a00d83451619c69e20223c84a8b40200c-200wi.jpgAlors que l'Etat se montre (volontairement) impuissant face au blocage des universités, des annulations d'examens, des émeutes en banlieues, ... le ministère de la Justice a trouvé le temps de rédiger une circulaire, adressée à l’ensemble des tribunaux par le directeur des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice, Rémy Heitz. Ce texte évoque deux infractions « visant les comportements hostiles à la circulation des migrants ».

La première est « l’immixtion dans une fonction publique ».  Ceci est le fait, par toute personne agissant sans titre, de s’immiscer dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant l’un des actes réservés au titulaire de cette fonction.

« Le contrôle du respect des frontières, par la surveillance visuelle ou l’édification d’obstacles, par des personnes hostiles à la circulation des migrants est susceptible de constituer une immixtion intentionnelle dans les fonctions des forces de l’ordre. La reconduite à la frontière des migrants par ces mêmes personnes, y compris sans violence, est également susceptible de caractériser le délit prévu par l’article 433-12 du Code pénal ».

La circulaire explique également que les militants identitaires pourraient enfreindre la loi en exerçant « une activité ou en usant de document créant la confusion avec une fonction publique ».

« L’article 433-13 du code pénal réprime le fait par toute personne d’exercer une activité dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique. Cette infraction est punie d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Faire croire, par son comportement ou par un ensemble de manœuvres, que l’on possède la qualité pour exercer la surveillance et le contrôle des frontières, même sans usurper les signes réservés à l’autorité de police, est susceptible de caractériser l’infraction ».

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/05/le-minist...

Impuissants face au système?

Jouy-en-Josas mobilisée contre l’arrivée de centaines de migrants, par Caroline Parmentier

La-loi-asile-et-immigration-ne-satisfait-personne-600x300.jpg

9109-20180512.jpgTrois cents migrants, tous des hommes de moins de 25 ans (c’est à dire 95% de ce qui constitue les arrivants) débarquent en juin à Jouy-en-Josas (78) pour être accueillis dans un centre de formation. Les habitants de la commune ainsi que plusieurs élus sont révoltés par ce projet.

Vont-ils appeler Génération Identitaire à la rescousse ? L’ancienne université Thales à Jouy-en-Josas a été transformée en centre de formation pour migrants de façon à accueillir à terme 300 clandestins pour leur apprendre le français. Des formations de six mois sont prévues pour les neuf prochaines années… Pourquoi seulement neuf ?

Des riverains indignés ont monté une association « La Parole aux Jovaciens », pour se défendre : « Notre premier étonnement est que les gens ont été informés une fois le projet ficelé et pas avant », déclare un membre du collectif. Cet habitant de Jouy-en-Josas « depuis quarante ans » relève qu’au prorata des 1 725 places pour les migrants dans l’ensemble des Yvelines, Jouy-en-Josas compte tenu de sa superficie, « ne devrait accueillir que dix migrants ».

L’association s’inquiète également de la « sécurité » autour d’un centre d’accueil qui, selon elle, « ne va certainement pas participer à l’attractivité de notre ville mais au contraire l’appauvrir ». Mais pourquoi, mais comment donc ? Alors que tout le monde nous explique, l’évêque de Gap en tête, que ces jeunes majeurs africains sont charmants, très mûris par les épreuves et que jamais ô grand jamais il ne leur viendrait à l’idée d’agresser qui que ce soit et sûrement pas une femme. (Voir à ce sujet le petit guide à l’usage des migrants publié en Norvège, en Autriche ou en Allemagne, à la suite des agressions sexuelles massives de Cologne, avec des conseils, des dessins et des cours pour leur expliquer comment se comporter avec les femmes en Europe).

1,5 million d’euros par an

L’association des habitants de Jouy-en-Josas révèle le chiffre de « 1,5 M d’euros de loyer annuel payé au bailleur (NDLR : la société Rana Reo) par l’Etat, donc le contribuable ». Une pétition pour réclamer le retrait du projet, ainsi qu’un référendum sur la question, ont déjà reçu 800 signatures sur le net. Une votation que refuse le maire sans étiquette Jacques Bellier, qui craint un vote populiste qui serait « le fait des extrêmes » ! Parce que sa méthode immigrationniste à marche forcée à lui, n’a rien d’extrême ni de radicale.

Plusieurs élus d’opposition (centristes) du conseil municipal comme Grégoire Ekmekdje, ont rejoint les opposants, dénonçant un « projet totalement surdimensionné et concocté par des personnes qui ne connaissent pas les problèmes relevant de la typologie de Jouy-en-Josas » et surtout « le manque absolu de démocratie locale ».

On savait parfaitement qu’Emmanuel Macron continuerait à organiser la submersion migratoire. Il l’avait clairement dit. Comme le fait judicieusement remarquer un commentateur sur Twitter : Les Jovaciens ont voté à 85,26% au second tour des présidentielles pour Macron … Vous vouliez le mondialisme, l’ultralibéralisme et son « vivre-ensemble », eh bien pensez printemps des migrants maintenant !

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 9 mai 2018

Mai 68 : La contre-culture : ses origines, sa fonction [3]

Sylvie Vartan 

Par Rémi Hugues 

Dans le cadre de la sortie de son ouvrage Mai 68 contre lui-même, Rémi Hugues a rédigé pour Lafautearousseau une série dʼarticles qui seront publiés tout au long du mois de mai.

Généalogie d’une récupération 

Dans l’histoire de la « génération 68 », « on peut distinguer trois phases. La première est gauchiste. La seconde est contre-culturelle, mais elle n’oppose pas une génération aînée ʽʽdʼhumeur révolutionnaireʼʼ à une génération cadette dʼʽʽhumeur contre-culturelleʼʼ […] : la "génération de mai 68ʼʼ s’est convertie à la contre-culture qu’elle à la fois importée (des États-Unis) et inventée et qu’elle inculque à de nouvelles générations […]. La troisième phase n’oppose pas une nouvelle génération néo-libérale à des générations aînées contre-culturelles : de même qu’elle s’était convertie du gauchisme à la contre-culture, la génération de mai 68, fidèle à sa vocation prophétique, s’est encore convertie de la contre-culture au néolibéralisme. »[1]

Gérard Mauger avance que le style gauchiste, qui est une vulgate marxiste réduisant la complexité des rapports sociaux à un affrontement entre une « bourgeoisie » et un « prolétariat », « peut être décrit comme un métissage de populisme et d’ascétisme, de dogmatisme et d’anti-intellectualisme, de spontanéisme et de dogmatisme, d’ouvriérisme et d’élitisme, de marxisme-léninisme et d’anticommunisme »[2]. Il est d’essence petite-bourgeoise voire bourgeoise, néanmoins sa vision du monde social est telle qu’il a pour groupe de référence le peuple, qui n’est en réalité pour lui qu’un concept abstrait. Autrement dit il idéalise un peuple qu’il se représente de façon romanesque et théorique. Et ce dans la continuité du marxisme qui assigne un rôle messianique aux masses populaires. 

En outre pour Mauger le « style ʽʽcontre-culturelʼʼ, dont la notion de ʽʽmarginalitéʼʼ est le concept-clé », résulte de la « désillusion gauchiste » et correspond à l’ « adaptation de la contre-culture américaine » ainsi qu’à la « vulgarisation de la ʽʽphilosophie du désirʼʼ, dernier cri de l’avant-garde philosophique d’alors. Dans une critique de l’Ant-Œdipe publiée dans Libération en 1972, Robert Linhart écrit : ʽʽces gauchistes vieillissants […] cherchent, en vagues successives, une voie pour s’intégrer dans la société sans paraître, à leurs propres yeux, se renier. Encore contestataires dans la forme, ayant fait leur reddition en leur for intérieur, ils sont pour des maîtres à penser la ʽʽdéculpabilisationʼʼ, la reconnaissance du désir, la ʽʽdéterritorialisationʼʼ, une base sociale et un public tout trouvéʼʼ. »[3]

Mauger précise que la marginalité signifie « aussi bien la sécession, la retraite, le repli, l’isolement, l’autarcie que la contestation, la dissidence, la rébellion, la révolte. La notion est aussi connotée spatialement, temporellement et socialement. Elle s’applique à des pratiques et des dispositions aussi hétéroclites en apparence que la vie communautaire, la consommation de drogues, la route, le mysticisme, la libération sexuelle, le goût du ʽʽnaturelʼʼ et des ʽʽproduits naturelsʼʼ, le zen et le yoga, etc., à des populations aussi diverses que les femmes, les jeunes, les minorités sexuelles, religieuses, ethniques, etc. »[4]. En exaltant la singularité, l’individualité (la fameux « droit à la différence »), la contre-culture se fait le chantre de l’individualisme, et donc d’un libéralisme nouveau. Comme l’ont notamment signalé Luc Ferry et Gilles Lipovetsky, Mai 68, était, dès l’origine, fondamentalement individualiste.      

L’hédonisme au service du marché 

Ce néo-individualisme issu de la contre-culture des sixties est fondé sur l’hédonisme. Le sociologue Henri Mendras écrivit : « Parmi les thèmes soixante-huitards, ʽʽtout, et tout de suiteʼʼ ne faisait qu’exprimer de façon extrême une progression lente et continue de l’hédonisme. Le fait que plaisir et jouissance, naguère considérés comme mauvais et dangereux, soient aujourd’hui reconnus comme licites et ouvertement désirables, est aussi un changement dans les normes morales plus que dans les comportements. »[5] L’universitaire aurait pu mentionner un autre slogan emblématique de ce tournant hédoniste, le célèbre « jouir sans entraves ». Un an plus tard Serge Gainsbourg qualifie l’année 1969 d’année érotique : la luxure est érigée en vertu cardinale. Au même moment on constate « l’apparition du nu au cinéma, dans les magazines, sur les affiches et enfin sur les plages. »[6] Le chanteur originaire d’Europe de l’Est et issu d’une famille juive chante aussi Sea, sex and sun...

Le sexe sort de la sphère intime, gagne la sphère publique : une révolution s’opère. À partir des sixties, « dans les magazines féminins, le sexe est sans doute le thème le plus abondamment traité »[7].         

L’exaltation du désir individuel casse les vieux tabous, ces vieux tabous qui freinent l’extension de la logique marchande à ce qui reste encore du mode de vie traditionnel. La contre-culture est ainsi le moyen par lequel le capitalisme a intégré son antithèse, le gauchisme. Lénine inventa ce terme de « gauchisme » qu’il qualifia de maladie juvénile du communisme n’en n’aurait certainement cru ses yeux en s’apercevant qu’il serait devenu plus tard un remède du sénile capitalisme, au moment de son énième entrée en état de crise. À partir de 1965, indique Sirinelli, « la productivité du capital fixe, en croissance depuis 1946, commence à baisser. »[8] Le sénile capitalisme, par l’intermédiaire du triptyque gauchisme-contre-culture-néolibéralisme, a pu prendre un coup de jeune salvateur.  (Dossier à suivre)  •  

[1]  Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la génération de Mai 68ʼʼ, dans Jacques Chevallier (dir.), Lʼidentité politique, Paris, PUF, 1994, p. 216-217.

[2]  Ibid., p. 218-219.

[3]  Ibid., p. 222-223.

[4]  Ibid., p. 225.

[5]  Henri Mendras, La Seconde Révolution française (1965-1984), Paris, Gallimard, 1994, p. 402.

[6]  Ibid., p. 410.

[7]  Ibid., p. 411.

[8]  Ibid., p. 16.  

L'ouvrage de l'auteur ...

(Cliquer sur l'image)

Couverture_livreM68.png

Retrouvez les articles de cette série en cliquant sur le lien suivant ... 

Dossier spécial Mai 68

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

La culture de la repentance affaiblit le mental de la nation

repentance-civilisation-nation-588x330.jpg

Par Ligne droite, rassemblement de Français engagés pour une droite nouvelle 

Depuis quelques décennies maintenant, les dirigeants de la France, devenus des adeptes de la repentance collective, recherchent dans son passé tous les épisodes susceptibles d’être utilisés pour la culpabiliser. Une telle démarche ne peut qu’altérer notre identité, développer la haine collective de soi et désagréger la communauté nationale. Profondément malsaine, la pratique incessante de la repentance affaiblit le mental de la nation.

Repentance tous azimuts

Tel est bien l’exercice insolite auquel se livrent les responsables du Système en se penchant de façon négative sur différentes périodes de notre histoire nationale. Il y a d’abord les événements tragiques de la Seconde Guerre mondiale dans lesquels notre pays en est arrivé à se considérer lui-même comme complice de la persécution des juifs. De même, notre nation en est venue à juger la colonisation comme un épisode moralement condamnable, M. Macron allant jusqu’à déclarer pendant sa campagne électorale que des crimes contre l’humanité ont été commis à cette occasion. De plus, notre pays s’est laissé stigmatiser à propos de l’esclavage aussi bien pour le commerce triangulaire que pour la pratique qui en a été faite dans les Antilles. Et, bien sûr, la liste n’est pas close, d’autres sujets donneront certainement de nouveaux motifs de se battre la coulpe et, s’il n’y a plus rien à trouver dans la période récente, il suffira de remonter plus loin dans le passé, jusqu’aux croisades par exemple.

Repentance officielle

Mais le plus consternant dans ce phénomène est qu’il n’a rien de spontané. Il ne vient pas du peuple, il est certes porté par certains groupes et relayé par les médias mais il est surtout pris en charge par l’État. La plupart de ces événements font l’objet d’une reconnaissance officielle : des monuments ont été érigés, des lois ont été votées, des commémorations annuelles instituées, des demandes de pardon ont été formulées, des indemnités versées. La repentance est officielle et assumée par l’État au nom du peuple tout entier.

Les Français pas pires que les autres

Or, cette démarche est profondément malsaine. D’abord, elle stigmatise injustement la France et les Français. Car, les hommes ne sont pas des saints et dans l’histoire de l’humanité tous les peuples ont connu des périodes fastes et des périodes plus sombres. Or, personne ne peut raisonnablement affirmer que les Français et les Européens auraient été moralement plus condamnables que les autres peuples du monde. Sur la question de l’esclavage par exemple, seuls les Européens ont réellement mis fin à cette pratique qui, en revanche n’a pas disparu en Asie et dans les pays musulmans. Pourquoi, dès lors, les nations d’Europe et elles seules s’adonnent-elles à ce curieux exercice d’autoflagellation ?

Nul n’est coupable pour ses parents

Cette manie repose par ailleurs sur une atteinte aux droits fondamentaux des personnes. Nul ne peut en effet être considéré comme responsable des méfaits commis par un parent ou par un ascendant, une notion d’ailleurs propre aux valeurs européennes. Or, la repentance consiste précisément à exiger des générations actuelles qu’elles entrent en contrition pour ce qu’auraient commis les générations précédentes. Dans cet esprit, d’ailleurs, n’est-il pas révoltant que ces exercices de repentance gagnent les écoles où des enseignants culpabilisent nos enfants en déposant sur leurs épaules un fardeau qu’ils n’ont aucune raison de porter ?

La manie de la repentance érode notre identité

Le résultat est que cette culture de la repentance affecte gravement le mental de la nation. D’abord, elle porte atteinte à notre identité. Celle-ci est déjà mise en cause par l’invasion migratoire, l’influence culturelle américaine et les attaques contre nos valeurs de civilisation, mais le processus de repentance ne peut qu’accélérer l’érosion identitaire que connaît notre pays. Comment nos compatriotes pourraient-ils en effet rester attachés à la France, si on leur rappelle sans cesse à quel point elle est coupable ?

« Pour les ethnologues, toutes les civilisations se valent, mais on ne fait durer la sienne qu’en la considérant comme supérieure aux autres », écrivait Claude Lévi-Strauss. Si donc on installe les Français dans l’idée qu’ils sont plus mauvais que les autres peuples, comment pourraient-ils faire durer leur culture et leur civilisation ? La repentance est un acide qui ne peut que corrompre le moral de la nation.

La pratique de la repentance, symptôme d’une pathologie mentale

Elle procède d’ailleurs d’une démarche psychotique. Que dirait-on en effet d’un homme qui se sentirait coupable des crimes commis par un ascendant ? Les thérapeutes diagnostiqueraient une maladie mentale et s’emploieraient à lui expliquer qu’il n’est en rien concerné. On lui prodiguerait le conseil d’invoquer plutôt la mémoire de ses ancêtres les plus prestigieux.

Il n’en va pas différemment d’une nation. Pour la France, tout se passe comme si les responsables et activistes de la repentance étaient atteints d’une pathologique mentale. Et c’est particulièrement vrai pour les dirigeants politiques dont la mission devrait consister au contraire à favoriser la fierté nationale.

L’attitude normale et saine consiste en effet à laisser dans l’ombre ce qui doit y être et à exalter et valoriser les périodes les plus glorieuses de notre passé collectif.

La France n’en manque pas.

Source : Ligne droite

Crédit photo : Strecosa via Pixabay cco

https://www.polemia.com/la-culture-de-la-repentance-affai...

LA LIGUE DE DÉFENSE NOIRE AFRICAINE : UNE NOUVELLE POLICE POLITIQUE ?

maxresdefault-1-1280x660.jpg

Non contente d’avoir forcé la main, avec succès, à Facebook pour que soit fermée la page de Génération identitaire – après qu’ils ont symboliquement bloqué le col de l’Échelle, un lieu de passage des migrants entre l’Italie et la France –, la Ligue de défense noire africaine (LDNA) réclame maintenant la tête professionnelle de Romain Espino, porte-parole du mouvement patriote, par ailleurs salarié du Crédit agricole.

Une vidéo tourne ainsi sur Internet, montrant l’intrusion du leader de la LDNA, Gucci Ig – rappeur de son état, qui chante notamment « Moi j’préfère le Coran, nique le pape et l’Église », injure caractérisée à l’encontre des catholiques qu’il ne ferait pas bon proférer en inversant les propositions ! – au siège social du Crédit agricole, à Montrouge (Hauts-de-Seine), pour exiger le renvoi de Romain Espino, « un traqueur de migrants », selon l’activiste noir.

« Réclamant en vain un rendez-vous avec un responsable […], les choses auraient apparemment dérapé. Le membre de la LDNA […] estime que “la blanche à l’accueil […] doit aussi faire partie de l’extrême-droite” et qu’elle lui a “mal parlé”. Après que l’accueil du Crédit agricole s’est vidé, le militant s’est retrouvé au contact des agents de sécurité où il a élevé la voix, sur un ton menaçant » (RT France).

La LDNA est coutumière de ces méthodes d’intimidation, comme elle l’a démontré au début de l’année en menaçant les vendeurs d’un magasin H&M, pour protester contre une publicité de l’enseigne qui, « à l’occasion du lancement de sa nouvelle collection pour les jeunes garçons, [avait] mis en ligne, sur son site au Royaume-Uni, la photo d’un petit garçon noir portant une inscription jugée raciste sur son sweat-shirt : “Coolest monkey in the jungle”. Traduction : “Le singe le plus cool de la jungle” » (Le Figaro). Les activistes de la LDNA revendiquaient, sur une vidéo, de « foutre le bordel dans le magasin [pour] leur envoyer un message ».

L’écrivain Blaise Cendrars (1887-1961) est aussi dans la ligne de mire de cette organisation, incriminé pour ses Petits Contes nègres pour les enfants des Blancs, texte qui, loin d’être raciste, témoigne de l’intérêt de l’auteur « pour l’Afrique, quelques années après son Anthologie nègre de 1921. Si ces livres font aujourd’hui polémique, c’est pour l’utilisation du terme “nègre” dans leurs titres, jugée négrophobe » (ActuaLitté).

Il devient évident que la violence de ces groupuscules antiracistes, à l’instar de ceux d’extrême gauche – lesquels ont encore illustré le peu de cas qu’ils faisaient de la démocratie en « chahutant »récemment Robert Ménard en Gironde, comme l’a titré, avec un indéniable sens de l’euphémisme, Le Monde –, fait peser un climat de terreur, telle une police politique autoproclamée. Il serait temps de leur rappeler que force doit rester à la loi.

À noter que LDNA ne s’est pas encore prononcée sur la couleur des pansements !

http://www.bvoltaire.fr/ligue-de-defense-noire-africaine-...

Dimanche 13 mai, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, invité à prendre la parole lors des commémorations de Jeanne d'Arc

2018 05 13 rh j d arc.jpg

 
 

Marie-Madeleine Dienesch, résistante, député et secrétaire d'Etat, a milité contre l'avortement : doit-elle être oubliée ?

6a00d83451619c69e20224df3204ad200b-200wi.pngMarie-Madeleine Dienesch est née au Caire, en Egypte, le 3 avril 1914, et fut élue député des Côtes-du-Nord en 1945. Adhérente du mouvement de Résistance Libération-Nord, militant à la libération d’abord dans les rangs de la CFTC puis en mettant sur pied l’Union féminine civique et sociale des Côtes-du-Nord, elle a accédé aux premiers rôles au sein de la section départementale du MRP.

Député des Côtes-du-Nord de 1945 à 1981, d’abord sous l’étiquette du MRP puis au sein de l’écurie gaulliste, elle fut secrétaire d’Etat pendant six ans sous les gouvernements de Georges Pompidou, Maurice Couve de Murville, Jacques Chaban-Delmas et, enfin, Pierre Messmer. Après un bref – deux mois ! – passage au secrétariat d’Etat à l’Education nationale, elle est ensuite nommée à « l’Assistance sociale et à la réadaptation », maroquin qu’elle conserve de juillet 1968 à mai 1974.

Marie-Madeleine Dienesch est la seule femme à avoir siégé aussi longtemps à l’Assemblée nationale sous les IVe et Ve République. Une performance d’autant plus remarquable que cette carrière s’effectue bien avant la loi sur la parité. Elle expliquait :

"Ceux qui m’attaquaient le plus violemment n’étaient ni les communistes ni les socialistes, mais des anti-féministes viscéraux qui ne supportaient pas que des femmes aient de nouvelles responsabilités. Ils ne représentaient en fait qu’une faible partie, heureusement, du corps électoral. L’ensemble de la population avait accepté avec enthousiasme ce renouveau de la vie politique ».

Alain Cadec, patron LR du département des Côtes-d'Armor (le nom Côtes-du-Nord a été abandonné en 1990), a décidé de baptiser un nouvel établissement public qui ouvrira en septembre à Lamballe du nom de l’ancienne député gaulliste (1914-1998).

La section locale du Parti communiste conteste cette décision et crée un peu d'agitation relayée par Ouest-France :

« Nous ne pensons pas compatible qu’une élue, qui a milité notamment contre la contraception et l’avortement, ait son nom porté aux côtés de notre devise républicaine où la liberté de conscience et d’expression est si fortement présente. »

Et quelques militants ajoutent :

"Nous nous opposons au nom annoncé par le président du conseil départemental pour le nouveau collège de Lamballe. Marie-Madeleine Dienesch a certes été résistante et ministre, mais elle a également présidé l’association Laissez-les vivre et a farouchement milité contre la contraception et l’avortement.Un collège public ne peut pas porter le nom d’une opposante aux droits de la femme et aux droits à l’égalité."

En fait, Marie-Madeleine Dienesch avait simplement présidé une grande réunion de Laissez-les-Vivre à la Mutualité le 5 mars 1971. Mais c'est déjà trop pour les avorteurs.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

La migration de masse venant d’Afrique auraient été planifiée de longue date ?

Dans différentes émissions, Kla.TV a évoqué l’opinion de personnes qui en étaient venues à conclure que la crise des réfugiés n’est pas un hasard, mais que la migration de masse vers l’Europe a été mise en marche de manière ciblée par des hommes de pouvoir comme par exemple George Soros.

Il y a maintenant deux autres personnes qui ont étudié à fond les causes de la migration de masse d’Afrique vers l’Europe. Dans un article publié le 12 octobre dans le magazine politique et économique sur Internet Makroskop, le professeur en économie Anis Chowdhury et l’économiste malaisien Jomo Kwame Sundaram ont répondu à la question de savoir pourquoi tant de jeunes Africains essayent de quitter leur continent natal au péril de leur vie : Citation : « Dans la première moitié de cette année (2017) au moins 2 247 personnes ont perdu la vie ou ont été déclarées disparues après avoir tenté de venir en Europe par l’Espagne, l’Italie ou la Grèce. L’année dernière (2016), 5 096 décès ont été enregistrés au total. Il s’agit d’informations données par l’organisation internationale pour les migrations (OIM).

Lire la suite sur Ça doit se savoir

M. Macron, l’employé modèle du Système

Chronique de Paysan Savoyard (n°200 – mai 2018)

L’anniversaire de l’élection de M. Macron permet de dresser un premier bilan. Au terme de cette première année de pouvoir macronien, on peut constater que les évolutions à l’œuvre depuis quatre ou cinq décennies sont en train de s’accélérer : M. Macron conduit de façon efficace la politique mondialiste, immigrationniste et libéral-libertaire pour laquelle le Système l’a choisi.

  • Macron-Rothschild est comme prévu le président des riches

Conformément aux vœux de ceux qui l’ont porté au pouvoir, après l’avoir sélectionné et financé sa campagne, la politique de M. Macron est favorable aux plus riches.

L’ISF a été remplacé par un impôt (l’IFI) qui ne pèsera plus que sur le patrimoine immobilier. Alors qu’ils constituent la plus grosse partie du patrimoine des plus riches, les actifs financiers vont donc désormais être exonérés.

L’impôt sur les revenus du capital est lui fortement réduit. Au lieu d’être imposés à l’impôt sur le revenu, comme ils l’étaient sauf exception jusqu’à présent, impôt sur le revenu dont le taux maximum est de 45 %, les revenus du capital seront désormais soumis à un « prélèvement forfaitaire unique » de 12,80 % (en comptant les cotisations sociales, d’un niveau très inférieur à celles qui pèsent sur le travail, le PFU total sera de 30 %).

Selon le président PS de la commission des finances, le gain de ces deux réformes, IFI et PFU peut être estimé à 1,5 million d’euros en moyenne pour chacun des cents premiers contribuables.

M. Macron vient en outre d’annoncer la suppression de « l’Exit tax », que M. Sarkozy avait instituée afin de freiner l’exil fiscal (cette taxe pèse sur les plus values constatées lorsqu’un contribuable transfère son domicile fiscal à l’étranger).

Enfin M. Macron a également annoncé la baisse prochaine de l’impôt sur les bénéfices des sociétés.

Dans le même registre, on peut noter que le nombre des travailleurs détachés s’est envolé en 2017, au bénéfice des employeurs et au détriment des salariés et petits artisans français : il atteint 516 000, soit une hausse de 46 % par rapport à 2016 (étant précisé, qui plus est, que ce chiffre ne comprend ni le secteur du transport routier ni les nombreux travailleurs non déclarés).

Comme le dit perfidement M. Hollande, son successeur est moins le président des riches que celui des hyper-riches. 

  • Active et mobilisée, la gauche anticapitaliste renforce pourtant la position de M. Macron

Dans ce contexte, les différentes nuances et factions de la gauche anti-capitaliste (communistes, trotskystes, socialistes marxisants, écologistes, anarchistes) se mobilisent contre la politique menée par M. Macron. Le résultat de M. Mélenchon, qui a obtenu 7 millions de voix en 2017, a montré que ce courant politique est toujours bien vivant et puissant : il représente environ 20 % de l’électorat qui s’exprime, soit un score comparable à ceux qu’atteignait le PCF à son apogée.

Ce courant comporte une avant-garde violente, composée des Antifas, Black-blocs et autres casseurs, qui se manifeste régulièrement. On se souvient de l’agression de policiers à Viry-Châtillon en 2016. Ces derniers mois les casseurs se sont manifestés à Notre-Dame-des-Landes, dans les blocage des facs et lors du 1er mai. On peut relever également les fréquentes agressions de militants et de cadres d’extrême-droite, telle que celle dont vient d’être victime R. Ménard (on notera que cette agression a été applaudie sur les réseaux sociaux par un grand nombre de commentateurs appartenant à la gauche anticapitaliste). Cette avant-garde poursuit la tradition violente qui est celle de la gauche communiste depuis 200 ans ; nous y reviendrons.

Pour le Système, cette gauche anticapitaliste joue un rôle très positif. Elle permet ainsi à M. Macron de se poser en modéré et en réaliste face aux différents extrémismes de gauche et de droite : il peut ainsi mener une politique favorable aux riches, tout en paraissant occuper le centre de l’arc politique. En outre M. Macron sait qu’il retrouvera les suffrages de la plupart de ces électeurs d’extrême-gauche au moment décisif dans quatre ans. Les militants et électeurs de la gauche anticapitaliste jouent donc à la perfection le rôle « d’idiots utiles » que le Système attend d’eux. 

  • Le totalitarisme doucereux accentue son emprise

Le Système mondialiste, immigrationniste et libéral-libertaire est un totalitarisme, même s’il se présente de façon doucereuse et hypocrite. La première année de pouvoir de M. Macron vient le confirmer.

Sous le prétexte de lutter contre l’incitation à la haine, le Système continue ainsi à harceler les dissidents. Les militants de Génération identitaire qui, pour dénoncer l’immigration, avaient en 2012 occupé pacifiquement pendant quelques heures une mosquée en construction ont été lourdement condamnés il y a quelques semaines (5 militants ont été condamnés à 1 an de prison avec sursis, 5 ans de privation de droits civiques et 40 000 euros d’amende au total).

Jean-Marie Le Pen a été condamné une fois encore (sa condamnation pour des propos « haineux » contre les Roms vient d’être confirmée le 6 mars par la Cour de cassation). E. Zemmour vient lui aussi d’être condamné une nouvelle fois, le 3 mai, pour des propos « haineux » contre l’islam. Ces derniers jours, le Système vient de faire fermer les comptes de Génération identitaire sur les différents réseaux sociaux.

Comme l’a noté J.Y. Le Gallou, la fermeture des comptes de Génération identitaire illustre éloquemment le fait que le Système a la maîtrise de la totalité des lieux de pouvoirs et d’expression. C’est ainsi que le patron de Facebook France qui a fermé le compte n’est autre qu’un préfet, proche de M. Sarkozy : il a répondu à la demande du gouvernement et notamment à celle d’un autre préfet, responsable de la Dilcra, organisme officiel de l’antiracisme.

Comme ses prédécesseurs, le pouvoir macronien illustre également un autre aspect du totalitarisme à l’oeuvre : l’arbitraire et le deux poids-deux mesures. Pendant que les dissidents anti Système sont condamnés et interdits, les casseurs et Black-blocs bénéficient de la plus grande mansuétude. L’agresseur principal des policiers de Viry-Châtillon est déjà sorti de prison. De même les centaines de rappeurs haineux ne sont jamais poursuivis. Les multiples discours de haine tenus par les immigrés sur les réseaux sociaux ne font l’objet d’aucune répression. Tandis que les très rares et très limitées actions hostiles contre les mosquées ont été lourdement condamnées, alors qu’elles se limitent à quelques tags, les actes de vandalisme contre les églises se multiplient sans provoquer de réaction du Système.

L’illustration la plus criante de ce deux poids-deux mesures est toute récente : tandis que, comme on l’a indiqué plus haut, les militants ayant occupé une mosquée vide et en construction viennent d’être lourdement condamnés, une manifestation de « sans-papiers », bruyante et provocatrice, avec banderoles et slogans hurlés par haut-parleur, a été organisée, avec l’appui du parti de M. Mélenchon, à l’intérieur même… de la basilique St-Denis, sans que les pouvoirs publics aient déclenché aucune poursuite.

Dans ce même registre du deux poids-deux mesures et du laxisme à géométrie variable, on notera que la réduction de la vitesse sur les routes à 80 km/h va permettre d’accentuer la politique d’intimidation des Français moyens.

Le Système attend probablement une occasion favorable pour se débarrasser des dissidents et pour faire taire ses plus sérieux opposants, en particulier Eric Zemmour et Renaud Camus. Il se dit que le pouvoir a mis au point depuis déjà plusieurs années le scénario d’un attentat d’extrême-droite manipulé ou fabriqué de toutes pièces, qui pourra être monté en épingle et permettra de justifier des mesures radicales contre les dissidents.

  • Le rythme de l’invasion migratoire organisée par le Système s’accroît encore

M. Macron avait annoncé qu’il considère l’immigration comme une chance : l’accélération de l’invasion depuis qu’il est arrivé au pouvoir n’est donc pas une surprise. Les chiffres de l’immigration atteignent de nouveaux records, qu’il s’agisse des installations légales (+ 13 % en 2017 par rapport à l’année précédente), des demandes d’asile enregistrées (+17 %), des demandes d’asile satisfaites (+21 %) ou encore des visas délivrés (+13 %). C’est ainsi que le nombre des installations légales d’immigrés en 2017 a atteint le record de 262 000.

M. Macron est actuellement en train de faire passer un projet de loi « asile et immigration » qui ne contient que des mesures « bidon » contre l’immigration clandestine, tandis que d’autres mesures, précises et efficaces celles-là, vont accentuer l’immigration (voir cette chronique). Là encore, face aux protestations en sens opposé de l’extrême-gauche d’une part, de la droite et de l’extrême-droite d’autre part, M. Macron occupe la posture du juste milieu : il parviendra ainsi sans difficulté à abuser l’opinion et à la convaincre que le projet est à la fois raisonnable et ferme, alors qu’il est en réalité destiné à accentuer l’immigration.

Notons enfin, sur le chapitre de l’immigration, que comme ses prédécesseurs, M. Macron multiplie les concessions et les accommodements envers les immigrés. C’est ainsi que s’organisent de plus en plus souvent ces derniers mois des réunions publiques interdites aux Blancs. On imagine la réaction du pouvoir si l’extrême-droite se mettait à organiser des réunions interdites aux Noirs et Arabes…

**

Comme on pouvait le prévoir (voir ces chroniques), M. Macron, plus habile et efficace que ses prédécesseurs, se comporte comme un employé modèle du Système.

https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/

I-Média #200 - Censure de Génération Identitaire: les médias jubilent

Migrants à Paris. Hidalgo en appelle au Premier ministre : « On court à la catastrophe »

La maire de Paris Anne Hidalgo a écrit vendredi au Premier ministre pour l’alerter sur « l’impasse » des campements de migrants dans la capitale et demander « une opération de prise en charge« , alors que Gérard Collomb vient de lui opposer sèchement une fin de non-recevoir.

« Le chaos caractérise désormais les campements de la capitale« , où vivent 2.382 migrants dont 1.570 dans le campement « du Millénaire », porte de la Villette, au point que « les ONG demandent la présence de la police pour pouvoir continuer à y intervenir« , a écrit Anne Hidalgo dans cette lettre que l’AFP a consultée.

Sans mise à l’abri des migrants présents dans les campements de Paris, « on court à la catastrophe » estime la maire de la capitale. […]

msn

http://www.fdesouche.com/1004009-migrants-a-paris-hidalgo...

Le mysterieux Louis XI [Au coeur de l'histoire]

08:12 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

CRITIQUER GEORGE SOROS, CE N’EST PAS ÊTRE ANTISÉMITE, M. PLENEL

george-soros-europes-nightmare-is-getting-worse-and-only-germany-can-make-it-stop-1550x660.jpg

Le 9 mai dernier, Valeurs actuelles publiait une série d’articles avec, pour titre, « Le milliardaire qui complote contre la France ». Cette enquête avait pour but d’investiguer sur l’homme d’affaires américano-hongrois George Soros. Ce nabab qui n’hésite pas à employer sa fortune pour financer des ONG qui « guident la société vers un mondialisme triomphant tout en combattant l’enracinement ».

Ces articles ont fort déplu à des intellos de gauche qui, une fois de plus, ont vu derrières ces lignes l’ombre de la bête immonde.

Ainsi, l’essayiste Raphaël Glucksmann, le fils d’André, compare l’enquête au plus grand pamphlet antisémite en tweetant : « Le protocole des sages de Sion, version 2018. Le remake hongrois vient d’être traduit en Français. »

Edwy Plenel, le directeur de Mediapart, ami de Tariq Ramadan, s’en prend de manière identique à l’hebdomadaire : « Quand le complotisme mainstream de l’hebdo islamophobe Valeurs actuelles flirte avec le vieil antisémitisme du milliardaire juif cosmopolite (sic) qui financerait l’anti-France. »

Enfin, Thomas Snégaroff, historien pour France Info, considère qu’avec la couverture du magazine, « le vieil antisémitisme n’est pas mort ».

Ces attitudes sont inquiétantes car elles impliquent, si on les suit à la lettre, qu’il est interdit de parler d’un milliardaire, quelle que soit son action, autrement que pour en dire du bien, et ce, parce qu’il serait juif. Or, Soros – et c’est le moins que l’on puisse dire – est un personnage contestable et les critiques qui lui sont adressées visent ce qu’il fait et non ce qu’il est. Il faudrait que nos amis révisent un peu leur définition de l’antisémitisme.

Justement, il est avéré que M. Soros utilise sa fortune pour détruire le fondement des peuples, promouvoir le mondialisme et imposer l’immigration de masse.

C’est aussi un spéculateur qui, en septembre 1992, pariant sur la baisse, vend à découvert dix milliards de livres, provoquant une pression sur la Banque d’Angleterre qui fera sortir la devise du Système monétaire européen. Lui, par contre, encaissera une plus-value d’environ 1,1 milliard de dollars.

C’est aussi cet homme, soi-disant défenseur de la démocratie, qui s’empresse de donner 400.000 livres britannique (453.000 euros) à une organisation pro-UE qui tente d’influencer le vote des députés britanniques sur l’accord final du Brexit. Confronté aux critiques, le financier décidera d’ajouter 100.000 livres de plus.

C’est encore le dénonciateur des réseaux sociaux pour leurs pseudo-« fake news ». C’est lui qui demandera à l’Union européenne de contrôler et cadenasser ceux-ci.

Heureusement, Soros a un grand détracteur : Benyamin Netanyahou. Celui-ci, après avoir soutenu Viktor Orbán face au milliardaire, accusa ce dernier de manipuler les manifestants contre l’expulsion d’Israël des migrants et demandeurs d’asile africains. Donc, si un plus un égal deux et si combattre Soros, c’est être antisémite, alors le Premier ministre israélien est antisémite !

On a le droit de critiquer les dires et les actes de M. Soros comme ceux de M. Zemmour, et ce n’est pas de l’antisémitisme.

Mais l’empressement de cette gaucho-sphère à ressusciter artificiellement et bruyamment ce « vieil antisémitisme » fantasmatique ne sert-il pas à détourner l’attention d’un autre antisémitisme, ce « nouvel antisémitisme » d’origine islamique dénoncé par l’appel des 300 du 22 avril dernier qui rappelait ces faits : « Onze Juifs viennent d’être assassinés – et certains torturés – parce que Juifs par des islamistes radicaux » ?

http://www.bvoltaire.fr/critiquer-george-soros-nest-etre-...