Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Crise au sommet des institutions

6a00d8341c715453ef022ad37f4b6a200c-320wi.jpgJugé spectaculaire par l'éditorialiste du Monde Gérard Courtois, le rejet de Macron traduit, d’une manière plus logique qu’un tel commentaire le suggère, l’échec patent d’un dirigeant politique hors sol et tard venu.

Dans la Rome républicaine, régnait le principe du cursus honorum. On franchissait l'une après l'autre les étapes d'une carrière au gré des magistratures successives. Dans l'Ancien régime français, le pouvoir royal recevait certes la légitimité du sacre, mais il était détenu dans une famille qui régna 800 ans. Et même dans nos républiques, fâcheusement hachées dans la durée par les révolutions, filles successives de la première dont elles étaient issues, sanctionnées par les massacres, les guerres, etc. les rares périodes de stabilité ont également connu un cursus : conseiller municipal puis maire, puis parlementaire, puis ministre, etc. Il s'en est dégagé une qualité au moins aussi importante que le quotient intellectuel ou les diplômes universitaires : l'expérience.

Elle se combine avec "cette toute petite chose à la surface de nous-mêmes"[1] que nous appelons l'intelligence.

Autres dimensions indispensables, pour une personnalité politique : le contact avec les gens. Il ne suffit pas au cours d'une campagne au bonneteau, largement faussée, de leur dire qu'on les aime.

Rien de tout cela chez un Macron sinon la qualité d'ancien élève d'une école fondée en 1945 pour fusionner les hiérarchies administratives[2]. Il ne donna à la fonction publique que 6 années sur les 10 prévues. Il fut certes recruté quelque temps par une maison de banque prestigieuse. On s'étonne que cette référence professionnelle unique n'ait pas encore été retournée contre lui, mais on le lui reprochera bientôt. Il n'y fit pas de vieux os.

Ne nous étonnons donc pas du désamour grandissant qui le frappe. Il peut surprendre, et il détachera de plus en plus, ceux qui attendaient de lui des réformes toujours très vaguement définies.

Faute de gouvernance, certes, que de faire les choses à moitié, de reculer devant des mesures nécessaires, et peut-être plus encore de prétendre "mettre à plat" les questions. On utilise cette dernière expression comme pour signifier que son application demeurera dans le domaine du rêve. Une révision générale baptisée de la sorte, en 60 ans de passion pour la vie publique, l'auteur de ces lignes témoigne ne l'avoir jamais observée, sur aucun dossier géré, toujours dans l'urgence et l'improvisation, par nos gouvernants. L'aplatissement évoqué ou promis ne vient jamais.

Macron devrait logiquement, si les Français faisaient preuve d'un peu de bon sens, se trouver contraint soit de démissionner, solution dangereuse et radicale, soit de dissoudre l'Assemblée. Cette voie raisonnable, conforme à la Constitution n'est entravée que par le fait d'être réclamée par des gens dont les Français ne veulent pas comme gouvernants, mais seulement comme opposants institutionnels.

Dans ce cas, son parti, formé de bric et de broc, perdrait sans doute tout espoir de rester majoritaire dans la législature suivante. Ceci cantonnerait dès lors son rôle dans une présidence largement honorifique de roi d'Angleterre sans couronne.

Les Français raisonnables, ça existe, comprendraient certainement mieux dès lors l'avantage d'une famille royale digne de ce nom.

Mais un tel scénario, comme tous les scénarii du souhaitable, relève sans doute de l'utopie dans la simple mesure où il ne se passe jamais ce que prévoient les scénaristes. Ayant eu le plaisir de lire ce matin ma prose dans la livraison n° 15 de la belle revue L'Incorrect, je crains fort que ne réapparaisse dans ce malheureux pays, ce que j'essaye de cerner dans cet article : son "Goût certain pour la Tyrannie"[3].

JG Malliarakis  

Apostilles

[1] définition de Maurice Barrès. 
[2] Toujours attribuée à Michel Debré, dont le nom n'apparaît pas, elle doit sa création à une ordonnance 45-2283, signée le 9 octobre et publiée au JO le 10 octobre 1945. Le nom de Maurice Thorez, revenu d’URSS en 1944 où il avait passé la guerre, alors ministre de la Fonction publique ne figure pas au nombre des 19 ministres signataires. Qu'on se rassure les autres ministres PCF, Billoux, Tillon, etc. ont signé. L'historique de cette fondation est caractéristique de celui du modèle social français produit du "roman national". J'avoue quant à moi que ce roman national me semble ... un roman. À part Dostoïevski (et encore, Les Démons et Les Frères Karamazov) et certains bons romans policiers (que je n'ai plus le temps de lire j'ai beaucoup de mal avec les romans. 
[3] cf. L'Incorrect n°15 décembre 2018

https://www.insolent.fr/

Écrire un commentaire

Optionnel