Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La justice a une façon comme une autre de fêter les attentats de Charlie

La justice a une façon comme une autre de fêter les attentats de Charlie

Flavien Moreau, le premier jihadiste français condamné pour s’être rendu en Syrie, a été libéré de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), lundi. Il sera soumis à une surveillance judiciaire pendant un peu moins d’un an.

Cet homme âgé de 32 ans, arrêté en janvier 2013, est le premier Français à avoir été condamné pour un départ en Syrie. Le 13 novembre 2014, il avait écopé de sept ans de prison pour “association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme”.

Lors de son procès, ce Nantais, adopté à l’âge de 2 ans et converti à l’islam à la fin de son adolescence, avait affirmé n’avoir pris part à aucun combat et n’avoir fait qu'”un peu de surveillance et un peu de police”.

Libérable en juin 2019, Flavien Moreau a écopé de six mois de prison en appel, en mai 2019, pour avoir menacé de mort des surveillants de la prison de Vendin-Le-Vieil, où il avait été transféré en septembre 2018. Placé en quartier disciplinaire, il avait menacé de “planter” des surveillants et inscrit sur les murs de sa cellule “Je suis Ganczarski”, du nom du cerveau des attentats de Djerba de 2002, qui a agressé aux ciseaux trois surveillants de la prison de Vendin en janvier 2018.

Un déséquilibré comme un autre…

https://www.lesalonbeige.fr/la-justice-a-une-facon-comme-une-autre-de-feter-les-attentats-de-charlie/

Écrire un commentaire

Optionnel