Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Confinement : ça s’en va et ça revient

confinement

Vous l’entendez, la petite musique qui monte ? Celle d’un reconfinement dont on évoque la possibilité « en dernier recours » mais qui semble déjà là. On nous annonce que la semaine sera « charnière », bref qu’un rien nous fera basculer dans un nouveau confinement. Tout devrait se décider lors du Conseil de défense qui doit se réunir ce mercredi, en fonction des chiffres, des résultats d’une étude faite sur le variant britannique et de la docilité des Français.

Car c’est cette semaine que devrait se ressentir l’impact des fêtes de fin d’année. Concernant les mesures à prendre, manifestement le cœur du gouvernement balance entre un confinement strict ou un couvre-feu généralisé à 18 heures pour la France entière, avec, pourquoi pas, un confinement total le week-end pour nous dissuader de sortir. Et de montrer aux Français qui commande. L’idée de base n’est pas compliquée : supprimer toute interaction sociale réelle. Le virtuel, il n’y a que ça de vrai au XXIe siècle. L’homme qui est allé dans l’espace, a conquis le ciel, exploré les fonds marins se retranche chez lui, apeuré à l’idée d’attraper un virus qui n’est pas bénin, certes, mais qui ne tue pas non plus la moitié de la population.

Les restaurateurs italiens se rebellent

Cette musique du reconfinement a commencé à se jouer il y a plusieurs semaines. Les experts se relaient dans les médias pour dire qu’il ne sera pas possible de passer à côté : des politiques qui s’interrogent aux médecins signant une tribune dans Le Monde, prédisant qu’un confinement s’imposera à la mi-janvier. Petit à petit, on nous habitue à la suppression, toujours plus importante de notre liberté de déplacement, entre autres. A modifier sensiblement nos vies en fonction d’un virus. L’annonce se fait peu à peu. Cela a débuté avec l’interdiction faite aux bars, hôtels et restaurants de rouvrir le 20 janvier. Cela se poursuit avec le couvre-feu à 18 heures dans certains départements.

C’est comme s’il fallait payer le prix fort, expier en somme les quelques jours de pseudo-liberté qui nous ont été laissés pour Noël et le jour de l’An. Non pas que le gouvernement ait pris une mauvaise décision ! La faute en revient à tous ces imbéciles qui ont osé fêter Noël en famille, sans reléguer papy et mamie à la cuisine.

Ce petit intermède, entre deux confinements, aura contenu quelque peu l’impatience des Français qui n’en peuvent plus d’être assignés à résidence. Pour nous faire patienter encore un peu plus, l’Etat a brandi la promesse d’un vaccin ultra-efficace avec des taux de réussite proprement extraordinaires. Vaccin qui devait être diffusé en masse à partir de la fin du mois de décembre. Nouveau raté. Nouvelle déception pour ceux qui voyaient la fin du tunnel. Et maintenant que, péniblement, le nombre de vaccinés croît, on apprend qu’il va falloir attendre avant d’atteindre la fameuse immunité collective. Ce n’est pas demain que sonnera la fin des restrictions. D’autant qu’on nous bassine désormais à longueur de journée avec ce variant dit britannique débarqué en France, réputé beaucoup plus contagieux. En attendant que nous arrive le variant japonais et, pourquoi pas, le brésilien ou l’indonésien.

Le Français contestataire se fait, pour l’occasion, coiffer au poteau par son voisin italien. De l’autre côté des Alpes, les restaurateurs excédés auraient décidé de ne plus respecter le couvre-feu. Ils seraient entre 50 et 100 000 à avoir décidé d’ouvrir le 15 janvier.

Anne Isabeth

Article paru dans Présent daté du 12 janvier 2021

https://fr.novopress.info/220391/confinement-ca-sen-va-et-ca-revient/

Écrire un commentaire

Optionnel