Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[PEOPLE] Grand soulagement chez les pipoles : on ne touchera pas au grisbi

@Georges Biard/Wikimedia commons
@Georges Biard/Wikimedia commons
Le 21 juin dernier, jour où la Fête de la musique éclipse le solstice, 500 gloires signaient, sur le site des Inrocks, une tribune pour appeler à faire barrage « à l’extrême droite ». En tête, Clara Luciani, Eddy de Pretto, le groupe Shaka Ponk, Miossec et tout ce que le pays compte de stars, starlettes, musicos, rappeurs, rappeux, gratouilleux et autres pousseurs de chansonnette. La France qui se prend pour LA culture était en émoi : le danger rôdait, les nazis comme les loups, ouh ouh, s’apprêtaient à envahir Paris.

N'écoutant que leur courage, tous ont fait barrage au RN de leurs petits bras musclés : No pasaran ! « Le monde des arts et de la culture est en prise directe avec la société et ses évolutions. Il existe par la rencontre de l'autre, la découverte de ses différences, l'expression de l'intime, dans le respect des identités et de la diversité », écrivaient-ils. Et d’ajouter : « Il participe à la construction collective d'un avenir durable, vivable, désirable, plus juste (sic). Autant de notions incompatibles avec les idées de l'extrême droite. » Affirmations gratuites qu’il n’est pas besoin de justifier, puisque c’est pour la bonne cause.

Ils font éclater leur joie

Efficace barrage puisque, de fait, No pasaran pour cette fois encore. Reste, toutefois, que le parti honni est – seul de son espèce – champion en voix et en sièges. Mais qu’importe pour tous ceux-là qui ne voient pas plus loin que le bout de leur micro : le danger, pour l’heure, est écarté. Bardella, demain, ne touchera pas au grisbi. Ils pourront tendre la main comme hier, et même plus encore, puisque Mélenchon a « sauvé la République » ; c’est lui qui l’a dit.

Alors, ils exultent, nos pipoles, font éclater leur joie. Ce lundi, alors que la Bourse se stabilise – eh oui, Mélenchon aux affaires, ça arrange les financiers ! –, ça publie à tout va. Sonia Rolland, l’ex-Miss France reconvertie dans le cinéma, s’exalte sur Instagram : « Salut, shallom, salam… vive la France ! Fière de nous, de notre mobilisation ! À vous de jouer, les élus ! Le seum est grand, le chantier l’est d’autant ! À nous de rester vigilants ! » (Précision : seum vient de l’arabe semm et signifie « venin ». C’est du parler jeune.)

Touchant de niaiserie

Le visage inondé de son sourire démesuré, Clara Luciani a aussi partagé son bonheur sur les réseaux : « Trop fière d’être française ce soir ! » Et, comme sa copine Sonia, a publié aussi les messages peu amènes qu’elle a reçus. Pourtant, elle dégouline d’amour, la Carla : « Je suis trop heureuse, je ne suis qu'amour. Je vous aime tous. Et ceux qui m'insultent je ne vous aime pas beaucoup mais je vous pardonne. Vous devez être très malheureux et suis désolée pour vous. » C’est si touchant de niaiserie…

Benjamin Biolay va, lui aussi, se reposer, maintenant que le danger s’éloigne. Et puis Sophie Marceau, ce génie du christianisme, et puis Judith Godrèche, au comble de la félicité : « Il reste encore un nous!!!!!!! » La comédienne Andréa Bescond est, elle aussi, dégoulinante de gratitude : « Vive la France !!! Vive l'amour. Merci. »

Comme c’est émouvant, tout cet amour qui nous tombe dessus. Qu’elle est belle, cette génération qui distribue des bisous ! Reste qu’on comprend leur joie, leur soulagement surtout. Ils vont pouvoir continuer à conchier le public qui vote mal, ces dix millions de pauvres crétins sans dents auxquels ils font les poches pour s’offrir la vie rêvée des stars du show-biz. Cela, au nom de « l’exception culturelle », bien sûr, cette originalité française qui fait qu’on peut vivre grassement de la subvention publique sans avoir à se soucier de plaire au public, ce ramassis de bouseux qui n’entendent rien au talent.

Marie Delarue

https://www.bvoltaire.fr/people-grand-soulagement-chez-les-pipoles-on-ne-touchera-pas-au-grisbi/

Écrire un commentaire

Optionnel