Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

international - Page 3

  • Moyen-Orient : III) Le retour aux Etats-Nations !, par Christian Vanneste.

    Le Printemps arabe a été une supercherie orchestrée par des puissances convergentes qui ont utilisé les vecteurs médiatiques considérables dont elles disposent pour désinformer massivement les populations occidentales. L’idée principale reposait sur la transposition dans le monde arabe des révolutions européennes qui avaient brisé l’empire soviétique, cette fois pour remplacer les dictatures « laïques », souvent liées à l’armée, qui régnaient dans cette région du monde, héritières d’un nationalisme arabe réduit à chacun des Etats.

    Lire la suite

  • Etats-Unis : faible enthousiasme pour la primaire démocrate

    Etats-Unis : faible enthousiasme pour la primaire démocrate

    Selon Christian Daisug dans Présent :

    […] Trois remarques sur ces primaires qui dureront jusqu’à l’été : une faible participation dénuée d’enthousiasme, surtout parmi les jeunes ; avec Sanders, le succès – très relatif – d’un socialiste révolutionnaire qui n’emporte l’adhésion que d’un quart de la gauche ; enfin, le tassement de la campagne de Biden qui représentait jusqu’ici l’espoir des libéraux.

    Lire la suite

  • Face à l'expansionnisme turc, la Russie réagit, l'UE se couche.

    1035830379.jpg

    L'avis de Jean-François Touzé
    Prête à intervenir en Libye, de plus en plus présente auprès du régime algérien et du gouvernement tunisien, maniant le chantage et l'intimidation sur les questions migratoires, se substituant allègrement aux pays arabes pour maintenir un soutien actif au terrorisme islamique, la Turquie lance une nouvelle offensive contre le régime syrien.
    Une offensive que Vladimir Poutine pour qui la Syrie demeure une priorité stratégique et qui, malgré ses tentatives diplomatiques vers Erdogan, sait la dangerosité des ambitions proche-orientales, balkaniques, maghrébines et européennes d'Ankara, n'a évidemment pas l'intention de laisser se développer sans réagir. Panique des pleutres de Bruxelles que n'inquiète pas la perspective d'un nouveau Califat mais qu'angoisse celle d'une possible intervention armée d'endiguement.
    Tremblante devant le moindre froncement de sourcils d'Erdogan et en état de pré-dhimmitude vis à vis de l'Empire ottoman en reconstruction, l'Union européenne met donc en garde Moscou contre le risque d'affrontement en Syrie entre les armées russes et turques, les premières étant, dans le délabrement européen, les seules à pouvoir stopper l'offensive politique, économique et militaire tous azimuts que mène Ankara contre nos intérêts et notre civilisation. 
    La position de Bruxelles est claire : surtout ne rien faire et tout accepter du Grand Turc avant de se prosterner devant lui.
  • L’homme d’action face aux femelles et aux capons

    MDCUMWC4MT72ORSXC6CGFNKDRI.jpg

    Bernard Plouvier

    Il y a deux millénaires, un très grand esprit semble avoir enseigné cette profonde vérité : « C’est aux fruits qu’on juge l’arbre ». Et nos paysans répètent depuis des siècles qu’on récolte ce qu’on a semé... du moins en qualité, la quantité dépendant d’une foule d’éléments contingents.

    Les pays d’Europe occidentale et scandinave sont gouvernés par des femelles et des capons, et sont donc des proies faciles pour les masses d’immigrés d’origine extra-européenne. Et, en France macronienne, l’on n’a même plus le droit d’énoncer cette évidence : l’immigration à coup de millions de femmes, d’hommes et d’enfants, cela s’appelle une "invasion".

    L’"invasion" que nous subissons – sans avoir été consultés, ce qui témoigne du caractère totalitaire des régimes européens, singulièrement du français - n’est pacifique qu’en apparence, parce que dans le lot des aimables réfugiés politiques, économiques, sanitaires, climatiques etc, se sont glissés nombre d’adeptes du Djihâd, comme nul ne l’ignore depuis 2014 sq.

    Lire la suite

  • USA : l’école et l’université mettent en accusation l’héritage occidental

    beauchard.jpg

    Par Renaud Beauchard*

    En Amérique, le « politiquement correct » et la répudiation de l’humanisme occidental commencent dès le primaire à l’école publique. Et c’est une des causes du climat idéologique qui prévaut dans les universités, raconte l’essayiste, professeur associé à l’American University Washington College of Law, à Washington DC.

    Dans une de ces grandes braderies rituelles de l’héritage humaniste qui ponctuent l’actualité universitaire aux États-Unis depuis plusieurs décennies,  le département d’histoire de l’art de l’université de Yale vient d’annoncer sa décision de supprimer son cours d’introduction à l’histoire de l’art, jugé trop occidentalo-centré, pour le remplacer par quatre cours composites d’« histoire globale ». Cette nouvelle n’est guère surprenante, venant d’une université qui a cédé en 2016 à la pression d’étudiants pétitionnaires du département d’anglais réclamant d’être soulagés de l’obligation d’étudier les œuvres de Shakespeare ou Milton pour mieux pouvoir se consacrer à la production littéraire d’artistes appartenant à des catégories victimaires identifiées. À vrai dire, le plus étonnant n’est pas la suppression de ce cours, mais le fait qu’il ait pu subsister aussi longtemps dans l’atmosphère de transe nihiliste qui sévit depuis plusieurs décennies dans une partie des départements des universités de l’Ivy League.

    Lire la suite

  • Syrie : cinq soldats turcs tués par des bombardements de l’armée syrienne

    Alors que les Turcs ont envoyé ce week-end de gros renforts dans l’enclave islamique syrienne d’Idlib (gérée par Hayat Tahrir al-Cham, anciennement Front al-Nosra), l’armée de Bachar el-Assad a bombardé aujourd’hui des hommes d’Erdogan stationnés sur l’aéroport militaire de Taftanaz, provoquant ainsi la mort de 5 d’entre eux.

    En réponse, les jihadistes de HTS équipés de matériel tout neuf attaquent, de concert avec l’artillerie Turque, l’armée arabe syrienne. Pour l’instant, la diplomatie russe refuse les propositions d’Ankara et continue de soutenir.

    Trouvé sur Le Point : « Lundi, cinq soldats turcs ont été tués par des tirs d’artillerie du régime, a annoncé le ministère turc de la Défense.

    Cinq soldats turcs ont en outre été blessés dans ces tirs qui ont visé des positions turques dans la province d’Idleb, a indiqué le ministère dans un communiqué, ajoutant que les forces d’Ankara avaient riposté.

    De son côté, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a rapporté des tirs de roquettes du régime sur l’aéroport militaire de Taftanaz, dans la province d’Idleb, évoquant « des morts et des blessés » parmi les troupes turques qui y sont stationnées.

    Ces derniers jours, la Turquie n’a cessé d’envoyer des troupes et des blindés qui se sont parfois déployés sur de nouvelles positions militaires dans le nord-ouest syrien.

    Lundi, un correspondant de l’AFP a pu voir des soldats turcs dans le secteur de Qaminas, au sud de la grande ville d’Idleb. »

    http://www.contre-info.com/syrie-cinq-soldats-turcs-tues-par-des-bombardements-de-larmee-syrienne#more-61000

  • « Vidéo. Coronavirus. Mondialisation, le terrible piège à cons » L’édito de Charles SANNAT

    « Vidéo. Coronavirus. Mondialisation, le terrible piège à cons » L’édito de Charles SANNAT

    Mes chères impertinentes, chers impertinents,
    Au moment où j’écris ces lignes, nous ne savons pas de quel côté penchera l’avenir.
    L’épidémie de coronavirus est déjà un drame humanitaire en Chine, et je ne parle pas ici des 800 morts officiels de la maladie, mais de tous les décès qu’une telle situation implique.
    Combien de crises cardiaques n’ont pas été soignées ?
    Combien d’AVC sont devenus mortels ?
     Combien de septicémies n’ont pas pu être traitées ?
    Oui cette épidémie pour les Chinois est déjà un drame humanitaire.
    Ce que nous ne savons pas encore, c’est si les sacrifices de la population chinoise, car c’est bien de cela qu’il s’agit, seront suffisants pour que cette épidémie reste essentiellement une épidémie chinoise, ou si elle va devenir une pandémie mondiale et donc une catastrophe pour tous.
    Pour le moment les marchés pensent…

    MTR. MTR pour Maîtrisable, Temporaire, et Réversible…

    Je vous indique depuis le départ de cette crise qui est potentiellement un « cygne noir », qu’il faut évidemment surveiller le temps.
    Plus la Chine reste coupée longtemps du monde moins la crise sanitaire sera économiquement maîtrisable, temporaire et réversible.
    Pour le moment, le robinet d’eau a été coupé, mais… il y a de l’eau qui coule encore car il y en avait dans le tuyau d’arrosage.
    Nous avons tous expérimenté la latence qu’il y a entre la fermeture du robinet et l’arrêt réel de l’eau qui coule.
    Les systèmes logistiques sont identiques.
    Il y a encore des navires en mer qui vont décharger leurs cargaisons, mais de moins en moins partent. D’ici quelques jours, il pourrait n’y avoir plus rien.

    Lire la suite

  • Moyen-Orient : I) le naufrage français, par Christian Vanneste.

    Le paysage politique du proche et du moyen orient paraît un écheveau d’une complexité inouïe, un noeud gordien qu’aucune épée ne pourrait trancher, même si c’est l’endroit du monde qui en attire le plus. Etats, nations, ethnies, religions, civilisations, ressources énergétiques, et puissances étrangères y composent un entrelacs que l’histoire a compliqué à plaisir.

    Lire la suite

  • Le Samedi Politique – Coronavirus : le virus qui fait craquer la mondialisation

    Depuis plus de 2 mois, le coronavirus, dérivé du SRAS, envahit l’espace médiatique à mesure qu’il contamine un peu partout sur la planète. Les chiffres fournis par la Chine sont incertains et l’évolution des contaminations reste particulièrement difficile à prévoir. Le gouvernement français comme à son habitude fait une démonstration de légèreté. Contrôles inexistants dans les aéroports, principe de précaution inconnu, les mesures de restriction pour éviter la prolifération du virus dans notre pays ont été plus que légères. Et si l’impact sanitaire pour l’Europe reste encore inconnu, la réalité de l’impact économique s’impose avec évidence. Le prix du pétrole chute et la mise à l’arrêt forcé des usines chinoises frappe de plein fouet le monde entier. Une démonstration des problématiques de la mondialisation.

    https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-coronavirus-le-virus-qui-fait-craquer-la-mondialisation

  • Les électeurs noirs américains seraient-ils d’horribles “homophobes” ?

    Les électeurs noirs américains seraient-ils d’horribles “homophobes” ?

    C’est ce que l’on pourrait penser de ce sondage concernant les primaires démocrates :

    Outre son manque de notoriété, le vote Buttigieg fait l’objet d’un réel problème vis-à-vis des électeurs noirs : le fait qu’il soit homosexuel. Un sondage Washington Post / Ipsos montre que 21% des adultes noirs seraient « très mal à l’aise » de soutenir un candidat homosexuel, 20% émettant des « réserves »

    Yves Daoudal estime sur son blog que cela ne concernera probablement pas que l’électorat noir :

    Peter Buttigieg a le vent en poupe. Inconnu il y a quelques mois, il vient d’obtenir le plus de délégués au caucus démocrate de l’Iowa, au coude à coude avec le vieux gauchiste Sanders.

    Une électrice de Buttigieg a appris après le scrutin que le fringant candidat à qui elle avait apporté son suffrage est un inverti notoire. Elle a demandé à changer son vote.

    On ne peut qu’espérer que Buttigieg devienne le candidat démocrate. Il est évident que l’Amérique profonde libérale ou de gauche ne votera pas comme un seul homme pour un homme qui vit ouvertement avec un homme (sur la photo c’est celui qui est à droite).

    https://www.lesalonbeige.fr/les-electeurs-noirs-americains-seraient-ils-dhorribles-homophobes/