Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2016

"La laïcité n'a pas vocation à promouvoir une religion républicaine"

Emmanuel Macron est interrogé dans Marianne sur la laïcité et il dit des choses pertinentes :

6a00d83451619c69e201bb093dd281970d-800wi.jpg"La laïcité n'a pas vocation à promouvoir une religion républicaine. La République est ce lieu magique et unique qui permet à des gens de vivre dans l'intensité de leur religion. C'est pour ça que je dénonce les considérations qui demandent à des citoyens d'être «discrets», parce que les précédents historiques où l'on a demandé la discrétion en matière de religion ne sont pas à l'honneur de la République. Et qu'on demande à des gens d'être des musulmans modérés ! Demanderait-on à des catholiques d'être modérés ? Non ! On demande à des gens de faire ce qu'ils veulent avec la religion pour eux-mêmes et d'être dans un rapport de respect absolu avec les règles de la République. Comme disait Platon, il faut découper le poulet au bon endroit !

Jean-François Kahn : Dès lors que les musulmans acceptent que la loi républicaine passe avant la loi de Dieu, par définition, ils sont modérés. S'ils ne l'acceptent pas, ce sont des extrémistes.

Emmanuel Macron : Non, je ne suis pas d'accord. Dans le champ public, je ne leur demande qu'une seule chose : qu'ils respectent absolument les règles. Le rapport religieux renvoie à la transcendance et, dans ce rapport-là, je ne demande pas aux gens d'être modérés, ce n'est pas mon affaire. Dans sa conscience profonde, je pense qu'un catholique pratiquant peut considérer que les lois de la religion dépassent les lois de la République. Simplement, à chaque instant où il est dans le champ public, les lois de la République prévalent sur les lois religieuses. Ce n'est pas une question de modération, c'est un absolu. Le cœur de notre bataille est d'avoir des individus autonomes libres. Ils peuvent avoir besoin d'une transcendance. La République n'a pas à lutter contre la transcendance, elle a à lutter contre le non-respect de ses valeurs."

Michel Janva

Les commentaires sont fermés.