Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2017

Le terrorisme, comme c'est banal !

Quatre attentats islamistes en un mois pour la France uniquement. La guerre de basse intensité que livre le satanisme à notre pays entre presque dans une sordide routine face à un gouvernement toujours à côté de la plaque.

Le 20 avril, Karim Cheurfi abat un policier sur les Champs-Elysées. L'attentat est revendiqué par le groupe État islamique (El). «Je ne vais pas inventer un programme de lutte contre le terrorisme dans la nuit », réagit Emmanuel Macron.

Le 7 juin, Farid Ikken, un étudiant algérien de 40 ans se revendiquant « soldat du califat », attaque un policier à coups de marteau sur le parvis de Notre-Dame. Tout confirme « un acte isolé » (refrain sans cesse répété, sans cesse démenti par les faits) pour le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. Le même, deux jours plus tôt, déclarait à propos de l'attentat de Londres « Cessons de parler d'État islamique, ils trahissent la religion qu'ils prétendent servir, ce sont juste des assassins ».

Le 18 juin, un agriculteur est poignardé au volant de sa moissonneuse-batteuse par un islamiste radical au cri de « Allah Akbar ». Le silence des autorités est total.

Le 19 juin, Adam Lotfi Djaziri percute un véhicule de gendarmes mobiles sur les Champs-Elysées. L'homme, issu d'une famille salafiste, fiché S... et titulaire d'un permis de détention d'armes, avait fait allégeance à Daech. Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur en profite pour faire la promotion de sa prochaine loi antiterroriste, passage des mesures d'état d'urgence dans le droit commun. « Garantir la sécurité des Français, c'est aujourd'hui prendre des risques », banalise de son côté Edouard Philippe, Premier ministre. Le silence de Macron à ce sujet est en revanche assourdissant.

Cette toute récente litanie d'attentats frappe par ses points communs ils visent essentiellement les forces de l'ordre, leur mode opératoire est celui prôné par l'État islamique, leurs auteurs, Français ou installés en France depuis un certain temps, sont tous fichés S pour radicalisme musulman.

Et surtout, le nouveau pouvoir ne semble pas du tout avoir pris la mesure du problème, répétant consciencieusement les erreurs des précédents. Le renouveau promis par Macron ne touche pas cette question. Il faut dire que le traitement du terrorisme islamique ne rentre guère dans le logiciel libéral-libertaire de notre président, pour qui la France a « une part de responsabilité » dans le « terreau » du djihadisme, par « les fermetures dans notre économie, dans notre société » et surtout « la défiance », qui empêchent les jeunes de s'épanouir et les pousserait dans les bras des barbus.

Pas facile non plus pour Macron, qui prétend faire la guerre au « terrorisme », de désigner l'ennemi. Après l'attentat de Manchester, il évoquera cinq fois le « terrorisme », pas une seule fois assorti d'un « islamiste ». Est-ce étonnant de la part d'un président qui a reçu sans broncher le soutien de l'UOIF, proche des Frères musulmans, lui qui promettait de « dissoudre les associations qui [...] font le jeu des djihadistes » ? Est-ce étonnant alors qu'il disait d'un de ses référents En Marche, le sulfureux islamiste Mohamed Saou, « il a fait un ou deux trucs un peu plus radicaux […], mais à côté de ça, c'est un type très bien » ?

Posture et imposture

Ne jamais mentionner que le terrorisme est islamique lui permet en tout cas d'être, dix ans après Sarkozy, invité au dîner de rupture du jeûne organisé par le Conseil français du culte musulman, qui avait également appelé à voter pour lui. Il y fustigera les terroristes qui opèrent une « perversion de l'image de l'islam », avant d'appeler le CFCM à contribuer à lutter « contre le fanatisme » et le « terrorisme de Daech et l'idéologie totalitaire qui le supporte ». Encore une fois, habile périphrase pour ne pas dire les mots qui fâchent.

Hormis sa fameuse « task force » rattachée à l'Elysée, qui risque simplement de rajouter une feuille au mille-feuille des multiples structures de coordination entre services, Macron est sur le terrorisme, comme sur le reste, dans la posture... et la centralisation du pouvoir entre ses mains. Conseils de Défense réguliers, réunions en tête-à-tête hebdomadaires avec les ministres de l'Intérieur et de la Défense et donc son fameux Centre national de contre-terrorisme (CNCT), le message est clair sur ce sujet, c'est l’Élysée qui décide de traiter les conséquences sans jamais s'attaquer aux causes.

Richard Dalleau momde&vie 29 juin 2017

Les commentaires sont fermés.