Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2016

Aligner le régime des artisans sur celui des auto-entrepreneurs

A 26 ans, Pierre Grandjean, créateur d'entreprises, préside le Collectif Audace, réseau de « jeunes actifs patriotes » intégré au Rassemblement Bleu Marine. A l’occasion de la parution de « Vivent nos entreprises ! », il expose à Minute une partie de ses réflexions économiques :

6a00d83451619c69e201b8d2286558970c-800wi.png"Vous êtes très critique sur le statut d’auto-entrepreneur…

Il est toujours difficile de supprimer un statut qui existe et qui, en plus, a été populaire. Nous ne sommes pas contre les auto-entrepreneurs dans l’absolu. Ce statut a permis à quantité de gens, soit de sortir du travail au noir, soit d’avoir des revenus qu’ils n’avaient pas – le plus souvent des compléments de revenus –, et ça c’est positif. En revanche, et c’est là qu’est le problème, ce statut a été autorisé à tort et à travers, notamment dans le bâtiment, où les entreprises traditionnelles se sont vues concurrencées par des auto-entrepreneurs avec des charges bien moindres et ont été fragilisées. Là, l’inégalité est très gênante parce qu’elle impose une concurrence déloyale entre l’auto-entrepreneur et l’entreprise traditionnelle.

Mais alors, pourquoi rester dans un raisonnement de gauche, qui conduit à vouloir aligner le régime de l’auto-entreprise sur celui de l’entreprise dite traditionnelle, et ne pas totalement inverser le raisonnement en réclamant l’alignement du régime des artisans du bâtiment sur celui des auto-entrepreneurs ?

Ce serait merveilleux ! [rires] Derrière se pose quand même la question de l’équilibre budgétaire… Mais en effet, s’il était question d’égaliser, il faudrait le faire en alignant sur le taux le plus bas, et non, comme c’est de coutume en France, sur le taux le plus haut. Donc tendre vers le taux appliqué à l’auto-entrepreneur. Surtout que prendre 25 % du chiffre d’affaires, ce n’est déjà pas mal !"

Michel Janva

Les commentaires sont fermés.