Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2018

La PMA sans père : une promesse de campagne ?

Qu’est la paysannerie devenue ?

Par Hilaire de Crémiers

En France, un agriculteur se suicide tous les deux jours ; c’est le taux de suicide le plus élevé de toutes les professions.

En dehors de quelques filières et de quelques régions naturellement favorisées – et, il faut le dire, largement soutenues –, l’ensemble du monde agricole souffre – et terriblement. Il s’amenuise en peau de chagrin et, financièrement, il est réduit à une portion qui n’est même plus « congrue ». Un peu plus de 600 000 chefs d’exploitation – et encore ! – représentent le secteur agricole dont les 3/4 ont du mal à vivre. En dix ans le nombre a diminué de 21 %, ce qui correspondait, sans que cela soit clairement dit, aux objectifs de la PAC. Et malgré la PAC et ses systèmes compliqués de subventions, malgré les promesses de tous les politiciens, leur sort ne s’est pas amélioré. 41 % vont encore dans les années qui viennent partir à la retraite. Autrement dit ce monde agricole n’est plus une force électorale !

L’objectif de l’État français comme de la Commission bruxelloise – qui, d’ailleurs, se disputaient sur les détails – tenait en quelques mots-clefs : compétitivité, taille critique, investissement productif, gestion managériale, modernisation, ouverture à la mondialisation, protection orientée par des aides ciblées mais respectant la sacro-sainte concurrence, constitution de marchés et organisation de filières, système de prêts bancaires, toujours prétendument avantageux, soutien de la qualité bio et du souci environnemental, bref tout y était. Le moins que l’on puisse dire, malgré les prétentions technocratiques de ces beaux messieurs qui font de l’agriculture avec des dossiers et des chiffres, c’est que pratiquement rien n’a réussi. C’est un échec et qui coûte cher à la France, à l’Europe aussi, mais surtout aux agriculteurs pressurés de tous les côtés et obligés de vendre à perte.

Emmanuel Macron le sait ; il a étudié les fameux dossiers mal foutus que lui ont légués ses prédécesseurs. Avec un certain cran, il a affronté les difficultés en passant plus de 12 heures au Salon international de l’agriculture le samedi 24 février, le plus long temps qu’un responsable politique y ait jamais passé.

Le jeudi précédent il avait convoqué à l’Élysée mille jeunes agriculteurs. Il leur a parlé pendant plus d’une heure. Portant des jugements extrêmement sévères sur les gouvernements précédents, il a prétendu se démarquer d’eux. Il a expliqué à cette « nouvelle génération » son « plan » d’avenir à lui, lui qui est de la même génération et qui à la ferme intention de tout renouveler. Le mot « plan » est revenu dix fois dans sa bouche. Et qu’est-ce que ce plan ? Eh bien, aussi surprenant que ça puisse paraître, c’est encore et toujours la même chose ! Les aides de la PAC qu’il faut obtenir, en particulier celles qui ne sont versées qu’avec retard, les MAEC (mesures agro-environnementales et climatiques), les ICHN (aides compensatrices des handicaps naturels) ; la PAC elle-même pour laquelle lui et son ministre de l’agriculture vont se battre, sachant qu’une partie des aides sera supprimée, – mais au fait, si les partenaires européens s’opposent au « plan » Macron, que se passera-t-il ? – ; la filière bovine dont il va s’occuper personnellement tout en vantant l’accord avec le Mercosur – l’Amérique latine – qui aboutira à la saturation de nos marchés, car CETA, Mercosur, c’est la mondialisation dans laquelle Macron s’est juré de faire entrer la France, tout en reconnaissant en incise que, jusqu’à aujourd’hui, c’est un marché de dupes. Cependant, « le Mercosur n’est pas le problème », dit Macron, « les yeux dans les yeux » ; évidemment c’est la politique européenne qui a déjà causé ce désastre. Pourtant il ne s’en dédit pas ; il rassure en affirmant qu’il marquera « les lignes rouges » ! Dix fois répété !

Mais voilà : il faut que « l’exploitant agricole » devienne un « entrepreneur agricole » ; « Il faut changer les choses », « mener une vraie révolution culturelle ». Les États généraux de l’alimentation qu’il a initiés, « permettront d’avoir des organisations de producteurs qui négocieront avec le transformateur et le distributeur les bons prix ». Ah bon ! Et le droit de la concurrence européenne qui aboutit à la braderie du capital et du revenu français ?

Alors Macron revient sur les mêmes concepts de « modernisation des structures », « de taille critique », de « pédagogie », de « plan » de 5 milliards dont 1,4 seront des prêts. C’est du déjà vu, archi-vu. Le président avoue ingénument « que plus personne ne comprend ce que fait l’État et ce que font les régions ». Il ose parler d’aide au foncier, « d’investissement stratégique dont dépend notre souveraineté », lui qui ne croit plus, comme il l’a dit cent fois, qu’à la seule souveraineté européenne, et au moment même où on apprend qu’un Chinois s’est acheté 1000 hectares dans l’Allier. Un cas qui va devenir de plus en plus fréquent.

« Je ne suis pas là pour plaire, a-t-il dit, je suis là pour faire ». Il est terrible de penser que le sort de la paysannerie française dépend des « plans » d’un inspecteur des finances. Où donc est le brave Sully avec son bon sens : « labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vrais mines et trésors du Pérou » ? Il est vrai que Sully servait Henri IV.  

Hilaire de Crémiers

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

VIRAL! 1 MILLION de vues avant d'être censurée en Angleterre. VOST

En Thiérache, contre les éoliennes, les "ploucs" se réveillent

Exprimez-vous sur les éoliennes cliquez là

La réunion d'Alban d'Arguin

du 9 février à Vervins cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Marion Maréchal-Le Pen aux Etats-Unis : « France is back ! »

marion-588x330.jpg

Par Marc Le Stahler, directeur du site Minurne – Résistance, un site au service de la France 

Ne nous y trompons pas : le magnifique discours de Marion Maréchal-Le Pen au CPAC 2018 à Washington est d’une importance majeure, tant pour la France que pour l’Europe.
C’est une musique nouvelle − très éloignée de la musique habituelle jouée par les dirigeants et les médias français − qui s’est fait entendre, et qui n’a pas manqué de surprendre. Une musique d’ardeur, de foi et d’espérance, que le monde entier a pu entendre !

Ainsi donc, la chute de la France, que le monde entier observait avec tristesse et parfois commisération, n’était pas inéluctable ! Une jeune femme, représentative d’une jeunesse française, aux antipodes de celle qui est mise en évidence à l’international, a pu exprimer, par la raison et par le cœur, qu’une alternative au marais centriste actuel existe et palpite, bien loin de la caricature officielle qui tente de faire passer cette jeunesse patriote pour réactionnaire voire fasciste.

Je défie quiconque, même parmi les plus virulents menteurs cyniques du mainstream médiatique, de trouver un seul mot de haine dans ce discours, une seule idée contraire aux idéaux de la France éternelle.

Un vent de liberté se lève dans toute l’Europe. Il vient d’atteindre la France. Il va souffler de plus en plus fort dans les années qui viennent, balayant sur son passage tous ceux qui avaient forgé le projet pervers et criminel de diluer la France et l’Europe dans un monde sans âme.

Bravo Marion, et qu’on se le dise, partout en France et dans le monde entier…
La France d’abord – la France est de retour. FRANCE FIRST ! FRANCE IS BACK !

Marc Le Stahler 23/02/2018

Traduction intégrale de l’intervention de Marion Maréchal-Le Pen :

« Aujourd’hui, je suis venue honorer 240 ans d’amitié. Notre amitié a commencé il y a longtemps, avant les plages de Normandie et les tranchées de Belleauwood, où l’écho de la bravoure de vos soldats résonne encore. Notre alliance est formée par la quête commune de la liberté. Mon pays, la France, fut la première à reconnaître votre indépendance. Ce fut avec le sang français, répandu sur le sol américain, que commença notre amitié. Aujourd’hui, plus de deux siècles plus tard, ici à la CPAC, nous nous tenons à nouveau côte à côte dans une autre bataille pour la liberté.

« Cette liberté est un bienfait. Libertés économiques et politiques, liberté d’expression, liberté de conscience sont nos trésors communs. Après 1500 ans d’existence, c’est nous, Français, qui devons à présent nous battre pour notre indépendance. Non, la France n’est aujourd’hui plus libre. Les Français ne sont pas libres de choisir leur politique, qu’elle soit économique, monétaire, migratoire ou même diplomatique. Notre liberté est dans les mains de l’Union européenne.

« Cette Union européenne n’est pas l’Europe. C’est une idéologique qui ne sait que regarder vers l’avenir tout en souffrant d’amnésie historique. Une idéologie hors-sol, sans peuple, sans racines, sans âme et sans civilisation. L’UE est en train de lentement tuer des nations millénaires. Je vis dans un pays où 80% – oui, vous avez bien entendu – 80% des lois sont imposées par l’UE. La seule fonction de notre Assemblée est aujourd’hui de valider des lois faites par d’autres.

« Que je sois claire : je ne suis pas offensée lorsque j’entends le Président Trump dire « America First ». En fait, je veux que l’Amérique passe en premier pour les Américains. Je veux l’Angleterre pour les Anglais. Et je veux la France pour les Français !

« C’est pourquoi je me bats pour que la diplomatie française conserve son rôle unique, de lien entre l’Est et l’Ouest. Une longue histoire nous a permis de former des liens privilégiés avec l’Afrique, la Russie, l’Asie et le Moyen-Orient. Nous devons être capables de garder les capacités de décider pour nous-mêmes sur les sujets militaires et diplomatiques. Nos forces sont complémentaires.

« Comme vous, si nous voulons que la France redevienne grande, nous devons défendre nos intérêts économiques dans la globalisation. L’UE nous soumet à une concurrence déloyale face au reste du monde. Nous ne pouvons accepter un modèle qui produit des esclaves dans les pays en voie de développement et des chômeurs en Occident.

« Je refuse le monde standardisé proposé par l’UE. Je considère que les peuples ont le droit à une continuité historique.

« Ce que je veux, c’est la survie de ma nation, être capable de transmettre, pas seulement mon héritage matériel mais aussi mon patrimoine immatériel.

« Les jeunes Français ne sont pas encouragés à découvrir et à aimer cet héritage culturel. On leur fait subir un lavage de cerveaux, à base de culpabilité et de honte de leur pays.

« Le résultat, c’est le développement d’une contre-société islamiste en France.

« Après 40 ans d’immigration massive, de lobbies islamiques et de politiquement correct, la France est en train de passer de fille aînée de l’Église à petite nièce de l’islam. Et le terrorisme n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ce n’est pas la France pour laquelle nos grands-parents se sont battus.

« Comment en sommes-nous arrivés là ?

« Parce que l’UE et la France ont oublié un point crucial : “pour s’ouvrir à l’autre, il faut un cœur ferme ; pour accueillir, il faut rester, et pour partager il faut avoir quelque-chose à offrir”.

« Dans cette perspective, le modèle de société que nous portons est basé sur une conception de l’humain enraciné dans sa mémoire collective et sa culture partagée.
« Sans nation et sans famille, le bien commun, la loi naturelle et la morale collective disparaissent cependant que perdure le règne de l’égoïsme.

« Même les enfants sont devenus une marchandise ! Nous entendons dans le débat public “nous avons le droit de commander un enfant sur catalogue”. “Nous avons le droit de louer le ventre d’une femme”. “Nous avons le droit de priver un enfant de mère ou de père”. − Non, vous ne l’avez pas ! Un enfant n’est pas un droit.

« Est-ce cela, la liberté que nous désirons ? Non, nous ne voulons pas de ce monde atomisé de l’individu sans genre, sans père, sans mère et sans nation.

« Que voulons-nous alors ?

« Comme vous, je veux retrouver mon pays !

« Je suis venu vous dire qu’il y a aujourd’hui une jeunesse prête pour cette bataille en Europe : une jeunesse qui croit au dur labeur, qui croit que ses drapeaux signifient quelque-chose, qui veut défendre les libertés individuelles et la propriété privée. Une jeunesse conservatrice qui veut protéger ses enfants de l’eugénisme et des délires de la théorie du genre. Une jeunesse qui veut protéger ses parents de l’euthanasie et l’humanité du transhumanisme.

« Comme la jeunesse américaine, la jeunesse française est héritière d’une grande nation. À qui beaucoup est donné, et de qui beaucoup est attendu.

« Notre combat ne doit pas être seulement électoral : nous devons diffuser nos idées dans les médias, la culture et l’éducation, afin de stopper la domination des libéraux et des socialistes.

« C’est pourquoi j’ai récemment lancé une école de management et de sciences politiques. Le but ? Former les chefs de demain. Ceux qui auront le courage, le discernement et les techniques pour défendre les intérêts de leur peuple.

« Le défi est gigantesque, mais les 2 années qui viennent de s’écouler ont montré une chose : ne sous-estimez jamais le peuple ! Une bataille qui n’est pas menée est déjà perdue.

« Le BREXIT au Royaume-Uni, “Manif Pour Tous” en France, et bien sûr, l’élection de Donald Trump prouvent une chose : quand les peuples ont l’opportunité de reprendre leur pays, ils la saisissent !

« Par votre action et votre talent, vous avez réussi à remettre le conservatisme en priorité dans l’agenda politique. Construisons sur ce que vous avez accompli ici, afin que des deux côtés de l’Atlantique un agenda conservateur domine.

« Je termine par une citation de Malher que j’aime particulièrement. Une citation qui résume le conservatisme moderne : “La Tradition n’est pas la vénération des cendres, mais la transmission de la flamme.” Vous fûtes l’étincelle. C’est maintenant à nous de nourrir la flamme conservatrice dans notre pays.

« Vive les nations libres, vive les peuples libres et longue vie à l’amitié franco-américaine.

« Merci ! »

Source : Minurne – Résistance

https://www.polemia.com/marion-marechal-le-pen-aux-etats-...

La base paysanne et ouvrière de la Monarchie. Partie 1 : La base paysanne, une utopie ?

unroipourlafrancewalter.jpgDans un de ses premiers textes politiques, le comte de Paris (1908-1999) écrivait : « Je ne conçois la Monarchie qu'avec une base ouvrière et paysanne » (1). Or, le propos peut sembler, aujourd'hui, fort anachronique : le monde agricole est un secteur de l'économie qui n'emploie plus directement que 700.000 personnes environ (soit 3 % des actifs en France) quand il en comptait encore 6 % en 1995 et 40 % il y a un siècle (et un tiers de la population active dans les années trente, au moment du propos cité), et la civilisation paysanne a disparu dans les années 1950-1970, comme le souligne Henri Mendras dans son livre célèbre « La fin des paysans», publié en 1967 ; quant au monde ouvrier, alors qu'il compte environ 5 millions de salariés et d'entrepreneurs, il est devenu quasiment invisible dans la société médiatique, si ce n'est au moment de fermetures d'usines, souvent délocalisées pour des raisons spéculatives, et lorsque les « jetés à la rue » se rebiffent en brisant quelques ordinateurs ou en séquestrant quelques liquidateurs. Une base plutôt fragile pour une hypothétique Monarchie, pourrait-on ironiser...

Et pourtant ! Le propos ancien du comte de Paris ne me semble pas à jeter aux oubliettes mais bien plutôt à repenser et à réactualiser, sans céder ni à la nostalgie ni à la survalorisation « classiste » comme celle que faisaient les maoïstes des années 60-70.

Le monde agricole contemporain travaille sur la moitié environ de la superficie de la métropole, ce qui n'est pas rien, et qui mérite l'attention et le respect. Mais l'exploitation des terres agricoles est trop souvent le fait d'une agriculture intensive et productiviste, avec peu de main-d’œuvre, et qui oublie plus qu'elle ne les maîtrise les cycles naturels, au risque de dégrader les sols et les paysages pour maintenir une compétitivité exigée par la mondialisation des échanges et une société de consommation toujours aussi vorace, encore excitée par la Grande distribution. De plus, nombre d'exploitants agricoles n'ont plus qu'un rapport distancié à la terre et à l'animal, ce qui marque une rupture avec les équilibres anciens, aussi bien naturels que domestiques, et certains rejettent même le qualificatif, pourtant noble, de paysan, qu'ils considèrent comme trop daté ou trop « nostalgique ». Cela paraît donc démentir la possibilité de réalisation de la formule du comte de Paris.

En fait, cette « base paysanne » que voulait le prétendant existe toujours, même si elle peut sembler fragile ou minoritaire, y compris au sein des exploitants agricoles, et il s'agit désormais de l'élargir, ce que propose intelligemment Silvia Pérez-Vitoria dans son dernier ouvrage, le « Manifeste pour un XXIe siècle paysan », paru en 2015, et qui appelle, au-delà d'une lecture attentive et parfois critique, une action politique et sociale active en faveur d'une nouvelle condition paysanne, d'une refondation d'une « classe paysanne » et d'une civilisation rurale ordonnée à la nature des espèces, des paysages comme des hommes, dignes de ce beau nom de paysannerie.

Oui, la Monarchie royale doit participer à la consolidation et à cette refondation proprement paysanne, non pour revenir aux temps anciens d'un Moyen âge ou pour tomber dans une utopie ruraliste (mais tout ruralisme n'est pas forcément utopie...), mais pour engager un véritable retournement des habitudes et des politiques, retournement qui privilégie les équilibres entre les éléments d'une nature domestiquée sans être esclave ni mutilée et les activités et intérêts humains, qu'ils soient nourriciers, sociaux ou psychologiques. Comme l'écrit Mme Pérez-Vitoria, « Il faut rompre avec les élucubrations sorties de modèles mathématiques dégurgitées par les ordinateurs des économètres (…). Il n'y aura pas de solutions si l'on ne redonne pas aux paysans et aux paysannes des terres pour produire leur nourriture et celle du reste de l'humanité. Dans la plupart des cas ils sauront trouver des pratiques culturales adaptées aux conditions locales et produire les denrées vivrières nécessaires, pour peu qu'on leur laisse les moyens de le faire. Ils pourront en vivre et nous faire vivre. » Cela ne signifie pas qu'il faille exproprier ou diviser tous les grands domaines, mais juste reconnaître que, selon la plupart des études agronomiques indépendantes récentes, « l'efficacité des petites fermes est plus grande que celle des grandes (…). Non seulement l'agriculture paysanne à petite échelle peut nourrir les habitants de la planète mais elle fait beaucoup mieux quand il s'agit de travail, de biodiversité, de pollution et d'émission de gaz à effet de serre, que l'agriculture conventionnelle. ». Voilà des faits qui méritent réflexion, et action, mais aussi décision(s) politique(s). 

Cette motivation politique sur la question agricole explique pourquoi les royalistes prêtent attention et soutien à l'agriculture biologique plutôt qu'à l'agro-industrie productiviste, et qu'ils militent pour une agriculture paysanne appropriée aux terroirs et paysages de France, dans toutes leurs variétés et qualités, sans en méconnaître les difficultés et, parfois, les rudesses. Et, au-delà de l'activité productrice des travailleurs de la terre, c'est toute une vie rurale qu'il s'agit de refonder sur des valeurs qui ne soient pas que financières : le travail, le respect de l'environnement, l'entraide, l'autonomie de la vie communale... Des valeurs qui, aujourd'hui, semblent faire défaut à nos sociétés technophiles et individualistes, énergivores et démesurées, consommatoristes et globalitaires, et des valeurs qui sont, non un simple changement, mais, là encore, un véritable « retournement », civilisationnel cette fois, nécessaire pour assurer la pérennité et la transmission de ce qui fait la France, et qui la définit au regard de l'histoire longue...

C'est bien en cela que la Monarchie royale peut revendiquer cette « base paysanne » qui, si elle n'est pas la seule base possible et nécessaire de la Monarchie refondée, plonge ses racines autant dans le passé que dans l'avenir, comme ce chêne de Vincennes cher au roi saint Louis et à ses successeurs...

Notes : (1) : Cette déclaration a été faite au moins deux fois dans la presse française : dans Le Petit Journal, le 28 novembre 1934, et dans la revue Le Mois d'avril 1936.

(à suivre : Comment assurer et assumer le redéploiement paysan ? ; la Monarchie et le monde ouvrier)

Jean-Philippe CHAUVIN

http://nouvelle-chouannerie.com/

Suivez le coq : Pour une viande certifiée non halal !, par Franck Deletraz

9063-p2-chard-600x626.jpg

9064-20180306.jpgImmigration-invasion et islamisation de notre pays aidant, les grandes surfaces et certains bouchers dénués de scrupules n’hésitent pas à vendre de la viande halal à leurs clients sans les en avertir pour faire de l’argent. Une pratique purement scandaleuse vivement dénoncée par le docteur Alain de Peretti qui, après avoir eu la formidable idée de créer un réseau de certification non halal avec le site www.suivezlecoq.fr, a lancé jeudi une grande campagne nationale pour inciter les bouchers à rejoindre son réseau.

Rappelons que le Dr de Peretti, vétérinaire, est un infatigable militant de la cause animale et un combattant acharné contre l’abattage halal, dont il ne cesse de dénoncer les risques sanitaires et le financement indu à l’islam auprès des consommateurs mais aussi des acteurs économiques. Président de l’association Vigilance halal, il ne peut que s’insurger contre « la conjonction du mercantilisme et de l’obscurantisme », dont bénéficie ce type d’abattage, et contre sa généralisation « qui a nettement contribué à dégrader l’image des artisans bouchers ».

Aussi, le Dr de Peretti a eu la bonne idée de créer le site Suivez le coq, qui permet à chacun de trouver un boucher s’étant engagé à ne commercialiser que de la viande non halal et issue d’animaux élevés dans des conditions naturelles. Aux bouchers qui ont rejoint ce réseau et ont signé sa charte, Suivez le coq offre alors des campagnes de publicité nationale ainsi que la géolocalisation, permettant à ceux qui se connectent de consulter une carte interactive sur laquelle figurent des bulles indiquant les coordonnées des participants les plus proches de chez eux. Une initiative qui rencontre un certain succès puisque le réseau Suivez le coq compte déjà près de 400 bouchers.

Par ailleurs, le site permet également de connaître le statut des abattoirs, soit mixtes, soit totalement traditionnels, le but étant d’exercer une pression sur les abattoirs mixtes pour qu’ils évoluent vers le tout traditionnel.

Mais le Dr de Peretti, dont l’association a déjà écrit à quelque 10 000 bouchers, n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Rappelant que, face aux autorités de l’Etat qui se rendent « complices, le plus souvent par lâcheté, de l’abandon des règles de droit relatives au bien-être animal, à notre environnement sanitaire, ou aux règles de la laïcité, dès qu’il s’agit du halal », c’est à nous Français de nous mobiliser, il a lancé jeudi avec Suivez le coq une grande campagne nationale avec intervention dans les médias, encarts publicitaires dans la presse, envoi de plus de 50 000 mails auprès des citoyens, mais aussi auprès des bouchers, afin de redorer l’image de la viande traditionnelle. Une campagne qui, comme l’a souligné Alain de Peretti, « peut porter ses fruits » quand on sait que « 70 % des Français seraient opposés au halal ».

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 3 mars 2018

https://fr.novopress.info/209835/suivez-le-coq-pour-une-v...

Toute la vérité sur les projets de Marion Maréchal - Journal du Lundi 05 Mars 2018

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [XVI]

Nous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. Nous sommes ici dans la 2ème partie de cette étude. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

2ème partie : Une révolution copernicienne 

PLUS DE RICHES POUR AVOIR MOINS DE PAUVRES  

Il serait urgent de s'apercevoir que la seule manière de rendre compétitive notre industrie de production de masse consiste à lui fournir des consommateurs solvables. Payer les travailleurs chassés des ateliers et des bureaux à ne rien faire ou à en faire le moins possible aboutit à écraser les entreprises de charges sociales, donc les empêcher d'investir et elles perdent pied dans la compétition internationale. Il n'y a qu'un moyen de s'en sortir, reconstituer un secteur pré­industriel assez puissant pour fournir à la main d'œuvre disponible du travail, donc des salaires. Nous n'avons pas le choix. Aucun redressement économique n'est concevable avec trois millions de chômeurs permanents.

Il n'est qu'un moyen, c'est de réduire de façon significative l'impôt sur le revenu et de préparer sa suppression définitive. Tout a été dit sur ses défauts. Il est finalement injuste car il frappe surtout les salariés, qui ont moins de possibilités que les autres de dissimuler leurs gains. Il engendre la fraude, les évasions de capitaux ou leur gel. Ce qui entraîne une inquisition fiscale à la fois inefficace, tatillonne et finalement insupportable. Il rapporte peu, compte tenu des frais de recouvrement, provoqués par la charge que représentent 85.000 fonctionnaires et encore en faudrait-il le double pour assurer un rendement satisfaisant. Pour les petits revenus, il coûte même plus qu'il ne rapporte. Mais surtout, il paraît inadmissible de frapper les contribuables sur l'argent qu'ils gagnent. Ce qui nuit à l'émulation. A quoi cela sert-il de se battre pour améliorer ses revenus si l'on sait que parvenu à un certain niveau l'on ne travaillera pratiquement plus que pour le fisc ? Il paraît plus raisonnable de taxer les gens sur la manière, dont ils dépensent leur argent ou investissent. Ce qui permet d'orienter son utilisation en fonction de l'intérêt général.

Néanmoins la suppression de l'impôt sur le revenu suscite des oppositions, dont la principale vient de M. Barre. Le candidat de la finance apatride et du Kremlin réunis à la présidence de la République parle dédaigneusement de promesse électorale. N'étant, ce qui n'est pas son cas, candidats à rien, nous n'avons rien à promettre. Cependant M. Barre a raison sur un point. Il est démagogique de laisser croire aux Français que l'Etat peut, du jour au lendemain, réduire massivement son train de vie. Il devra continuer à soutenir des secteurs vitaux de notre industrie. Même s'il est déraisonnable de s'endetter pour produire de la ferraille, que nous nous procurerions à moindres frais sur le marché mondial, il faudra bien continuer de fabriquer des aciers spéciaux dont ne peut se passer notre industrie d'armement. Nous ne saurions prendre le risque de laisser l'étranger maître de nos approvisionnements. En tout état de cause, les nécessités de la défense nationale supposent de lourdes dépenses. Dans vingt ans, notre force de dissuasion sera périmée. Il nous faut poursuivre la conquête de l'espace. Les impératifs militaires coïncident d'ailleurs avec nos intérêts économiques. Sans la bombe atomique la France n'aurait jamais maîtrisé le nucléaire civil.

Seul l'Etat est en mesure de s'engager pour le très long terme. Certains investissements qu'il faut consentir dès aujourd'hui ne se révéleront rentables que pour nos petits-enfants. Même les Etats-Unis se montrent colbertiens, quand il le faut. La N.A.S.A. est une entreprise nationale. Puisque nous ne saurions sacrifier l'avenir au présent, il faut bien admettre que l'effort financier exigé de notre génération ne souffre pas de relâchement. Certes l'Etat peut faire des économies mais là encore il convient de refuser les illusions. Réduire les effectifs dans la fonction publique, donc une charge salariale devenue insupportable, exige que l'on informatise l'administration. Ce qui coûte cher. De toute façon, la France est si lourdement endettée qu'elle doit se montrer prudente. M. Barre n'a pas tort de le rappeler.

Ce que nous proposons, ce n'est pas un allègement de la pression fiscale qui, de toute façon ne serait qu'illusoire, l'Etat récupérant d'une main ce qu'il accorderait de l'autre. Nous réclamons une réforme de la fiscalité, le manque à gagner étant compensé par l'augmentation de la T.V.A. Serait-il aussi important qu'on le prétend ? L'impôt sur le revenu coûte plus cher à l'Etat qu'il ne lui rapporte, du moins en dessous d'un certain seuil. Près de cent mille fonctionnaires seraient libérés d'une tâche ingrate, qu'il conviendrait de mieux utiliser surtout. Les Français achetant davantage, le produit de la T.V.A. et de l'impôt sur les bénéfices augmenterait. Le coût du chômage se réduirait.

La seconde objection de M. Barre tient à son mode de raisonnement, purement quantitatif, ou, si l'on préfère un vocabulaire plus technique, exclusivement macro­économique. Il craint une « relance par la consommation ». Mais si celle-ci s'est révélée désastreuse ce ne fut que parce qu'elle favorisait les bas revenus, donc entraînait une demande accrue de biens de grande série, que l'industrie française était incapable de satisfaire. D'où une brutale augmentation de nos importations. Autre inconvénient, ce type de relance alourdit les charges salariales des entreprises donc affaiblit leur compétitivité. Par contre, la disparition progressive de l'impôt sur le revenu favorise les entrepreneurs, les cadres, les professions libérales dont le surcroît de disponibilités financières s'orientera vers l'in­vestissement ou la consommation de bien qualitatifs. L'Etat dispose d'ailleurs des moyens d'incitation suffisants. Il en use déjà en accordant des dégrèvements d'impôt en faveur de certaines dépenses. Dans une première phase, plutôt qu'une réduction uniforme qui présenterait des risques moindres, sans doute, que ne semble le penser M. Barre mais que l'on doit prendre en compte dans une période dangereuse, il serait préférable d'utiliser le système des déductions d'impôts afin d'encourager l'achat de biens qualitatifs fabriqués en France et bien sûr l'investissement, surtout à risque. La taxation absurde des« signes extérieurs de richesse » devrait, de toute évidence, disparaître.

Barre traite de la consommation en soi alors qu'en réalité, elle prend des formes très diverses, aux effets économiques parfois opposés. Entretenir un cheval de course et acheter un magnétoscope, c'est toujours consommer mais le cheval de course engendrera des emplois en France et le magnétoscope au Japon. Si distingué que soit le « premier économiste de France », il faut bien reconnaître qu'il demeure prisonnier des thèses de Keynes. Il s'occupe à résoudre la crise de 1929.    A suivre  (A venir : Le règne de la quantité s'achève).

Lire les articles précédents ...

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII    IX     X    XI     XII     XIII     XIV     XV

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Conférence Dinatoire à Lille le 9 mars 2018: L'Europe, une civilisation politique ?

2684040109.jpgLa politique pour éviter la guerre !


Nous sommes à l’aube d’une nouvelle révolution et les peuples européens cherchent les incarnations politiques que de nouvelles formes pourraient prendre. 

D’un bio-conservatisme aux nécessités localistes en passant par les luttes contre tous les déracinements face aux vastes équilibres politiques des migrations à redessiner, les sujets que nous devons aborder pour ce XXIe siècle sont vitaux pour les Européens et notre persistance historique.

Ces prochaines formes politiques du XXIe siècle en sont à leurs balbutiements. De nouveaux cycles vont s’ouvrir.


Dans la première conférence du 9 Mars 2018 à Lille, nous posons la question suivante : Sommes-nous une civilisation politique ? Pour cela, nous invitons Robert Steuckers, historien et géopolitologue, qui a publié aux Editions BIOS un guide de survie culturelle pour l’Europe. Robert Steuckers nous parlera de la civilisation européenne, de ses origines (souvent méconnues du grand public ou des « experts ») et développera sa pensée autour de formes nécessaires au renouveau pan-européen. 


Iurie Rosca exposera la situation d’un pays qui est le pivot stratégique des relations entre l’ouest et l’est de l’Europe. La Moldavie, véritable virgule géostratégique. Toute virgule oubliée change le sens d’une phrase. Toute nation oubliée peut changer le sens de l’Europe. La Moldavie est le point de départ d’une Europe en ré-écriture ou son point d’arrêt.
Les « résistances dites progressistes » à l’oeuvre au sein de l’Union Européenne se fondent-elles trop sur une domination des relations transatlantiques ? Tomislav Sunic décodera les ressorts d’une réorganisation des institutions de l’UE et de ses « Fake News » en proposant une grille d’analyse et de lecture des forces en présence, de leurs ambitions et des possibles axes de rupture entre lobbies et institutions. 


Enfin, le 4 mars 2018, l’Italie connaitra-t-elle une nouvelle respiration? Alessandro Sansoni analyse les résultats obtenus par les nouvelles alliances italiennes, prémisses possibles au renouveau dit démocratique en Europe lors des futures échéances européennes de 2019.

Laurent Hocq
 

3044698273.pngConférence Dinatoire à Lille le 9 mars 2018 : L'Europe, une civilisation politique ?
Ouverture des portes à 18h, début à 18h30
4 intervenants : Robert Steuckers, Iurie Rosca, Tomislav Sunic et Alessandro Sansoni
Laurent Hocq

Parti médiatique : un gros mot ?, par Philippe Bilger

Philippe-Bilger-Union-des-droites-600x400.jpg

Jean-Luc Mélenchon se doutait de ce qu’il allait déclencher en dénonçant “le parti médiatique” auquel il fallait s’opposer à tout prix. La coupe n’étant pas assez pleine, il a défendu sur son blog la liberté de parole de Laurent Wauquiez et fustigé des médias ennemis de la liberté d’expression.

L’intéressant est que cette polémique et cette dénonciation, pour une fois, ont contraint les médias, tous genres confondus, à se défendre et à considérer que ces attaques, en gros, portaient atteinte à la démocratie dont ils auraient été les intercesseurs privilégiés.

Cette joute dépassait de loin le seul cas de LFI puisqu’on mettait dans le même sac, pour la pourfendre, la coagulation critique à l’encontre du rôle des médias qui réunissait donc non seulement JLM et sa verve caustique mais Laurent Wauquiez chargeant, à la suite de son épisode lyonnais, l’indécence médiatique, Marine Le Pen et sa permanente mise en cause de la partialité médiatique et, enfin, le président de la République avec sa méfiance théorisée et maintenue à l’égard de médias trop corporatistes et peu doués pour appréhender la pensée complexe. J’ai conscience de l’hétérogénéité de cet inventaire mais il résulte d’un éditorial du Monde : Haro sur les médias !, tout à fait éclairant sur la conception orgueilleuse et clairement irréprochable que ce quotidien, qui les représente, donne d’eux-mêmes.

Au fond il n’y aurait pas de parti médiatique mais au contraire le service “d’une mission permanente à laquelle les médias s’emploient : informer scrupuleusement, enquêter solidement, raconter honnêtement, décrypter aussi intelligemment que possible la réalité au service de leurs lecteurs ou auditeurs. Bref transmettre la culture, nourrir la lucidité des citoyens”.

Quel magnifique programme mais qui malheureusement relève plus de l’autopersuasion que d’une vérité dont la pratique démontrerait la validité, aussi bien pour la presse écrite que pour l’audiovisuel, tant en matière politique que dans le domaine culturel où le clientélisme fait la loi !

Certes Le Monde, confronté à ces assauts à la fois disparates mais impressionnants contre le “parti médiatique”, laisse échapper, du bout de l’esprit, que “non que les médias soient au-dessus de tout reproche. Qui peut y prétendre ?”. C’est tout et un peu court. Se réfugier derrière la noblesse d’une ambition sans approfondir plus avant les dysfonctionnements qui ne cessent de l’altérer manque pour le moins de lucidité.

Je pourrais me contenter de justifier le concept de parti médiatique par la propension des médias, précisément, à fonctionner en vase clos, à se satisfaire trop souvent d’un processus où des journalistes parlent à des journalistes et se complaisent, malgré de corporatistes et feints antagonismes, à développer une homogénéité de points de vue et une approche peu ou prou similaire. Le parti médiatique domine les particularités idéologiques et appose une chape uniforme sur l’infinie diversité de la société et des courants qui l’irriguent ou l’affaiblissent.

Cette appellation de parti médiatique et l’unité qu’elle suppose, que les médias soient de droite ou de gauche, les constitue d’abord comme un monde refusant toute critique sur ce qu’il est, toute interrogation sur son impartialité, son objectivité et la pauvreté de son pluralisme mais s’enivrant des hommages formels que de plus en plus il est le seul à s’adresser.

La distinction fondamentale entre information et opinion a volé en éclats de même que la séparation, pourtant la base d’un journalisme de qualité, entre le réel correctement transmis et son commentaire. On peut dorénavant parler plutôt d’une infopinion ou d’une opininfo, un mélange qui fait perdre à l’information ce qu’elle doit avoir d’irréfutable et à l’opinion ce qu’elle a le droit d’afficher comme une subjectivité assumée.

Surtout cet opprobre jeté sur “le parti médiatique” déchire le voile pudiquement jeté sur un univers qui a longtemps réussi à faire croire qu’il ne se trouvait pas impliqué dans la mêlée et le débat politiques ni gangrené par les solidarités professionnelles et culturelles mais, en quelque sorte, en surplomb, détaché, extérieur à la furie partisane, analyste froid et équitable. Pus du tout juge, totalement partie.

On sait bien, et plus que jamais, que si cette période a peut-être existé dans sa pureté – on peut d’ailleurs en douter -, c’en est bien fini de ce simulacre, de cette fausse distance au bénéfice d’empoignades, de disputes et de contradictions où le journaliste est devenu un citoyen comme les autres.

Ce qui a modifié radicalement la donne est le fait que la neutralité du questionnement n’est plus présumée mais se voit suspectée, soupçonnée par ceux qui répondent et qui hier demeuraient passifs.

Qu’il y ait un “parti médiatique” dépassant et transcendant les frontières apparemment clivantes est une évidence. Ceci ne signifie pas que la mission d’informer vraiment et d’analyser honnêtement soit facile à accomplir. Les remous ayant accompagné le lancement et le développement du “Le Média” de LFI ont constitué une parfaite illustration de ce que la dénonciation des médias classiques est aisée mais que l’invention d’une communication exemplaire est épouvantablement difficile.

Mais il est certain que les médias ne se sortiront pas de la nasse critique d’aujourd’hui en se contentant de traiter avec mépris et condescendance ce “haro sur eux”. Il convient qu’ils s’interrogent et qu’ils en tirent des leçons. Le temps de la révérence par principe et de l’impunité par crainte est révolu.

S’ils ne constituent pas un parti médiatique, qu’ils démontrent alors qu’ils sont authentiquement une chance – concrète, quotidienne, irréfutable et donc respectée – pour la démocratie.

Philippe Bilger

Texte repris du site Philippebilger.com

https://fr.novopress.info/

Candide ministre

342775313.jpgGeorges Feltin-Tracol

Pendant cinq mois et neuf jours, Yanis Varoufakis fut ministre des Finances du gouvernement grec de gauche radicale Syriza alliée aux souverainistes du parti des Grecs indépendants. Cet universitaire en économie à la double nationalité gréco-australienne accepte la demande d’Alexis Tsipras et veut renégocier la dette hellène auprès de l’Eurogroupe, du FMI, de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne. Conversations entre adultes (Éditions Les liens qui libèrent, 2017, 526 p., 26 €) relate dans le détail ses nombreuses discussions.

Cet ouvrage au sous-titre explicite, « Dans les coulisses secrètes de l’Europe », est passionnant. Il se lit comme un polar à la différence que les victimes sont bien réelles. Le peuple grec subit à la fois d’incessantes trahisons de la part de ses politiciens, et un véritable martyre. En homme de gauche humaniste, démocrate et progressiste, l’auteur découvre peu à peu que les dirigeants de Syriza sont bien avant leur accession au pouvoir en collusion étroite avec les banquiers cosmopolites et les oligarques hellènes.

Certes, ce livre plaide en faveur de son auteur. Si les sociaux-démocrates allemands et les socialistes français en prennent pour leur grade, l’auteur refusant leur double langage : conciliant en privé et cassant en public, Varoufakis ose révéler l’inimaginable à propos du fonctionnement de l’Organisation de Bruxelles. Il ne s’explique pas en revanche quand et comment Tsipras a capitulé. Il découvre que le fameux Eurogroupe n’a aucune existence légale, ce qui ne l’empêche pas d’exercer un poids déterminant au point que son président d’alors, le ministre néerlandais Jeroen Dijsselbloem, fait taire le Commissaire aux Affaires économiques et financières, le Français Pierre Moscovici…

Tout au long de ses semaines ministérielles, Yanis Varoufakis qui n’est pas partisan du Grexit, soumet aux créanciers d’Athènes plusieurs plans qui conviennent bientôt au FMI et à Washington. Or les usuriers de la Grèce agissent comme une véritable mafia et rejettent toute proposition acceptable afin de faire de la nation d’Homère un exemple punitif pour les autres Européens. Candide chez les hyènes, l’économiste-ministre découvre, stupéfait, les méandres absurdes des institutions européennes et les atermoiments des gouvernements des États-membres qui cherchent avant tout à cacher à leurs opinions publiques respectives qu’ils ont ont été dupés par les technocrates et autres bureaucrates attachés aux banksters internationaux.

Les oligarchies politiques, financières et médiatiques appartiennent comme l’indique le titre original en anglais à l’« Établissement profond » européen. Celui-ci fomente contre ce ministre grec si atypique de violentes campagnes de presse diffamatoires. Yanis Varoufakis ne se bat pourtant pas seul. Il parvient à recruter des alliés parmi les anciens membres du FMI et chez des Anglo-Saxons (des conservateurs britanniques ainsi que des démocrates étatsuniens souvent proches du sénateur Bernie Sanders). Il ne dispose toutefois pas des pleins pouvoirs et voit son action superviser, puis saper par des ministres issus, eux, de Syriza. N’est pas Antonio Salazar qui veut !

Conversations entre adultes prouve enfin que la crise de l’euro résulte principalement de l’absence initiale de tout contrôle politique effectif, car cela aurait supposé au préalable l’avènement d’une autorité fédérale réelle. Son récit confirme enfin qu’il sera très difficile à un mouvement politique non conforme de s’imposer face aux mailles serrées du Système. On le remarque déjà avec la Pologne en dépit de nombreuses relations nouées avec les milieux atlantistes.

Il importe de lire Conversations entre adultes, surtout si l’on aspire à de hautes fonctions ou qu’on recherche une rupture fracassante avec le Système dominant. C’est un formidable avertissement.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°68, diffusée sur Radio-Libertés, le 2 mars 2018.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/03/0...

L'Hebdo Politique - Vivre ensemble : Chronique d'un échec, avec Paul-François Paoli

Les médias n'échapperont pas à un examen de conscience

6a00d83451619c69e201bb09f89f9f970d-800wi.jpgDe Marc Baudriller sur Challenges :

"Les réseaux sociaux résonnent d'une nouvelle expression "la haine des médias".

"La haine des médias est juste et saine", c'est ce qu'explique Jean-Luc Mélenchon sur son blog, l'expression fait florès. Avec ce mot "haine", on est monté d'un barreau à l'échelle de Richter de la critique des médias. On parlait jusqu'ici de leur crédibilité en berne ou de la mauvaise image des journalistes mais pas de haine. Or on n'est plus sur un simple coup de colère de Mélenchon puisqu'il est rejoint par Marine Le Pen et Laurent Wauquiez dans cette croisade anti-média inédite parmi nos politiques. A l'origine de cette fronde, la décision prise par un journaliste, Yann Barthès, de diffuser dans son émission Quotidien des propos privés de Laurent Wauquiez, brisant ainsi la règle du "off" installée de longue date entre médias et politiques.

A-t-on déjà vu une telle fronde des politiques contre les médias?

Non, c'est un retournement historique. Les journalistes ont haché menu le personnel politique pendant des années. Les politiques avaient besoin des médias, ils l'acceptaient, contraints et forcés. Jusqu'à ce que les réseaux sociaux retirent aux médias classiques le monopole de la diffusion de l'information. Désormais, nos élus contre-attaquent sur Internet et s'en privent d'autant moins que tous ont noté ce phénomène nouveau : attaquer les médias est devenu rentable politiquement. L'élection de Donald Trump aux Etats-Unis contre la quasi-totalité de la presse, de la radio et de la TV en est sans doute l'exemple le plus emblématique. Les médias n'échapperont pas à un examen de conscience, entamé par Franz-Olivier Giesbert dans son éditorial du Point cette semaine : " Ce qu'on a appelé l'affaire Wauquiez aura été, à bien des égards, une bérézina journalistique ", écrit-il."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Non, les Gaulois n’étaient pas des barbares

Vercingétorix se rend à César, par Henri-Paul Motte (1886). Bridgeman Images/RDAMotte, Henri-Paul (1846-1922) - Musee Crozatier, Le Puy-en-Velay, France

DOSSIER – Une biographie de Vercingétorix et un essai sur les celtes corrigent l’image barbare que Jules César avait donnée de ses adversaires dans «La Guerre des Gaules». Et montrent que la civilisation gauloise s’est développée en osmose avec le monde grec.

Vercingétorix, un guerrier éduqué par les druides

Longtemps, Vercingétorix n’a existé qu’à travers la plume de César qui dans La Guerre des Gaules fait de lui un portrait aussi partiel que partial. Il magnifie les qualités guerrières de son adversaire pour exalter ses propres mérites stratégiques. Aux yeux de César, les Gaulois étaient des Barbares que Rome devait dominer pour instaurer la paix. Cette conception sera remaniée par les historiens nationalistes du XIXe siècle pour qui les Gaulois étaient nos ancêtres et Vercingétorix leur chef flamboyant. Une sorte de «souverainiste» avant l’heure, un militant de l’indépendance nationale dont de Gaulle fera d’ailleurs l’apologie dans ses discours de guerre. Le grand perdant de ces représentations fut Vercingétorix lui-même, dont on ne savait presque rien.

C’est dire l’intérêt de cette biographie de Jean-Louis Brunaux. Les progrès de l’archéologie mais aussi la lecture des auteurs de l’Antiquité permettent de peaufiner l’idée que l’on se fait de ce chef arverne qui, selon Brunaux, fut très près de vaincre César. Le tableau que Brunaux campe de Vercingétorix jeune est captivant. Très grand et majestueux, «l’air terrible», Vercingétorix a vécu plusieurs années dans la proximité de César. Il l’a assisté dans sa lutte contre les Germains d’Arioviste qui avaient pénétré en Gaule… avant de prendre la tête de la révolte contre Rome.

Comment s’est-il imposé? Fils du roi Celtill, il fut formé par les druides, qui constituent une classe sacerdotale dont les conceptions sont proches des pythagoriciens de la Grèce présocratique. Ils croient en la métempsychose et tentent de faire reculer la violence endémique des sociétés gauloises, notamment les sacrifices humains. En Gaule rien d’essentiel ne se décide sans eux. Vercingétorix n’est pas le rustre hirsute de l’image d’Épinal. Les mœurs des Gaulois ont tout de même évolué depuis l’époque où ils mirent Rome à sac et où ils combattaient nus et couverts d’or. Même si la notion moderne de nationalisme ne signifie rien en Gaule, Brunaux montre que Vercingétorix refuse l’acculturation au monde romain. D’une certaine manière, il est un anticolonialiste avant l’heure. «Il arriva trop tard dans un monde en mutation. Tous les nobles et les bourgeois du centre de la Gaule reniaient leurs valeurs ancestrales et aspiraient à vivre à la mode romaine (…). Quelques années plus tôt, il eût gagné son pari, rassembler les hommes et les cités autour d’un même projet politique qu’il définissait comme celui de la liberté commune.»

Nous avons rencontré Jean-Louis Brunaux, archéologue français spécialiste de la civilisation gauloise et auteur de Vercingétorix.

LE FIGARO. – Quelle est la spécificité de cette biographie par rapport à celles qui ont déjà été consacrées au personnage?

Jean-Louis BRUNAUX. – Il s’agit de donner vie aux Gaulois. Or Vercingétorix est le seul qui se prête à ce genre d’exercice. L’époque où il vécut est désormais bien connue à travers l’archéologie. Dans les biographies précédentes il est plus question de la Gaule et de César que du jeune chef arverne. J’ai donc voulu faire une vraie biographie, de la naissance à la mort du personnage.

Comment expliquer que César ait à ce point occulté des pans entiers de la vie de son adversaire?

-La Guerre des Gaules est un ouvrage de propagande. C’est l’œuvre d’un grand littérateur qui réécrit l’histoire. César fait du chef gaulois un adversaire à sa mesure: la victoire est d’autant plus belle que l’ennemi est redoutable. Mais il se garde de dire qu’il entretenait des liens d’amitié et d’hospitalité avec le jeune Arverne. Un tel aveu aurait jeté quelque doute sur la réalité de sa conquête de la Gaule, qui fut moins une œuvre militaire qu’un chef-d’œuvre de diplomatie.

Vous insistez sur la puissance des Arvernes dont Vercingétorix était le chef. Que représentaient-ils dans le monde gaulois?

-Les Arvernes, par leur situation géographique mais aussi par leur rôle dans l’histoire de la Gaule des cinq siècles précédant la conquête, jouent un rôle central. Longtemps ils furent les patrons de la Gaule: ils jouissaient d’un puissant réseau leur permettant de contrôler une grande partie du commerce avec les puissances méditerranéennes. Mais les événements de la deuxième guerre punique, avec le passage d’Hannibal en Gaule, offrirent à leurs concurrents éduens du Morvan la chance de s’allier avec Rome. Les Éduens, déclarés par le Sénat «Frères consanguins des Romains», devinrent le fer de lance de l’entreprise commerciale et impérialiste que Rome menait en Gaule. Les deux grandes puissances du centre – les Éduens, tenants de la romanité, les Arvernes, défenseurs des traditions gauloises – s’affrontèrent alors par l’intermédiaire de leurs peuples clients.

Les druides, auxquels vous accordez beaucoup d’importance, sont-ils spécifiques au monde gaulois?

-Les druides sont consubstantiels à la civilisation gauloise. Philosophes et savants, ils remplacèrent les cultes de type préhistorique par une religion d’État. Ils installèrent une nouvelle spiritualité proche du pythagorisme: l’écriture et l’image proscrites ; l’âme, immortelle, se réincarnant dans une succession de vies. Ils donnèrent des modèles aux institutions politiques, séparant la justice qu’ils exerçaient eux-mêmes du pouvoir régalien et prenant en charge l’éducation de la jeunesse. Les druides ne sont connus qu’en Gaule. Ce qui ne surprend pas: la civilisation gauloise s’est développée en osmose avec le monde grec, par l’intermédiaire de Marseille notamment. Et les druides se sont abreuvés du savoir grec, de la philosophie et des sciences principalement, tout en veillant scrupuleusement à leur indépendance et à leur particularisme.

Les Gaulois contemporains de Vercingétorix sont-ils différents de leurs ancêtres de l’époque de Brennus qui mit Rome à sac?

-Entre les compagnons de Brennus qui prennent Rome vers – 380 et les guerriers de Vercingétorix, les différences sont minimes. Les uns et les autres cultivaient les mêmes traditions guerrières: animés d’une fureur belliqueuse, ils ne craignaient pas de mourir au combat. Cependant, en trois siècles, le monde avait changé. Les Gaulois de Brennus avaient conquis une grande partie de l’Italie et, en association avec Denys, le tyran de Syracuse, ils avaient failli abattre définitivement la cité romaine. Depuis, les Romains s’étaient relevés, avaient repris aux Gaulois toutes leurs terres d’Italie et tout le sud de la Gaule. Cependant, moralement, Rome ne s’était jamais remis de la honte infligée par Brennus, et César, trois siècles et demi plus tard, aura à cœur de laver cet affront.

Loin des stéréotypes, les Celtes étaient des penseurs et des artistes

Depuis longtemps, la Gaule a perdu la parole. Les vainqueurs n’ont pas seulement capturé ses ressources, ils se sont aussi emparés de sa mémoire. Ils ont parlé à sa place.

Ces Celtes, les Grecs les appellent Galates et les Romains Gaulois. Pour eux, ce sont des Barbares. Ils dorment dans la paille, ne mangent que de la viande, ne pensent qu’à la guerre. Leur fureur et leur sauvagerie effraient. Ces stéréotypes sont sans cesse repris dans les textes anciens.

Quand les Gaulois s’emparent de Rome, en 386 av. J.-C., c’est la plus grande humiliation que Rome ait subie sur son sol. En retour, la conquête de César est terriblement meurtrière. Au moins 20 % de morts et de déportés sur une population de 5 à 15 millions d’habitants.

Cette Gaule perdue n’a-t-elle plus rien à dire? Si, nous dit Laurent Olivier, conservateur en chef au Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, même si elle n’est plus qu’une voix infime, qui creuse les silences.

Avec ce voyage au pays des Celtes et leurs «réinventions» successives depuis César, il se livre à une vertigineuse généalogie de la mémoire. C’est comme si on lisait un roman policier ponctué de diversions et de malentendus, de tâtonnements et parfois d’égarements.

Une proximité entre la pensée gauloise et le savoir grec

Au XIXe siècle, lorsqu’on commence à fouiller des tombes, on ne reconnaît pas d’abord les vestiges que les Gaulois avaient laissés, bien qu’on les eût directement sous les yeux. On les attribue à des cultures plus civilisées. Que leur armement fut comparable à celui des Grecs et des Romains, qu’ils portèrent des parures aussi délicates et raffinées, on ne veut pas le croire.

Jusqu’au début des années 1980, on crut même qu’ils vivaient dans des cabanes basses et obscures, au milieu de leurs immondices. On sait aujourd’hui qu’il existe aussi une proximité étroite de la pensée gauloise et du savoir grec – les savants gaulois partageaient sans doute avec les pythagoriciens l’idée que le monde est régi par les nombres.

C’est par la découverte du Nouveau Monde – et celle des «sauvages» des Amériques – que l’on redécouvre les Celtes. On observa notamment des parentés dans le fonctionnement social. Quelque chose de gaulois – d’antérieur à eux, même – survivait chez ces «primitifs».

Les pages consacrées à l’art gaulois, célébré par les surréalistes, sont vivifiantes. C’est en toute conscience que les Celtes auraient choisi la voie de la stylisation, en se distinguant de l’art classique des civilisations méditerranéennes. Plus qu’une technique, l’art gaulois aurait été une façon de penser les formes et le monde. Il aurait survécu au long des siècles, notamment à travers les œuvres gallo-romaines et l’art roman.

On redécouvre aussi l’historien de la IIIe République Camille Jullian. Même si certains de ses points de vue sont surannés, il nous a montré que les Gaulois pensaient et réfléchissaient. Cette réminiscence que l’on perçoit «monter des profondeurs» est une notion que cet historien de la Gaule partage avec Bergson, le philosophe de la mémoire. Ainsi les héritages du passé se transmettent-ils en se transformant.

> Lire l’article dans Le Figaro

http://grandfacho.com/non-gaulois-netaient-barbares/

15:39 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°501

Défendre l’homme européen ou 120 migrants par minute?

durer.pngLa poussée des nationaux et des populistes était attendue, et elle fut à la hauteur des espérances (ou des craintes) de beaucoup. Les  pro bruxellois ont été laminés hier en Italie lors des élections législatives. Au terme des  premiers  résultats pas du tout à fait consolidés à l’heure  ou nous écrivons ces lignes, le Parti démocrate (PD, centre gauche) du « Macron transalpin »,  Matteo Renzi , enregistre un très gros revers avec  un score inférieur à 20%…moitié moins que celui qu’il avait obtenu il y a quatre ans, lors des élections européennes. Les populistes du Mouvement cinq étoiles (M5S) de Bepe Grillo, n’ont pas été impactés par les résultats en demi-teinte, voire les promesses non tenues par leurs élus, notamment  lors des dernières municipales (voir le cas emblématique de la mairie de Rome…). Bien au contraire,  cette formation, qui a réaffirmé plus fortement son ancrage à gauche ces dernières années,  engrange à elle seule les  suffrages de près d’un électeur sur trois (32%), un score historique.

Autres grands gagnants,  les partis  de la coalition de l’opposition nationale et de la  droite  qui totalisent 37% des suffrages. Dont 16,7% pour nos camarades de la Ligue du Nord, qui réalisent de très forts scores en Lombardie, dans tout  le nord de la Botte, mais qui peinent encore à convaincre  dans le sud.   Matteo Salvini  gagne en tout cas  son pari d’être l’homme  fort de cette coalition et prend date pour l’avenir.  Quant au   petit parti national Fratelli d’Italia  il obtient 4%  et Forza Italia de  l’ex Premier ministre Sivlio Berlusconi, environ 14%. Le calcul est vite fait :  prés de sept électeurs italiens sur dix ont voté hier contre l’Europe liberticide de Bruxelles  et /ou pour l’inversion des flux migratoires. Une vraie déception  cependant, il aurait suffit que la coalition opposition nationale /droite  obtienne  40% des voix  pour qu’elle décroche la  majorité au parlement.  Reste maintenant à mettre sur pied une alliance gouvernementale, ce qui s’annonce forcément compliquée, sachant que l’actuel   gouvernement  de centre gauche  de Paolo Gentiloni n’est pas légalement dans l’obligation d’obtenir la confiance du nouveau parlement…

Cette aspiration grandissante des Européens à plus de libertés, de souveraineté, au respect de leur identité, de leur culture illustre le décalage grandissant entre le peuple et les élites boboïsés. En témoigne une nouvelle fois  la cérémonie des César vendredi dernier, qui a vu triompher le film 120 battements par minute (avec  six récompenses, dont celle du meilleur film) de Robin Campillo. Le réalisateur y a été de son couplet sur une immigration massive que nous serions dans l’obligation d accueillir, faisant mine de croire ( ?) que  le projet  de loi sur l’immigration et l’asile matérialiserait un réel tour de vis. «  Ça fait 15 ans a-t-il déclaré que le problème des migrants perdure mais depuis un an le traitement vis-à-vis d’eux est encore plus brutal. Je dois vous dire que la loi qui va être votée bientôt sera encore pire. On va pouvoir enfermer plus facilement, plus longuement et expulser plus rapidement les migrants. Il est temps d’entendre les associations, sur tous les sujets, car comme il y a 25 ans, silence = mort »

Sorti en salles fin  août dernier, (il a été vu par 800 000 personnes) 120 battements par minute est comme il se doit d’un film très connoté à gauche. Nous ne l’avons pas vu et nous serions donc bien en peine  de juger de ses qualités cinématographiques factuelles ou  du talent d’interprétation  des comédiens. Pour autant, c’est une ode au groupuscule extrémiste Act Up,  fondé  en 1989 par Didier Lestrade  s’inspirant d’un groupe  newyorkais  éponyme,  qui a souvent pris à partie les catholiques (intrusion  à Notre-Dame de Paris,  violence contre Mgr Patrick Jacquin en 2005 ,  dégradations contre la fondation Jérôme Lejeune en 2013, propos injurieux…). Une   structure qui s’était donnée pour but en France  de sensibiliser sur les ravages  du SIDA, d’obtenir des pouvoirs publics  la reconnaissance du mariage, de l’adoption, de la GPA, de la la PMA  pour les personnes de même sexe, les droits des personnes transsexuelles… Act up  qui avait adopté comme  slogan  Mon identité n’est pas nationale a été financé, sponsorisé par des labos pharmaceutiques, la fondation Pierre Bergé mais  aussi bien par des ministères, des exécutifs  de  droite comme  de gauche pendant des années. De l’aveu même de ses actuels dirigeants, l’association  placée en redressement judiciaire en 2014 ,  ne regroupe plus aujourd’hui  qu’une centaine de militants . Mais la Mairie de Paris est toujours là pour filer un coup de pouce, en invitant cette  coquille (presque) vide à participer à l’ initiative «Paris sans sida 2030. »

 En  2013, Bruno Gollnisch  s’était ému  des agissements de ce groupuscule et  avait rappelé qu’il éditait  «un véritable manuel de sodomie à l’usage des enfants des collèges et des adolescents des lycées (…) sous couvert de lutte contre le SIDA ». Toutes choses qui méritaient  certainement la reconnaissance de la grande famille du cinéma qui s’emploie également à manifester son progressisme dans le cadre de la lutte pour l’égalité des genres.

Valeurs actuelles s’interrogeait:  «Bientôt des quotas de réalisatrices en France ? C’est en tout cas vers ce futur que veulent nous emmener une centaine de professionnels du cinéma, dans une tribune parue aujourd’hui dans le Monde Moins d’un long métrage sur quatre (21%) agréé par le CNC est réalisé par une femme , déplorent Juliette Binoche, Agnès Jaoui, Alexandra Lamy, Charles Berling, Antoine de Caunes et Véronique Genest, entre autres signataires.» «Une situation  discriminante aux yeux de ces comédiens, qui exigent que la France s’inspire d’autres pays de cinéma :  La Suède et l’Irlande ont adopté des quotas avec pour objectif que, d’ici trois ans, 50% des subventions aillent à des projets portés par des femmes.  Ainsi, en Suède,  la proportion de réalisatrices est passée de 16% en 2012 à 38% en 2016.  Pour une meilleure qualité de films ? La tribune ne le dit pas.»

En fait de parité, c’est surtout le caractère massif, hégémonique de la propagande gauchiste, cosmopolite, xénomaniaque, qui se déverse sur nos écrans qui saute aux yeux, la  discrimination  dont sont victimes  les projets de films qui ne vont dans le sens du vent idéologique qui souffle au sein de la commission d’avance sur recettes notamment…

Nous avions évoqué sur ce blogue,  le cas  de  la talentueuse réalisatrice-scénariste-productrice Cheyenne-Marie Carron qui ne trouve pas, elle, les financements attribués à d’autres  pour réaliser ses films.  Elle défraya la chronique en 2015  avec un film exceptionnel, L’Apôtre , qui décrivait la conversion au catholicisme  d’Akim, un  jeune  musulman vivant en banlieue parisienne,  se rendant ainsi coupable du crime d’apostasie et qui était rejeté avec plus ou moins de violence par ses proches. Une oeuvre  pourtant  tout  en nuance et même emprunt d’un humanisme veillant à ne heurter personne,  qui avait été conspué comme stigmatisant les musulmans  par de nombreux relais communautaires. Le film avait été peu ou pas distribué, quasi censuré, des projections  avait été annulées, la DGSI craignant notamment  des risques d’attentats…

Guillaume Faye comme beaucoup d’autres l’avait  relevé,  «dans les émissions TV, les reportages ou les feuilletons, surtout sur les chaines du service public (de propagande idéologique de gauche), le catholicisme traditionnel est soit ridiculisé, soit ignoré, soit caricaturé et dénoncé comme dangereux. Cette réalisatrice repérée par les radars idéologiques officiels comme une artiste catholique, n’obtient aucune subvention pour ses nouveaux projets en cours ».«Pourtant ces aides sont généreusement allouées à des réalisateurs politiquement corrects, sociologiquement copains et artistiquement médiocres, dont les productions sont à cent coudées en dessous des œuvres de Cheyenne-Marie Carron ».

A force de persévérance, la jeune femme poursuit une oeuvre belle et lumineuse. Sur son   compte twitter elle écrivait récemment: «Dans mon prochain film, Le corps sauvage, je vous parlerai du recours au forêt, du retour au sauvage, de l’enchantement, de la beauté du règne animal, de la Chasse, d’arcadia ego, d’Orion, des étoiles.. de Diane. Je tâcherai de faire un film en hommage à l’homme Européen.» Chacun l’aura compris  l’homme Européen défendu et célébré par  Cheyenne Carron n’est pas celui du jury des César, de  la commission européenne, d’Act UP, de Matteo  Renzi ou d’Emmanuel Macron.

https://gollnisch.com/2018/03/05/defendre-lhomme-europeen...

Les femmes allemandes en ont assez d’être des proies pour migrants

femmes-vs-migrants.jpg

Allemagne – Dimanche, à Bottrop, dans le nord du pays, le collectif « Mères contre la violence » organisait un rassemblement contre les nombreuses agressions sexuelles commises par des immigrés et dont sont victimes des femmes de tous âges, et même de très jeunes filles.

Le collectif « Mères contre la violence » réclame avant tout que les femmes soient respectées et non pas considérées comme des proies.

bottropjpg.jpg

Dans le contexte actuel, on pouvait penser que de telles revendications feraient l’unanimité.

C’était sans compter sur l’extrême gauche qui a organisé une contre-manifestation. Le féminisme, ils sont pour, sauf quand les agresseurs sexuels sont des « migrants » à qui nous devrions ouvrir nos portes.

http://www.medias-presse.info/les-femmes-allemandes-en-on...

I-média#190 : TPMP : Bernard de la Villardière au tribunal de la bien-pensance

LES AVEUX DE MARINE LE PEN

28468747_1575826719121819_652049963796885315_n.jpg

Pierre Vial

Marine Le Pen est prête à tout pour montrer qu’elle fait partie des adeptes du politiquement correct et qu’elle doit donc être admise parmi eux. Les naïfs qui en douteraient encore peuvent le vérifier grâce à ses déclarations sur BFM, reprises par toute la presse, où elle a déclaré qu’il était normal qu’une métisse, fille d’un Béninois, ait été choisie pour incarner Jeanne d’Arc lors des festivités d’Orléans.

Evénement anecdotique ? Que non pas. Ceux qui ont fait un tel choix veulent envoyer un message très clair : la France doit être désormais un territoire peuplé d’un ensemble bigarré de populations venues de partout, où les Blancs seront encore tolérés… mais pour combien de temps ? L’ethnomasochisme faisant son œuvre, certains Blancs se soumettent, par lâcheté, à cette situation. D’autres, même, s’en réjouissent car c’est l’accomplissement de leur idéologie. On va voir, désormais, quels sont ceux qui vont oser résister.

Source Terre et peuple cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Parution du nouveau numéro de "Réfléchir & Agir"

26994319_1846638588741129_1112879117084307692_n.jpg

En vente chez les marchands de journaux

11:37 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

193 bébés sauvés de l'avortement

La coordination internationale des 40 Days for Life informe au samedi 3 mars de la bonne nouvelle du jour : 193 bébés à naître ont déjà été sauvés de l’avortement !

193-bebes

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

L'islam est-il compatible avec la France ? Débat audio.

10:20 Écrit par pat dans actualité, islamisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Loi asile et immigration : médias et associations pro-migrants ont le même discours

loi-asile-immigration-600x362.jpg

C’est un jeu de rôle où les intervenants connaissent leur script par cœur. Chacun – État, associations, partis politiques – joue une partition quasi connue à l’avance. Les médias ne sont pas reste : à l’occasion du débat sur la Loi asile-immigration, nombreux sont ceux qui relaient sans recul cet exercice codifié, au bénéfice d’une gauche libérale libertaire qui s’arroge le monopole de la vertu.

Le scénario est commun à beaucoup de réformes : le gouvernement laisse « fuiter » les grandes lignes du projet de Loi prévu. Les réactions dans la « société civile » permettent d’en juger la popularité. Un rapport vient ensuite donner une vision « équilibrée » de ce qui doit être entrepris. Puis le projet de Loi est débattu au Parlement.

Dans ce jeu de rôle, et à l’occasion de la présentation de la Loi sur l’asile et l’immigration, l’immense majorité des médias ne relaie qu’un seul point de vue : celui des associations favorables à une large ouverture des frontières.

Dévoilement du projet

Le 11 janvier 2018, Le Monde dévoile la trame de la loi asile-immigration qui doit être présentée ce jour-là par le Premier Ministre au monde associatif.

Comme nous le relations dans un article publié en janvier, le ban et l’arrière ban des associations pro- migrants se sont déjà mobilisés avant d’être reçues par le Premier Ministre. États généraux, tribunes, déclarations, manifestations bénéficient d’une large couverture médiatique.

Avant même qu’il ne soit rendu public, Le Figaro annonce le 19 février que le Premier Ministre se fera remettre à l’occasion d’un déplacement à Lyon un rapport d’un député En marche contenant des mesures destinées à favoriser l’intégration des étrangers arrivés en France.

Alors que ce rapport était censé apaiser le monde médiatico-associatif, la contestation non seulement ne retombe pas mais est ravivée par la présentation le 21 février en Conseil de Ministres et à la presse du projet de Loi sur l’asile.

Tirs à boulets rouges

Les réactions ne se font pas attendre. La quasi-totalité des médias reprend à l’unisson les arguments des associations pro-migrants :

Ouest-France relaie « les cinq mesures qui fâchent »…les associations pro migrants. Des éléments de langage partagés par les chaines d’actualité BFMTV et LCI. Europe 1 liste « les points qui font débat »… pour les associations pro-migrants et les partis de gauche. France Info donne la parole à une représentante de la CIMADE (association d’aide aux étrangers), pour qui « c’est un texte grave et dangereux ». RTL interviewe le passeur de migrants Cédric Herrou : « L’extrême droite est au pouvoir ». Le Monde offre une tribune à des universitaires pour qui c’est « un projet ni humain ni efficace ». Le 22 février, un éditorial du quotidien du soir titre sur « un projet de loi déséquilibré ». Pour Libération, c’est « un projet qui déboute ». France Inter s’interroge gravement : « la France est-elle encore une terre d’accueil ? », etc…

Le Point fait partie des rares médias avec notamment Le Figaro et Atlantico à ne pas donner que les points de vue des associations pro-migrants à ce sujet.

Les récits de vie : entre héroïsation et édification des consciences

Dans la période, les récits de vie de migrants se multiplient dans les médias. Si la dimension humaine de ce sujet est importante, on peut néanmoins se demander dans quelle mesure ils ne participent pas à l’instrumentalisation des émotions et à l’édification des consciences. Ils s’inscrivent en tous cas dans le droit fil des recommandations de l’Union européenne aux médias que l’OJIM a présentées en 2017, afin de mieux faire accepter et percevoir l’immigration. En résumé, faire appel à l’empathie plutôt qu’à une contextualisation plus large.

Le 20 février, à l’occasion de la présentation du projet de Loi sur l’asile au conseil des ministres, RTL présente à 7h l’itinéraire de clandestins qui passent la frontière franco italienne par le col de l’échelle dans les Alpes. France Inter relate le récit de l’exil d’un couple de migrants qui veut passer en France dont la femme est enceinte. Le Populaire évoque l’itinéraire d’une famille de 9 syriens. La Voix du Nord présente le 25 février « l’histoire bouleversante de Tarek, réfugié syrien ». Le quotidien Ouest France pour qui « expulser n’est pas solution », multiplie les récits de vie des migrants, comme celui de Blaise, un congolais.

Pendant ce temps, Le Figaro consacre le 8 janvier un dossier sur les chiffres des demandes d’asile en 2017 qui « confirment une hausse historique du flux de migrants réclamant le statut de réfugié ». On y apprend que le principal pays de provenance des demandeurs d’asile est…l’Albanie. « Des ressortissants de ce que le droit d’asile appelle ” un pays sûr” », comme le signale LCI…..

Les arguments que vous ne trouverez pas dans les médias mainstream

Dans la mémoire courte du journalisme dominant, il semble difficile d’élargir la contextualisation des articles à autre chose qu’aux réactions immédiates des associations pro-migrants.

Pourtant, en 2015, à l’occasion d’un autre projet de Loi sur l’asile, la Cour des comptes pointait dans un rapport un certain nombre de dérives, divulguées par Le Figaro. Morceaux choisis :

« L’engorgement des hébergements pour les demandeurs d’asile se répercute sur l’hébergement d’urgence de droit commun. Le taux d’exécution des obligations de quitter le territoire français notifiées aux personnes déboutées du droit d’asile, est de 6,8 %. Un fort enjeu budgétaire s’attache à la réduction des délais d’examen des demandes d’asile. La diminution des délais permettrait de dissuader certaines demandes d’asile. Le programme (du budget de l’Etat pour l’asile) a bénéficié d’un traitement exceptionnel sur cette période, le faisant échapper aux contraintes de la politique de maîtrise générale de la dépense publique ».

Dans un décryptage du projet de loi, la démographe Michèle Tribalat affirme au Figaro que « rien, dans le projet, n’indique une volonté de limiter l’immigration étrangère en France. La Loi prévoit d’ « étendre le regroupement familial auprès des réfugiés mineurs. Elle crédibilise le projet de familles qui envoient leur grand garçon, en éclaireur, essayer de trouver un avenir meilleur en Europe ».

Un haut fonctionnaire évoque dans une tribune publié par le Figaro le 22 janvier 2018 une « fermeté en trompe l’œil ». Il énumère une longue liste de mesures du projet de Loi favorables aux demandeurs d’asile : « Facilitation de la délivrance, aux membres de la famille d’un réfugié mineur, d’une carte de séjour valable 10 ans. Pour les réfugiés mineurs, extension du bénéfice de la réunification familiale non seulement aux ascendants directs au premier degré, mais aussi aux frères et sœurs. Dispositions protectrices sur le droit au séjour des victimes de violences conjugales. Introduction d’une règle prévoyant que tout demandeur d’asile est informé qu’il peut solliciter un titre de séjour sur un autre fondement pendant l’instruction de sa demande. Possibilité d’accorder l’aide au retour volontaire à un étranger placé en rétention », etc…

L’auteur de la tribune signale au sujet de tous ces éléments factuels « que les associations de défense (des migrants) se gardent bien de (les) évoquer » On serait tenté d’ajouter que la grande majorité des médias les occulte également… La mémoire courte et une absence de contextualisation aboutissent ainsi à une présentation médiatique tronquée du débat en cours. Qui a dit que l’Empire du Bien avait perdu son hégémonie morale ?

Texte repris du site OJIM

https://fr.novopress.info/

Trappes (78) : la mairie PS finance les locaux d’une association musulmane abritant une école coranique

6a00d83451619c69e201b8d2dfa2f1970c-250wi.pngLa mairie de Trappes subventionnel’Union des musulmans de Trappes à hauteur d’un peu plus de 30 000 €. Alors que les locaux subventionnés « abritent une école coranique ».

Michel Janva

« L'héritage, une obsession française depuis la Révolution » ... Vu par Éric Zemmour

Buste de Mirabeau (Musée de la Révolution française)

BILLET - Les querelles familiales autour de l'héritage de Johnny Hallyday passionnent les médias et les Français. C'est Mirabeau qui a bouleversé les règles en la matière. Un égalitarisme révolutionnaire qui n'a pas eu que des avantages.. [RTL 15.02]. Il en fait surtout ressortir les inconvénients avec humour et pertinence. Les royalistes sociaux du XIXe siècle ne disaient pas autre chose. Et les lecteurs de L'Enquête de la monarchie se souviendront que la liberté de tester était toujours au programme de Maurras et de ses amis royalistes en 1900. C'est bien clair, redisons-le : Zemmour est mieux qu'un réactionnaire, un antimoderne.   LFAR

Résumé RTL par Éric Zemmour et Loïc Farge 

Johnny sera toujours Johnny. Toujours au cœur de l'actualité, toujours objet de scandales, toujours au centre des passions. Même mort, il continue de faire la « une » des journaux et d'enflammer les conversations familiales.

La famille de Johnny est comme toutes les familles : dès qu'il est question d'héritage, c'est la guerre. Surtout entre des enfants qui ne sont pas du même lit. Poisons et délices des familles recomposées. 

Nos contemporains ont beaucoup de mal à comprendre qu'on ose contester à Johnny le droit de faire ses quatre volontés. Dans toutes les séries américaines, le père déshérite tous ceux qui osent lui manquer de respect. 

Mais en France, cette pratique est strictement interdite. La règle date de la Révolution. C'est même le dernier texte de loi que le grand Mirabeau lui-même défendit à l'Assemblée quelques jours avant sa mort.

Avant, les nobles avaient deux grands privilèges qu'ils ont perdus : ils ne payaient pas d'impôts, et ils avaient le droit de déshériter à leur guise leurs enfants.

Avec cette querelle autour de l'héritage de Johnny, on se rend compte que les riches ont retrouvé les deux privilèges des aristocrates d'avant : il leur suffit de s'exiler à l'étranger pour ne pas payer d'impôts et retrouver leur pouvoir souverain de choisir leurs héritiers. La Révolution française est bien finie.  

Éric Zemmour

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/03/03...

La Quintinie et les potagers [Au coeur de l'histoire]

07:17 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

JEUDI 8 MARS SUR RADIO LIBERTÉS : HOMMAGE À FRANÇOIS DUPRAT

RL 51 2018 03 08 F MONESTIER.jpg

ECOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

SUR FRANÇOIS DUPRAT CLIQUEZ LÀ

RÉCHAUFFEMENT : QUELQUES VRAIES RAISONS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

image-2-1440x660.jpg

En 1801 l’astronome qui a découvert Uranus, William Herschel, a fait rire ses collègues en constatant que le prix du blé en Angleterre variait comme varie le nombre de taches sur le soleil. Comment des taches solaires pourraient-elles influencer le climat ? Les astronomes du XXIe siècle ont répondu à cette question et sont même parvenus à préciser ce que l’avenir nous promet…

Quand le soleil a beaucoup de taches, cela signifie qu’il est très actif sur le plan magnétique et le « vent solaire » est alors puissant vers la Terre. Par ailleurs, notre galaxie nous envoie beaucoup de rayons cosmiques, particules et rayonnements qui interfèrent avec notre couche nuageuse en la renforçant… tant que le vent solaire ne les chasse pas. Si le vent solaire chasse au loin les rayons cosmiques, notre atmosphère devient plus transparente… le soleil nous réchauffe, le blé pousse mieux et son prix baisse !

Le XXe siècle a bénéficié globalement de beaucoup de taches solaires… a connu peu de périodes froides. Le XXIe siècle en aura peu, comme le XIXe. Valentina Zharkova et James A. Maruschi ont pu s’en assurer par leurs observations et calculs et nous connaissons ainsi une des principales causes des changements climatiques sur une centaine d’années.

Une autre cause de changement climatique : les puissantes éruptions volcaniques qui obscurcissent le ciel et refroidissent le climat. Reconnaissons que, lorsque le GIEC a, en 1986, désigné le CO2 comme coupable des changements climatiques, le rôle des rayons cosmiques était flou.

Et une question mérite d’être posée : d’où vient ce choix du GIEC ? Il vient de la bouteille de Mme Eunice Newton en 1848. Remplie de CO2, elle chauffait plus qu’une bouteille remplie d’air. On a beaucoup « brodé » sur cette bouteille mais allons droit au fait 1 : tous les gaz de forte masse moléculaire chauffent de la même façon et le CO2 n’a rien de spécial. L’argon, par exemple, dont notre atmosphère a une quantité 25 fois plus grande, a les mêmes propriétés que le CO2… sans effet non plus sur la température terrestre. Alors, pourquoi ce choix par Al Gore et le GIEC en 1986 ? Il fallait faire peur aux Occidentaux après la terreur nucléaire liée à la Guerre froide. Il fallait calmer une nouvelle peur à grands frais… faire payer de nouvelles « indulgences », cette fois en faveur de quelques promoteurs d’ « énergies vertes » dont la moins justifiable : les éoliennes.

Robert Ian Holmes 2 a calculé, à l’aide de la loi des gaz parfaits, le gain de température à l’intérieur des atmosphères de toutes les planètes du système solaire. Des calculs qui n’étaient pas encore possibles il y a quelques années ont pu être faits, même pour Titan, le grand satellite de Saturne. Le CO2 ne joue aucun rôle, la théorie du GIEC est bel et bien caduque… Wikipédia ignore toujours le rôle des rayons cosmiques dans son texte sur le « réchauffement climatique » et l’argument choc d’Al Gore – quand le CO2 croît, la température terrestre croît – le public y croit toujours. Une analyse fine des échantillons de glace extraits de l’Antarctique révèle que la croissance du CO2 suit la montée de température de la Terre. Le GIEC avait inversé la cause et l’effet. Quand la température terrestre augmente, les océans chauffent et crachent leur CO2.

Espérons que la vérité finira par être connue et que nous échapperons à ces « indulgences » ruineuses, polluantes, quasi inutiles, que sont les éoliennes et autres énergies « vertes » !

Notes:

  1. Thomas Allmendinger, The refutation of the Climate GreenhouseTheory and a Proposal for a Hopeful Alternative, Environment Pollution and Climate Change 
  2. Molar Mass Version of the Ideal Gas Law Points to a very Low Climate Sensitivity 

http://www.bvoltaire.fr/rechauffement-quelques-vraies-rai...

Le succès des Mémoires de Jean-Marie Le Pen les ennuie

Avant-hier soir dans « On n’est pas couché » sur France 2, Christine Angot se lamente de ce que les Français lisent encore :

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html