Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2018

Merkel revient, l’Europe de Macron devra patienter…

Le grand dessein européen de Macron risque de buter sur l’intransigeance allemande par Luc Rosenzweig

Maintenant que la grande coalition entre CDU et SPD se met en place à Berlin, le grand dessein européen d’Emmanuel Macron risque de buter sur l’intransigeance allemande. Fonds monétaire, défense, réforme des institutions : les motifs de fâcherie ne manquent pas entre les deux côtés du Rhin.

«  Ende gut, alles Gut ! ». Tout est bien qui finit bien… Après six mois de tergiversations et de psychodrame, la constitution du gouvernement Merkel IV est désormais possible après le vote favorable à l’accord de GroKo (coalition CDU/CSU-SPD) par 66% des militants du Parti social-démocrate. Plus large que prévu par les observateurs d’outre Rhin, ce vote positif est davantage le résultat d’une angoisse devant la perspective de nouvelles élections, annoncées comme catastrophiques pour le SPD par les augures, que d’une adhésion enthousiaste des militants de ce parti à la reconduction d’une alliance avec la chancelière Merkel.

Lire la suite sur Causeur.

23:35 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

La victoire en Europe des droites nationales patriotes et populistes est en vue ! Pas bon du tout pour les profits et les cours de bourse.

gauche-droite-Giorgia-Meloni-presidente-parti-Freres-dItalie-Silvio-Berlusconi-leadeur-Forza-Italia-Matteo-Salvini-Ligue-Nord-Rome-1er-2018_1_729_512.jpg

Marc Rousset

Le résultat des votes allemand et italien montre que la victoire, en Europe, des droites nationales patriotes et populistes est en vue ! Pas bon du tout pour les profits et les cours de Bourse.

Madame Merkel estime, à tort, que les États-Unis font fausse route avec le protectionnisme, des taxes douanières américaines de 25 % sur l’acier, de 10 % sur l’aluminium, des représailles chinoises sur le sorgho et le soja américain, des représailles européennes sur les Harley-Davidson, le bourbon et les Levi’s. La nécessaire fin du libre-échange mondialiste, excellente nouvelle pour les peuples et les emplois des pays occidentaux, n’en est pas une pour les Bourses.

Quant au fonds américain Bridgewater, il a détrôné George Soros. Il vient de miser 22 milliards de dollars sur un krach dans les douze à dix-huit prochains mois. Il estime qu’on est proche de la fin d’un cycle, que le niveau des dettes publiques et privées, des crédits aux ménages aux États-Unis est démentiel, que les entreprises européennes sont très menacées suite à leur exposition aux marchés américains et internationaux. Il spécule donc à la baisse pour la moitié du DAX allemand (7,3 milliards de dollars), 4,5 milliards de dollars pour les entreprises françaises, 3 milliards pour les entreprises italiennes. Enfin, ce fonds a tout particulièrement dans son viseur la Deutsche Bank et les banques italiennes gangrenées par les créances douteuses telles que Intesa Sanpaolo.

En Italie, nombre de petites banques pléthoriques sont en difficulté. Elles croulent sous des montagnes de créances douteuses, des prêts bancaires souscrits par des entreprises et des particuliers qui ne parviennent pas à les rembourser en raison de la crise économique.

Les prêts pourris avoisinent les 1.000 milliards d’euros dans les bilans des banques de la zone euro, soit 6,2 % du montant total des prêts, contre 1,3 % aux États-Unis et 0,9 % au Royaume-Uni. Si les banques européennes comptabilisaient les prêts pourris dans leurs comptes à leur juste valeur, le levier d’endettement serait de 23,3 pour le Crédit agricole, 29,0 pour BPCE-Natixis, 38,3 pour BNP Paribas et 38,9 pour la Société générale (autrement dit, 1 euro de capitaux propres pour 38,9 euros d’engagements). La Banque Lehman Brothers avait un effet de levier de 32 lorsqu’elle a fait faillite en septembre 2008.

De 2000 à 2017, le PIB américain est passé de 10.600 milliards de dollars à 19.300 milliards de dollars, soit une augmentation de 8.700 milliards de dollars, tandis que la dette publique du gouvernement américain augmentait plus vite, pendant la même période, de 15.000 milliards de dollars.
 
Le déficit du gouvernement américain, en 2017, est de 1.200 milliards de dollars, soit plus que le PIB australien. La valeur de l’actif net du gouvernement américain (ses actifs moins les dettes) est de -20,4 milliards de dollars – la faillite totale, donc, pour une société privée. Mais, plus effrayant encore, si l’on tient compte des dépenses futures et des revenus futurs des caisses de retraite et d’assurance publiques américaines, l’actif net du gouvernement américain est dans le rouge pour 50.000 milliards de dollars de plus, soit -70 000 milliards de dollars !

S’il a fallu des décennies, à la Banque du Japon, pour faire gonfler son bilan jusqu’à 5.000 milliards de dollars, il aura fallu seulement huit ans à la Federal Reserve américaine pour faire bondir le sien à 4.500 milliards de dollars. Les marchés ne sont pas prêts pour le franchissement, par les obligations américaines sur dix ans, du seuil des 3 % et un dollar qui plonge, a déclaré Thomas Buberl, directeur général d’Axa.

Draghi nous annonce que la BCE ne peut pas stopper ses achats obligataires car les taux du Bund allemand sur dix ans pourraient doubler à 0,79 %, avant de doubler à nouveau et de s’envoler ! Or, à l’automne, les achats devraient normalement cesser et les taux directeurs augmenter.

De 2007 à 2018, les taux d’emprunts d’État ont dégringolé, en moyenne, de 4,2 % à 0,9 %. Une hausse des taux de 1 % alourdirait la note, pour l’État français, de deux milliards par an, tandis que le cours des obligations baisserait de 10 %. Powell et Draghi font face à la quadrature du cercle pour augmenter les taux. Krach en vue !

http://synthesenationale.hautetfort.com/

21:12 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

La Ghouta : les "rebelles" islamistes et djihadistes utilisent les civils comme bouclier

6a00d83451619c69e201bb09f91a52970d-320wi.jpgCet article du Figaro permet de mieux comprendre contre qui combat l'armée syrienne :

"Malgré la résolution votée samedi dernier à l'unanimité par le conseil de sécurité de l'ONU, les combats continuent dans la Ghouta orientale, cette zone à l'est de DamasAppuyées dans les airs par l'aviation russe, l'armée syrienne et les milices chiites parrainées par l'Iran avancent face aux rebelles. Depuis le début de l'offensive mi-février, plus de 600 civils ont été tués dans les frappes du régime. Moscou a appelé à la mise en place d'une «pause humanitaire» quotidienne de 9h00 à 14h00 pour permettre aux populations civiles de quitter la zone, sans succès jusqu'à maintenant. Comme à Alep fin 2016, le gouvernement de Damas et l'armée russe accusent les rebelles d'avoir pilonné le corridor destiné aux civils pour les empêcher de fuir (...)

● Jaïch al-Islam, un groupe salafiste, principalement parrainé par l'Arabie Saoudite

La Ghouta est principalement occupée par deux organisations. L'Est est tenu par Jaïch al-Islam (l'Armée de l'islam, en arabe), l'Ouest par Faylaq al-Rahmane (la Légion du Tout Miséricordieux). Le premier groupe obéit à une inspiration salafiste, ce courant rigoriste de l'islam sunnite, qui se tient à une lecture strictement littérale du Coran (...) Créé dès le début de la guerre en 2011, Jaïch al-Islam est d'ailleurs principalement soutenu par l'Arabie Saoudite. Dans une moindre mesure, le groupe rebelle est aussi inspiré par une autre organisation de l'islam sunnite, les Frères musulmans, dont les deux grands parains régionaux sont le Qatar et la Turquie (...) À la différence de groupes djihadistes comme al-Qaida ou l'État islamique, Jaïch al-Islam limite ses ambitions à la seule Syrie et ne s'inscrit pas dans une visée internationale (...)

● Faylaq al-Rahmane, un groupe proche des Frères musulmans

L'ouest de la Ghouta est tenu quant à lui par Faylaq al-Rahmane, qui est aujourd'hui le principal groupe rebelle affilié à l'Armée syrienne libre. S'il s'agit bien d'un groupe islamiste, il est néanmoins plus modéré que les groupes salafistes comme Jaïch al-Islam ou djihadistes comme Al-Nosra. Parrainé par la Turquie et le Qatar, Faylaq al-Rahmane est proche des Frères musulmans (...)

● Une présence résiduelle de groupes djihadistes

À côté de ces deux principaux groupes rebelles, «il existe une présence résiduelle d'autres groupes salafistes, comme Ahrar al-Cham, et djihadistes», ajoute Frédéric Pichon. Pour le spécialiste de la Syrie, «les groupes djihadistes permettent à la Russie de justifier le maintien des opérations militaires puisque la trêve votée dans le cadre de la résolution ne concerne pas les groupes jugés les plus radicaux». C'est dans cet esprit que les principaux groupes rebelles ont annoncé mardi leur engagement à «évacuer les combattants de Hayat Tahrir al Cham, du Front al-Nosra et d'al-Qaida». Créé en janvier 2017, Hayat Tahrir al Cham (Organisation de Libération du Levant) est né de la fusion de cinq groupes djihadistes, dont le plus puissant, le Front al-Nosra, est l'ancienne branche syrienne d'al-Qaida. A l'instar de l'Etat islamique, ces groupes se caractérisent par leur ambition révolutionnaire d'étendre le djihad à l'ensemble de la planète, contrairement à Jaïch al-Islam, Faylaq al-Rahmane ou Ahrar al-Cham dont les prétentions ne dépassent pas les frontière syriennes.

● Les civils pris au piège dans la Ghouta

«Comme dans toutes les guerres urbaines, la question des civils est primordiale, mais il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un champ de bataille, opposant deux armées», explique Frédéric Pichon. Début 2018, l'AFP évaluait les effectifs de Jaïch al-Islam à près de 10.000, ceux de Faylaq al-Rahmane à 8 000. Même s'il y a très peu de photographies des rebelles au combat, le spécialiste de la Syrie se souvient d'une parade militaire dans la Ghouta en 2015: «Jaïch al-Islam avait fait défiler des chars, des blindés, des lance-roquettes, des pièces d'artillerie». Aujourd'hui, la guerre est principalement une guerre de tranchées. Les rebelles se terrent dans des tunnels qu'ils ont construits dans toute la Ghouta.

Fin 2015, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, déclarait ainsi à l'AFP que Jaïch al-Islam «avait placé des soldats du régime faits prisonniers et des civils alaouites dans des cages et les avait dispersés sur des places de la Ghouta orientale». «Les rebelles utilisent bien les civils comme bouclier», confirme Frédéric Pichon, qui rappelle que «si l'on observe les tactiques de guerre urbaine à Raqqa, à Alep ou à Mossoul, les QG et les centres de commandement se trouvaient dans les hôpitaux»(...)"

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Emmanuel Macron : l’agité de la réforme - Journal du Mardi 06 Mars 2018

L’immigration clandestine est encore et toujours un sujet d’actualité

Migrants-Italie-Smartphone-600x400.jpg

EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
À tel point que Le Monde lui-même rédigeait pour la sortie d’un essai de Stephen Smith un article intitulé “Jusqu’où l’Europe peut-elle accueillir des migrants africains sans perdre son identité ?

L’Organisation internationale des migrations (OIM) de l’ONU estime que depuis 2007, deux millions d’Africains sont entrés en Europe, soit en moyenne 200 000 par an.

Un des principaux pays touchés est l’Italie.

Oui, pas étonnant que le sujet soit central dans les débats politiques en ce moment. Sur le million de clandestins qui ont traversé la Méditerranée depuis 1997, les trois quarts l’ont fait depuis 2010. Surtout depuis l’augmentation du nombre de migrants qui accostent sur les côtes italiennes dans des embarcations de fortune. Ce dernier mode d’intrusion a particulièrement été employé depuis la chute de Kadhafi en 2011 qui a fait de la Libye le lieu de passage privilégié par les réseaux de passeurs.

Selon ces chiffres, sans intégrer les enfants d’immigrants ni les naturalisations, les étrangers, représentent au moins 8% dans la population italienne, presque 9% en France.

L’article n’insiste pas vraiment sur une des principales thèses du livre

Cette thèse est que la déferlante africaine n’apporte aucun avantage économique aux pays européens. Contrairement aux arguments de l’ONU et des grands pontes des migrations, cette vague humaine entraîne plutôt des surcoûts. L’auteur en outre estime que les plus grands flots sont à venir et qu’aucune politique ne pourra les arrêter.

https://fr.novopress.info/

Zoom - Rémi Brague :"Ce que la religion nous dit de Dieu et de l'homme"

Marine Le Pen applaudit à la victoire de La Ligue en Italie

Invitée de RTL ce matin, Marine Le Pen est revenue sur la victoire de La Ligue, signe que « les Italiens sont clairement opposés aux politiques qui sont menées par l’UE » :

« Aujourd’hui, le vrai débat, c’est de savoir si on souhaite être libre, souverain et protectionniste ou si on bazarde tout cela dans un européisme échevelé avec la libre-circulation, le laisse-faire, le laisse-passer, le laisser-aller. »

La présidente du FN a plusieurs fois réfuté la journaliste Elizabeth Martichoux qui qualifie le parti de Matteo Salvini d’extrême-droite :

« Ce terme est utilisé volontairement de manière mensongère, les électeurs ont besoin de vérité. C’est un mouvement qui s’oppose à l’Union européenne, qui est extrêmement euro-critique à juste titre, qui a une sensibilité sociale, qui souhaite que les aides sociales s’effectuent à destination des Italiens d’abord. » 

Quant à Emmanuel Macron, Marine Le Pen l’a trouvé « un peu blême » face aux résultats des élections italiennes :

« Emmanuel Macron est un peu blême,, il a peur. Matteo Renzi, c’est le Emmanuel Macron italien. Il a été élu de la même façon. C’est un européiste convaincu. Il est pour la libre-circulation, donc pour l’immigration massive, l’ultralibéralisme ».

Francesca de Villasmundo

http://www.medias-presse.info/marine-le-pen-applaudit-a-la-victoire-de-la-ligue-en-italie/88412/

 

17:19 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les royalistes en Mai 68. Partie 2 : L'Action Française à la veille de Mai 68, une "vieille dame" fatiguée ?

Quand on pense à Mai 68, on pense rarement aux royalistes, même si, dans quelques articles (1) et livres (2) récents, ils sont évoqués, furtivement, et souvent comme de simples opposants anti-gaullistes au mouvement contestataire de Mai. Pourtant, leur rôle mérite d'être souligné et leurs idées, plutôt non-conformistes pour une certaine frange de ceux-ci, ne sont pas ridicules, loin de là, à la fois dans l'analyse et dans la réponse à Mai 68, à ses espérances comme à ses illusions, parfois totalitaires pour quelques unes. Se replonger dans les archives de l'Action Française est, à cet égard, extrêmement instructif et, même, enrichissant.

Mais, quand surgit Mai 68, que sont les royalistes ? Quels sont leurs moyens d'expression, leur corpus idéologique, leur visibilité ? En fait, au printemps 1968, le royalisme, c'est d'abord et presque exclusivement l'Action Française, du moins dans les kiosques, les facultés, les esprits. Malgré les choix politiquement dévastateurs faits par le maître d'icelle, Charles Maurras, durant une guerre qu'il avait pourtant bien et tristement prévue, et que ses compagnons de combat Bainville (dès le 14 novembre 1918, dans son fameux article « Demain » publié dans l'A.F. quotidienne) et Daudet (le terrible article du 1er février 1933, si juste, si prophétique) avaient eux aussi annoncée et dénoncée, et malgré le discrédit de l'après-guerre, le mouvement maurrassien a resurgi, sans doute plus faiblement qu'auparavant, et a refondé une presse nationale, certes de moindre influence que du temps du quotidien (1908-1944), mais qui s'affiche dans les kiosques et se crie dans les rues des grandes villes : Aspects de la France, hebdomadaire dirigé par Pierre Pujo, le fils d'un des fondateurs de la première A.F. ; mais aussi Amitiés Françaises Universitaires, lancé en 1955 et devenu au milieu des années 60 AF-Université, adressé au public lycéen et étudiant ; sans oublier quelques bulletins locaux ou catégoriels, comme L'Avenir Français, qui traite des questions sociales, ou L'Ordre Provençal, bulletin de l'Union Royaliste Provençale... Les chiffres de vente restent modestes, mais tout de même significatifs, et Aspects est régulièrement cité dans les revues de presse, et toujours bien lu au Palais-Bourbon.

Il y avait un autre grand hebdomadaire royaliste jusqu'en 1967, mais qui disparaît quelques mois avant les événements de Mai : La Nation Française, dirigé par le penseur Pierre Boutang et par son fidèle compagnon Philippe Ariès, n'a pas survécu aux remous et déchirures de la guerre d'Algérie et à l'échec de la restauration monarchique du comte de Paris, avortée en 1965 par la décision du général de Gaulle d'accomplir un second mandat présidentiel. De plus, durant toute son existence (1955-1967), cet hebdomadaire de grande qualité a sans doute souffert de ne pas disposer d'un mouvement militant (malgré quelques vaines tentatives à la fin des années 1950) et de relais de diffusion dans le monde des lycéens et étudiants. A sa disparition, La N.F. laisse quelques orphelins et le souvenir d'une occasion manquée pour le renouveau intellectuel du royalisme contemporain.

Au milieu des années 60, les militants royalistes sont rares, et La Restauration Nationale (héritière des organisations d'A.F. de l'avant-guerre), après l'échec de l'Algérie française, ne connaît une nouvelle vitalité que grâce à la volonté de quelques jeunes cadres, comme Hilaire de Crémiers, Patrice Sicard ou Bertrand Renouvin, et à l'esprit organisateur d'Yvan Aumont et de mainteneur de Pierre Juhel. Il y a aussi Pierre Debray qui joue un rôle de penseur non négligeable dans la formation des jeunes militants, en particulier lors des universités d'été du mouvement, le Camp Maxime Real del Sarte (du nom du fondateur des Camelots du Roi), qui se tient sur une quinzaine de jours chaque été en juillet. Des groupes de travail au sein de l'organisation planchent sur les questions économiques, universitaires ou sur la francophonie, et nourrissent les cercles d'études et les réflexions des jeunes militants, tandis que les bagarres au Quartier Latin renforcent les liens d'amitié et de compagnonnage politique. 

Au début de 1966, le sabotage joyeux d'une réunion publique de Jean Lecanuet, ancien candidat centriste de l'élection présidentielle de l'hiver 1965 opposé à de Gaulle, vaut à l'A.F. une « reconnaissance » qui dépasse les milieux traditionnels de la Droite nationaliste : sur les papillons qui volent dans la salle de la Mutualité quand M. Lecanuet, excédé, insulte les jeunes royalistes, l'on peut lire « l'A.F., la seule opposition » ou « Contre l'Europe des trusts, l'A.F. », et les rieurs sont du côté des monarchistes... Mais, désormais, le combat contre l'européisme sera l'une des grandes constantes du combat nationaliste d'A.F. et marque sa différence majeure d'avec les groupes comme Occident ou ceux des anciens partisans de Tixier-Vignancour (lui aussi candidat face à de Gaulle en 1965) qui prônent une Europe fédérale, autant par antigaullisme que par conviction européenne profonde, comme le prouvera par la suite de sa carrière politique l'ancien dirigeant d'extrême-droite Alain Madelin...

Bientôt, à l'université de Nanterre au printemps 1968, Patrice Sicard observe et relate ensuite dans Aspects de la France les provocations d'un certain Cohn-Bendit, anarchiste revendiqué et agitateur habile... 

(à suivre : les royalistes d'A.F. face aux Vietniks) 

Notes : (1) : Le Figaro Magazine, vendredi 2 et samedi 3 mars 2018 ; L'incorrect, mars 2018. 

(2) : Ludivine Bantigny, 1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018. Voir la page 205.

http://nouvelle-chouannerie.com/

BERNARD DE LA VILLARDIÈRE : IL ÉTAIT UNE FOIS UN JOURNALISTE ÉPRIS DE VÉRITÉ ET TÉMÉRAIRE…

870x489_8761.jpg

Quand un brave homme devient-il un homme brave ? Quel est l’élément déclencheur ? J’observe Bernard de La Villardière sur le plateau de Thierry Ardisson, stoïque, mesuré, ne retirant pas une virgule de ses déclarations sur le hijab qui lui ont valu, quelques jours auparavant, une volée de bois vert sur le plateau de Cyril Hanouna, faisant face sans faiblir aux anathèmes éculés de Hapsatou Sy, aux envolée lyriques faciles roulées dans la panure idéologique, et aux applaudissements serviles d’un public grégaire, tout acquis à celle qui l’accable. Il pourrait s’écraser, s’excuser, jurer que son prochain reportage sera une ode aux mille et une félicités de la diversité, et tout serait pardonné. Pourquoi s’entêter ? N’a-t-il pas vu, avant lui, les Ménard et autres Zemmour pendus haut et court ?

J’observe Bernard de La Villardière et me gratte le menton : il pourrait n’aborder son métier (ce serait si simple) qu’avec la classe et la distinction naturelles qui le caractérisent, pratiquer élégamment la polémique feutrée de salon, n’arpenter (le chandail jeté sur les épaules) que les zones interdites dûment balisées, les sujets tabous de bon aloi et à l’intérieur des clous, les enquêtes exclusives cent fois explorées, ratissées, damées, lissées comme une plage de l’île de Ré en début d’été, en prenant soin d’éviter les flaques qui éclaboussent les mocassins à gland. À sortir du bois, il a tout à perdre et rien à gagner : il serait homme politique, il pourrait y avoir un calcul électoral… mais un journaliste comme lui ? Quel est le profit ?

Il pourrait n’avoir d’autre ambition, comme tant d’autre baby-boomers à « cheveux de riches » (je vous renvoie à la page Facebook dédiée qui a beaucoup de succès), qu’à durer, qu’à reculer l’âge de la retraite – car si la pénibilité de certaines professions pousse à arrêter de travailler, la confortabilité de certaines autres enjoint à s’accrocher -, multipliant les courbettes devant le politiquement correct… pour faire oublier son profil honni que d’aucuns – c’était, notamment, la marotte de Delphine Ernotte – se sont promis de bouter hors de la télé.

Il pourrait, mais il n’en fait rien. Un drôle d’oiseau, hein ? Faut-il qu’il soit un peu maso ? Ou juste décidé à faire son boulot. 

Combien de papiers pleins de rancœur – et comment les condamner – lit-on dans la presse alternative contre les médias mainstream dénonçant avec verdeur les « journaleux », les « journalopes » et même – plus créatif encore – les « journalutes ». Inutile de vous décortiquer le mot-valise ?

Bernard de La Villardière est, quant à lui, un « journalien » : journaliste et homme de bien. Preuve que les jugements collectifs sont, comme les punitions, souvent injustes.

Bientôt aura lieu la cérémonie bien connue des Bobards d’or, qui revient implicitement à élire, au sein de la caste médiatique, un Toquard d’or.

Cette année, on devrait suggérer un prix spécial du jury, un trophée qui, exceptionnellement, ne serait pas satirique mais véridique et mérité : La Villardière devrait recevoir un Bernard d’or. Voici un journaliste. Un vrai.

 Ecrivain, journaliste Son blog

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [XVII]

Nous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. Nous sommes ici dans la 2ème partie de cette étude. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

2ème partie : Une révolution copernicienne 

LE RÈGNE DE LA QUANTITÉ S'ACHÈVE

En réalité, ce qui importe c'est l'évolution structurelle de la consommation des ménages en fonction de celle des revenus. Tout le monde reconnaît que la part des dépenses alimentaires n'a cessé de diminuer tandis qu'augmentait la productivité de l'agriculture. D'où l'idée, universellement admise, que le nombre des paysans doit continuer de décroître. Ce qui est vrai en valeur relative l'est-il nécessairement en valeur absolue ? Il existe une demande de produits de qualité. Les Français boivent de moins en moins de vin et de plus en plus de bon vin. Deux mouvements contradictoires poussent dans ce sens. Le souci d'entretenir leur corps pousse nos contemporains à rechercher des aliments sains. La campagne contre le veau aux hormones a prouvé qu'ils consentiraient à payer plus cher une viande dont ils seraient assurés que ce serait celle d'un veau sous la mère. En même temps, le succès des guides gastronomiques témoigne d'un souci de bonne chère. Un marchand de livres par correspondance vient d'ajouter à son commerce celui des vins.

L'avenir appartient à l'agriculture biologique, moins soucieuse de rendement que d'amélioration de la qualité des produits. Le nombre des paysans devrait donc à tout le moins se stabiliser et même augmenter dans la mesure où se multiplieraient les petites exploitations, vendant directement ou par l'intermédiaire de commerçants faisant connaître l'origine des produits. On visite bien les caves. Pourquoi pas l'étable où sont élevées les bêtes que l'on mange ? Le lien entre le producteur, le commerçant et le consommateur tend à se renouer. L'Etat devrait, par le biais de la fiscalité encourager une évolution, que contrarie le système européen des quotas quantitatifs, en favorisant les catégories de la population les plus évoluées culturellement. L'ingénieur ou le professeur s'intéressent davantage à la qualité de ce qu'ils mangent et boivent que le manœuvre. Le choix de la nourriture reste inégalitaire. Même si cela contrarie la justice sociale, il faut en jouer, si l'on veut éviter la désertification des campagnes. Maintenir le paysan à la terre, en lui donnant les moyens d'en vivre et lui rendant le plaisir d'en tirer le meilleur parti n'est-ce pas supprimer des chômeurs potentiels et empêcher le retour de la friche ? Alors qu'il y a une décennie ou deux, les sociologues prédisaient la disparition de la paysannerie remplacée par une agriculture industrialisée, exploitant intensivement des champs qui ne représenteraient plus qu'un outil de travail, l'évolution se renverse.

De même, au contraire de ce que l'on affirme trop souvent, à l'étourdi, les chances de l'industrie de pointe sont liées à une répartition plus inégalitaire des revenus. Plus ceux-ci augmentent, plus le choix tend à se porter sur les modèles haut de gamme, la voiture de sport ou la chaîne hi-fi, ceux qui continueront d'incorporer le plus de travail. Il en va de même pour le prêt-à-porter. Désormais l'informatique permet de fabriquer de petites séries, dont chaque élément peut être adapté au goût du client, totalement personnalisé. Il y a plus. Une industrie de pointe ne se développe que si elle est capable d'imaginer de nouveaux produits. Nous avons vu apparaître au cours des dernières années le magnétoscope, l'ordinateur domestique ou le disque numérique. Tout nouveau produit coûte cher. Les prix ne baissent que progressivement à mesure qu'il se répand. Il convient d'amortir les coûts, toujours élevés, de la conception avant de songer aux investissements à long terme que nécessite la production de masse. Ce qui suppose l'existence d'un marché potentiel assez large qui dispose de moyens financiers suffisants pour satisfaire son goût de l'innovation. C'est le cas au Japon, et aux Etats-Unis. Cela ne l'est pas en France et plus généralement en Europe. Japonais et Américains ne lancent un nouveau produit sur le marché européen qu'après qu'ils soient en mesure, ayant amorti les coûts de conception, de se lancer dans la fabrication en grandes quantités. Nos industriels ne se trouvent en mesure de défendre leur part de marché que s'ils sont solidement implantés aux Etats-Unis, comme le hollandais Philips. Le français Thomson doit se contenter de vendre sous sa marque des appareils japonais. Il ne fabrique que les étiquettes.

Il suffit de considérer le mouvement général de l'innovation. Avant 1914, donc avant l'introduction de l'impôt sur le revenu, la France dominait les deux industries de pointe de l'époque, l'automobile et l'aviation. Dans l'automo­bile, sa situation n'a cessé de se dégrader. Il en allait de même dans l'aviation jusqu'à ce que Pompidou lance le programme « Concorde ». L'échec, tout conjoncturel, ne fut qu'apparent. Nous avons pu maîtriser les techniques qui provoqueront le succès de l'Airbus. Il a fallu, ce qui est grave, l'intervention directe de l'Etat. L'on m'objectera qu'au Japon et aux Etats-Unis l'impôt sur le revenu existe aussi. Sans doute mais la progressivité seule importe. Chez nous, elle est beaucoup plus rapide. D'ailleurs qu'a fait Reagan, sitôt élu, en 1980 ? Il a réduit ce funeste impôt.  •  A suivre  (A venir : Le règne de la quantité s'achève 2).

Lire les articles précédents ...

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII    IX     X    XI     XII     XIII     XIV     

XV   XVI

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Permaculture alpine

La crise politique s'étend à toute l'Europe

180306

Deux grandes secousses ont frappé ces derniers jours les institutions de l'Europe. Elles sanctionnent la pensée unique et singulièrement l'attitude de nos dirigeants, tant nationaux que continentaux, vis-à-vis de la déferlante migratoire.

Les commentaires dominants de la désinformation hexagonale parviennent à en déformer, pourtant, le trait dominant. Ceci s'explique par l'influence très forte et paradoxale dans nos médias de l'idéologie sociale démocrate, en recul dans chacun de nos peuples.

Rétablissons les faits.

D'un côté, en Allemagne, au bout de 5 mois de tractations entre états-majors partisans l'inamovible Mme Merkel vient en effet de mettre au point une nouvelle application de la vieille formule dite Grande Coalition. Mais nul ne saurait prédire sa popularité.

L'Italie, en regard, est entrée dans un processus du même type dont rien ne peut préjuger du résultat. Le Monde en ligne ce 6 mars, déplore ce qu'il appelle une "débâcle des partis modérés, à droite comme à gauche", et note que "rien n’assure le Mouvement 5 étoiles, 'vainqueur incontesté', dixit Le Mondedes législatives italiennes du 4 mars, de parvenir au gouvernement dans les prochaines semaines."

Chez nos amis transalpins en effet, le 6 mars, le ministère italien de l'Intérieur donnait les résultats définitifs. Ils se traduisent par une avance globale en voix et en siège de la Coalition de droite : 17,4 % à la Ligue, qui multiplie son audience par 4, + 14 % à Forza Italia, + 4,3 % à Fratelli d'Italia + 1,3 % à Noi l'Italia, cela fait en tout 37 % des voix pour les droites coalisées. Elles disposeront de 260 députés contre 221 pour ceux qu'on appelle populistes qui n'en recueillent "que" 32,6 %, ce qui est déjà beaucoup trop. Dans un tel contexte le chef de la Ligue Matteo Savini peut déclarer qu'il a "le droit et le devoir" d'aller au gouvernement avec le centre droit c'est-à-dire avec Silvio Berlusconi.

Mais au bout du compte, c'est quand même le mouvement Cinq Étoiles, ce parti hyper-démagogique, au programme flou et fou, qui effectue une percée supérieure dépassant à lui seul 30 % des voix. Fondé par un amuseur public il n'envisage même pas de gouverner le pays. Son mot d'ordre général exprime ce qu'on appelle le dégagisme par un propos d'une grande grossièreté. Et cela résume assez bien le peu de crédit qu'on peut accorder à ses 5 étoiles parfaitement incohérentes. En comparaison, le regretté Coluche, qui allait pourtant jusqu'à traiter son auditoire "d'enfoirés", ferait figure de gentilhomme.

Or, à Rome désormais on peut craindre qu'aucune majorité parlementaire ne soit vraiment possible, ni avec lui, ni contre lui. On parle d'élections anticipées, mais personne ne peut garantir, si l'on retourne aux urnes un résultat meilleur pour le pays.

Question désormais décisive pour toute l'Europe, le dépassement de ce  que Mitterrand semblait considérer, il y a plus de 30 ans, comme le "seuil de tolérance" en matière d'immigration, a déterminé aussi bien la crise qui apparaît en Italie, que celle si difficilement surmontée en Allemagne. Quand on observe les résultats des deux pays en termes de votes on peut comparer les 17,4 % de la Lega au passage en 4 ans de 4,7 à 12,6 % d'Alternative für Deutschland dans des contextes constitutionnels entièrement différents. Ce ne sont plus seulement les pays d'Europe centrale et balkanique, ce sont de larges secteurs d'opinion au sein des grands États fondateurs de l'Union européenne qui en répudient l'idéologie dominante. Ceci se manifeste particulièrement depuis le si malencontreux "wir schaffen das" de Mme Merkel, ouvrant la porte au flux migratoire le 31 août 2015 et accélérant ainsi la crise qui s'approfondit et s'étend à tout le Continent.

JG Malliarakis

http://www.insolent.fr/2018/03/180306.html

12:55 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Élections italiennes : un “triple tremblement de terre” selon Pierre Lévy

salvini_8d616d86de8dfe64cfebe533ae015166189df1fc_field_mise_en_avant_principale_1-600x400.jpg

RT France diffuse un entretien avec Pierre Lévy, rédacteur en chef de Ruptures.

Pour celui-ci, si Bruxelles s’est offert un moment de répit avec les résultats en Allemagne, l’Italie pourrait lui donner des sueurs froides.

Pierre Lévy évoque alors un “triple tremblement de terre”.

12:47 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

L’escapade de Marion Maréchal-Le Pen présage de recompositions beaucoup plus profondes à la droite de l’échiquier politique

6a00d83451619c69e201b7c95586f4970b-320wi.jpgExtrait de l'analyse d 'Edouard Husson à propos de Marion Maréchal-Le Pen :

"(...) Marion Maréchal-Le Pen se distingue de son grand-père et de sa tante en ce qu’elle ne cultive pas le « ni droite ni gauche » qui la mettrait du côté des populistes. Elle insiste sur son enracinement à droite, très à droite, en effet. Son cocktail allie catholicisme, patriotisme et conservatisme. Là où son grand-père se définissait, en 2002, comme « économiquement de droite, socialement de gauche et nationalement de France »; et là où sa tante a cherché, toute la campagne des présidentielles, à se donner une image « républicaine », Marion Maréchal-Le Pen essaie de s’enraciner au point de rencontre entre l’aile droite des Républicains et la partie du Front National qui se veut exclusivement de droite.

Elle est de droite dans la mesure où la nation semble lui importer plus que la République, la France être pour elle d’abord enracinée dans le catholicisme et la défense des valeurs familiales ne laisser aucune place aux tergiversations qui avaient caractérisé la réaction de Marine face à « La Manif Pour Tous ». Ce qui est peut-être le plus nouveau dans l’événement de Washington, c’est une référence aussi appuyée au « conservatisme ». Au moment où les gouvernements américain et britannique mettent en cause des décennies de « libéralisme », politique, économique et social et se réaffirment comme porteurs d’un consensus « conservateur », Marion Maréchal-Le Pen a choisi d’enfourcher ce cheval. Le demi-siècle qui vient sera, effectivement aussi « conservateur » que celui qui vient de s’écouler a été « libéral ». Évidemment il y aura de multiples variantes de conservatisme et Marion Maréchal-Le Pen est bien plus à droite que Theresa May - qui reste libérale dans le domaine des moeurs - et ne partage pas le populisme de Donald Trump - la part qu’elle fait à un christianisme conservateur fait plutôt penser à la situation de Mike Pence sur l’échiquier politique américain (...)

Le contraste entre la vulgarité bien grasse du président des Républicains devant des étudiants d’école de commerce et l’escapade washingtonienne et anglophone de Marion Maréchal-Le Pen à quelques jours d’intervalle présage de recompositions beaucoup plus profondes à la droite de l’échiquier politique. Au fond, on pourrait passer des heures à disserter sur les contrastes idéologiques entre Marine et Marion, entre Dupont-Aignan et Wauquiez. La différence de positionnement politique entre les quatre est infime. Laurent Wauquiez n’assume pas, à la différence des autres, le positionnement très à droite auquel il aspire pourtant et il compense ses prudences européistes par des poses de caïd. Mais au fond il ne cherche pas autre chose que les trois autres.

Simplement, Marion Maréchal-Le Pen semble avoir quelque chose de « macronien », qui manque aux trois autres : en dix minutes d’un discours prononcé en anglais, elle vient de ringardiser ses concurrents. On peut le formuler autrement ; c’est la première fois que l’on peut dire sérieusement qu’Emmanuel Macron devrait se méfier. Il avait frappé les esprits, il y a quelques mois en faisant uin discours en anglais sur le thème « Make Our Planet Great Again ». Marion Maréchal-Le Pen lui jette le gant en n’ayant pas peur, alors qu’elle est le nouveau visage de l’ultra-droite, de parler anglais pour exalter la souveraineté nationale: « Make America Great Again. Make Britain Great Again. Make France Great Again! », ce qui pourrait se traduire par « Conservateurs de tous les pays unisserz-vous! ».

Elle pourrait rallier à sa personne non seulement les déçus de Marine mais aussi les orphelins de François Fillon. Il resterait alors peu de place entre elle et Emmanuel Macron pour Les Républicains, que Wauquiez survive politiquement ou non. Et, il faut y insister: là où son grand-père se donnait des frissons en fréquentant Saddam Hussein; là où sa tante cherche la proximité avec Poutine; Marion affirme une proximité avec le conservatisme et le populisme .....anglo-saxons. Elle incarne certes un conservatisme dur mais elle ne laisse aucune ambiguïté sur la rupture qu’elle représente avec toute fascination pour les régimes autoritaires. Quand elle exalte le sacrifice de soldats français, c’est pour vanter l’alliance entre la monarchie française et la république américaine naissante dans la Guerre d’Amérique. C’est la première fois depuis longtemps que le centre et la gauche devraient faire plus que de se limiter à des incantations contre le retour d’une droite dure. Nul ne sait si Trump durera mais, si tel était le cas, il trouverait dans Marion Maréchal-Le Pen un relais redoutable dans la « vieille Europe ». Marine Le Pen et beaucoup de souverainistes français (Asselineau par exemple) pensent pouvoir dénoncer à la fois Washington et Berlin. Marion, elle, saisit l’occasion d’un tournant conservateur à Washington pour passer alliance avec Washington contre Berlin. Le centre et la gauche commettront-ils l’erreur habituelle à laquelle ils nous ont habitué au moins depuis les années 1930 : confondre la détestation de l’adversaire et sa sous-estimation ? "

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Samedi 24 mars, de 10 h à 18 h, 2e Fête du pays réel organisée par Civitas

Pays-Reel-2018-affiche-definitive.png

Plus d'infos cliquez là

Venez nous retrouver sur

le stand de Synthèse nationale

Et le soir : le dîner de Synthèse nationale cliquez ici

Le Mystère des Sumériens - Les Civilisations Perdues

10:11 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Le dénominateur commun du réveil des peuples est le refus d’aller plus loin dans l’ouverture à une immigration de peuplement

Yvan Rioufol analyse le scrutin italien pour le Figaro :

"Plus les avertissements électoraux se multiplient, plus les dirigeants et leurs médias dénoncent la montée du "populisme". Dans leur vocabulaire, ce mot vaut disqualification, alors même qu’il est l’expression de la démocratie. Jamais l’oligarchie n’a été à ce point coupée des gens. Les alertes que ne cessent de lancer les Britanniques, les Américains du nord, les Polonais, les Danois, les Autrichiens, les Français etc. persistent à ne pas être comprises par une caste persuadée d’avoir raison. Le dénominateur commun du réveil des peuples est partout le même : un refus d’aller plus loin dans l’ouverture à une immigration de peuplement qui ne s’intègre plus, sinon à la marge. Ce faisant, c’est la philosophie même de l’Union européenne, construite sur l’ouverture des frontières et le multiculturalisme, qui est chaque fois un peu plus remise en question. L’humanitarisme et l’universalisme, ces valeurs dont se gobergent les adeptes de la mondialisation, sont rejetées par une large partie de l’opinion européenne. Il va bien falloir que cette évidence, partagée de l’est à l’ouest de l’UE, soit prise en compte dans les politiques décidées à Bruxelles.

Les résultats des législatives italiennes, tels qu’ils se lisent ce lundi à midi alors que le scrutin n’est pas encore totalement dépouillé, s’inscrivent dans cette vague souverainiste et protestataire. En l’occurrence, elle a été amplifiée par le fiasco libyen qui a fait se déverser des milliers de clandestins musulmans sur les côtes de la Péninsule. C’est cette même vague de fond qui a ébranlé Angela Merkel en Allemagne après sa politique migratoire insensée de 2015 : sa coalition gouvernementale a été bouclée ce week-end avec des bouts de ficelles. Mayotte, submergée par une immigration illégale, est gagnée à son tour par un mouvement de contestation populaire contre l’insécurité. La nouvelle dynamique n’est plus celle des luttes sociales. Elle est celle des luttes identitaires. Elles opposent un peu partout, pour reprendre la distinction proposée par le politologue britannique David Goodhart, "ceux de n’importe où" à "ceux de quelque part". La Macronie, ce club de belles âmes qui se pince le nez devant les "ploucs" trop lucides, serait bien inspirée d’écouter ce que disent les peuples européens excédés."

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Jean-Marie Le Pen : des mémoires qui en disent long, par Francis Bergeron

9064-chard.jpg

9064-20180306.jpg« Bonjour Madame, je cherche l’autobiographie de Jean-Marie Le Pen, je ne la vois pas en rayon.

« Le livre de Monsieur Le Pen ? Nous avons tout vendu, me chuchote la libraire d’Argenton-sur-Creuse. Nous sommes en rupture de stock. J’ai demandé un “réassort”, nous les recevrons la semaine prochaine. »

Le premier tirage, à 50 000 exemplaires, a été vendu dès sa sortie. L’ouvrage est numéro un des ventes d’Amazon. 10 000 exemplaires ont été écoulés en ligne presque instantanément. Un retirage de 50 000 exemplaires est en cours. Et ce n’est pas fini. Les ventes ne font que commencer. Il s’agit seulement du premier des deux tomes prévus. En volume de ventes, « le menhir » pourrait bien battre les actuels champions, Astérix et Obélix.

Guillaume de Thieulloy, qui dirige les éditions Muller, a la sérénité des vieilles troupes, malgré cette extraordinaire déferlante. Le manuscrit de Le Pen a été refusé par les « gros » éditeurs, soit pour des motifs idéologiques, soit du fait de la réaction de tel ou tel auteur maison. Amélie Nothomb, par exemple, a menacé de quitter Albin Michel si Le Pen y était publié. La famille Nothomb est pourtant une famille belge historiquement liée à l’extrême droite du pays. Le chantage de cette dame montre pour le moins que la liberté d’expression est une notion qui lui est étrangère.

Certains éditeurs pensaient que Le Pen n’irait pas au bout de ses mémoires, compte tenu de son âge et du travail que représente l’écriture d’un tel livre, et ont refusé l’aventure. Mais Le Pen est en passe de déjouer tous les pronostics et le second tome est déjà annoncé pour 2019, prévu pour traiter de la période allant de 1972 à aujourd’hui.

Un public qui lit plus que la moyenne

Les experts de l’édition prédisaient enfin des ventes modestes. Le journal Le Monde, toujours bien informé, était en mesure de révéler que le livre ne se vendrait pas, car les électeurs et sympathisants du FN « ne sont pas de gros lecteurs ». C’est évidemment mal connaître cet électorat. Le public FN est au contraire un public qui lit sans doute beaucoup plus que la moyenne, ne serait-ce que parce qu’il ne trouve pas, à la radio, à la télévision, dans les grands médias, le reflet de ses propres opinions. Le Monde dans cette affaire, comme les grosses maisons d’édition, tous ont été victimes du « syndrome Trump ». Donald Trump ne pouvait pas être élu parce que les grands médias de la côte Ouest le détestaient. De même, le livre de Le Pen ne pouvait se vendre puisque ses électeurs sont des « sans-dents », pour parler comme M. Hollande. Les médias ayant cultivé à outrance l’image du beauf lepéniste, l’idée que ces électeurs sachent lire dépassait leur entendement.

En fait, c’est tout le contraire : les plus grosses ventes de livres politiques sont aujourd’hui celles d’ouvrages d’auteurs classés ou réputés de la droite de conviction. On pense à Jean Sévillia, à Laurent Obertone, à Lorant Deutsch, à Patrick Buisson et sa Cause du peuple (75 000 exemplaires vendus le premier jour), à Philippe de Villiers et son livre Le Moment est venu de dire ce que j’ai vu (225 000 exemplaires), à Eric Zemmour (300 000 exemplaires pour son Suicide français) etc. Jean-Marie Le Pen emprunte à son tour le chemin des best-sellers. Ce qui est une bonne nouvelle. Rappelons qu’il a autorisé dès jeudi dernier Présent à publier en avant-première des bonnes feuilles de Fils de la Nation, qui est donc le titre de ce premier tome.

Francis Bergeron

Article repris du quotidien Présent

https://fr.novopress.info/

Journal du chaos

couv jpg.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

Zoom - Nicolas Klein : l'Espagne face à la crise

Terres de Mission #68 : Notre monde a-t-il cessé d’être chrétien ?

Valérie Pécresse court derrière la gauche LGBT, qui ne le lui rend pas

6a00d83451619c69e201b7c955a654970b-250wi.pngToujours cette incapacité des politiques qui se disent de droite à de croire que, parce qu'ils feront des courbettes aux lobbys de gauche, ils seront forcément acceptés par ceux-là. La présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a été la cible de commentaires particulièrement acerbes émanant des militants LGBT.

Valérie Pécresse a salué le "carton plein" aux Césars du film célébrant Act Up, en rappelant que "la région Île-de-France [avait] soutenu ce magnifique film grâce à notre fond de soutien au cinéma et à l'audiovisuel". Les militants LGBT lui ont alors rappelé sa politique régionale, sa participation passée à la Manif pour tous ou encore son alliance aux dernières régionales avec Sens Commun.

Auprès de L'Obs, Valérie Pécresse a défendu la sincérité de son soutien tant au film qu'à la cause qu'il défend.

"Je suis personnellement intervenue pour que '120 battements par minute' puisse être subventionné par la région. Il n'avait pas été sélectionné lors de son premier passage en comité de lecture en raison du trop grand nombre de demandes. Il a pu être réexaminé une deuxième fois car on m'avait signalé le caractère exceptionnel du film". 

Mais rien n'y a fait. Conclusion, elle a perdu le soutien de sa droite sans gagner celle de sa gauche.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

DANS LA GUERRE DE L’ACIER ENGAGÉE PAR TRUMP, QUE PEUT BIEN FAIRE JEAN-CLAUDE JUNCKER ?

Dans la guerre commerciale engagée par le président Trump sur les importations d’acier, les réactions sont de deux ordres : à prétention scientifique d’une part ; et vindicatives d’autre part.

Pour la prétention scientifique on trouve le FMI – on ne sera pas surpris car c’est le QG du mondialisme depuis 70 ans – qui a déclaré il y a deux jours que « les restrictions à l’importation annoncées par le président américain sont de nature à causer des dégâts non seulement hors des États-Unis mais encore à l’économie américaine elle-même, y compris à ses secteurs manufacturier et de la construction qui sont de gros utilisateurs d’aluminium et d’acier« . Ce jugement est dépourvu de rationalité : la majoration des prix des métaux n’affectera que la portion du prix de revient des produits manufacturés qui correspond à la matière première (moins de 6 %): l’impact sera non significatif sur le produit fini (+ 0,20 % environ du prix de revient brut).

La presse mainstream, si dépendante (de vraies « Pravda libérales »), se croyant historienne, se réfère, elle, à la précédente tentative pour taxer les métaux importés. C’est le Huffpost qui rappelle, sentencieusement, qu’en 2002, G.W. Bush avait ordonné des taxes douanières de 8 à 30 % selon les catégories de métaux. L’Union européenne avait immédiatement déposé un recours devant l’OMC et publié une liste de produits américains frappés en rétorsion de droits de douane pouvant aller jusqu’à 100 % (jus de fruits, vêtements). Cette politique protectionniste avait provoqué la baisse du dollar, creusé les déficits du fait des réductions d’impôts alors également octroyées. L’OMC avait donné raison à l’UE et à sept autres pays, et le président américain avait supprimé ces droits de douane fin 2003 face à la menace de ses partenaires, autorisés par l’OMC à imposer des droits de douanes sur les produits américains (fruits et légumes, textiles, chaussures ou motos). Mais le président Trump, lui, ne s’inclinera pas devant les sanctions de l’OMC. Dès lors qu’il ne sera plus appliqué, le système est condamné.

Mais il y a aussi les réactions vindicatives.

Juncker, président de la Commission européenne, annonce préparer des contre-mesures visant des produits américains : « Nous allons mettre des barrières douanières sur les Harley-Davidson, sur le bourbon et sur les jeans Levis » (qui ne sont plus fabriqués depuis 2003 aux USA !… déclaration à la télévision publique allemande). L’Union européenne envisage d’alourdir les tarifs douaniers de 25 % sur environ 2,8 milliards d’euros d’importations provenant des États-Unis. « Ils vont apprendre à nous connaître« , fanfaronne Junker. « Nous aimerions avoir une relation raisonnable avec les États-Unis mais nous ne pouvons pas nous contenter de faire l’autruche.« (sic). Mais ce dimanche le président Trump a immédiatement menacé de taxer les automobiles (allemandes…). Vendredi, le président américain avait écrit : « les guerres commerciales sont justifiées et faciles à remporter ». Et il a raison : qui peut résister à la première économie du monde ? Et qui peut prétendre que le droit d’exporter est plus juste que le droit de sauver son être économique contre des importations mortifères?

Les produits ciblés par l’Europe seraient certains types d’acier, des biens manufacturés, des produits agricoles. La liste définitive en sera présentée la semaine prochaine aux pays membres pour accord.

La Commission européenne va également se joindre à d’autres pays pour contester la décision américaine devant l’Organisation mondiale du commerce (ORD de l’OMC). Mais ce type de recours peut durer dix ans : on se rappellera l’affaire du bœuf aux hormones et du Roquefort.

Donald Trump est farouchement opposé aux carcans commerciaux multilatéraux. Il est bien capable de les détruire à lui tout seul. La France devrait suivre le brise-glace : c’est son intérêt. Ce nouveau contexte mondial permettra aussi de penser le nouveau traité européen, confédéral, « nationiste » et social, et d’y réintégrer le Royaume Uni.

http://www.bvoltaire.fr/guerre-de-lacier-engagee-trump-bi...

Justiciers [Au coeur de l'histoire]

06:47 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |