Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2018

Respecter les règles du combat politique

La politique est un domaine très spécifique qui répond à ses propres impératifs. On ne pratique pas en effet la politique comme on exerce une activité dans une entreprise ou dans une administration. La politique obéit à des règles propres, différentes de celles des autres secteurs de la vie sociale. Ligne droite estime donc important que, pour être efficaces, les militants de la droite nouvelle les connaissent et les appliquent. Voici les principales de ces règles.

Ne pas craindre le conflit

La spécificité du politique vient de son caractère éminemment conflictuel. C’est par excellence le domaine des relations amis ennemis, l’art de trancher les conflits et de choisir entre des positions antagonistes. Les rapports de force y jouent donc un rôle déterminant et structurant. Aussi, en politique, avoir des ennemis, être impliqué dans un conflit et subir des attaques n’a rien d’anormal. Les militants de la droite nouvelle qui refuseraient de trancher, de se déclarer clairement et qui fuiraient les antagonismes, doivent se chercher une autre voie que l’action politique.

Mobiliser ses partisans

Compte tenu de cette dimension conflictuelle, il est essentiel dans le combat politique, et notamment dans une campagne électorale, de mobiliser ses partisans pour se placer en position de force. Avant de conquérir de nouveaux appuis, la droite nouvelle doit donc s’assurer de tous ses soutiens. Ne pas observer cette règle simple constitue une erreur politique très grave. Une erreur qui a pourtant été commise par de nombreux dirigeants de la « droite républicaine» qui ont souvent cherché à séduire des électeurs du centre sans voir qu’ils démobilisaient ainsi beaucoup de leurs soutiens traditionnels, lesquels s’abstenaient alors ou allaient voir ailleurs.

Se positionner clairement

Une autre règle, qui découle de la précédente, exige que les candidats de la droite nouvelle s’identifient clairement, et notamment qu’ils se rattachent sans ambiguïté aux idées et au courant politique qu’ils sont censés incarner. Telle est la condition première pour mobiliser ses propres troupes. Toute attitude consistant à mettre son drapeau dans sa poche, comme de refuser de se positionner à droite par exemple, crée une équivoque et un flou politique éminemment pénalisants. Les partisans s’éloignent sans que les soutiens potentiels se rallient pour autant, car on ne rassemble que sur des convictions fortes et clairement affirmées.

Désigner son adversaire

En politique, on n’existe que dans la mesure où l’on a clairement désigné son adversaire et on s’affirme à la mesure de la personnalité que l’on défie. Pour les militants de la droite nouvelle, l’ennemi politique s’incarne dans les représentants de la Nouvelle Gauche, ceux qui sont les plus éloignés des positions qu’ils défendent et ceux qui détiennent le pouvoir et les mandats qu’ils veulent conquérir. La situation à laquelle il leur faut tendre est donc celle d’un duel clair et direct avec l’adversaire principal.

Ne pas se laisser désarçonner par les coups bas

Dans son combat contre la Nouvelle Gauche, la droite nouvelle ne se trouvera pas à armes égales. Le Système s’opposera à elle par tous les moyens à sa disposition : les médias prendront officiellement mais efficacement parti contre elle. Quant à la justice, elle n’hésitera pas à engager toutes les procédures possibles, même si elles ne sont pas fondées. Face à ces injustices, il convient que les cadres et les candidats de la droite nouvelle conservent leur sang-froid. De telles attaques sont prévisibles et la règle est de les affronter sans se laisser psychologiquement désarçonner.

Attaquer son adversaire

En politique, il est essentiel d’attaquer son adversaire tout particulièrement dans une campagne électorale lorsqu’on tente de s’emparer du siège du candidat en place. Cette règle est impérative notamment pour les militants de la droite nouvelle car, s’ils n’attaquent pas leur adversaire, ils le reconnaissent implicitement comme légitime et perdent toute crédibilité à prétendre être élu à sa place. L’attaque apparaît d’ailleurs d’autant plus nécessaire que la position de l’attaquant est faible. Il faut compenser la disproportion des forces initiales par une disproportion dans l’intensité des mises en cause.

Contre-attaquer en cas de mise en cause

Lorsque l’on subit des attaques, il faut toujours leur apporter une réponse. Si on ne le fait pas, on accrédite l’idée que cette mise en cause est justifiée et que l’on n’a rien à y redire. Mais l’erreur à ne pas commettre pour les militants de la droite nouvelle consiste à se laisser enfermer dans la défense et l’autojustification. Aussi faut-il contre-attaquer aussitôt avec énergie pour tenter de disqualifier son adversaire et déplacer l’objet du débat. Le but est que la contre-attaque étouffe la mise en cause.

Se placer sur un courant porteur

Dans une campagne politique, on ne peut pas tout dire ni émettre plusieurs messages à la fois. Les candidats de la droite nouvelle doivent donc choisir un axe principal autour duquel doit s’organiser l’ensemble du discours qu’ils veulent faire passer. Cet axe doit être choisi comme étant le plus porteur, ce qui veut dire qu’il doit exprimer le message susceptible de mobiliser le mieux les partisans.

Simplifier les messages

Le politique est par ailleurs un art de simplification. Pour qu’un message passe dans le public, il faut qu’il soit facilement compréhensible et donc qu’il soit clair. Sans idées simples, on ne peut agir sur le réel, d’autant que les idées simples, qui sont souvent les mieux fondées, peuvent parfaitement être légitimées par un discours et des concepts élaborés.

Orchestrer les campagnes

Le politique est également un art de répétition. Dans une campagne, il y a lieu de revenir sans cesse sur les mêmes thématiques et le même discours. Car, pour passer dans l’électorat ou le grand public, un message doit répondre à deux conditions : il faut qu’il soit répété un grand nombre de fois et qu’il parvienne aux électeurs visés par des canaux multiples. C’est par le jeu de la répétition des messages et de la multiplication des supports que les candidats de la droite nouvelle réussiront à créer un phénomène d’orchestration indispensable au succès.

Greffer les messages sur les préoccupations de la population

Les messages politiques auront par ailleurs d’autant plus de chance d’être pris en compte par le public qu’ils seront greffés sur les préoccupations quotidiennes des électeurs. À cet égard, il convient donc que les candidats de la droite nouvelle enracinent le discours général dans une réalité la plus proche possible de celle de nos compatriotes.

Riposter face à la diabolisation

Enfin, les candidats de la droite nouvelle pourront faire l’objet de campagnes en diabolisation. S’il faut bien sûr éviter les propos maladroits qui pourraient les susciter, il ne faut en revanche rien céder sur les questions de fond. Aussi les candidats de la droite nouvelle victimes de ce genre d’attaque doivent-ils garder leur sang-froid et riposter en attaquant les diabolisateurs. Ceux-ci n’ont aucune légitimité, ils n’ont rien fait pour résoudre les problèmes des Français et leur pensée unique étouffe les libertés. En démontant les mécanismes des procès en diabolisation, les militants de la droite nouvelle pourront progressivement en neutraliser les effets.

Ne jamais parler contre son camp

Cette règle s’impose d’elle-même mais il est nécessaire de la mentionner car l’observation de la vie politique montre qu’elle ne va pas de soi pour tout le monde. Il est pourtant évident que les critiques émises sur son mouvement par l’un de ses membres, a fortiori l’un de ses dirigeants, ne peuvent avoir qu’un effet dévastateur sur l’opinion. Il est donc essentiel pour les militants de la droite nouvelle de ne jamais entrer en contradiction publique avec l’un des leurs quelles que soient les divergences que l’on peut avoir avec lui.

Adopter aussi quelques règles comportementales

À ces règles fondamentales il convient d’ajouter des règles purement comportementales. Ainsi ne faut-il jamais rien concéder de positif à l’adversaire, ne pas attaquer ses points forts mais ses points faibles, ne pas se laisser culpabiliser. Il est aussi très important d’employer les mots justes et le vocabulaire approprié en se gardant d’utiliser ceux de l’adversaire et en multipliant en revanche l’usage des mots qui soutiennent son propre combat.

https://lignedroite.club/respecter-les-regles-du-combat-p...

Les commentaires sont fermés.